Music Piracy: Consumers do prefer legal and ethical options, but they favour different ways of making this economically viable.- (Vlerick Business School)

Business model insights on how to beat music piracy – Vlerick Business School.

Business model insights on how to beat music piracy

In recent years, the popularisation of the World Wide Web and the rise of mobile music hardware have intensified online music piracy. Prof Dr Bert Weijters, Prof Dr Frank Goedertier and Sofie Verstreken have published an academic research study that examines music consumption preferences in today’s new context in which consumers face a myriad of music platforms with diverse business models and delivery modes. Counter-intuitively, the results show that consumers do prefer legal and ethical options, if available – but they favour different ways of making this economically viable.

Past research has argued that youngsters, in particular, use online technologies and platforms that facilitate piracy – and that youngsters seem to attach less importance to the ethical and legal aspects of music consumption. However, much of this research dates from an era in which ‘free’ was nearly synonymous with ‘unethical’ and ‘illegal’. That is, in the past, most applications offering cheap and convenient online access to music were illegal and did not create revenues for the artists. This raises the question: what truly drives youth’s music piracy consumption choices: a drive to defy the law, economic reasons, or convenience? 

The current consumption context

The current context has changed and offers a wide variety of legal and illegal online music consumption possibilities (including file-hosting services, free with advertising streaming platforms, paying streaming models with the possibility to download, video converter programs, etc.).

This new context allows, and calls for, research that studies potential music consumption driving factors in a disentangled way. The research discussed independently examines ethical concerns and other music consumption preferences (e.g., quality, streaming versus downloading, presence of advertising, etc.) as explanations of age group differences in online music consumption.

The research responds to an urgent business need: industry stakeholders are uncertain about how to respond to illegal music consumption and are looking for up-to-date information related to the specific preferences of music consumers in this new context.

6 online music consumer segments

Prof Dr Weijters, Prof Dr Goedertier and Sofie Verstreken undertook their study to update the extant literature on online music consumption – taking today’s technological context into account. Specifically, their goal was to better understand the way consumers in different age groups make choices when faced with alternative music platforms that vary in a wide range of attributes, including the extent to which they are legal and ethical.

Their research identifies 6 online music consumer segments and suggests specific ways of approaching them:

  • Free users are the youngest segment, and nearly all of these consumers have experience with downloading and/or streaming music. They are the most online music savvy segment and have an outspoken preference for free online music. Good quality is important to this segment, which means that ‘free users’ are not willing to sacrifice quality in exchange for free music.
  • Quality seekers value high audio quality. They are the second most experienced segment – a high proportion of these consumers have downloaded before. Although this segment also shows a preference for free music, it is much less outspoken than the free users, so it is reasonable to expect a certain willingness to pay for (high-quality) music.
  • Average users have music consumption preferences that are in line with the overall findings: i.e. high quality, legal and ethical (though less so than the quality seekers, law-abiding, and ethical consumers segments, respectively).
  • The Indifferent segment is not very opinionated, except for a preference for downloading (with or without streaming). Limited experience with online music may be the reason for this, as nearly 23% of this segment have not downloaded or streamed music before. This is the only segment not concerned with quality.
  • The Law-abiding segment is relatively inexperienced, and these consumers seem relatively indifferent towards quality. Their predominant criterion in choosing an online music platform is that it is legal.
  • Ethical consumers, the smallest segment, attach most importance to artists getting a fair share of revenues. Remarkably, these consumers emerge as a segment distinct from the law-abiding segment. This suggests that consumers differentiate between legality and ethicality, and that consumers who care about the one aspect do not necessarily care equally about the other.

Managerial implications

In general, this study suggests that the most promising avenues towards a more legal and ethical online music offering are:

1)    A free music approach, supported by advertising, targeted at younger consumers and/or the free users segment (the two clearly overlap), and

2)    A high-quality music approach, with the possibility to download for which a price can be charged, targeted at older consumers and/or the quality seekers segment.

Interestingly, the older segment prefers the legal/ethical options, while the younger segment prefers the illegal option over the legal paying option. This is not because of a difference in preference for ethical or legal alternatives, but because of a stronger preference for free music.

This shows that, in real-life choices, youngsters may appear to be less ethical and law-abiding, but the driving force behind this is mainly economic. In a way, this is reassuring, as it suggests that music piracymay be less deeply ingrained in the youth culture and norms than previously thought.

 

Source: “Online Music Consumption in Today’s Technological Context: Putting the Influence of Ethics in Perspective” by Prof. Dr. Bert Weijters (Department of Personnel Management, Work and Organizational Psychology, Faculty of Psychology and Educational Sciences, Ghent University), Prof. Dr. Frank Goedertier (Consumer Marketing, Retail & Branding Cluster, Area Marketing, Vlerick Business School) and Sofie Verstreken (Think BBDO, Belgium). Published online in the Journal of Business Ethics, 25 September 2013 (ISNN 0167-4544).

20 millions d’inscriptions sur les services payants de streaming musical en 2014 – TéléObs

20 millions d’inscriptions sur les services payants de streaming musical en 2014 – TéléObs.

(Relaxnews) – Malgré l’accès à une ribambelle d’alternatives gratuites, les services payants comme Spotify connaissent un succès croissant aux États-Unis et en Europe.

Selon Futuresource Consulting, les revenus générés par ces services atteindront 3 milliards de dollars cette année. Les données suggèrent que ces derniers 24 mois, les souscriptions premium ont doublé dans ces territoires.

“Les consommateurs internationaux ont dépensé  aux États-Unis et en Europe près d’1,9 milliard de dollars en 2013 – cela exclut les services de radios personnalisées. Une croissance de 59% est attendue cette année et le chiffre devrait atteindre 3 milliards de dollars. La plupart de ces utilisateurs utilisent des applications pour tablettes et smartphones”, explique David Sidebottom, spécialiste chez Futuresource Consulting.

L’augmentation peut paraître conséquente mais le chiffre de 3 milliards de dollars ne représente qu’une portion infime des revenus de l’industrie de la musique — en 2012, ils ont atteint les 50 milliards de dollars, dont 15 milliards aux États-Unis.

Il n’en reste pas moins que les services de streaming gagnent du terrain sur des marchés où les ventes de supports physiques et les téléchargements légaux ou illégaux représentaient jusqu’ici la norme. Entre Les services bien établis, comme Spofity et Deezer, et les nouveaux venus comme Beats Audio et Amazon mais aussi YouTube (qui prépare le lancement d’un service de streaming audio et vidéo à abonnement mensuel), la concurrence est rude.

Selon CNBC, même McDonald’s songe à se lancer sur le marché avec un outil de streaming associé à un programme de fidélité. 

L’une des forces du streaming est l’aspect mobile. Les haut-parleurs sans fils jouent aussi en faveur du freemium.

Pendant des années, la seule marque premium sur ce marché était Sonos. Mais récemment, Samsung, Bose et Denon ont lancé des systèmes à connecter au smartphone ou à l’ordinateur (grâce au Bluetooth, Apple AirPlay ou le Wi-Fi) et sont compatibles avec les services de streaming.

La dernière marque à s’être lancée est LG avec LG Music Flow, mercredi. La gamme de quatre haut-parleurs (dont une soundbar pour la télévision) peut être contrôlée à l’aide d’un smartphone.

Apple, Google, Deezer, Spotify… qui triomphera du streaming musical ? – Le nouvel Observateur

Apple, Google, Deezer, Spotify… qui triomphera du streaming musical ? – Le nouvel Observateur.

Quand la presse américaine parle de « révolution du streaming musical à la demande », vu de France, on peut trouver ça un peu ringard. Sept ans qu’on nous rabâche les oreilles avec Spotify et surtout Deezer, la fierté tricolore !

C’est pourtant bien l’innovation qui est en train d’agiter le marché américain, le streaming musical enregistrant une progression de 42% par rapport à 2013 alors même que les ventes et le téléchargement légal s’effondrent. Merci les smartphones.

Pourcentage des internautes qui téléchargent ou ont recours au streaming (Ipsos, mars 2014, via Quartz)

Mais plus rien n’est simple. Avant, on pouvait titrer facilement « Spotify vs Deezer ». En 2014, le marché se fragmente : les acteurs historiques accélèrent le pas, des mastodontes (Apple, Amazon, Google) tapent un sprint et toute une constellation de start-up préfère se ranger discrètement sur le côté en ciblant des niches.

« Une chose est sûre : un service dominera »

Pour Bob Lefsetz, spécialiste américain de l’industrie musicale, cette situation ne durera pas.

« Une chose est sûre : un service dominera. C’est vers cela que nous nous dirigeons tous. Nous voulons partager ; si vous envoyez un lien et que quelqu’un ne peut pas l’écouter, ça ne fonctionnera pas. »

Apple, Google, Deezer, Spotify... qui triomphera du streaming musical ? - Le nouvel Observateur

YouTube pour le partage de vidéos, Netflix pour le streaming de films et de séries, Google pour les recherches internet… Les exemples de quasi-monopoles ne manquent pas. Alors qui a les qualités requises pour devenir le super-prédateur du streaming musical ?

1

Spotify

Le mâle alpha

Avec ses 40 millions d’utilisateurs (dont 10 millions d’abonnés), Spotify a pour le moment une longueur d’avance sur tous ses concurrents. L’entreprise suédoise fondée en 2006 a surtout compris avant les autres que la relative tranquillité du début des années 2010 n’allait pas durer.

Entre 2013 et 2014, le service a déployé une stratégie offensive en étendant son réseau de 20 à 56 pays et levé ses restrictions d’écoute sur les tablettes et smartphones.

Pourtant, au-delà des apparences que lui confèrent son statut de leader et sa marque identifiable, Spotify est fragile :

  • si son chiffre d’affaires a plus que doublé entre 2012 et 2013, l’entreprise n’est toujours pas rentable, accumulant près de 150 millions d’euros de pertes depuis sa création ;
  • sa valorisation, estimée à 4 milliards de dollars, ferme la porte à toute perspective de rachat par une grosse entreprise qui pourrait lui apporter oxygène et investissements ;
  • avec 70% des revenus versés aux ayants droit, c’est l’entreprise qui rémunère le mieux les créateurs… mais gagne le moins dans l’affaire.

    Apple, Google, Deezer, Spotify... qui triomphera du streaming musical ? - Le nouvel Observateur

2

Deezer

Le gros poisson qui ne sait pas nager

Deezer, c’est la réussite française, la vitrine du « French flair » dans l’innovation numérique. Pour cause : depuis 2007, la start-up a enchaîné les tours de table et décroché le titre de bon deuxième du secteur. L’entreprise peut maintenant se réjouir d’être présente dans 180 pays et de générer 65 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce à ses cinq millions d’abonnés.

Mais Deezer n’a toujours pas traversé l’Atlantique pour jouer des coudes avec ses rivaux, Spotify en tête.

Par choix d’abord : le marché était jusque-là ultra-concurrentiel, des dizaines de start-up plus ou moins prometteuses se disputaient le gros du butin. Il fallait donc débarquer en conquérant, fort d’une marque célèbre dans le monde.

Quand viendra le moment ? Dès 2014, nous promet-on chez Deezer. L’opération sera ardue. L’entreprise a beaucoup attendu, les Suédois de Spotify ont fait du chemin, tout comme le service de radios en streaming Pandora, et les géants de la Tech ont l’oreille attentive de la presse américaine.

3

Apple

Le loup solitaire

Apple a très tôt compris l’importance de la musique. L’iPod a ouvert la voie à l’iTunes Store et à l’iPhone, deux des moteurs de l’entreprise. Et pourtant, l’iPod et ses déclinaisons ont été délaissés dès 2010, tandis que les ventes de musique par téléchargement s’effondrent peu à peu au profit du streaming.

A la décharge d’Apple, le streaming est un peu incompatible avec son ADN qui veut que le client accumule fièrement objets et contenus comme autant de marqueurs sociaux. Mais la tendance est là, et Apple a dû virer de bord.

Beats, la stratégie qui valait 3 milliards

La solution trouvée par Tim Cook et les cadres de la boîte : racheter Beats by Dr Dre, la marque de casques audio. Une opération à plus de 2 milliards d’euros qui a divisé les analystes. Au-delà du savoir-faire en matière de casques et d’objets connectés, c’est le service de streaming de Beats qui semblait intéresser Apple.

Tim Cook avait ainsi vanté sa prise :

« Nous pensons qu’il s’agit du premier service d’abonnement à vraiment comprendre ce qui est important. Apple et Beats pensent tous les deux qu’un bon service de musique requiert une grande équipe éditoriale et une bonne curation de contenu, ainsi nous allons continuer à nous agrandir dans ces domaines. »

Un modèle hybride en circuit fermé ?

Quelques mois plus tôt, Apple avait déjà lancé iTunes Radio, un service de streaming mais pas « à la demande » comme Spotify et Deezer. La fusion avec Beats devrait mener vers un modèle hybride, combinant flux radio et accès à un catalogue.

Il y a cependant fort à parier que le service sera uniquement « Apple compatible ». C’est l’éternelle stratégie de la marque : proposer des services qui incitent à acheter les produits frappés de la pomme (téléphones et autres tablettes).

Pas sûr qu’Apple et son univers cloisonné aient l’étoffe d’un leader de marché.

4

Amazon

Le flûtiste de Hamelin

Jusque-là, l’ADN d’Amazon, c’était la vente. Les choses semblent évoluer peu à peu puisque après avoir annoncé le lancement prochain d’un service de streaming musical, l’entreprise basée à Seattle a également annoncé le lancement d’un streaming de livres.

En réalité, la stratégie est toujours la même : convaincre par ses services les consommateurs à rester ou entrer dans l’écosystème Amazon… et consommer. Amazon Prime Music donne donc accès à un large catalogue de musique, à condition que l’on s’inscrive à Amazon Prime, le service de livraison de l’entreprise.

Les revues sont globalement unanimes : pas révolutionnaire, pas parfait, mais un bon bonus à Amazon Prime. Pas trop la carrure d’un prédateur, en somme.

5

Google

L’éléphant dans le magasin de disques

Google, dont les revenus sont presque entièrement générés par la publicité calibrée sur les goûts des internautes, ne peut pas délaisser une manne aussi précieuse que la musique.

Quand on regarde l’artillerie, ça fait peur : que peut faire un Deezer avec ses tours de table à 100 millions d’euros face à Google qui peut aligner 40 milliards en cash ?

Le géant de Mountain View a déjà tenté le coup dans la musique en 2013 en lançant Google Play Music, concurrent direct à Spotify, mais qui semble s’être soldé par un échec. L’entreprise a néanmoins une cartouche beaucoup plus précieuse : YouTube.

La carte YouTube

Jamais un site n’a accédé à un tel potentiel de viralité. Ça donne des hits comme « Gangnam Style » et ses milliards de vues en un temps record, une vitrine permettant à des petits artistes et labels indé de trouver quelque notoriété, et un catalogue quasi infini pour les mélomanes.

Pour Google, c’est avant tout un diamant brut qui ne demande qu’à être poli. L’entreprise a semble-t-il trouvé le moyen : elle a l’intention de séparer les vidéos de musique du reste des contenus, et de les faire payer à l’internaute. Une poignée d’euros pour écouter la musique avec de la pub, le double pour se soulager des spots publicitaires.

On a encore peu de renseignements sur la forme que prendra ce service (qui pourrait se nommer Music Pass), mais son succès semble inévitable tant YouTube est entré dans les mœurs. Pour ne pas faire les choses à moitié, Google a également annoncé le rachat de Songza, une entreprise spécialisée dans les playlists musicales et la curation de contenus.

Google pourrait toutefois pâtir de ses méthodes façon prise d’otages. Si l’entreprise a négocié en secret avec les grandes majors de la musique, elle s’est comportée en parfait butor avec les labels indépendants en mettant tout le monde devant le fait accompli. Ne restait qu’un seul choix pour les indé : accepter de passer sur la version payante ou disparaître de la plate-forme, version gratuite comprise. Ajoutez à cela une rémunération faible pour les ayants droit.

6

Qobuz

La grenouille qui n’en a rien à carrer du bœuf

Si le marché du streaming venait à être dominé par un unique service, les seuls survivants seront ceux qui auront ciblé une niche. Qobuz en est le parfait exemple. Petite entreprise française lancée la même année que Deezer, elle cible uniquement les mélomanes qui aiment la qualité.

Pas question de diffuser un mp3 en 128kbps, on vise le « very high fidelity », l’auditeur qui a le casque Bose et l’esgourde sensible. Reste à trouver un public prêt à mettre vingt euros.

Spotify gagne en puissance et les ventes de musique en ligne baissent

Spotify gagne en puissance et les ventes de musique en ligne baissent.

Tunes avait fait reculer les ventes de CD, c’est aujourd’hui Spotify qui fait de même à le téléchargement. Les derniers chiffres de Nielsen Soundscan montrent que les achats d’albums et titres musicaux ont continué de chuter durant le premier semestre 2014. Du 1er janvier au 29 juin dernier, l’industrie musicale a écoulé 121 millions d’albums et 593,6 millions de titres en ligne, contre 142 millions et 682 millions l’année passée. Ces baisses de 15% pour les ventes d’albums et 13% du côté des chansons suivent la même tendance que celle observée en 2000 lors de la chute brutale du marché CD.

Le streaming musical parasite les ventes numériques, c’est un fait. Mais depuis des années, les revenus tirés du streaming ne font qu’augmenter !

Un mal pour un bien

Sans recul, il est difficile de trancher face à ce changement dans la consommation de contenus musicaux. Les plus pessimistes verront ici la fin d’une époque, mais les analystes estiment que les dégâts seront minimes. Le streaming ne va pas réduire à néant les revenus de l’industrie, puisque depuis 2009 ces derniers se sont maintenus à environ 7 milliards de dollars aux États-Unis. L’achat de musique régresse, mais les chiffres ne plongent pas pour autant !

Pour les artistes en revanche les choses se compliquent. Les recettes du streaming sont bien là, mais les redevances restent trop faibles. Le flux de consommateurs est beaucoup plus faible, explique Nielsen, cette baisse du téléchargement pénalise finalement les créateurs.

“Nous ne sommes même pas au début de la première manche pour ce qui est de la demande mondiale, reconnait Marc Ruxin, chef d’exploitation de Rdio, la musique en tant que fichier stocké sur votre téléphone ou votre ordinateur pourrait bientôt devenir aussi désuète que la musique sur support physique”. Désormais, les recettes générées par les utilisateurs de services streaming payants l’emportent sur les recettes liées au streaming gratuit financé par la publicité.

La mort du téléchargement n’est pas pour demain, mais elle semble se rapprocher. Reste à miser sur les plateformes streaming pour savoir tirer les revenus nécessaires au maintien d’une économie musicale digne de ce nom, pour les distributeurs, les producteurs et évidemment les artistes !

Billboard Twitter Real-Time Charts Go Live | Billboard

Billboard Twitter Real-Time Charts Go Live | Billboard.

27/5/2014

Billboard and Twitter officially launch the Billboard Twitter Real-Time Charts. These new, interactive charts redefine how fans interact with, and influence, popular content by ranking the most popular songs being shared on Twitter in the U.S.

The first of the real-time charts, the Billboard Trending 140, is an up to the minute ranking of songs shared in the U.S., measured by acceleration over the past hour. This chart can be filtered to present a real-time view of the most shared track in the U.S. over the past 24 hours, with a weekly summary presented as the Billboard Twitter Top Tracks chart on Billboard.com and in print in Billboard.

The Billboard Twitter Emerging Artists chart is a ranking of the most shared songs on Twitter in the U.S. by up-and-coming artists ranked by the number of times each song was shared over the past 24 hours. Billboard Twitter Emerging Artists is presented as a seven-day/weekly round up on Billboard.com and in print in Billboard.

Realtime Billboard: http://realtime.billboard.com/?chart=trending140

Song shares are tracked and incorporated into the Billboard Twitter Real-Time Charts by:

*  the use of, or the inclusion, of a link to the song via music listening platforms, such as Spotify, Vevo and iTunes.

*  the use of various track sharing notations, such as the hashtags “#nowplaying” or “#np,” along with song/artist name.

*  the use of various terms associated with the song and song playing, such as “music,” “song,” “track,” “listen.”

The charts are specifically designed to work with how users share and interact with music on Twitter, which is the most discussed subject on the platform in the U.S. with more than one billion Tweets sent about the topic in 2013. One-hundred million of those Tweets came from music accounts, and seven of the top 10 most-followed accounts on the entire platform are musicians.

“I am thrilled to be one of the first artists to see my songs move on the Billboard Twitter Charts,” said Mahone. “For me, it’s always about my fans, and I love seeing what all my Mahomies are saying about the new EP – it’s exciting that there’s finally a platform that tracks what the fans are saying about music in real-time.”To launch the Billboard Twitter Real-Time charts, Billboard teamed up with pop star Austin Mahoneto showcase just how the sharing of a track by fans on Twitter, in this case with “The Shadow” – a song from his just-released EP “The Secret” – can drive popularity and chart ranking.

The Billboard Twitter Real-Time charts are another example of Billboard staying at the forefront of tracking music consumption. With the launch in recent years of the Social 50On-Demand Songs and Streaming Songs, and now the Billboard Twitter Real-Time charts, Billboard has empowered music fans and music consumers with rankings that reflect how they interact with music and artists.

Consistent placement in the high rankings of the real-time chart can help artists gain placement on the two weekly versions of the real-time charts, which will be found in print each week in Billboard magazine.

10 millions d’abonnés payants sur Spotify

10 millions d’abonnés payants sur Spotify.

Spotify continue de grossir, malgré les incertitudes persistantes sur son modèle économique. Ce mercredi, le service suédois spécialisé dans le streaming musical vient en effet d’annoncer que plus de 10 millions d’internautes ont opté pour l’offre payante (dite “premium”, facturée 9,99 euros par mois), tandis que la formule de base (qui est gratuite) est fréquentée régulièrement pas 30 millions d’auditeurs.

Présent aujourd’hui dans 56 pays dans le monde, Spotify réalise ainsi une performance notable d’autant que la plateforme ne comptait “que” un million d’abonnés payants en 2011. En trois ans, il a donc connu une progression très importante, aidée en cela par son déploiement à l’international (avec en particulier le marché américain au cours de l’été 2011) et le réajustement régulier de son service.

Ces derniers mois, Spotify a en effet autorisé l’écoute gratuite sur mobile (en mode aléatoire) et retiré la limite d’écoute gratuite,notamment sur l’ordinateur.

L’entreprise, qui a récemment fait une croix sur la distribution audio au moyen du P2P, est désormais tentée de tenter l’aventure en bourse, qui pourrait avoir lieu dès l’année prochaine. En début d’année, sa valorisation était estimée entre 7 et 8 milliards de dollars. Mais il faudra avant cela que la société démontre la solidité et la pérennité de ses activités.

L’année dernière, le chiffre d’affaires a certes augmenté de 128 %, pour atteindre 434,7 millions d’euros, mais la perte nette a reculé significativement (-29 %), pour s’établir à 58,7 millions d’euros.

Le modèle économique de Spotify, qui s’appuie à la fois sur les abonnements (formule payante) et sur la publicité (accès gratuit), aurait généré suffisamment pour que plus de 500 millions de dollars soient reversés aux ayants droit entre 2008 et la mi-2013, et 500 millions de dollars de plus pour 2013 uniquement. Deux ans auparavant, le gain d’une écoute était de 0,005 dollar.

Le leader du groupe Radiohead, Thom Yorke, avait d’ailleurs dénoncé la faible rémunération obtenue sur les plateformes de streaming musicales, estimant que celles-ci ne paient pas assez les artistes dont les contenus sont proposés sur Spotify ou Deezer.

Spotify : 10 millions d’utilisateurs premium – TheWebTape

Spotify : 10 millions d’utilisateurs premium – TheWebTape.

Spotify : 10 millions d’utilisateurs premium

La nouvelle est tombée hier soir : Spotify a annoncé avoir franchi la barre des 10 millions d’utilisateurs premium. De manière plus globale, Spotify compte plus de 40 millions d’utilisateurs répartis dans 56 pays. Un beau chiffre pour le service de streaming musical, qui affirme une fois de plus sa suprématie sur le marché.

En moins de six ans, Spotify s’est hissé comme véritable leader sur son marché. Mais face à la montée des des concurrents tels que Deezer, et à l’émergence de services comme Beats Music, la guerre devrait être rude dans le monde impitoyable du streaming musical.

Le streaming musical payant décolle (enfin) en France

Le streaming musical payant décolle (enfin) en France.

L’écoute sans téléchargement représente la moitié des ventes numériques en France au premier trimestre, selon le Snep. L’abonnement à des sites comme Deezer ou Spotify se démocratise et les offres gratuites financées par la publicité se développent. Si le streaming reste méconnu du grand public, il pourrait devenir la principale source de revenus de l’industrie à terme selon les producteurs de disques

La tendance est mondiale : le streaming musical par abonnement, l’écoute sans téléchargement, décolle et devient une alternative sérieuse à l’achat de CD ou DVD et au téléchargement payant sur des plateformes telles qu’iTunes d’Apple. En France, au premier trimestre, les revenus issus du streaming ont représenté pour la première fois la moitié des ventes numériques de musique (50% contre 43% sur l’ensemble de 2013), selon le Syndicat national des éditeurs phonographiques (SNEP), qui a dévoilé ses chiffres ce mercredi. Ils ont augmenté de 40% pour atteindre 16,5 millions d’euros, au détriment du téléchargement légal (-10,3%) et des ventes physiques, en recul de 12,6%. Devenu « le premier usage en ligne », le streaming pèse désormais 17% de l’ensemble du marché de la musique enregistrée et pourrait devenir « à terme la source de revenu principale de l’industrie musicale et des artistes », estime Guillaume Leblanc le directeur général du SNEP.

Près de 2 millions d’abonnés en France

Au niveau mondial en 2013, le streaming a représenté 27% des ventes numériques et généré 1,1 milliard de dollars de recettes, en triplement sur trois ans, selon le récent rapport de l’IFPI qui estime que « plus de 28 millions de personnes dans le monde paient pour un abonnement de musique. » En France, il y aurait près de 2 millions de personnesabonnées à un service de streaming de musique, essentiellement auprès du français Deezer et du suédois Spotify. Il est un peu tôt pour y voir un effet « Fnac » : le première disquaire de France a en effet lancé le 3 mars son offre par abonnement « Fnac Jukebox » à partir de 2 euros par mois. Quelle est la part des abonnés ne souscrivant pas directement auprès des services mais bénéficiant d’une offre couplée de leur opérateur mobile, notamment Orange, actionnaire de Deezer ? Le SNEP affirme ne pas disposer des chiffres mais celui d’un million d’abonnés Orange chez Deezer, dont tous ne seraient pas conscients de disposer de cette option, circule sans être démenti. SFR, qui n’a pas prolongé son partenariat avec Spotify qu’il jugeait trop coûteux, les opérateurs versant aux sites de streaming des minimums garantis en fonction du nombre d’utilisateurs, s’est associé à l’américain Napster, moins connu, et ses abonnés préfèreraient d’autres services proposés au choix, comme Coyote ou CanalPlay.

Abonnement payant ou financé par la publicité ?

Le streaming par abonnement reste dominant (11,6 millions d’euros) en France par rapport aux « abonnements gratuits » financés par la publicité (4,9 millions) qui continuent de progresser plus rapidement. D’ailleurs, Deezer, dont le directeur général Axel Dauchez a annoncé mardi son départ en septembre (il irait diriger Netflix France selon le site Electron Libre), vient justement d’élargir son offre gratuite aux smartphones et aux tablettes. Spotify avait fait de même en décembre (une publicité toutes les trois ou quatre chansons). L’objectif est de « donner un peu plus » pour inciter les utilisateurs gratuits à s’abonner au service payant.

Longtemps méfiants à l’égard du streaming, qu’ils assimilent à du piratage, les producteurs de disques ne sont pas convaincus par ce modèle du « gratuit », produit d’appel visant à convertir les consommateurs au payant : « ne bâtir un modèle économique que sur la publicité semble dangereux » considère le directeur général du SNEP. Les maisons de disque sont ravies de l’arrivée sur le marché de la Fnac, qui ne propose pas d’offre gratuite pour l’instant. Elles comptent sur le groupe dirigé par Alexandre Bompard pour assurer la pédagogie car « le streaming commence à entrer dans les mœurs mais le grand public ne sait pas ce que c’est ! » relève Stéphane Le Tavernier, le président du SNEP et de Sony Music France. Les majors espèrent aussi que TF1, avec sa force de frappe marketing, n’abandonnera pas son projet de site de streaming musical. D’autant que le potentiel leur semble important, si l’on compare le revenu du streaming musical rapporté à la population en France (1,4 dollar par habitantpar an en 2013, comme au Royaume-Uni, guère plus aux Etats-Unis 1,8 dollar) avec celui des élèves modèles scandinaves : 13,4 dollars [≈ Household daily income, 2011] en Suède, 13,6 dollars [≈ Household daily income, 2011] en Norvège…

Les ventes digitales de Warner Music pèsent plus que ses ventes physiques – JDN Média

Les ventes digitales de Warner Music pèsent plus que ses ventes physiques – JDN Média.

L’exemple de la Major est symptomatique d’une industrie qui, après avoir critiqué Internet, y voit sa dernière bulle d’oxygène.

Le marché de l’industrie musicale est un marché extrêmement concentré, contrôlé à 75% par trois acteurs, Sony Music, Universal Music et Warner Music. Des majors qui ont vu leurs revenus en provenance des ventes physiques dégringoler d’année en année et qui ont réussi à endiguer cette érosion de leur chiffre d’affaires en concentrant leurs efforts sur une offre digitale en plein boom. Les contrats noués avec des pure players comme Deezer ou Spotify, qui reversent l’équivalent de 60% de leurs recettes à chacun des acteurs (au prorata de leur part de marché) ont fait vivre le tiroir-caisse. Ainsi 2013 a-t-il permis aux trois groupes de renouer avec la croissance de leur chiffre d’affaires, après trois exercices périlleux.

trio
A gauche, l’évolution du chiffre d’affaires des 3 majors. A droite, leus parts de marchés.  © Xerfi

Longtemps considéré comme l’ennemi à abattre, Internet a, sans aucun doute, constitué une véritable bulle d’oxygène pour ces majors, avec des ventes digitales qui n’ont cessé de croître au fil des années, pour dépasser les 4,3 milliards d’euros en 2012 (soit une part de marché de 35%).

Warner Music, qui pèse à peu près 15% du marché de la musique, a poussé la logique encore plus loin, multipliant les partenariats avec des acteurs tels que la plateforme Myxer (dont il alimente la communauté en clips vidéos et sonneries de téléphone), Qtrax (une plateforme gratuite de téléchargement de musique) ou MySpace. Warner Music a ainsi vu ses ventes digitales passer de 255 millions d’euros en 2006 à 776 millions d’euros en 2013, alors que dans le même temps ses ventes physiques chutaient de 177%, pour passer de 1,9 milliards d’euros à 700 millions. Warner Music gagne donc plus avec la vente digitale qu’avec la vente physique !

warner
Evolution de la répartition du chiffre d’affaires de Warner Music.  © Xerfi

Entre, d’une part, une offre par abonnement portée par des pure players comme Deezer, Spotify et bientôt Beats, et, d’autre part, un achat à l’acte initié par les iTunes, Amazon et consorts, on se rend compte que la situation diffère énormément selon les marchés. Ainsi l’Hexagone, la Suède ou la Corée du Sud donnent-ils la part belle à l’abonnement alors qu’aux Etats-Unis, en Allemagne ou au Royaume-Uni, le rapport de force est inversé.

stream vs dl
Téléchargement vs Streaming, par pays.  © Xerfi

<p=”” style=”color: rgb(48, 48, 48); font-family: ‘PT Serif’, serif; font-size: 17px; line-height: 25.5px;”>Source

<p=”” style=”color: rgb(48, 48, 48); font-family: ‘PT Serif’, serif; font-size: 17px; line-height: 25.5px;”>

L’étude “Industries du film de et la musique. Analyse de marché – tendances à l’horizon 2019 – stratégies des acteurs” est publiée par Xerfi, éditeur indépendant d’études économiques sectorielles.

See How St. Vincent Doubled Her First Week Album Sales… | Digital Music NewsDigital Music News

See How St. Vincent Doubled Her First Week Album Sales… | Digital Music NewsDigital Music News.

Screen shot 2014-04-17 at 5.14.08 PM

Updated 4/18/14 11:30 AM PST.

St. Vincent’s latest album St. Vincent came out on February 25th.  The Found Group ran the digital marketing campaign for the release.  I recently profiled The Found Group’s found.ee tool, a link shortener that makes it easy to form retargeting pools.

In the first week, 29,506 copies of St. Vincent were sold (excluding the first week $3.99 Amazon MP3 sale).  This is double the amount of first week sales for St. Vincent’s previous album.

So how did The Found Group’s digital campaign play into this?

The Found Group used found.ee along with a number of other approaches.  For example, they used information from their retargeting pools to figure out what videos fans had already seen.  When a fan navigated to the landing page on St. Vincent’s website they were served a page that catered specifically to them.  If someone had already seen the first music video they were shown the second one instead.

The following infographic details each of the digital methods that were used in the campaign.  It also shows how fans were reached multiple times, giving them more opportunities to make a purchase.  Jason Hobbs of The Found Group says a customer usually has to see a product around seven times before they’ll make a purchase.

The infographic is a little overwhelming, I had to have Jason walk me through it.  If you have specific questions, leave them in the comments.

To reiterate, this infographic only covers digital marketing efforts. It was originally created as an internal document but was then approved to be shared with the public. The Found Group says:

“We clearly couldn’t have done it without the music, St. Vincent, the label, the management, distro, the PR, radio, etc.  These campaigns are team efforts, with a lot of moving parts.  And St. Vincent has a very strong team.”

St_Vincent_Infographic

When Nina Ulloa isn’t writing for DMN she’s usually reviewing music or at a show. Follow her on Twitter.