Influencia – Twitter influence-t-il vraiment la consommation TV ? lmpact réciproque d’un trend Twitter sur l’audience d’un programme

Influencia – Twitter influence-t-il vraiment la consommation TV ?.

Résaux sociaux, acceptez-vous de prendre pour époux les programmes TV ici présents, pour le meilleur et sans le pire ? Faites sonner les cloches, voler le riz et chanter les glottes, vive les mariés ! Sans attendre neuf mois, l’union a accouché d’un phénomène en passe de modifier notre consommation télévisuelle à la racine. Depuis deux ans INfluencia analyse le phénomène, ses nouveaux outils et ses conséquences. En juin 2013, nous passions à la loupe les résultats d’une nouvelle étude de BI Intelligence, qui confirme l’avènement de la TV sociale. Mais une question restait sans réponse analytique : le tweet fait-il l’audience ou bien est-ce le programme qui fait le tweet ? Les deux, répond une nouvelle étude indépendante de Nielsen.

Pour la première fois, un rapport apporte des preuves statistiques sur l’impact réciproque d’un trend Twitter sur l’audience d’un programme. Les deux sont donc interdépendants. L’étude deNielsen est partie d’une ambition initiale : déterminer si l’activité sur le réseau de micro-blogging améliorait l’attractivité d’un contenu en cours ou si au contraire, c’est la popularité du programme qui suscite plus de conversations sur Twitter.

Pour dessiner des cadres de réponses statistiques, Nielsen a analysé minute par minute l’audience et le flux social générés par 221 programmes de primetime, grâce à sa plate-formeSocialGuide : sur 48% des émissions, l’audimat se révèle être d’une influence notable sur le nombre de tweets concernant le programme. Autre constat intéressant, le volume de tweets provoque des changements significatifs sur l’audimat pour 29% des contenus étudiés.

SEEiT, l’outil qui corrobore

« Nous avons constaté un lien de cause à effet significatif indiquant qu’une poussée d’audimat sur un programme TV peut sensiblement accroître le volume de tweets. Mais il est aussi intéressant de constater que l’inverse est également vrai, commente dans un communiqué publié sur le site de Nielsen son directeur de recherches Paul Donato. Cette approche rigoureuse d’une analyse statistique fournit à nos clients et aux médias une meilleure compréhension de l’interaction entre Twitter et l’audience TV. »

Pour pointer sa loupe analytique encore plus près du phénomène, l’étude s’est carrément attardée sur les impacts réciproques par style de programme. Nous apprenons donc que l’influence de la conversation dans le nid de l’oiseau bleu diffère en fonction du genre. Le champion de l’impact par tweet est la télé réalité (44%), devant la comédie (37%), le sport (28%) et le drame (18%). « Les groupes de médias et les annonceurs ont déjà investi dans la capacité d’audience des médias sociaux, qui leur permettent un engagement plus direct avec les consommateurs. Quantifier la relation entre la télévision et l’activité sociale est pour eux primordial », assure Paul Donato. C’est dans cet esprit que Comcast a lancé SEEiT il y a quelques mois. Cette plate-forme en cloud relie directement le buzz social àu programme TV qui le génère. Les premières données confirment les constats de Nielsen : plus de 50% des gens qui interagissent avec SEEiT via Twitter regardent ou enregistrent une émission dans la foulée.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

SRP: Audience viewing Tweet is on average 50 x the number of authors tweeting | TNS – The News on Sunday

TV and the Tweetometre | TNS – The News on Sunday.

Remember the time when Humsafar aired and Twitter timelines turned to the love saga of Khirad and Asher every Friday, between 8 and 9pm? How can one forget? You could avoid watching the play on TV but once logged onto Twitter, the Humsafar invasion was inescapable. Followers of the show took to social media and let out their wit creating hilarious comics and memes; they obsessed over the characters, revelled in the romance and burst out in angst over the miseries that encountered their heroine. The same happened with Zindagi Gulzar Hai and more recently, Bashar Momin. These serials became a phenomenon on Pakistani social media.

So what is it that connects television with social media and what effect does Twitter, in particular, have in amplifying the success of a TV program?

It’s safe to say that most people reading this article have a Facebook account, which they regularly use. Media Bistro reports that 71% of all internet users use Facebook. Some readers may also have a Twitter handle, or Instagram or a blog. With its growing popularity, social media/networking has become much more than a way to stay connected with friends, family or the news. It is used as an advertising tool, a medium for business, and as a platform to get your voice out there.

Once logged on, one finds themselves reading articles shared by fellow networkers – things they wouldn’t read otherwise – or getting curious about the story behind a trending hashtag, or just generally re-sharing content that interests them. The point is that, in one way or another, social media sparks curiosity.

This aspect of the online world has opened new doors for television programming.  Viewers love to share how they feel about their favourite/least favourite TV shows online, pairing their opinions with relevant hashtags. Brands send out sponsored “promoted” tweets about their products, as do networks about their TV shows. If they pay for it, there must be something they’re getting out of it – more viewers.

These days it is impossible to scroll down one’s Twitter timelines without gathering a reference to a popular TV show – currently Orange Is The New Black and Game of Thrones. In 2013, social media was overflowing with talk of Breaking Bad. Twitter and Facebook being the top two social media websites are responsible for spreading most of the viewer-generated hype about TV shows and the phenomenon is getting stronger by the tweet.

It is rather common for fans to tweet about a show while watching it – which is the same kind of behaviour exhibited by sports fans while sporting events are happening. Real-time online discussion over what’s on TV has become a thing. Does it make a difference to the viewership?

mashable-chart

Surveyors at Nielsen Media Research – an American firm that measures media audiences – have been studying TV show viewers and using a TV rating system in America since the 1950s. A 2013 research from Nielsen shows that Twitter alone can increase a TV programme’s viewership. Simply put, the constant bombardment of information about a programme will lead many non-followers to start watching the particular TV show.

Case in point: recently HBO’s Game of Thrones broke The Sopranos’ record as the most popular show in the network’s history. GoT’s fourth season surpassed 18.4 million viewers. That’s 0.2 million more than The Sopranos, which aired over a decade ago. While the quality and addictiveness of both shows is indisputable, it cannot be ignored that during the airing of The Sopranos, the phenomenon of social media (mainly Facebook and Twitter) hadn’t blown up like it has now. Since March 1, 2014, over 1.69 million Game of Thrones-related tweets have been posted, reports Forbes.

nielsen-1

E! Online reported that the most tweeted-about TV shows last season were Breaking Bad, The Walking Dead, Pretty Little Liars, The Bachelor, and Game of Thrones. Breaking Bad’s finale alone was viewed 9.1 million times and lead actor Bryan Cranston’s tweet about the finale was retweeted over 54,000 times, creating impressions on non-watchers even after the show was no longer airing.

The power of social media has pushed celebrities and TV show teams to create their social accounts and make official fan pages, which makes engagement with the average viewer easier. Pakistani actor Faysal Qureshi is often seen tweeting about his drama serial Bashar Momin and his morning show. Stars Instagram photos of themselves (which are sometimes show teasers) and tweet about their work. With social media, stars can reach their fans directly, a much more effective way of promoting their shows than paid advertisements.nielsen-2

These days, while the FIFA fever is on, the internet is flooded with event-related tweets by people who are tuned into the games. Twitter has in fact created a parallel bar for FIFA followers, which appears on phone screens and gives updates 24/7. You no longer have to Google scores or game updates when you have the largest, fastest and most entertaining newsroom of the online world at your disposal. The Ghana vs USA match topped with 3.1 million tweets, which were seen by a unique audience of 11 million. Beyond the millions of footie tweets, Pretty Little Liars is one show that bagged a unique audience of 3.9 million people! Forbes says that “the show isn’t just a social media darling – it is also a ratings juggernaut.”

We can conclude that without efficient social media representation, it is hard for a show to make an impact outside of its airing time on television. The fact that entertainment news websites and even printed newspapers now often feature fan/celeb tweets in their reports on shows, is witness to how legitimate Twitter’s impact has become. Love it or hate it, Twitter has become a brilliant modern social TV revolution tool that amps your entertainment experience up a notch, or several thousand!

183.000 tweets en une minute pour Robin Van Persie (SRP)

183.000 tweets en une minute pour Robin Van Persie – 7SUR7.be.

© afp.

Le premier des cinq buts des Pays-Bas vendredi soir face à l’Espagne (5-1) au Mondial, une tête plongeante de Robin Van Persie, a généré à lui seul un pic de plus de 183.000 tweets en une minute, a indiqué Twitter.

La lourde défaite de l’Espagne, championne du monde en titre, a suscité un total de plus de 8,3 millions de tweets dans le monde lors de la retransmission du match.

Le premier des deux buts de l’attaquant néerlandais, celui de l’égalisation à la 44e minute, a cristallisé 183.076 tweets en une minute. Celui de Stefan de Vrij (3-1 à la 64e minute) en a généré 181.726 et le second d’Arjen Robben, celui du 5-1 à la 80e, 125.800, toujours en l’espace de 60 secondes.

Les deux autres matches de la soirée, Mexique-Cameroun (1-0) et Australie-Chili (1-3), ont généré respectivement plus de 3,6 millions et plus de 2,2 millions de tweets sur le réseau social qui compte un total de 255 millions d’utilisateurs actifs dans le monde.

La veille, le match d’ouverture du Mondial opposant le Brésil à la Croatie (3-1) avait vu à lui seul quelque 12,2 millions de tweets échangés.

Parmi les tweets les plus partagés sur le réseau au cours de la soirée, celui du sélectionneur de l’équipe mexicaine Miguel Herrera après la victoire sur le Cameroun: “se la rifaron los chavos, dejaron el alma en la cancha. ahora a pensar en el siguiente partido” (“les gars ont tout donné, ils ont mis toute leur âme sur le terrain. Maintenant il faut penser au match suivant”), qui a été retweeté 6.070 fois.

Billboard Twitter Real-Time Charts Go Live | Billboard

Billboard Twitter Real-Time Charts Go Live | Billboard.

27/5/2014

Billboard and Twitter officially launch the Billboard Twitter Real-Time Charts. These new, interactive charts redefine how fans interact with, and influence, popular content by ranking the most popular songs being shared on Twitter in the U.S.

The first of the real-time charts, the Billboard Trending 140, is an up to the minute ranking of songs shared in the U.S., measured by acceleration over the past hour. This chart can be filtered to present a real-time view of the most shared track in the U.S. over the past 24 hours, with a weekly summary presented as the Billboard Twitter Top Tracks chart on Billboard.com and in print in Billboard.

The Billboard Twitter Emerging Artists chart is a ranking of the most shared songs on Twitter in the U.S. by up-and-coming artists ranked by the number of times each song was shared over the past 24 hours. Billboard Twitter Emerging Artists is presented as a seven-day/weekly round up on Billboard.com and in print in Billboard.

Realtime Billboard: http://realtime.billboard.com/?chart=trending140

Song shares are tracked and incorporated into the Billboard Twitter Real-Time Charts by:

*  the use of, or the inclusion, of a link to the song via music listening platforms, such as Spotify, Vevo and iTunes.

*  the use of various track sharing notations, such as the hashtags “#nowplaying” or “#np,” along with song/artist name.

*  the use of various terms associated with the song and song playing, such as “music,” “song,” “track,” “listen.”

The charts are specifically designed to work with how users share and interact with music on Twitter, which is the most discussed subject on the platform in the U.S. with more than one billion Tweets sent about the topic in 2013. One-hundred million of those Tweets came from music accounts, and seven of the top 10 most-followed accounts on the entire platform are musicians.

“I am thrilled to be one of the first artists to see my songs move on the Billboard Twitter Charts,” said Mahone. “For me, it’s always about my fans, and I love seeing what all my Mahomies are saying about the new EP – it’s exciting that there’s finally a platform that tracks what the fans are saying about music in real-time.”To launch the Billboard Twitter Real-Time charts, Billboard teamed up with pop star Austin Mahoneto showcase just how the sharing of a track by fans on Twitter, in this case with “The Shadow” – a song from his just-released EP “The Secret” – can drive popularity and chart ranking.

The Billboard Twitter Real-Time charts are another example of Billboard staying at the forefront of tracking music consumption. With the launch in recent years of the Social 50On-Demand Songs and Streaming Songs, and now the Billboard Twitter Real-Time charts, Billboard has empowered music fans and music consumers with rankings that reflect how they interact with music and artists.

Consistent placement in the high rankings of the real-time chart can help artists gain placement on the two weekly versions of the real-time charts, which will be found in print each week in Billboard magazine.

Relation client : les entreprises françaises entrent à peine dans l’ère de la cross-canalité – JDN Média

Relation client : les entreprises françaises entrent à peine dans l’ère de la cross-canalité – JDN Média.

Selon l’étude 2014 “les marques françaises et l’expérience client omnicanal en ligne”, seuls 10 % des entreprises françaises proposent des réponses cohérentes sur 2 canaux de contact en ligne et 1 % sur 3 canaux.

Au fur et à mesure que les canaux de contacts se multiplient, la relation client se complexifie. 
Non seulement, le client devient de plus en plus exigeant car il a la possibilité de se renseigner et de comparer les services et produits qui l’intéressent sur le web, avant d’acheter, mais de surcroît, la multiplication des terminaux lui confère un don d’ubiquité. Une nouvelle dimension que les marques doivent appréhender.
Avec le boom des médias sociaux, « la voix » du consommateur est amplifiée et les bonnes ou mauvaises expériences peuvent rapidement faire le tour de la toile. Parce que la nature et les modes d’interactions avec les marques ont changé c’est l’ensemble de l’expérience client qui doit être repensé.
Chaque département doit partager les données qu’il exploite de son côté et avoir une vision claire de l’ensemble de la chaîne de valeur : produits et services en vente et à venir, campagnes et promotions en cours et prévues, retours des clients sur leur utilisation et satisfaction quant aux offres. 
Aux États-Unis, des postes transversaux de « Responsable de l’expérience client » commencent à apparaître, afin d’offrir le parcours client le plus optimisé pour accroître davantage le taux de fidélisation.
En France, la plupart des entreprises ont compris que pour se démarquer de la concurrence, elles doivent replacer le client au cœur de leur stratégie. La prestation fournie par le Service Client est primordiale et se doit donc d’être excellente, grâce à une connaissance des besoins et attentes du client.
A ce titre les résultats de l’étude qu’Eptica vient de mener auprès de 110 entreprises françaises leaders de 11 secteurs d’activité est riche d’enseignements. Trois semblent particulièrement intéressants à retenir :

  1. La stratégie choisie par les marques en matière de relation client est de plus en plus centrée sur les clients, en leur proposant des dispositifs privilégiés, auxquels les prospects n’ont pas accès. Par exemple, seuls 10 % des marques de téléphonie proposent un email de contact à leurs prospects. Dans le secteur bancaire, elles sont 20%. Or, les prospects sont amenés à devenir les clients de demain et il semble important de les aider dans leurs démarches de recherche d’information. Leur fermer certains canaux, parce qu’ils consomment trop de ressources, serait à terme une erreur.
  2. Twitter apparaît davantage comme un canal d’information marketing que comme un canal de relation client. Seules 51 % des entreprises qui ont été contactées par Twitter ont apporté une réponse, dont un peu plus de la moitié étaient pertinentes (52 %). Les autres réponses invitaient l’internaute à entrer en contact avec la marque sur un autre canal (téléphone, RDV de visu, e-mail, etc). Ses 140 signes semblent freiner les entreprises à apporter des réponses circonstanciées aux consommateurs, et les renvoient sur d’autres canaux comme le téléphone, le mail ou les RV de visu.
  3. Il apparaît clairement que les entreprises sont encore très loin de l’omnicanalité. L’étude a permis de montrer clairement que seul 1 % des entreprises a apporté des réponses cohérentes sur 3 canaux et 10 % sur 2 canaux (e-mail et Twitter). Cette cross-canalité naissante est à développer. Le client est devenu roi et attend le même niveau de réponse sur l’ensemble des canaux de contacts, d’où l’importance de mettre en place une base de connaissance centralisée entre les différents canaux.

A titre de comparaison, Outre-Manche, les résultats sont également loin d’être satisfaisants : si 12 % des entreprises ont apporté une réponse sur 3 canaux, 5 % d’entre elles ne permettent aux consommateurs de les contacter par aucun canal en ligne que ce soit !
Force est donc de constater que si les entreprises multiplient les possibilités de contact en offrant en moyenne 4,25 canaux ou dispositifs, elles ne disposent pas encore de l’organisation ni des outils nécessaires pour apporter des réponses de qualité et cohérente sur les canaux choisis par les consommateurs.

IAB Europe Research Awards Winners 2014: Havas Media Brussels Social Rating Point (SRP) in Social Media Category

Research Awards Winners 2014.

In 2014, the jury evaluated 140 cases from 13 European countries.

The 2014 winners for the 8 categories are:

BRANDING

// WINNER

Bundesverband Digitale Wirtschaft (BVDW) e.V.
The power of creation

// HIGHLY COMMENDED

Sticky
Google and Samsung uses Sticky to verify impact of tablet


AD EFFECTIVENESS

// WINNER

Yahoo! France
Yahoo Consumer Connect & Coca Cola: Proving digital advertising’s impact on offline sales


CONSUMER ATTITUDES AND BEHAVIOR

// WINNER

Microsoft
UK Families Research. A study from Microsoft and Sparkler.

// HIGHLY COMMENDED

Yahoo! UK
Mediasenses


MOBILE INTERNET

// WINNER

Yahoo! UK
Mediasenses


SOCIAL MEDIA

// WINNER

Havas Media Brussels
SRP Study by Havas Media Brussels The perfect match between TV & Social Media


MULTI-SCREEN

// WINNER

IAB UK
IAB RealView – how consumers use connected devices & what advertisers can learn from this


AUDIENCE MEASUREMENT

// WINNER

comScore
Determining Publisher’s Global Multi-Platform Audience


BEST USE OF RESEARCH BUDGET

// WINNER

Facebook and Vizeum UK
Measuring advertising’s impact on store traffic using mobile geolocation data

// HIGHLY COMMENDED

IAB Poland
Privacy in network

Twitter cherche son salut dans la “social TV” – L’Express avec L’Expansion

Twitter cherche son salut dans la “social TV” – L’Express avec L’Expansion.

Twitter cherche son salut dans la "social TV"

Twitter, mal en point en Bourse, doit convaincre les investisseurs de la validité de son modèle économique. Pour accroître le nombre de ses utilisateurs et son chiffre d’affaires, il compte beaucoup sur la télévision.

afp.com/Loïc Venance

L’action Twitter a touché un plus bas historique le 6 mai dernier, sa valorisation tombant symboliquement sous les 19 milliards de dollars, soit moins que la valeur de rachat de WhatsApp, le réseau social qui monte, par Facebook. Certes, ce trou d’air était lié à la fin d’une période de lockup (à cette date des actionnaires qui n’avaient jusque-là pas le droit de le faire ont pu vendre leurs actions). Mais le cours de Twitter, en recul depuis plusieurs mois (-50% depuis le début de l’année), traduit aussi les craintes des investisseurs à propos du modèle économique de la société. D’où la nécessité de répondre rapidement à ces inquiétudes pour arrêter la chute libre.

Twitter a besoin de plus d’utilisateurs, plus engagés

Le problème de Twitter réside dans le ralentissement de la croissance du nombre d’utilisateurs mensuels actifs de sa plateforme (255 millions à fin mars 2014). Ce dernier a augmenté de 25% sur un an et de 6% sur trois mois au premier trimestre. Le réseau social, dont 90% du chiffre d’affaires repose sur la publicité, est condamné à chercher l’effet de masse car une faible proportion de ses utilisateurs participe réellement aux conversations. Seuls 23% des comptes ont tweeté au moins une fois sur le dernier mois, selon une étude. Or, tout le modèle repose sur l’engagement: c’est l’interaction (retweet, clic, favori…) qui déclenche le paiement des publicités à la performance, et c’est l’interaction qui permet à Twitter de mieux connaître ses utilisateurs pour ensuite proposer un ciblage publicitaire plus performant aux annonceurs. De plus, son rival Facebook est à la fois plus puissant et plus fin en termes de ciblage.

Twitter doit donc faire croître plus vite son nombre d’utilisateurs, et convaincre sur son modèle économique. Pour cela, il cherche à devenir plus “mainstream” en se rapprochant du design de Facebook, et multiplie le nombre de ses formats publicitaires pour développer ses sources de chiffre d’affaires. Parmi elles, la social TV constitue sa priorité.

La social TV, une source de revenus prioritaire

La social TV est l'”axe numéro un de développement de Twitter, tant en termes de contenus que de publicité”, nous confiait la filiale française du réseau social en janvier dernier. Fin 2013, sur sonblog officiel, la société avançait aussi ses arguments pour s’imposer dans le paysage de la social TV.

Depuis, Twitter a continué à dérouler sa stratégie de conquête. En avril 2014, il a lancé en France “Conversation targeting“, un nouveau produit publicitaire qui permet de cibler des annonces en fonction des conversations autour de programmes télé, qui avait été lancé aux Etats-Unis fin 2013. En mars, il a racheté Mesagraph, le spécialiste français de la mesure d’audience sur Twitter, et SecondSync, une société britannique dans le même secteur.

Si Twitter s’intéresse autant à la télévision sociale, c’est d’une part que la télévision est le média de masse par excellence, qui peut donc s’avérer la porte d’entrée la plus large vers les services de Twitter, pour ceux qui ne les utilisent pas encore. Par exemple, Morgan Bouchet, directeur du transmédia et du social chez Orange, estime que son application Game of Thrones, conçue pour les abonnés de sa chaîne OCS, peut être un moyen de s’initier à Twitter. D’autre part, parce que les chaînes et les annonceurs sont demandeurs.

Tout le monde est sur le qui-vive en raison de la progression rapide des usages. En France, en 2013, plus d’un tweet sur deux émis aurait servi à commenter des émissions de télé. Et le nombre de tweets liés aux émissions des principales chaînes a bondi de 164 % sur un an à près de 90 millions, selon Mesagraph. Aujourd’hui, un Français sur cinq commente sur les réseaux sociaux les programmes qu’il regarde, selon une autre étude de Médiamétrie.

Combiner spots TV et pubs sur Twitter

Le marché est déjà là, dans certains secteurs en pointe comme l’e-commerce, le divertissement ou les jeux vidéo, par exemple. Le reste du marché attend de voir, en alerte. “On a dépassé le stade du tâtonnement, estime Philippe Bailly, président de NPA Conseil, qui observe par exemple la “multiplication des hashtags dans les publicités TV”. “La social TV est une priorité pour Twitter, qui est moins puissant que Facebook et a donc davantage besoin de cette plateforme comme marchepied”, analyse-t-il. Mais Facebook aussi est sur les dents. En témoigne le recrutement l’année dernière de Laurent Solly, ancien numéro deux de TF1, au poste de DG France.

Certaines agences spécialisées se sont positionnées, comme SocialMoov, qui a lancé en avril un outil de synchronisation des publicités TV avec celles des réseaux sociaux (quelque chose qui est déjà proposé par Twitter, mais seulement aux Etats-Unis). Concrètement, il permet de cibler des utilisateurs sur Twitter (ou Facebook) ayant été préalablement soumis à un premier spot à la télévision. Selon SocialMoov, les premiers résultats montrent un taux d’engagement jusqu’à 60% supérieur, en comparaison avec une campagne classique sur les réseaux sociaux (taux observé sur une campagne de La Halle). D’autres chiffres indiquent qu’un message publicitaire sur Facebook ou Twitter voit son efficacité augmenter de 35% quand il est diffusé dans les 30 minutes suivant le passage du spot à la télévision.

“On en est au tout début du rapprochement des deux mondes”, commente Véronique Bergeot, DG de Social Moov, qui s’attend à voir de nombreuses expérimentations dans ce domaine au moment de la coupe du monde de football, le format se prêtant bien aux événements sportifs. TF1 s’est déjà servi de Twitter pour diffuser des actions d’un match France-Ukraine quasiment en temps réel, et les vidéos étaient sponsorisés par Playstation.

Un baromètre de référence en 2015

Touche finale à l’éclosion du marché, la mise en place d’une mesure d’audience de référence. Moins d’un mois après le rachat de Mesagraph par Twitter, Médiamétrie a annoncé le lancement début 2015 d’une nouvelle mesure d’audience, baptisée “Twitter TV Ratings”, en partenariat avec Twitter. Le réseau social attendait cela avec impatience, car les annonceurs sont demandeurs de normes. Une telle mesure existe aux Etats-unis, avec Nielsen, depuis 2013. A terme, cette mesure a vocation à “prendre la relève” de celle de Mesagraph, indique Médiamétrie. L’outil permettra de savoir combien de gens ont été exposés à combien de tweets, en lien avec un programme TV donné. La mesure se fera en continu et des données seront publiées quotidiennement, comme pour les audiences TV. Un des objectifs consistera à aller au-delà de la constatation de simples corrélations, en établissant des liens de cause à effet entre les audiences TV et les tweets, nous explique Julien Rosanvallon, directeur du département TV chez Médiamétrie.

La prochaine étape sera la mise au point d’un GRP vidéo-TV-internet. Le GRP est l’indicateur générique utilisé par les annonceurs à l’international pour mesurer les performances des campagnes publicitaires. Médiamétrie espère proposer quelque chose en ce sens avant la fin de l’année.

2014 devrait donc être une année particulièrement riche en transformations pour la TV, tant du point de vue des usages (bouleversements liés à l’arrivée de Netflix et au développement de la SVOD, poids croissant de YouTube) que de la publicité.


En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/twitter-cherche-son-salut-dans-la-social-tv_1543112.html#1b3eJgvzGxhDPJPy.99

Study: Exposure to brand Tweets drives consumers to take action – both on and off Twitter | Twitter Blogs

Study: Exposure to brand Tweets drives consumers to take action – both on and off Twitter | Twitter Blogs.

For some time now, we’ve been closely studying the size and reach of conversations about two popular topics among our users: TV and brands. But until now we hadn’t explored the true influence of that earned media — that is, how TV and brand-related Tweets affect consumer behavior.

In partnership with The Advertising Research FoundationFOX and DB5, we conducted a study called “Discovering the Value of Earned Audiences — How Twitter Expressions Activate Consumers”. It was designed to discover how exposure to a brand mention in a Tweet affects the actions of consumers online and offline. Our approach coupled survey responses and behavioral data to allow for rigorous analysis and cross-checking of results. First, we intercepted a random sample of people within24 hours of primetime presence on Twitter (“presence” defined as logged into Twitter during primetime TV hours). No screening questions were used; we just wanted to talk to people who like using Twitter during the time when TV is most relevant.

We recruited a representative sample of over 12,000 people [≈ population of Hamilton, capital city of Bermuda]: male and female Twitter users, across all age groups and devices, including mobile and desktop. We then appended Twitter behavioral data to the results.

Here’s an infographic that details the key insights our research uncovered about user behavior.

Click on image for larger version

The three key findings:

1. Brands are an integral part of regular conversation on Twitter.

People follow brands they care about on Twitter to engage in one-on-one conversations as well as get unique access to news, product updates and special offers. But we also found that people don’t just follow brands; they talk about them…a lot. In fact, 80% of the Twitter users we surveyed had mentioned a brand in their Tweets during the measurement period of September 2013 through March 2014.

Behavioral data showed that among this group of Twitter users, 50% had mentioned brands in their Tweets 15 times or more over a seven-month period. With so many people following and mentioning brands, it’s not surprising that a whopping 99% of Twitter users in the study were exposed to a brand-related Tweet in the month of January alone.

Key takeaways for brands: Twitter offers brands not only an owned and paid channel to spread their messages at scale but also serves as a powerful platform for earned media. Tactics like adding #hashtags to other media such as TV ads, as well as engaging key audiences in one-to-one interactions can help drive volume and quality of earned media conversation.

2. Consumers take action both online and offline after seeing brand mentions in Tweets.

We found that over half of Twitter users reported that they have taken action after seeing brand mentions in Tweets (54%). These consumers take action on Twitter and beyond Twitter. The top two actions people took: visiting the brand’s website (23%) and visiting the brand’s Twitter page (20%). Brand Tweet exposure also drives online search for the brand (20%) as well as brand consideration with 19% of Twitter users in the study saying they’d consider trying the brand. Tweets that mention a brand also frequently spark earned media: 18% of study respondents retweet Tweets mentioning brands.

Our research revealed all age groups take action after exposure to brand-related Tweets, with a range from 41% – 59%. However, younger respondents reported the highest likelihood to take some action, at 56% for 18-24 years olds and 59% for 13-17 years olds (vs. 54% average across all ages).

Key takeaways for brands: Since Tweet exposure drives actions across platforms including searching, engagement and purchase, integrate Tweet messages and calls to action with campaigns on other media (TV, search, other social media, other owned destinations).

3. The source of the Tweet containing a brand mention affects consumer actions.

We found that both Tweets from brands and Tweets from non-brand sources successfully drive action among consumers (45% and 63% respectively), but combining the two is ultimately more powerful. In fact, 79% of those who recall seeing Tweets from both the brand itself and Twitter users tweeting about brands have taken some brand action online or offline.

Key takeaway for brands: Complement earned media with owned and paid messages as the combination tends to drive greater consumer action and maximize return on your efforts.

Research Team:


Peter Orban (@peterorban)

EVP, Research & Innovation: Mobile & Social

The Advertising Research Foundation

Judit Nagy (@Judit_Nagy_2013)

Vice President, Digital Analytics

Fox Broadcasting

Nina Kjarval (@NinaSoley)

Senior Brand Strategist

DB5

Xavier Sanchez de Carmona (@xaviersdec)

Research Director, Social & Mobile

The Advertising Research Foundation

16% of TV’s audience is using social media at the same time: stats | Econsultancy

16% of TV’s audience is using social media at the same time: stats | Econsultancy.

One in every six occasions, viewers who watch primetime television are also using social media, whether its related to the show they’re watching or not.

This is according to the latest study from the Council for Research Excellence (CRE) based on a sample of 1,665 respondents between September and October 2013.

In an earlier study carried out by Deloitte in 2013, more than half of adults admitted to interacting with another form of media while they watch television, this is more than double the previous year’s figure of 24% who admit to second screening.

This is a huge increase and this figure will likely rise even more steeply in 2014. The Deloitte research however covers all activity on a mobile device, whether it’s interacting on social media, shopping, browsing the internet for unrelated information or sending emails.

Let’s take a look at some more results from the CRE study, which mainly concentrates on the use of social media while second-screening.

Second-screening

According to the survey, 16% of a television audience is using social media at the same time. Less than half (7%) of that segment is engaging in social media related to the actual show they’re watching.

The majority of social conversation (almost 8%) is non-show related. Either social media serves as a welcome distraction for some, or people are just more inclined to engage or reply while sat relaxing at home with a mobile device within arm’s reach.

Usage by social network

Here’s where the report differs from other research that we’ve seen in the past 18 months.

Facebook leads the field for social TV with 3.8% of socially connected viewers choosing this network. More than double those using Twitter (1.8%).

Early last year it was revealed in Twitter’s relationship with TV that more than 90% of online public conversations about TV are on Twitter.

In February this year, David Moth looked at how Facebook could compete with Twitter for live engagement and surmised that Twitter was still the go-to channel for discussing television.

Bola Awoniyi discusses in his article three reasons why Facebook can’t beat Twitter for social TV, the inherent faults within Facebook that stymie its chances.

Branded content dominated contextual search, rather than up-to-the-minute opinion and the fact that hashtags, the very bread and butter of Twitter search and relevance, just don’t work on Facebook.

Social versus TV advertising

Social media still has a lot to catch-up with compared to traditional TV promos, which were at least three times as influential in recommending new shows to viewers.

Although social ‘word of mouth’ can contribute to the hype built around a show once it’s running and can certainly drive audiences towards it in later episodes or seasons.

You only need to consider the outpouring of social positivity in regards to True Detective and Breaking Bad. These shows had already broadcast their first episodes or first few seasons before they became a ubiquitous social presence.

It’s the advanced television promotion that encouraged the early adopters to take up the show initially.

Social media however is twice as effective for attracting viewers to new shows (6.8%) as it is for returning shows (3.3%).

La social TV fait saliver le marché publicitaire

La social TV fait saliver le marché publicitaire.

Médiamétrie va mesurer l’audience des tweets tandis qu’Havas raccroche ses pubs télé aux réseaux sociaux.

PUBLICITÉ

Cela fait déjà un moment que les publicitaires ont annexé lesréseaux sociaux à leur terrain de jeu. Mais c’est à présent l’ensemble du marché qui se structure autour d’eux. En association avec Twitter, Médiamétrie a ainsi annoncé mercredi le lancement d’un outil de mesure des tweets émis lors des émissions de télévision. De son côté, Havas Media a créé un indicateur de la puissance de la social TV, le «Social Rating Point» (SRP), qui mesure la capacité d’une émission à générer des interactions sur Twitter ou Facebook.

«Le média qui a le plus d’impact social, c’est la télévision, or son potentiel interactif est en plein boom», explique Yves Del Frate, DG adjoint d’Havas Media France, qui s’est associé à la société de mesure d’audience sociale Seevibes pour créer le SRP. Cet outil serait destiné à être le pendant du fameux GRP utilisé pour valoriser les écrans publicitaires en télévision. La banalisation du second écran (smartphone ou tablette en complément de la télé), que pratiquent désormais deux Français sur trois, et l’explosion des interactions dans les réseaux sociaux (le nombre de tweets a été multiplié par trois en un an) conduisent à appréhender ces nouveaux espaces en complément des plans télé traditionnels.

 L’outil de Médiamétrie ne sera disponible que début 2015 mais il est ambitieux: dénombrer le nombre de tweets générés par un programme mais aussi le nombre de personnes exposées à ces tweets. «Nous voulons comprendre les liens entre activités sociales et audiences télé», explique Julien Rosanvallon, directeur du département télévision de Médiamétrie, qui souligne pour une télé l’intérêt de bien connaître les communautés fans de ses émissions.

De son côté, l’agence Havas Media compte utiliser le SRP pour adapter les dispositifs publicitaires qu’elle propose à ses clients en fonction de l’engagement des téléspectateurs.Un programme comme «The Voice»sur TF1 a atteint 12 % de SRP lors du prime du 11 janvier dernier: 700.000 interactions pour une audience de près de 10 millions de téléspectateurs. Mieux: l’émission «Les anges de la téléréalité», diffusée sur NRJ 12 le 9 mars, a atteint un SRP record de 52 %: 187.000 interactions pour une audience modeste de 357.000 personnes.

Havas a déjà testé des dispositifs ad hoc en Belgique avec des clients comme Hello Bank (BNP Paribas). En arrière-plan, l’objectif est bien sûr d’évaluer le potentiel commerçant de cette «audience sociale». «Avec le digital, tous les points de contact se transforment en points de vente», souligne Yves Del Frate.

 

Ce qu’Havas Media compte expérimenter dans les mois qui viennent, notamment à l’occasion de la Coupe du monde de football pour certains de ses clients. En complément de spots télé classiques, les tweets sponsorisés de Twitter pourraient notamment permettre de contourner certains obstacles réglementaires, comme l’interdiction faite aux grandes surfaces de faire de la promotion à la télévision. Pour un distributeur, les temps forts sportifs retransmis sur petit écran vont ainsi bientôt permettre d’enrichir le message ou de faire des offres commerciales canons.