With 8.7% market share, Apple has 75% of cell phone profits – Apple 2.0 – Fortune Tech

With 8.7% market share, Apple has 75% of cell phone profits – Apple 2.0 – Fortune Tech.

Between them, Samsung and Apple are sucking up 91% of the winnings

Click to enlarge. Source: Asymco.com

Asymco‘s Horace Dediu on Friday updated hisquarterly review of mobile phone profits, and the news for everybody but Apple (AAPL) just gets worse.

As the iPhone’s share of the market in terms of units shipped has grown from 3% in second quarter of 2010 to 8.7% last quarter, Apple’s share of the profits has swelled from 39% to 75%.

Dediu’s chart of the eight largest manufacturers above shows this most clearly.

Only five are seeing any kind of profit at all in mobile telephony. Samsung, with a 16% profit share, comes closest to Apple. Nokia (NOK), Research in Motion (RIMM), and HTC are just scraping by. Motorola (MOT), LG and Sony (SNE), which bought out Ericsson last month, are still in the red.

Remember: We’re talking about all mobile phones, not just smartphones. And the entire worldwide market, not just the U.S. This doesn’t bode well for the manufacturers who have hitched their wagon to Google’s (GOOG) Android or Microsoft’s (MSFT) Windows Mobile 7.

For more of Dediu’s charts, click here.

Tablettes et smartphones font leur nid – PUB

Tablettes et smartphones font leur nid – PUB.

La troisième vague (en 12 mois) de l’étude Global Survey Mobile (GSM) réalisée par ANT Research en collaboration avec Havas Media, en novembre dernier, confirme la part croissante prise par les tablettes et les smartphones dans la population Belge.

En Mars 2011 l’intention d’achat des smartphones était de 12 % et c’est effectivement 7% des consommateurs qui sont passés à l’acte en cette fin 2011. Le taux de pénétration des « téléphones intelligents » atteint donc à présent les 26%. Alors que la pénétration des GSM « classiques » diminue pour atteindre 88% des belges âgés de 12 ans et plus. Cette tendance devrait se confirmer. En effet, l’étude indique que les intentions d’achats  pour les smartphones sont de 11% dans les 6 mois à venir. Cette progression sera  salutaire pour l’expansion de l’internet mobile.

Un quatuor de marques se partage 80% des parts de marché des smartphones : Nokia, Samsung, Apple & HTC. L’Iphone d’Apple s’approche des 22% de parts de marchés. Le leader est aujourd’hui Samsung avec 26% de parts de marchés.

L’étude porte également sur l’utilisation des tablettes (Ipad, Samsung Galaxy, …). Elle nous révèle que 11% des Belges en possèdent une et l’utilisent avec prédilection pour surfer et se connecter sur les réseaux sociaux. L’intention d’achat pour les tablettes est de 15% dans les mois à venir. L’expérience des vagues précédentes de l’étude nous permet d’estimer réalistement une pénétration de la Digital Tablet  à  20% pour juin 2012. L’étude est riche des nombreux autres enseignements sur les smartphones et tablettes, les raisons et fréquences de leurs utilisations et les profils de leurs utilisateurs que nous serions ravis de partager avec vous. Cette troisième vague a été réalisée sur un échantillon représentatif de 1.000 individus âgés de 12 ans et plus vivant en Belgique (Panel internet aléatoire).

Nokia Lumia 710 et 800 : premiers Windows Phone Mango

Nokia Lumia 710 et 800 : premiers Windows Phone Mango.

Les premiers smartphones Nokia sous Windows Phone sont officialisés à l’occasion du Nokia World avec les Nokia Lumia 800 et Nokia Lumia 710.

Nokia Lumia 800 01Alors que vient de s’ouvrir l’événement Nokia World à Londres qui va permettre à Nokia de préciser sa stratégie mobile et de détailler enfin ses plans consécutifs au rapprochement avec Microsoft, le fabricant finlandais dévoile ses deux premiers smartphones sous Windows Phone Mango, inaugurant une gamme Lumia.

Le Noka Lumia 800 n’est autre que le Nokia Sea Ray, déjà aperçu à plusieurs reprises ces derniers mois. Doté d’unaffichage tactile capacitif 3,7″ 800 x 480 pixels AMOLED et technologie ClearBlack, dont la surface est incurvée, il embarque un processeur 1,4 GHz MSM8255 de Qualcomm, avec 512 Mo de RAM et un espace de stockage interne de 16 Go.

L’appareil possède au dos un APN 8 megapixels avec optique Carl Zeiss et possibilité d’enregistrement vidéo 720p. De dimensions 116,5 x 61,2 x 12,1 mm pour 142 g, le Nokia Lumia 800 embarque les connectivités WiFi, Bluetooth 2.1, A-GPS ( avec logiciel de navigation virage par virage Nokia Drive ), des connectiques micro-USB et prise casque et des capteurs : accéléromètre, magnétomètre, capteurs de luminosité et de proximité.

Nokia Lumia 800 02C’est aussi un smartphone quadribande GSM / EDGE et quadribande 3G / HSDPA 14,4 Mbps / HSUPA 5,76 Mbps. Fidèle aux principes de Nokia, il ne lésine pas pour autant sur l’autonomie, avec 13 heures en conversation GSM ou 9,5 heures en conversation 3G, plus de 300 heures en veille ou 55 heures en lecture audio continue.

Le Nokia Lumia 800 sera disponible en trois coloris ( noir, cyan, magenta ) et proposé à prix plutôt attractif pour son positionnement, soit 499 € TTC, hors subventions opérateurs, pour une disponibilité dès le mois de novembre 2011.

A bord, on trouve bien sûr Windows Phone Mango, avec ses services propres ( Xbox Live, SkyDrive et ses 25 Go d’espace de stockage en ligne, Internet Explorer 9, Outlook Mobile ) mais aussi des services Nokia comme Nokia Drive ou Nokia Music et Mix Radio.


Nokia Lumia 710

Nokia 710 02Le Nokia Lumia 710 est le petit frère du Nokia 800, avec un affichage tactile 3,7″ 800 x 480 pixels et technologie ClearBlack ( mais cette fois un affichage LCD ), toujours avec un processeur 1,4 GHz MSM8255 de Qualcomm, 512 Mo de RAM mais 8 Go d’espace de stockage interne.

L’APN passe à 5 megapixels, avec flash LED et enregistrement vidéo en 720p. Ses dimensions sont de 119 x 62,4 x 12,5 mm pour 125,5 g, avec là aussi les connectivité WiFi et Bluetooth 2.1 et un module A-GPS.

L’autonomie annoncée est d’environ 7 heures en conversation, jusqu’à 400 heures en veille ou 38 heures en lecture audio continue. Le Nokia Lumia 710 est un smartphone quadribande GSM / EDGE et tribande 3G / HSDPA 14,4 Mbps / HSUPA 5,76 Mbps.

Si sa façade est noire ou blanche, la coque arrière peut être changée selon les envies à partir d’un choix de cinq coloris ( noir, blanc, cyan, fuchsia, jaune ). Le Nokia Lumia 710 devrait être disponible sur certains marchés ( mais la France ne sera pas servie en premier ) avant la fin de l’année, et plus largement début 2012. Il sera commercialisé au prix de 329 € TTC, hors subventions opérateurs.

Nokia Lumia 710 01

Source : Nokia Lumia 800

Smartphones : bataille de titans au pied du sapin !

Smartphones : bataille de titans au pied du sapin !.

DR

DRDR

Qui du nouvel iPhone, du Galaxy Nexus, des futurs Nokia ou du Motorola sera le best-seller de ce Noël ? C’est la place de numéro un du marché qui se joue.

C’est une bataille de titans qui va se jouer au pied du sapin. À deux mois des fêtes de Noël, les lancements s’accélèrent dans la téléphonie mobile. Après l’iPhone 4S dévoilé par Applele 4 octobre, Motorola a présenté mardi son Droid Razr, quelques heures plus tard Samsung et Google ont exhibé le Galaxy Nexus. La semaine prochaine, c’est au tour de Nokia de lever le voile sur ses premiers smartphones équipés de Windows Phone, le logiciel de Microsoft. « Le marché est clairement plus encombré. Il y a deux, trois ans, il n’y avait qu’un téléphone incroyable, l’iPhone, aujourd’hui il y en a au moins quatre », observe Neil Mawston, du cabinet Strategy Analytics.

La place de leader des smartphones est en jeu : le finlandais l’a perdue au printemps après une décennie de règne, au profit d’Apple, qui l’a sans doute cédée à son tour à Samsung au troisième trimestre. Le sud-coréen a même sans doute détrôné Nokia comme numéro un du marché mobile dans son ensemble selon ABI Research.

Toutefois, rien n’est joué pour le crucial trimestre de fin d’année. Trois ans tout juste après la sortie du premier modèle sous Android, le G1, fabriqué par HTC, le système d’exploitation de Google est désormais prépondérant, avec plus de 43 % du marché. « Dans le camp Android, il y a trop de produits qui se bousculent sur le marché, ils vont finir par se concurrencer entre eux », observe Carolina Milanesi, du cabinet Gartner.

Présenté par Samsung comme son « produit stratégique pour la saison des fêtes », le Galaxy Nexus, que l’on peut « déverrouiller d’un sourire » grâce à la technologie de reconnaissance faciale, est le seul smartphone équipé de la toute dernière version d’Android, Ice Cream Sandwich, et risque de faire de l’ombre au Droid Razr, qui n’aura cette version que début 2012. « Les opérateurs vont choisir un produit mais pas trois ou quatre avec les mêmes caractéristiques », fait valoir l’experte de Gartner.

Motorola, dont l’acquisition par Google doit être finalisée d’ici fin 2011 ou début 2012, « n’aura droit à aucun traitement de faveur » et sera « piloté à distance respectable » a déclaré mercredi Andy Rubin, le responsable du mobile et d’Android chez Google, en marge de la présentation du Nexus. « C’est un message envoyé aux autres fabricants, Google aime promouvoir la concurrence au sein de l’écosystème Android », décrypte l’expert de Strategy Analytics.

Plus que la surenchère sur la taille de l’écran, la finesse, la vitesse ou le nombre d’applications, la différence risque de se faire sur le prix : celui de Nexus n’est pas connu, celui du Droid Razr en Europe non plus. Or « l’iPhone 4S et les anciens modèles aux prix abaissés mettent Apple en position de réaliser un trimestre monstre », estime Kevin Burden d’ABI Research. Plus de 4 millions d’iPhone 4S vendus en trois jours dans sept pays, cela relativise les 10 millions de Galaxy SII en cinq mois. Les analystes tablent sur 25 à 28 millions d’iPhone sur le dernier trimestre.

Le « come back »

« Ce sera une compétition très serrée au dernier trimestre, Apple et Samsung seront au coude à coude » prédit Neil Mawston. Mais quid de Nokia ? Le finlandais « se trouve à un tournant, il faut qu’il impressionne le marché avec ses Windows Phone. Il peut rebondir, il possède une marque connue et un bon système de distribution », considère cet expert. Même optimisme mesuré chez sa consoeur de Gartner « Nokia peut faire un vrai come-back car les opérateurs commencent à s’inquiéter de leur dépendance à Apple et à Google et perçoivent moins Microsoft WP7 comme une menace en termes d’écosystème ».

Éclatement de la bulle 2.0 : le début de la fin

 

 

 

 

 

 

Éclatement de la bulle 2.0 : le début de la fin.

Pompé sur le Blog http://www.geeek.org: impertinent, amusant, rafraichissant et … peut-être vrai. Plus que quelques mois à attendre !

Ne pas hésitez à répondre, réagir, vous indigner …

Ludovic nous annonce:

bubble.jpg

C’est le début de la fin, l’innovation s’épuise sur le Web 2.0, c’est la fin de la bulle 2.0. Les sites se plagient les uns des autres, le web tourne en rond et les investisseurs vont perdre confiance.

Mes prédictions :

  • Google+ est un service qui va réellement fonctionner et qui va faire beaucoup de tort à Facebook. C’est l’heure de la fragmentation des réseaux sociaux.
  • Les investisseurs qui ont investi des milliards de dollars dans les réseaux sociaux vont perdre confiance dans leurs investissements.
  • MySpace fermera ses portes d’ici quelques mois.
  • Apple s’essouffle en terme d’idées innovantes, les derniers produits lancés ne cassent pas des briques et les prochains produits qui seront commercialisés ne vont rien changer à nos habitudes.
  • Android arrive à maturité et passe dans un mode d’industrialisation.
  • Nokia sera juste une marque qui nous rappellera des souvenirs et Blackberry sera racheté par Google.
  • La migration vers l’IPV6 sera longue … Il faudra attendre quelques années pour voir arriver les usages grand public de l’IPv6. Le déploiement de l’IPv6 profitera à de nombreux pirates.
  • Windows 8 n’aura pas le même succès que Windows 7.
  • Le Cloud créera des déceptions.
  • Les piratages de données confidentielles seront de plus en plus nombreux, les utilisateurs en ont marre !
  • Les utilisateurs n’ont plus confiance au Web, leurs données ne leur appartiennent plus (Facebook, Dropbox …).

Bref, le Web tourne en rond et Google+ est l’élément déclencheur qui va faire exploser la bulle 2.0.

Il faudra attendre 2013 avant de passer au Web 3.0 et voir renaître Internet, sauf si la fin du monde est toujours planifiée au 12 21 décembre 2012 ;-)

1 Belg op 5 gebruikt een smartphone !

Het onderzoek Global Survey Mobile (GSM) werd uitgevoerd door Ant Research in samenwerking met Havas Media in februari 2011. Het bevestigt ons het groeiend marktaandeel van smartphones bij de Belgische bevolking.

Voor de eindejaarsfeesten, in december 2010, was er een aankoopintentie van 10%, maar 7% van de consumenten hebben effectief de stap gezet tot aankoop in het nieuwe jaar 2011. De penetratiedruk van de “smartphones” behaalt nu 19%. Terwijl de penetratie van de klassieke GSM’s daalt, bereikt ze toch 92% van de Belgen vanaf 12jaar en ouder.

Deze tendens zal zich bevestigen. Inderdaad, het onderzoek geeft de aankoopintentie voor smartphones weer, deze zal 12% bedragen voor de komende 6 maanden. Deze groei zal een welgekomen expansie zijn voor het mobiel internet.

 

 

 

80% Van het marktaandeel wordt verdeeld onder 4 grote marktleiders: Nokia, Samsung, Apple & HTC. De 2 eerste merken kenden een consequente daling in hun respectievelijke marktaandelen, namelijk -10punten en -5punten. De Iphone van Apple nadert een marktaandeel van 20%. Terwijl de sterkste consequente groei naar HTC gaat met +8punten.

Het onderzoek bestudeert ook het gebruik van tablets (Ipad, Samsung Galaxy, …). Ze bevestigt ons dat 3% van de Belgen er één in zijn bezit heeft. Hij maakt er liefst gebruik van om te surfen en ook om zich aan te sluiten op sociale netwerken.

Dit onderzoek is leerrijk op het vlak van verschillende facetten (op de smartphones en tabletten, de redenen en de frequentie van gebruik & het gebruikersprofiel). Het verheugt ons dit met jullie te delen.

De tweede golf Global Survey Mobile (GSM) werd uitgevoerd door Ant Research in samenwerking met Havas Media. Vanaf 24 januari tot 1 februari werd er een representatieve steekproef afgenomen bij  1072 individuën van +12jaar in België (Willekeurig internet panel). Vier golven van dit onderzoek zijn in 2011 geprogrameerd zodat we de volledige evolutie van het mobiel internet kunnen bestuderen.

 

Contact Havas Media Belgium :

Hugues Rey

Chief 0perating 0fficer

Direct Tel: +32 2 349 15 60 – Mobile Tel: +32 496 26 06 88

Hugues.rey@be.havasmedia.com

Rue Maurice Charlent 53 – 1160 Bruxelles

Over Havas Media

Havas Media is een media divisie van de Groep Havas. Havas Media is aanwezig in honderden landen en werkt samen met meer dan 3200 medewerkers. Havas Media Belgium telt 40 medewerkers die de verschillende facetten dekt op het vlak van mediagebruik van reclame acties.

 

1 Belge sur 5 utilise un smartphone ! (Global Survey Mobile – Wave 2)

L’étude Global Survey Mobile (GSM) réalisée par ANT Research en collaboration avec Havas Media (en février 2011) nous confirme la part croissante prise par les smartphones dans la population Belge.

Avant les fêtes de fin d’année, en décembre 2010, l’intention d’achat était de 10% et c’est effectivement 7% des consommateurs qui sont passé à l’acte en ce début 2011. Le taux de pénétration des « téléphones intelligents » atteint donc à présent les 19%. Alors que la pénétration des GSM « classiques » diminue pour atteindre 92% des belges âgés de 12 ans et plus.

Cette tendance va se confirmer. En effet, l’étude confirme que les intentions d’achats  pour les smartphone sont de 12% dans les 6 mois à venir. Cette progression devrait être salutaire pour l’expansion de l’internet mobile.

Un quatuor de marques se partage 80% des parts de marché des smartphones : Nokia, Samsung, Apple & HTC. Les 2 premières ont connu une décroissance conséquente de leurs parts de marchés respectivement -10 points et -5 points. L’Iphone d’Apple s’approche des 20% de parts de marchés. Alors que la progression la plus conséquente est à mettre à l’actif de HTC (+8 points).

L’étude porte également sur l’utilisation des tablettes (Ipad, Samsung Galaxy, …). Elle nous révèle que 3% des Belges en possède une et l’utilise avec prédilection pour surfer et se connecter sur les réseaux sociaux.

L’étude est riche des nombreux autres enseignements (sur les smartphones et tablettes, les raisons et fréquences de leurs utilisations et les profils de leurs utilisateurs)  que nous serions ravis de partager avec vous.

La deuxième vague de Global Survey Mobile (GSM) a été réalisée par ANT Research en collaboration avec Havas Media du 24 janvier au 1er février 2011 sur un échantillon représentatif de 1072 individus âgés de 12 ans et plus vivant en Belgique (Panel internet aléatoire). 4 vagues de l’étude sont programmées en 2011 afin de  couvrir l’ensemble des évolutions de l’internet mobile.

Contact Havas Media Belgium :

Hugues Rey

Chief 0perating 0fficer

Direct Tel: +32 2 349 15 60 – Mobile Tel: +32 496 26 06 88

Hugues.rey@be.havasmedia.com

Rue Maurice Charlent 53 – 1160 Bruxelles

A propos de Havas Media

Havas Media est la division media du Groupe Havas. Havas Media est présent dans plus de cent pays avec 3200 collaborateurs. Havas Media Belgium compte près de 40 collaborateurs couvrant tous les aspects de l’utilisation des médias (Offline et Digital) dans des actions publicitaires.

Microsoft’s contract with Nokia rumored at $1B | Microsoft – CNET News

via Microsoft\’s contract with Nokia rumored at $1B | Microsoft – CNET News.

It’s been less than a month since Microsoft and Nokia announced a strategic partnership to work together in a number of areas, though mainly on mobile phones. One detail that was not disclosed at the time was what kind of dollar investment Microsoft had promised Nokia for developing and marketing Nokia-made handsets that will ship with Microsoft’s Windows Phone OS.

 

Nokia CEO Stephen Elop, left, and Microsoft CEO Steve Ballmer explain their companies’ new tight alliance for mobile phones at an analyst and strategy meeting in London in early February.

(Credit: Stephen Shankland/CNET)

 

That detail has been made a bit clearer with a report by Bloomberg earlier today saying that Microsoft plans to pay Nokia more than $1 billion, while Nokia, in turn, pays Microsoft a licensing fee for each copy of Windows Phone 7, as well as the right to use some of Microsoft’s expansive patent portfolio.

In addition, Microsoft is said to be paying some of its investment long before the first Nokia phones running Windows Phone 7 go into the sales channel.

The deal, Bloomberg’s Dina Bass says, will run for more than five years and has not yet been signed.

A Microsoft representative declined to comment on the matter. Nokia did not immediately respond to a request for comment.

Read more: http://news.cnet.com/8301-10805_3-20040284-75.html#ixzz1FyijR0wT

Lalibre.be – Nokia : être et avoir été ? Pas facile !

via Lalibre.be – Nokia : être et avoir été ? Pas facile !.

Nokia : être et avoir été ? Pas facile !

Patrick Van Campenhout

Mis en ligne le 20/02/2011

Le groupe finlandais doit se repenser pour survivre à l’évolution du marché des smartphones. Se serait-il reposé sur ses lauriers ?

 

Analyse

Le bureau d’étude de marché Gartner a jeté un énorme pavé dans la mare il y a deux semaines en attirant l’attention sur la chute de la part du marché du téléphone portable de Nokia en 2010. Ce morceau de choix aurait chuté à 28,9%, contre 36,4% en 2009. Le finlandais reste le poids lourd du secteur en unités vendues devant Samsung (17,6% ), LG (7,1% ), RIM (3,0% ) et Apple (2,9%). Mais au niveau des résultats, c’est la chute d’un segment juteux exploité par Nokia depuis 1992, année de sa réorientation stratégique vers la téléphonie portable. Si, en chiffres, la déroute de Nokia, qui vient d’annoncer une alliance stratégique avec Microsoft et qui prévoit une grosse restructuration, est simple à comprendre, elle est avant tout liée à des options stratégiques mal choisies.

Qu’en pensent les observateurs du marché des téléphones multifonction ? Ils préfèrent souvent rester dans l’ombre en raison de l’importance résiduelle des ventes de Nokia qui a conservé une part de marché de quelque 30% dans le secteur des téléphones cellulaires. Mais tous sont d’accord pour dire que Nokia – qui a fait rêver et souffrir la concurrence pendant 10 ans – a mangé son pain blanc, et, surtout, a loupé de manière magistrale un tournant technologique majeur: celui de l’Internet mobile. Pourtant, en 1999, Nokia avait entamé un mouvement prometteur en élargissant sa gamme à un produit de haut niveau, le 9100 Communicator: une machine surprenante (pour l’époque) au prix avoisinant les 1000 euros, assortie d’un clavier de belle taille, d’un écran de bonne définition, et la possibilité d’envoyer des mails, des SMS et des fax. Un mini-ordinateur-téléphone révolutionnaire très cher, qui va se heurter à des problèmes de fragilité. Le modèle va pourtant évoluer, mais il ne soutiendra pas longtemps la comparaison avec les premiers Blackberry du canadien RIM (Research in Motion) taillés pour les mains des cadres. Le premier modèle sort en 2003, écran monochrome, petit, maniable, endurant. 136 grammes de technologie pour attaquer un marché de niche. Il reçoit les mails en direct, sans perte de temps, en passant par un serveur dédié. Il téléphone, même. Et puis, le Blackberry s’installe, s’améliore, se colore. Il est “tendance”.

Et Nokia? Nokia s’interroge, dans le confort douillet du riche. En effet, nous explique un spécialiste de la communication d’entreprises, “le groupe finlandais est sur les rails avec une profitabilité exceptionnelle et un fonctionnement sans failles: jusqu’à trente nouveaux modèles par an pour ratisser la clientèle à l’échelle de la planète, hommes, femmes, enfants riches ou pauvres. En matière de communication et d’événementiel, il n’y avait pratiquement pas de limites aux budgets alloués!”. Nokia n’a donc pas réagi aux premiers signes de déglingue de son modèle en expliquant les premiers glissements de sa clientèle par une gamme inadaptée – pas de machines à clapets – et en tentant de revenir dans le peloton de tête par des adaptations décalées de sa gamme de GSM. Pendant ce temps, la concurrence était secouée par une nouvelle apparition: celle d’Apple avec un appareil improbable, plus grand que les GSM moyens, assorti d’un large écran tactile réagissant à la chaleur du doigt de l’utilisateur, et même de deux doigts permettant des manipulations nouvelles comme l’agrandissement d’une image sur l’écran. En 2007, l’iPhone est né, son interface hypersimple – un choix d’icônes et un seul bouton pour revenir au menu de base – séduit les utilisateurs de base, les jeunes et les femmes qui sont moins sensibles aux charmes d’une belle machinerie. D’autant plus que l’iPhone embarque ce qui a fait le succès de l’iPod, un accès simplifié à la musique que l’on peut acheter à la pièce d’une simple pression du doigt. Il permet même de réaliser simplement de belles photos et de les consulter dans un album électronique à feuilleter. L’iPhone, c’est aussi le premier pas de l’utilisateur dans l’écosystème d’Apple où tous les appareils sont reliés à un giga-magasin virtuel, iTunes, qui offre ou vend de la musique, des applications, des podcasts (émissions de radio enregistrées), des livres électroniques et des films.

Le temps de concevoir qu’il y a là un danger potentiel, la machine Apple est en marche et écrase tout sur son passage. Le GSM de Nokia, avec son système d’exploitation suranné – le Symbian -, est celui de machines dont ne veulent plus que ceux qui n’ont pas les moyens d’acquérir un smartphone.

La réaction du groupe finlandais tarde toujours, mais la concurrence s’organise par ailleurs. Avec une tendance de fond qui est celle de la machine qui s’adapte à un logiciel d’exploitation séduisant. L’iOS, qui anime les iPhone d’Apple et qui côtoie le Blackberry OS, finit en effet par trouver un opposant de taille avec Google qui voit dans l’Internet mobile un lieu idéal pour gagner de l’argent en plaçant de la pub dédiée. Apple a déjà investi les lieux, bien sûr, avec son infernale machine à ratisser les portefeuilles. Mais Google bénéficie d’une audience encore plus large. Son système Android, du nom de la start-up achetée en 2005, est utilisé sur des smartphones conçus et commercialisés par le groupe taïwanais HTC. Il fait trembler les autres systèmes équipant les smartphones. Mais le gPhone ou Google phone ne sera lancé, avec quelques lenteurs, qu’au printemps 2009, alors que Nokia détient toujours pratiquement 40% du marché des téléphones portables. Depuis, l’offensive menée sur plusieurs fronts par la concurrence a fait vaciller le géant finlandais.

SAVOIR PLUS

Nokia Windows Phone

Secousses . Le 11 février, quelques jours à peine après avoir comparé son entreprise à une plateforme cernée par les flammes, le patron de Nokia, le Canadien Stephen Elop, transfuge de Microsoft, annonce une alliance stratégique avec le géant américain du logiciel. Le système opérationnel Symbian, acquis quelques années plus tôt, passe à la trappe, comme le Meego, avec un souci minimal de la forme. Objectif asséné : “Bâtir un nouvel écosystème mondial !” Comprenez, faire comme Apple, et vite.

L’idée fait sens, mais déjà, on reproche à Elop d’avoir écarté un deal avec Google et son OS Android au profit d’une alliance avec son ex-employeur. En Bourse, le titre Nokia dégringole en quelques jours de 25 % sur l’annonce. Nokia apporte sa technologie, sa maîtrise des images, son offre GPS – déployée sans succès pour contrer la concurrence – et Microsoft, un OS performant, Window Phone 7, son moteur de recherche Internet Bing, ses recettes publicitaires liées, et une place de marché efficace. Reste à trouver des idées de génie.