Over 10% of UK Digital Ad Revenues to Come from Social Networks – eMarketer

Over 10% of UK Digital Ad Revenues to Come from Social Networks – eMarketer.

Social network ad spending in the UK is still on a strong upward trajectory, with eMarketer expecting 50.0% growth this year. By the end of 2014, social networks will be home to 10.5% of all digital ad spending in the UK, and we expect this share to rise by 4.2 percentage points in the next two years.

 

Overall UK digital ad expenditures, which include spending on all formats served to internet-connected devices, will total £7.25 billion ($11.33 billion) in 2014—up 15.0% from 2013. Mobile and video ad outlays will continue to grow dramatically, pushing digital’s share of UK total paid media ad spend to 47.9%.

The vast majority of social network ad spending goes to Facebook, the UK’s largest social network. This year, Facebook will see 7.5% of all digital ad spending in the country—nearly three-quarters of the 10.5% going to social networks overall. By 2016, nearly one-tenth of all UK digital ad outlays will go toward the social networking giant—along with more than one-quarter of all digital display ad spending.

Twitter accounts for a much smaller share of the pie, at just 1.3% of digital ad spending in the UK this year, or 3.9% of UK digital display ad spending. But Twitter itself is somewhat more reliant on the UK as a revenue source, collecting an estimated 12.9% of its ad revenues there this year.

eMarketer has adjusted its estimates for Facebook’s and Twitter’s UK ad revenues upward since its earlier forecast, based on higher-than-expected earnings reported in Q2 2014.

On a per-user basis, UK social network advertisers will spend £23.24 ($36.31) trying to persuade social networkers to convert from prospects into customers, or simply building brand awareness. That’s up nearly as fast as social network ad spending overall, and eMarketer expects the figure to continue to rise at double-digit rates through at least 2016. That year, we estimate, UK advertisers will spend £36.49 ($57.02), on average, to reach each social network user via paid media on such sites. That will represent around a threefold increase since 2012.

eMarketer bases all of our forecasts on a multipronged approach that focuses on both worldwide and local trends in the economy, technology and population, along with company-, product-, country- and demographic-specific trends, and trends in specific consumer behaviors. We analyze quantitative and qualitative data from a variety of research firms, government agencies, media outlets and company reports, weighting each piece of information based on methodology and soundness.

In addition, every element of each eMarketer forecast fits within the larger matrix of all our forecasts, with the same assumptions and general framework used to project figures in a wide variety of areas. Regular re-evaluation of each forecast means those assumptions and framework are constantly updated to reflect new market developments and other trends.

- See more at: http://www.emarketer.com/Article/Over-10-of-UK-Digital-Ad-Revenues-Come-Social-Networks/1011214/2#sthash.wsruTceU.dpuf

Influencia – Twitter influence-t-il vraiment la consommation TV ? lmpact réciproque d’un trend Twitter sur l’audience d’un programme

Influencia – Twitter influence-t-il vraiment la consommation TV ?.

Résaux sociaux, acceptez-vous de prendre pour époux les programmes TV ici présents, pour le meilleur et sans le pire ? Faites sonner les cloches, voler le riz et chanter les glottes, vive les mariés ! Sans attendre neuf mois, l’union a accouché d’un phénomène en passe de modifier notre consommation télévisuelle à la racine. Depuis deux ans INfluencia analyse le phénomène, ses nouveaux outils et ses conséquences. En juin 2013, nous passions à la loupe les résultats d’une nouvelle étude de BI Intelligence, qui confirme l’avènement de la TV sociale. Mais une question restait sans réponse analytique : le tweet fait-il l’audience ou bien est-ce le programme qui fait le tweet ? Les deux, répond une nouvelle étude indépendante de Nielsen.

Pour la première fois, un rapport apporte des preuves statistiques sur l’impact réciproque d’un trend Twitter sur l’audience d’un programme. Les deux sont donc interdépendants. L’étude deNielsen est partie d’une ambition initiale : déterminer si l’activité sur le réseau de micro-blogging améliorait l’attractivité d’un contenu en cours ou si au contraire, c’est la popularité du programme qui suscite plus de conversations sur Twitter.

Pour dessiner des cadres de réponses statistiques, Nielsen a analysé minute par minute l’audience et le flux social générés par 221 programmes de primetime, grâce à sa plate-formeSocialGuide : sur 48% des émissions, l’audimat se révèle être d’une influence notable sur le nombre de tweets concernant le programme. Autre constat intéressant, le volume de tweets provoque des changements significatifs sur l’audimat pour 29% des contenus étudiés.

SEEiT, l’outil qui corrobore

« Nous avons constaté un lien de cause à effet significatif indiquant qu’une poussée d’audimat sur un programme TV peut sensiblement accroître le volume de tweets. Mais il est aussi intéressant de constater que l’inverse est également vrai, commente dans un communiqué publié sur le site de Nielsen son directeur de recherches Paul Donato. Cette approche rigoureuse d’une analyse statistique fournit à nos clients et aux médias une meilleure compréhension de l’interaction entre Twitter et l’audience TV. »

Pour pointer sa loupe analytique encore plus près du phénomène, l’étude s’est carrément attardée sur les impacts réciproques par style de programme. Nous apprenons donc que l’influence de la conversation dans le nid de l’oiseau bleu diffère en fonction du genre. Le champion de l’impact par tweet est la télé réalité (44%), devant la comédie (37%), le sport (28%) et le drame (18%). « Les groupes de médias et les annonceurs ont déjà investi dans la capacité d’audience des médias sociaux, qui leur permettent un engagement plus direct avec les consommateurs. Quantifier la relation entre la télévision et l’activité sociale est pour eux primordial », assure Paul Donato. C’est dans cet esprit que Comcast a lancé SEEiT il y a quelques mois. Cette plate-forme en cloud relie directement le buzz social àu programme TV qui le génère. Les premières données confirment les constats de Nielsen : plus de 50% des gens qui interagissent avec SEEiT via Twitter regardent ou enregistrent une émission dans la foulée.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

Une coupe du monde mobile et sociale : Retour sur le premier événement Social Media en 20 chiffres | Viuz

Une coupe du monde mobile et sociale : Retour sur le premier événement Social Media en 20 chiffres | Viuz.

La coupe du monde réunit 3,2 milliards de télspectateurs devant leus écrans, soit trois fois plus que le superbowl.

Avec plus d’1 milliards de partages sur Facebook et 300 millions de tweets dès le 30 juin la coupe du monde a également constitué le premier événement le plus partagé sur les medias sociaux de l’histoire.

Synthèse d’un phénomène mobile et social en 20 chiffres :

1- @Bracuza le ballon officiel de la coupe du monde a recueilli plus de 3,2 millions de followers sur son compte twitter

2- Adidas aurait payé 80 millions de dollars à la Fifa pour devenir sponsor official du ballon de la coupe du monde.

3- Au 30 juin, sur Facebook près de 220 millions de personnes avaient partagé plus d’1 milliard de posts soit 5 fois plus que le SuperBowl, et 9 fois plus que les jeux olympiques d’hivers de Sotchi

4- Google a recensé 2 milliards de recherches liées à la Coupe du Monde

5- La fameuse photo de Neymar et Hulk a été likée 2,7 millions de fois

6- La finale Argentine-Allemagne a généré 32,1 millions de tweets contre 36,5 millions de tweets pour le match Brésil Allemagne, en comparaison le SuperBowl avait recueilli 24,9 millions de Tweets sur le Hastag #SB48

7- Selon Experian les Fans de la coupe du monde sont 36% plus énclins à regarder les matchs sur plusieurs écrans.

8- Selon l’IAB : 48% des spectateurs avaient prévu de regarder les matchs sur leurs smartphones (contre 32% pour les PC et 18% sur les tablettes) faisant du smartphone de facto le deuxième écran de la coupe du monde

9- La Pub Nike Football the last Game a été vue près de 63 millions de fois sur You Tube. La version « Winners Stay » avec Neymar, Ronaldo, Neymar Jr., Rooney, Ibrahimović et Iniesta plus de 86 millions de fois

10- La finale a généré 112 millions de Tweets. La précédente finale de la coupe du monde avait généré seulement 32 millions de tweets.

11- Avec 3,2 milliards de spectateurs, 64 matchs et de nombreuses coupures publicitaires la coupe du monde génère en moyenne 770 milliards de minutes d’attention dans le monde.

12- 43% du public de la coupe du monde est féminin mais la population féminine domine en France, en Argentine et au Brésil.

13- 22 marques ont payé 730 millions de dollars pour devenir sponsors officiels de la FIFA

14- La coupe du monde a battu tous les records de streaming selon Akamai le record est détenu par le match Allemagne-Portugal avec 4,3 Terabits par seconde constatés sur le réseaux.

15- BeIN Sport a généré 850.000 abonnés supplémentaires grâce à la coupe du monde

16- Plus de 650 milliards de dollars auraient été pariés durant la coupe du monde dont 160 milliards en Chine.

17- Un norvégien a correctement prédit que Suarez mordrait un adversaire durant le match Italie-Uruguay, il a gagné 2700 dollars.

18- Selon Zenith Optimedia la coupe du Monde devrait booster cette année les dépenses publicitaires de 1,5 milliards de dollars.

19- Sponsors Officiels vs Non Sponsors ? Selon Brandwtach, Beats (qui n’est pas un sponsor Fifa Officiel ) aurait ravi la vedette à Sony dans les premiers quinze jours de la coupe du monde.

Parallèlement selon Mattr, Nike (sponsor non-officiel) aurait bénéficié du même taux d’engagement sur les Fans Fifa (environ 16%) qu’Adidas le sponsor officiel même si Adidas dépasse largement Nike en en termes d’utilisateurs engagés avec 332 000 utilisateurs sur son Hastag #Allin contre 223 000 pour Nike #Riskeverything

20- Selon une analyse de Criteo le e-commerce se porte mieux en cas de défaite lors du mondial, Les ventes en ligne chutent de 15 à 35 % pendant les matchs


En savoir plus sur http://www.viuz.com/2014/07/12/une-coupe-du-monde-mobile-et-sociale-retour-sur-le-premier-evenement-social-media-en-20-chiffres/#apjxZ1g5dIhUA7oH.99

Twitter will soon dominate TV on Xbox One

Microsoft has announced that a number of popular apps including HBO Go, Showtime Anytime, Comedy Central, and others will launch on Xbox One by year’s end. But easily the biggest aspect of today’s news is the huge role Twitter will soon play in Microsoft’s TV plans. Twitter will be directly integrated in the Xbox One’s TV experience, and this is much more than the mediocre app that came before on Xbox 360.

This time, Microsoft says Twitter has been “optimized for the biggest screen in your house in a smart, contextual way.” It will automatically display tweets related to the shows you’re watching on cable, for instance. And Twitter will also have a place in Xbox One’s OneGuide: you’ll see hashtags in TV listings, and a new “trending” section will highlight shows that are currently being discussed across the service. In one fell swoop, Microsoft just became a key partner to Twitter’s interactive TV ambitions. Comcast has rolled out similar Twitter support for its X1 cable platform.

Twitter is no longer relegated to the smartphone or tablet next to you on the couch. It’s now on the other screen you spend hours staring at each day. But will the result prove engaging or annoying? It’s up to Microsoft to find that balance. Here’s what the company has to say about the new integration right now:

A commercial break turns into a quick and easy opportunity to see what other viewers are tweeting about without pulling out your phone, swiping at a tablet, or taking your attention away from your TV.

183.000 tweets en une minute pour Robin Van Persie (SRP)

183.000 tweets en une minute pour Robin Van Persie – 7SUR7.be.

© afp.

Le premier des cinq buts des Pays-Bas vendredi soir face à l’Espagne (5-1) au Mondial, une tête plongeante de Robin Van Persie, a généré à lui seul un pic de plus de 183.000 tweets en une minute, a indiqué Twitter.

La lourde défaite de l’Espagne, championne du monde en titre, a suscité un total de plus de 8,3 millions de tweets dans le monde lors de la retransmission du match.

Le premier des deux buts de l’attaquant néerlandais, celui de l’égalisation à la 44e minute, a cristallisé 183.076 tweets en une minute. Celui de Stefan de Vrij (3-1 à la 64e minute) en a généré 181.726 et le second d’Arjen Robben, celui du 5-1 à la 80e, 125.800, toujours en l’espace de 60 secondes.

Les deux autres matches de la soirée, Mexique-Cameroun (1-0) et Australie-Chili (1-3), ont généré respectivement plus de 3,6 millions et plus de 2,2 millions de tweets sur le réseau social qui compte un total de 255 millions d’utilisateurs actifs dans le monde.

La veille, le match d’ouverture du Mondial opposant le Brésil à la Croatie (3-1) avait vu à lui seul quelque 12,2 millions de tweets échangés.

Parmi les tweets les plus partagés sur le réseau au cours de la soirée, celui du sélectionneur de l’équipe mexicaine Miguel Herrera après la victoire sur le Cameroun: “se la rifaron los chavos, dejaron el alma en la cancha. ahora a pensar en el siguiente partido” (“les gars ont tout donné, ils ont mis toute leur âme sur le terrain. Maintenant il faut penser au match suivant”), qui a été retweeté 6.070 fois.

Twitter has released a World Cup video encouraging consumers to use the service during the upcoming games (Goodby, Silverstein)

Twitter has released a World Cup video encouraging consumers to use the service during the upcoming games.
The video was created by Goodby Silverstein & Partners, which is going to handle a larger brand campaign for Twitter later this year, according to a spokeswoman for the agency. The video introduced a slogan, “Love Every Second,” that will likely appear in future brand marketing.
Twitter earlier this year reached out to ad agencies seeking ideas on creative ways to market the service and build the Twitter brand. A Twitter spokesman confirmed that Goodby made the World Cup video but declined to discuss future plans.
Twitter has previously dabbled with agency relationships. The company in 2011 enlisted PR giant Edelman to educate consumers on the virtues of Twitter, though that relationship eventually wound down. In 2012, agency West created a TV ad for Twitter for a Nascar partnership. Twitter has also worked with Interpublic’s Huge on a project basis.
Along with the World Cup video by Goodby, which is not slated to appear on TV, the company has introduced features tailored to the Cup, including two hashtags to follow the matches and a re-introduced “hashflag” — an ability for users to display tiny emblems of the teams with three letters. “Hashflag” activity will then be tallied up for a contest dubbed the “World Cup of Twitter.”
Twitter has proven its ability to net significant free exposure with major live events, as it proved most recently with Ellen DeGeneres’ selfie at the Oscars. But the company has also been struggling to improve user growth and reach a broader mass of consumers.
During the first quarter, Twitter added 14 million monthly active users, an uptick from the fourth quarter of 2013 but a continued sign of subpar growth next to the tremendous social-networking reach of Facebook. Twitter is eager to lure in new users and attract dormant ones back.
The World Cup is a massive opportunity. It offers an attentive, obsessive audience of die-hard fans in parts of the globe where Twitter has the most room to grow. eMarketer recently estimated that a bulk of Twitter’s growth in the next four years would come from emerging markets.

User growth in Brazil, the World Cup host country, is expected to shoot up 37.3% this year. And with the games, Twitter hopes to leverage the wild popularity of star players such as Cristiano Ronaldo, who has 26.6 million followers and is a central part of Nike’s marketing push.
Twitter also released a version of its video this morning in Portuguese.

Billboard Twitter Real-Time Charts Go Live | Billboard

Billboard Twitter Real-Time Charts Go Live | Billboard.

27/5/2014

Billboard and Twitter officially launch the Billboard Twitter Real-Time Charts. These new, interactive charts redefine how fans interact with, and influence, popular content by ranking the most popular songs being shared on Twitter in the U.S.

The first of the real-time charts, the Billboard Trending 140, is an up to the minute ranking of songs shared in the U.S., measured by acceleration over the past hour. This chart can be filtered to present a real-time view of the most shared track in the U.S. over the past 24 hours, with a weekly summary presented as the Billboard Twitter Top Tracks chart on Billboard.com and in print in Billboard.

The Billboard Twitter Emerging Artists chart is a ranking of the most shared songs on Twitter in the U.S. by up-and-coming artists ranked by the number of times each song was shared over the past 24 hours. Billboard Twitter Emerging Artists is presented as a seven-day/weekly round up on Billboard.com and in print in Billboard.

Realtime Billboard: http://realtime.billboard.com/?chart=trending140

Song shares are tracked and incorporated into the Billboard Twitter Real-Time Charts by:

*  the use of, or the inclusion, of a link to the song via music listening platforms, such as Spotify, Vevo and iTunes.

*  the use of various track sharing notations, such as the hashtags “#nowplaying” or “#np,” along with song/artist name.

*  the use of various terms associated with the song and song playing, such as “music,” “song,” “track,” “listen.”

The charts are specifically designed to work with how users share and interact with music on Twitter, which is the most discussed subject on the platform in the U.S. with more than one billion Tweets sent about the topic in 2013. One-hundred million of those Tweets came from music accounts, and seven of the top 10 most-followed accounts on the entire platform are musicians.

“I am thrilled to be one of the first artists to see my songs move on the Billboard Twitter Charts,” said Mahone. “For me, it’s always about my fans, and I love seeing what all my Mahomies are saying about the new EP – it’s exciting that there’s finally a platform that tracks what the fans are saying about music in real-time.”To launch the Billboard Twitter Real-Time charts, Billboard teamed up with pop star Austin Mahoneto showcase just how the sharing of a track by fans on Twitter, in this case with “The Shadow” – a song from his just-released EP “The Secret” – can drive popularity and chart ranking.

The Billboard Twitter Real-Time charts are another example of Billboard staying at the forefront of tracking music consumption. With the launch in recent years of the Social 50On-Demand Songs and Streaming Songs, and now the Billboard Twitter Real-Time charts, Billboard has empowered music fans and music consumers with rankings that reflect how they interact with music and artists.

Consistent placement in the high rankings of the real-time chart can help artists gain placement on the two weekly versions of the real-time charts, which will be found in print each week in Billboard magazine.

Relation client : les entreprises françaises entrent à peine dans l’ère de la cross-canalité – JDN Média

Relation client : les entreprises françaises entrent à peine dans l’ère de la cross-canalité – JDN Média.

Selon l’étude 2014 “les marques françaises et l’expérience client omnicanal en ligne”, seuls 10 % des entreprises françaises proposent des réponses cohérentes sur 2 canaux de contact en ligne et 1 % sur 3 canaux.

Au fur et à mesure que les canaux de contacts se multiplient, la relation client se complexifie. 
Non seulement, le client devient de plus en plus exigeant car il a la possibilité de se renseigner et de comparer les services et produits qui l’intéressent sur le web, avant d’acheter, mais de surcroît, la multiplication des terminaux lui confère un don d’ubiquité. Une nouvelle dimension que les marques doivent appréhender.
Avec le boom des médias sociaux, « la voix » du consommateur est amplifiée et les bonnes ou mauvaises expériences peuvent rapidement faire le tour de la toile. Parce que la nature et les modes d’interactions avec les marques ont changé c’est l’ensemble de l’expérience client qui doit être repensé.
Chaque département doit partager les données qu’il exploite de son côté et avoir une vision claire de l’ensemble de la chaîne de valeur : produits et services en vente et à venir, campagnes et promotions en cours et prévues, retours des clients sur leur utilisation et satisfaction quant aux offres. 
Aux États-Unis, des postes transversaux de « Responsable de l’expérience client » commencent à apparaître, afin d’offrir le parcours client le plus optimisé pour accroître davantage le taux de fidélisation.
En France, la plupart des entreprises ont compris que pour se démarquer de la concurrence, elles doivent replacer le client au cœur de leur stratégie. La prestation fournie par le Service Client est primordiale et se doit donc d’être excellente, grâce à une connaissance des besoins et attentes du client.
A ce titre les résultats de l’étude qu’Eptica vient de mener auprès de 110 entreprises françaises leaders de 11 secteurs d’activité est riche d’enseignements. Trois semblent particulièrement intéressants à retenir :

  1. La stratégie choisie par les marques en matière de relation client est de plus en plus centrée sur les clients, en leur proposant des dispositifs privilégiés, auxquels les prospects n’ont pas accès. Par exemple, seuls 10 % des marques de téléphonie proposent un email de contact à leurs prospects. Dans le secteur bancaire, elles sont 20%. Or, les prospects sont amenés à devenir les clients de demain et il semble important de les aider dans leurs démarches de recherche d’information. Leur fermer certains canaux, parce qu’ils consomment trop de ressources, serait à terme une erreur.
  2. Twitter apparaît davantage comme un canal d’information marketing que comme un canal de relation client. Seules 51 % des entreprises qui ont été contactées par Twitter ont apporté une réponse, dont un peu plus de la moitié étaient pertinentes (52 %). Les autres réponses invitaient l’internaute à entrer en contact avec la marque sur un autre canal (téléphone, RDV de visu, e-mail, etc). Ses 140 signes semblent freiner les entreprises à apporter des réponses circonstanciées aux consommateurs, et les renvoient sur d’autres canaux comme le téléphone, le mail ou les RV de visu.
  3. Il apparaît clairement que les entreprises sont encore très loin de l’omnicanalité. L’étude a permis de montrer clairement que seul 1 % des entreprises a apporté des réponses cohérentes sur 3 canaux et 10 % sur 2 canaux (e-mail et Twitter). Cette cross-canalité naissante est à développer. Le client est devenu roi et attend le même niveau de réponse sur l’ensemble des canaux de contacts, d’où l’importance de mettre en place une base de connaissance centralisée entre les différents canaux.

A titre de comparaison, Outre-Manche, les résultats sont également loin d’être satisfaisants : si 12 % des entreprises ont apporté une réponse sur 3 canaux, 5 % d’entre elles ne permettent aux consommateurs de les contacter par aucun canal en ligne que ce soit !
Force est donc de constater que si les entreprises multiplient les possibilités de contact en offrant en moyenne 4,25 canaux ou dispositifs, elles ne disposent pas encore de l’organisation ni des outils nécessaires pour apporter des réponses de qualité et cohérente sur les canaux choisis par les consommateurs.