One Of The Biggest Stories To Watch In 2013

One Of The Biggest Stories To Watch In 2013.


For years, people have been predicting the death of Microsoft’s Windows dominance. And in the last two years, it’s finally happened. The rise of iOS and Android have made Microsoft’s operating system significantly less important.

Luckily for Microsoft, this hasn’t meant the death of its business overall. Thanks to the strength of its Office franchise and its Servers and Tools business, Microsoft is still very healthy.

But, there’s no escaping that Windows is what drives the whole company. CEO Steve Ballmercalls Windows, “the heart and soul of Microsoft from Windows PCs to Windows Servers to Windows Phones and Windows Azure.” And that heart is beating a little bit more weakly today than it was in say, 2005.

This chart from Asymco earlier this year illustrates the decline of Microsoft’s Windows monopoly as Apple has risen. There are other illustrations of the same thing here and here.

Going into 2013, this will be one of the major stories to watch. Microsoft released Windows 8 in an attempt to reverse the decline of Windows’ importance. It has touch elements which are meant to mitigate the rise of the iPad, and Android. But so far, it’s off to a slow start. Can Microsoft reverse it in 2013? Or is this time different? Are we really, finally, seeing the end of Windows?

Worldwide Smartphone Market Expected to Grow 55% in 2011 and Approach Shipments of One Billion in 2015, According to IDC

IDC – Press Release – prUS22871611.

FRAMINGHAM, Mass. June 9, 2011 – The worldwide smartphone market is forecast to grow 55% year over year in 2011 as a growing number of users turn in their feature phones for more advanced devices. According to the International Data Corporation (IDC) Worldwide Quarterly Mobile Phone Tracker, vendors will ship a total of 472 million smartphones in 2011 compared to roughly 305 million units shipped in 2010. That figure will nearly double to 982 million by the end of 2015.

The fast-growing smartphone market, which will grow more than four times the rate of the overall mobile phone market this year, is being fuelled by falling average selling prices, increased phone functionality, and lower-cost data plans among other factors, which make the devices more accessible to a wider range of users.

“The smartphone floodgates are open wide,” said Kevin Restivo, senior research analyst with IDC’s Worldwide Quarterly Mobile Phone Tracker. “Mobile phone users around the world are turning in their ‘talk-and-text’ devices for smartphones as these devices allow users to perform daily tasks like shopping and banking from anywhere. The growth trend is particularly pronounced in emerging markets where adoption is still in its early days. As a result, the growth in regions such as Asia/Pacific and Latin America, will be dramatic over the coming years.”

Smartphone Operating Systems

“Underpinning smartphone growth is the rapidly shifting operating system landscape,” added Ramon Llamas, senior research analyst with IDC’s Mobile Phone Technology and Trends team. “End-users are becoming more sophisticated about what kinds of experiences are offered by the different operating systems. Taking this as their cue, operating system developers will strive for more intuitive and seamless experiences, but will also look to differentiate themselves along key features and characteristics.”

IDC expects Android, which passed Symbian as the leading operating system worldwide in Q4 2010, to grow to more than 40% of the market in the second half of 2011. A significant and growing list of vendors who have made Android the cornerstone of their respective smartphone strategies is propelling the growth of Android.

Symbian will steadily lose share throughout the forecast period as its biggest supporter Nokia transitions its smartphone strategy to Windows Phone. This will present a huge opportunity for competing operating systems to gain footing. Still, Nokia’s commitment to support Symbian devices until 2016 will keep the installed base of Symbian-powered smartphone users on par with its competitors.

Windows Phone 7/Windows Mobile will benefit from Nokia’s support, scope, and breadth within markets where Nokia has historically had a strong presence. Until Nokia begins introducing Windows Phone-powered smartphones in large volumes in 2012, Windows Phone 7/Windows Mobile will only capture a small share of the market as the release of Mango-powered smartphones are not expected to reach the market until late 2011. Nevertheless, assuming that Nokia’s transition to Windows Phone goes smoothly, the OS is expected to defend a number 2 rank and more than 20% share in 2015.

iOS was the third ranked OS going into 2011 and will remain a force in the mobile phone market throughout the forecast. After an initial explosive growth period, iOS is expected to grow at a more modest pace throughout the latter half of the forecast as the smartphone market matures and diversifies. Although a small market share decline is expected, IDC expects significant overall shipment volume growth through the end of 2015.

BlackBerry OS is expected to maintain its position as a Top 4 smartphone operating system over the forecast period. Like iOS, the BlackBerry OS will experience market share decline even as shipment volumes grow throughout our forecast.

Worldwide Smartphone Operating System 2011 and 2015 Market Share and 2011-2015 Compound Annual Growth Rate

Operating System

2011 Market Share

2015 Market Share

2011-2015 Unit CAGR

Android

38.9%

43.8%

23.7%

BlackBerry OS

14.2%

13.4%

18.3%

Symbian

20.6%

0.1%

-68.8%

iOS

18.2%

16.9%

17.9%

Windows Phone 7/Windows Mobile

3.8%

20.3%

82.3%

Others

4.3%

5.5%

27.6%

Total

100.0%

100.0%

20.1%

Source: IDC Worldwide Quarterly Mobile Phone Tracker, June 9, 2011.

Note: Market share based on unit shipments.

Windows Phone Marketplace now populated by 25,000 apps, speeding up rate of growth — Engadget

Windows Phone Marketplace now populated by 25,000 apps, speeding up rate of growth — Engadget.

It’s not just Apple’s App Store striding past milestones today, Microsoft’s Windows Phone Marketplace has also rounded a notable marker in its development. Specifically, it’s now reported to have passed 25,000 apps by one site tracking comings and goings within it, though that figure’s up for debate as the other WP7 apps tracker still lists the total at just under 25k. The main point is that the WP7 ecosystem is growing, and faster than previously at that — it took until the end of March to accrue 11,500 apps, a span of five months from its launch, whereas the last 13.5k have come in the brisker period of three months. Provided this acceleration continues, and there’s no reason to expect it’ll slow down with Mango on the horizon, Microsoft’s mobile OS reboot promises to be in pretty competitive shape in time for its first anniversary — a notable feat considering how far behind WinMo had fallen. Perhaps RIM can use this as an instructive example?

[Steve Ballmer image courtesy of Reuters]

Lalibre.be – Nokia : être et avoir été ? Pas facile !

via Lalibre.be – Nokia : être et avoir été ? Pas facile !.

Nokia : être et avoir été ? Pas facile !

Patrick Van Campenhout

Mis en ligne le 20/02/2011

Le groupe finlandais doit se repenser pour survivre à l’évolution du marché des smartphones. Se serait-il reposé sur ses lauriers ?

 

Analyse

Le bureau d’étude de marché Gartner a jeté un énorme pavé dans la mare il y a deux semaines en attirant l’attention sur la chute de la part du marché du téléphone portable de Nokia en 2010. Ce morceau de choix aurait chuté à 28,9%, contre 36,4% en 2009. Le finlandais reste le poids lourd du secteur en unités vendues devant Samsung (17,6% ), LG (7,1% ), RIM (3,0% ) et Apple (2,9%). Mais au niveau des résultats, c’est la chute d’un segment juteux exploité par Nokia depuis 1992, année de sa réorientation stratégique vers la téléphonie portable. Si, en chiffres, la déroute de Nokia, qui vient d’annoncer une alliance stratégique avec Microsoft et qui prévoit une grosse restructuration, est simple à comprendre, elle est avant tout liée à des options stratégiques mal choisies.

Qu’en pensent les observateurs du marché des téléphones multifonction ? Ils préfèrent souvent rester dans l’ombre en raison de l’importance résiduelle des ventes de Nokia qui a conservé une part de marché de quelque 30% dans le secteur des téléphones cellulaires. Mais tous sont d’accord pour dire que Nokia – qui a fait rêver et souffrir la concurrence pendant 10 ans – a mangé son pain blanc, et, surtout, a loupé de manière magistrale un tournant technologique majeur: celui de l’Internet mobile. Pourtant, en 1999, Nokia avait entamé un mouvement prometteur en élargissant sa gamme à un produit de haut niveau, le 9100 Communicator: une machine surprenante (pour l’époque) au prix avoisinant les 1000 euros, assortie d’un clavier de belle taille, d’un écran de bonne définition, et la possibilité d’envoyer des mails, des SMS et des fax. Un mini-ordinateur-téléphone révolutionnaire très cher, qui va se heurter à des problèmes de fragilité. Le modèle va pourtant évoluer, mais il ne soutiendra pas longtemps la comparaison avec les premiers Blackberry du canadien RIM (Research in Motion) taillés pour les mains des cadres. Le premier modèle sort en 2003, écran monochrome, petit, maniable, endurant. 136 grammes de technologie pour attaquer un marché de niche. Il reçoit les mails en direct, sans perte de temps, en passant par un serveur dédié. Il téléphone, même. Et puis, le Blackberry s’installe, s’améliore, se colore. Il est “tendance”.

Et Nokia? Nokia s’interroge, dans le confort douillet du riche. En effet, nous explique un spécialiste de la communication d’entreprises, “le groupe finlandais est sur les rails avec une profitabilité exceptionnelle et un fonctionnement sans failles: jusqu’à trente nouveaux modèles par an pour ratisser la clientèle à l’échelle de la planète, hommes, femmes, enfants riches ou pauvres. En matière de communication et d’événementiel, il n’y avait pratiquement pas de limites aux budgets alloués!”. Nokia n’a donc pas réagi aux premiers signes de déglingue de son modèle en expliquant les premiers glissements de sa clientèle par une gamme inadaptée – pas de machines à clapets – et en tentant de revenir dans le peloton de tête par des adaptations décalées de sa gamme de GSM. Pendant ce temps, la concurrence était secouée par une nouvelle apparition: celle d’Apple avec un appareil improbable, plus grand que les GSM moyens, assorti d’un large écran tactile réagissant à la chaleur du doigt de l’utilisateur, et même de deux doigts permettant des manipulations nouvelles comme l’agrandissement d’une image sur l’écran. En 2007, l’iPhone est né, son interface hypersimple – un choix d’icônes et un seul bouton pour revenir au menu de base – séduit les utilisateurs de base, les jeunes et les femmes qui sont moins sensibles aux charmes d’une belle machinerie. D’autant plus que l’iPhone embarque ce qui a fait le succès de l’iPod, un accès simplifié à la musique que l’on peut acheter à la pièce d’une simple pression du doigt. Il permet même de réaliser simplement de belles photos et de les consulter dans un album électronique à feuilleter. L’iPhone, c’est aussi le premier pas de l’utilisateur dans l’écosystème d’Apple où tous les appareils sont reliés à un giga-magasin virtuel, iTunes, qui offre ou vend de la musique, des applications, des podcasts (émissions de radio enregistrées), des livres électroniques et des films.

Le temps de concevoir qu’il y a là un danger potentiel, la machine Apple est en marche et écrase tout sur son passage. Le GSM de Nokia, avec son système d’exploitation suranné – le Symbian -, est celui de machines dont ne veulent plus que ceux qui n’ont pas les moyens d’acquérir un smartphone.

La réaction du groupe finlandais tarde toujours, mais la concurrence s’organise par ailleurs. Avec une tendance de fond qui est celle de la machine qui s’adapte à un logiciel d’exploitation séduisant. L’iOS, qui anime les iPhone d’Apple et qui côtoie le Blackberry OS, finit en effet par trouver un opposant de taille avec Google qui voit dans l’Internet mobile un lieu idéal pour gagner de l’argent en plaçant de la pub dédiée. Apple a déjà investi les lieux, bien sûr, avec son infernale machine à ratisser les portefeuilles. Mais Google bénéficie d’une audience encore plus large. Son système Android, du nom de la start-up achetée en 2005, est utilisé sur des smartphones conçus et commercialisés par le groupe taïwanais HTC. Il fait trembler les autres systèmes équipant les smartphones. Mais le gPhone ou Google phone ne sera lancé, avec quelques lenteurs, qu’au printemps 2009, alors que Nokia détient toujours pratiquement 40% du marché des téléphones portables. Depuis, l’offensive menée sur plusieurs fronts par la concurrence a fait vaciller le géant finlandais.

SAVOIR PLUS

Nokia Windows Phone

Secousses . Le 11 février, quelques jours à peine après avoir comparé son entreprise à une plateforme cernée par les flammes, le patron de Nokia, le Canadien Stephen Elop, transfuge de Microsoft, annonce une alliance stratégique avec le géant américain du logiciel. Le système opérationnel Symbian, acquis quelques années plus tôt, passe à la trappe, comme le Meego, avec un souci minimal de la forme. Objectif asséné : “Bâtir un nouvel écosystème mondial !” Comprenez, faire comme Apple, et vite.

L’idée fait sens, mais déjà, on reproche à Elop d’avoir écarté un deal avec Google et son OS Android au profit d’une alliance avec son ex-employeur. En Bourse, le titre Nokia dégringole en quelques jours de 25 % sur l’annonce. Nokia apporte sa technologie, sa maîtrise des images, son offre GPS – déployée sans succès pour contrer la concurrence – et Microsoft, un OS performant, Window Phone 7, son moteur de recherche Internet Bing, ses recettes publicitaires liées, et une place de marché efficace. Reste à trouver des idées de génie.

Microsoft in a few figures (source: Guillaume Foltran)

http://gfoltran.posterous.com/microsoft-une-remise-en-perspective-avec-quel

Frank X. Shaw, Corporate Vice President en charge des stratégies de communication monde de Microsoft, vient de publier un post interessant sur le blog officiel de Microsoft.

En préambule, il rappelle les chiffres liés au succès de Windows 7 : 150 millions d’exemplaires, 600.000 par jour soit un chiffre symbolique de 7 à la seconde mais surtout une série de chiffres clés qui permettent de remettre certaines choses en perspective. Même si ces chiffres sont bruts et sans analyse particulière, je trouve interessant de les garder à l’esprit.

Windows 7 : 150 000 000 soit la croissance la plus rapide historiquement sur un OS

iPad, netbook, PC

  • 7,1 millions d’iPad vendus en 2010 en prévision,
  • 58 millions de netbook vendus en 2010 en prévision,
  • 355 millions de PC vendus en 2010 en prévision
  • <10%, c’est la proportion de netbook fonctionnant avec Windows en 2008,
  • 96%, la même proportion en 2009

CloudSaaS

  • 0 c’est le nombre de clients payants de Windows Azure en novembre 2009,
  • 10.000, le nombre de clients payants de Windows Azure en juin 2010,
  • 700.000, le nombre d’étudiants, professeurs, personnels utilisant les outils de productivité Microsoft sur le cloud dans les écoles du Kentucky, le déploiement sur le cloud le plus important des Etats-Unis.

Xbox, abonnements

  • 16 millions, c’est le total des abonnés aux 25 premiers journaux quotidiens américains,
  • 14 millions, le nombre total des abonnés au service Netflix,
  • 23 millions, le nombre d’abonnés au service Xbox Live.

Office 2010 : 9 Millions, le nombre de téléchargement de la version beta de Office 2010, soit le programme beta le plus large effectué par Microsoft

Bing : 21,4 millions, c’est le nombre de nouveaux utilisateurs en 1 an

Linux

  • 24%, la part de marché des serveurs Linux en 2005,
  • 33%, la part de marché prévue en 2005 pour 2007,
  • 21,2 la part de marché constaté au quatrième trimestre 2009.

Smartphones

  • 8,8 millions, les ventes globales d’iPhone au premier trimestre 2010,
  • 21,5 millions, les ventes de Nokia au premier trimestre 2010,
  • 55 millions, les ventes totales de Smartphones au premier trimestre 2010,
  • 439 millions, les prévisions de vente de Smartphone en 2014

CRM

  • 9, le nombre d’années pour Salesforce pour atteindre le nombre de 1 million d’utilisateurs payants,
  • 6, le nombre d’années pour Microsoft Dynamic CRM pour atteindre le nombre de 1 million d’utilisateur payants,

Messagerie en ligne

  • 173 millions d’utilisateurs de Gmail,
  • 284 millions d’utilisateurs de Yahoo! Mail,
  • 360 millions d’utilisateurs de Live Hotmail,
  • 299 millions de comptes actifs de Windows Live Messenger. Ce qui en fait ainsi le 1er service d’instant messaging

Résultats

  • 5,7 milliards de dollar, le résultat net d’Apple pour l’année fiscal se terminant en septembre 2009,
  • 6,5 milliards de dollar, le résultat net de Google pour l’année fiscal se terminant décembre 2009,
  • 14,5 milliards de dollar, le résultat net de Microsoft pour l’année fiscale se terminant en juin 2009.

Recettes Microsoft : 23 milliards en 2000, 58,4 milliards en 2009…

Tous les chiffres comportent la référence de la source dans l’article initial. En complément, TechCrunch a publié un décodage potentiel pour chacune de ces séries de données.

http://gfoltran.posterous.com/microsoft-une-remise-en-perspective-avec-quel