Le partage social dope les ventes en ligne


Le partage social dope les ventes en ligne.

Tout est dans le titre ou presque : le partage de contenus sur les réseaux sociaux booste le e-commerce. Selon une étude conduite par AddShoppers, un internaute américain adepte de Facebook, Twitter, Pinterest et tant d’autres dépenseraient en moyenne 8,2% plus qu’un visiteur “non-engagé” sur des plateformes sociales. Inutile de préciser que les chiffres présentés ici diffèrent d’un site à l’autre. Facebook est évidemment le réseau plus efficace du fait de son nombre élevé d’utilisateurs. Le site de Mark Zuckerberg entraine des revenus dans 69,10% des cas, devant Twitter à 12,11% et Pinterest à 7,73%.

Pour faire simple, les acheteurs qui cliquent sur une publication liée à un site de vente en ligne dépensent 126,12 dollars sur une période de trente jours. Les autres acheteurs, qui ne passent pas par les réseaux sociaux, consomment un peu moins ; soit 116,55 dollars sur une même période. Pour cette étude, AddShoppers a analysé les achats d’internautes provenant de mail, de Facebook, de Twitter, de Google+ ou de réseaux sociaux à vocation commerciale comme Polyvore et Wanelo.

Il n’y a rien de magique dans l’utilisation des réseaux sociaux. Pour en arriver à ce genre de résultats, 10 000 sites de e-commerce ont été analysés. En fonction des situations, du marché et surtout de la clientèle, de grosses différences existent. On découvre ainsi qu’un courriel peut générer 12,41 dollars d’achats supplémentaires tandis que Pinterest ne génère que 0,67 dollar. Google+ lui peut rapporter en moyenne 5,62 dollars, là où un tweet a seulement une valeur de 1,03 dollar. Attention, il ne s’agit pas de coter tel ou tel service pour en connaître son poids en terme de revenus créés. La part de Facebook est par exemple évaluée à 0,80 dollar par acte de consommation, seulement voilà, Facebook est le réseau social le plus utilisé. Ce dernier a donc un impact des plus important.

Plus de trafic. Plus de clics. Plus de dépenses.

Dans un premier temps, les réseaux sociaux sont à l’origine d’une augmentation du trafic. Logique ! Viennent ensuite les ventes. Pour bien comprendre les chiffres présentés ici, il est important pour les boutiques et les marques de comprendre ce qu’implique le partage social. Sur Facebook, il est possible de partager de l’information et/ou des produits. Là, un “like” n’équivaut pas à un partage. Ce dernier a un taux de conversion 5,4 fois plus fort. La vente de produits ou de services en ligne ne s’acquiert donc pas si facilement. Les boutons sociaux sont les outils de base pour permettre aux clients de promouvoir à leur tour des produits. L’acheteur devient annonceur et c’est toujours le vendeur qui rafle la mise. Une fois dans un flux Facebook ou Twitter, le contenu partagé gagne en visibilité ce qui le rend logiquement plus attrayant aux yeux des autres internautes, qui peuvent à leur tour le partager via d’autres boutons…

Enfin, le rapport constate que chaque fois qu’un consommateur partage un produit sur Facebook, il en résulte un taux de clics moyen de 1,1. Les autres réseaux sociaux sont en dessous du social network avec : 0,98 clic pour StumbleUpon, 0,97 clic pour Twitter, 0,94 clic pour Wanelo et 0,87 clic pour Pinterest.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s