Comment La Technologie Améliore L’Expérience Du Streaming Vidéo (Source: Forbes)


GettyImages-685009757 | Caucasian boy sitting on sofa listening to laptop with headphones

Quand on pense à la facilité que l’on a d’accéder à du contenu via des applications telles que YouTube ou Netflix, il est difficile de croire qu’il n’y a pas si longtemps il était impossible de visionner ou de diffuser n’importe quel type de vidéo sur Internet. Aux débuts d’Internet, il n’y avait pas l’espace ou la vitesse nécessaire pour rendre cela possible. 

Source: https://www.forbes.fr/technologie/comment-la-technologie-ameliore-lexperience-du-streaming-video/?cn-reloaded=1

Selon Cisco, le trafic vidéo représentait le chiffre étonnant de 70% de tout l’utilisation d’Internet en 2017, un chiffre qui devrait atteindre les 82% d’ici 2022.

C’est la preuve que construire une infrastructure robuste pour la transmission de vidéos est nécessaire. Il existe désormais une industrie mûre, qui valait plus de 262 millions d’euros en 2016, qui permet de faciliter la diffusion de vidéos à la demande à travers différents appareils, allant des écrans géants aux téléphones portables.

Mais tandis que des entreprises ont investi du temps et de l’argent pour assurer la transmission d’une multitude de données à leurs clients, l’attention apportée à la qualité du produit fini a été amoindrie, pour veiller à ce que l’utilisateur, l’être humain assis dans son salon, soit satisfait de la vidéo qu’il regarde.

Nous ne prétendons pas que ces entreprises ne se soucient pas de la qualité de ce qu’elles offrent. Elles s’en soucient, et beaucoup d’entre elles prennent cette question très à cœur.

Cependant, le problème est que ce système (la chaîne de diffusion qui envoie la vidéo à l’appareil d’un utilisateur) n’est pas à la hauteur des bonnes intentions, puisque la chaîne de diffusion n’est pas uniforme et harmonieuse. Le système qui transmet une vidéo de la caméra vers un utilisateur consiste en un réseau de pièces liées, avec chaque lien contrôlé par un acteur individuel (les créateurs de contenu, les diffuseurs, les entreprises de câblodistribution, les fournisseurs internet, les fabricants d’écran). Chacun de ces acteurs a une mission unique et un intérêt direct pour les rendements de leurs propres équipements et le succès final de leur propre mission, et de ce fait, moins d’intérêt pour la totalité de la chaîne de diffusion.

De plus, chaque acteur a une définition de “qualité” propre à sa mission et qui est souvent incompatible avec les besoins des autres maillons de la chaîne. En d’autres termes, ils se soucient tous de la qualité mais seulement à l’échelle de leur rôle dans la chaîne.

Par conséquent, l’expérience de l’utilisateur laisse bien trop souvent à désirer en termes de qualité. Qui n’a jamais regardé de vidéo et s’est senti désespéré lorsqu’elle chargeait, ou s’est senti frustré quand l’image se bloquait, ou a grincé des dents car le son et l’image n’était pas coordonnés ? Quel coût pour ces entreprises ? Des spectateurs mécontents, des publicitaires exaspérés. L’argent et la bonne volonté sont gaspillés. Ça n’a pas à se passer comme ça.

En travaillant ensemble, en se mettant d’accord sur un indicateur de qualité commun qui commence et se termine par la satisfaction du spectateur, il est possible d’arriver à une amélioration notable de la qualité vidéo. cette approche, qui commence par le point de vue de l’utilisateur est un nouveau paradigme à l’évaluation de la diffusion, rendu possible grâce au avancées en traitement des signaux et en science neurologique.

Par exemple, l’entreprise SSIMWAVE a mis au point une technologie capable de reproduire le système visuel humain et de prédire si les images retransmises aux utilisateurs à travers internet pourront satisfaire ces mêmes utilisateurs.

La technique consiste en sondes déployées à chaque étape de la chaîne de diffusion. Les avancées technologiques en termes de sondes dans le domaine de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage machine génèrent des données qui peuvent produire un score qualité et établir des moyens d’éviter que la qualité tombe au plus bas lorsqu’elle est en danger. En déployant cette technologie à travers la chaîne de diffusion entière, la vidéo arrive intacte, à l’heure et avec la qualité prévue au départ lorsque le contenu a été créé.

Bien entendu, ce ne sont pas les seuls à chercher à améliorer la diffusion de contenu. D’autres entreprises avec des intérêts directs pour l’amélioration de la qualité vidéo et de l’expérience du streaming travaillent aussi sur le problème de la qualité.

Netflix, par exemple, utilise une méthode appelée la fusion d’évaluation vidéo, qui utilise l’apprentissage machine pour déterminer la qualité d’une vidéo. Cette méthode est à l’opposé de celle du système visuel humain connue sous le nom de SSIMPLUS. La pertinence de chacune de ces méthodes a été discutée au Streaming Media East un peu plus tôt cette année.

À la suite de ce débat, la méthode de fusion d’évaluation vidéo a été reconnue comme pertinente en tant que contrôle qualité pour ce qui est du binge-watching de programmes enregistrés à la demande, quand il y a le temps de vérifier et revérifier les fichiers vidéos. D’autre part, SSIMPLUS, excelle pour ce qui est du streaming en direct de vidéos telles que le Super Bowl.

La technologie en matière de chaîne de diffusion évolue également, ce qui optimise l’expérience de streaming vidéo. Cela inclut des captures d’écran améliorées d’un côté, une meilleure résolution d’écran de l’autre, et tout l’acheminement entre les deux.

Il est dans l’intérêt de chacun des participants de la chaîne de distribution de la vidéo d’améliorer la qualité vidéo. Chacun d’entre eux avance peu à peu vers le progrès. La technologie de diffusion et la technologie de contrôle qualité vont continuer à avancer. Pour faire court, l’expérience des spectateurs de vidéos en ligne ne va que s’améliorer.

Pour ce qui est des retombées vertueuses, les utilisateurs qui regarderont un match de NBA ou un film confortablement installés dans leur canapé seront enclins à continuer à regarder des vidéos.

Et si cela se concrétise, Cisco devra sûrement revoir ses prédictions quant au pourcentage de trafic Internet représenté par la vidéo.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s