SCHMIDT VINCENT Publié le – Mis à jour le 

Source: https://www.dhnet.be/conso/consommation/amazon-coolblue-de-plus-en-plus-les-geants-de-l-e-commerce-en-quete-de-magasins-physiques-5d5ea897f20d5a1dbdfafe77

Coolblue s’apprête à ouvrir un magasin XXL. Le consommateur se lasse-t-il de l’e-commerce ?

La croissance de l’e-commerce ne cesse de battre des records. Pourtant les e-tailers ou les pure players comme on les appelle, sont de plus en plus nombreux à ne plus se limiter aux boutiques en ligne et investissent les villes pour ouvrir des enseignes physiques. L’e-commerce est-il victime d’une forme de lassitude de la part des consommateurs ? “Ce n’est pas une réelle tendance de fond” , pointe Nicolas Van Zeebroeck, professeur d’économie et de stratégie digitale à Solvay. “Certes, on se rend compte que l’e-commerce peut avoir un impact désastreux sur l’environnement. Quand un client commande quatre produits pour faire son choix et en retourne trois, c’est assurément une gabegie et cela nuit à l’environnement. Et si l’on se tourne de plus en plus vers le commerce local, c’est aussi pour cela et parce qu’on se rend compte qu’en se focalisant uniquement sur les achats en ligne, on assiste à une désertification des artères commerçantes. Mais cela ne veut pas dire que le commerce électronique est à la porte d’un profond changement des mentalités. Au contraire, il va continuer à performer et sa croissance va se poursuivre à un rythme effréné.”

Alors, pourquoi les géants tels qu’Amazon ou Coolblue se tournent-ils ainsi vers le commerce physique ? “Tout simplement car le modèle économique ne peut se satisfaire d’un seul canal de distribution. L’e-commerce et la boutique physique sont complémentaires. Cela leur permet aussi d’aller à la rencontre des réfractaires à l’e-commerce, ceux qui préfèrent un contact physique, personnalisé. L’e-commerce a aussi certains désavantages que peut combler un magasin, comme le retour d’un produit, plus facile parfois que l’envoi par la poste ou tout simplement un contact direct en cas de problème ou de réparation. Pour les marques, le plus important est d’avoir un maillage le plus large possible, et cela passe donc aussi par des magasins. Comme on l’a vu dans les médias, ce n’est pas parce qu’une nouvelle forme de concurrence est née que le média traditionnel est mort. La télé n’a pas tué le cinéma, la musique en streaming n’a pas mis fin aux concerts, etc.”

Nicolas Van Zeebroeck évoque aussi un modèle qui s’affine de plus en plus. “On se rend compte qu’il y a une véritable complémentarité entre l’e-commerce et le magasin physique. Si certains achats peuvent s’effectuer facilement en ligne, à toute heure, pour d’autres le consommateur aime regarder et tester le produit avant de l’acheter. Les marques créent ainsi de la valeur en occupant tous les terrains. Et se rapprocher du consommateur, c’est aussi le meilleur moyen de le fidéliser.”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s