Elon Musk : 5 Leçons De Communication A Tirer Du Lancement De Son Cybertruck


Elon Musk

 

Elon Musk a présenté le tout dernier produit de la gamme de Tesla : le Cybertruck, un pick-up entièrement électrique qui devrait commencer à sortir des chaînes de production en 2021. Comme pour la plupart des événements Tesla, celui-ci a été un succès foudroyant (on pourrait même dire littéralement, en fait : la démonstration d’Elon Musk de la « vitre blindée » du camion a fini par casser plusieurs des vitres). Dans les jours qui ont suivi le lancement, la presse spécialisée dans les technologies et les entreprises était saturée d’articles sur Cybertruck, et plus de 250 000 personnes se sont inscrites pour en acheter un. Pour Elon Musk, c’était mission accomplie.

source: https://www.forbes.fr/business/elon-musk-5-lecons-a-tirer-du-lancement-de-son-cybertruck/

Comment s’y prend-il ? Elon Musk n’est pas un speaker particulièrement captivant. Il n’a pas une grande présence sur scène. Tesla propose une gamme incroyable de produits. Mais à part cela, comment Elon Musk parvient-il à captiver le monde à maintes reprises ? Pour moi, c’est plus qu’une simple curiosité. En faisant de Hootsuite l’une des plus grandes plateformes de gestion de médias sociaux au monde, avec plus de 18 millions d’utilisateurs, j’ai dû faire plusieurs démos et faire mes débuts. Et il y a toujours place à l’amélioration !
Voici cinq démos clés et tactiques que j’ai apprises de la dernière démonstration d’Elon Musk :

 

Les erreurs sont des opportunités. Il faut faire avec.

TED a créé l’illusion que les présentations en direct sont ces performances impeccables – cheveux parfaits, éclairage parfait, élocution parfaite. En réalité, les choses se passent rarement aussi bien. Le micro se coupe toujours. Il peut arriver qu’un speaker perde le fil de ses pensées. La démo ne se déroule pas comme prévu. Ce qui est important, c’est la capacité de ne pas simplement prendre ces défis à bras le corps, mais de les considérer comme des opportunités de publicité. Elon Musk a atteint un tout autre niveau pendant la présentation du Cybertruck, lorsqu’une grosse balle métallique a brisé non pas une, mais deux fenêtres, censées être blindées. « Ah, pas mal, il y a place à l’amélioration », a-t-il murmuré, en continuant comme si de rien n’était. La réalité, cependant, c’est que le petit bris de vitre a probablement multiplié de façon exponentielle le buzz de la presse et des médias sociaux autour du Cybertruck. Elon Musk avait-il tout prévu depuis le début ? Cela ne serait pas surprenant.

Être un « mauvais » speaker peut vous aider à vous démarquer.

Regarder Elon Musk faire une présentation publique est douloureux. Il parle en phrases courtes et découpées, comme s’il lisait des fiches. Il est raide et immobile comme une planche sur scène et semble à peu près aussi à l’aise qu’un adolescent à sa première danse de l’école. Il avale ses mots, bouge maladroitement et croise les bras comme s’il était sur la défensive. En gros, il fait tout ce qu’on apprend à ne pas faire dans un tout premier cours Toastmasters. Mais vous savez quoi ? Cela semble authentique et se démarque absolument de la présentation standard et fluide d’une entreprise. La vérité, c’est que le fait d’être différent – même si cela signifie briser toutes les conventions – constitue un énorme avantage concurrentiel, qu’il s’agisse de parler en public ou de concevoir des camions.

Fait vaut mieux que parfait !

À ce stade, je suis presque sûr que le Cybertruck de Tesla est maintenu avec du ruban adhésif en toile et du fil de fer. Certains de ces bugs et limitations du produit étaient visibles pour tout le monde (par exemple, les vitres cassées et l’absence de rétroviseurs extérieurs). Mais il existe une longue et fière histoire d’excellents produits lancés un peu prématurément. C’est dans la Silicon Valley que la première démo de l’iPhone a été un véritable désastre. En fait, la mémoire s’épuisait si rapidement que Steve Jobs avait plusieurs téléphones de démonstration cachés sur scène, et il les changeait discrètement. Mais il a coulé bien de l’eau sous les ponts depuis. En commercialisant très tôt une technologie révolutionnaire, Steve Jobs a réussi à conquérir tellement de notoriété et de parts de marché que les concurrents essaient encore de rattraper leur retard. J’imagine que la même tendance pourrait se reproduire avec le marché du camion tout électrique et Cybertruck.

Le véritable objectif est de vérifier le pouls sur le marché.

À cette fin, un lancement efficace ne consiste pas tant à dévoiler un produit parfait qu’à en évaluer la demande du public. Cette approche est au cœur de la philosophie du « Lean Startup ». Construire quelque chose de « parfait » – derrière des portes closes et sans test sur le marché – est généralement la recette d’un échec cuisant. Une bien meilleure façon d’y arriver est de mettre en place une sorte de produit minimum réalisable et, essentiellement, de voir s’il est viable. Alors, le temps est venu de se retrousser les manches, d’investir du temps et des ressources et de trouver le moyen de fournir un produit fini sans défaut. Pour l’équipe Tesla, un quart de million de précommandes est la preuve que la demande existe et que l’équipe est sur un gros coup.

Parlez à votre tribu (et n’ayez pas peur d’en froisser quelques-uns).

Je ne vois pas le propriétaire d’un Ford F-150 ou d’un Dodge Ram l’échanger contre un Cybertruck de sitôt. Pour commencer, le camion de Tesla ressemble à un ensemble de triangles isocèles sur roues. Mais la vérité est que le Cybertruck n’est pas fait pour plaire au public habituel des pick-up. Son design exceptionnel et ses capacités tout-terrain s’adressent davantage aux millennials férus de technologie, qui passent des journées entières accrochés à un clavier et des week-ends à l’extérieur, plutôt qu’aux cols bleus. À l’instar des voitures Tesla à l’origine, le Cybertruck cible fermement les personnes qui veulent faire une déclaration, que ce soit pour des raisons environnementales, des goûts personnels ou simplement pour se sentir spéciales. À en juger par l’admiration et les applaudissements lors du dévoilement, Elon Musk a conquis sa tribu, et c’est ce qui compte le plus. Si les voitures de Tesla sont un indice quelconque, que les influenceurs et les créateurs de tendance dirigent, le reste d’entre nous finira par suivre.

 

Article écrit par Ryan Holmes

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s