Amazon, Coolblue.. : de plus en plus, les géants de l’e-commerce en quête de magasins physiques (source: Dhnet.be)

SCHMIDT VINCENT Publié le – Mis à jour le 

Source: https://www.dhnet.be/conso/consommation/amazon-coolblue-de-plus-en-plus-les-geants-de-l-e-commerce-en-quete-de-magasins-physiques-5d5ea897f20d5a1dbdfafe77

Coolblue s’apprête à ouvrir un magasin XXL. Le consommateur se lasse-t-il de l’e-commerce ?

La croissance de l’e-commerce ne cesse de battre des records. Pourtant les e-tailers ou les pure players comme on les appelle, sont de plus en plus nombreux à ne plus se limiter aux boutiques en ligne et investissent les villes pour ouvrir des enseignes physiques. L’e-commerce est-il victime d’une forme de lassitude de la part des consommateurs ? “Ce n’est pas une réelle tendance de fond” , pointe Nicolas Van Zeebroeck, professeur d’économie et de stratégie digitale à Solvay. “Certes, on se rend compte que l’e-commerce peut avoir un impact désastreux sur l’environnement. Quand un client commande quatre produits pour faire son choix et en retourne trois, c’est assurément une gabegie et cela nuit à l’environnement. Et si l’on se tourne de plus en plus vers le commerce local, c’est aussi pour cela et parce qu’on se rend compte qu’en se focalisant uniquement sur les achats en ligne, on assiste à une désertification des artères commerçantes. Mais cela ne veut pas dire que le commerce électronique est à la porte d’un profond changement des mentalités. Au contraire, il va continuer à performer et sa croissance va se poursuivre à un rythme effréné.”

Alors, pourquoi les géants tels qu’Amazon ou Coolblue se tournent-ils ainsi vers le commerce physique ? “Tout simplement car le modèle économique ne peut se satisfaire d’un seul canal de distribution. L’e-commerce et la boutique physique sont complémentaires. Cela leur permet aussi d’aller à la rencontre des réfractaires à l’e-commerce, ceux qui préfèrent un contact physique, personnalisé. L’e-commerce a aussi certains désavantages que peut combler un magasin, comme le retour d’un produit, plus facile parfois que l’envoi par la poste ou tout simplement un contact direct en cas de problème ou de réparation. Pour les marques, le plus important est d’avoir un maillage le plus large possible, et cela passe donc aussi par des magasins. Comme on l’a vu dans les médias, ce n’est pas parce qu’une nouvelle forme de concurrence est née que le média traditionnel est mort. La télé n’a pas tué le cinéma, la musique en streaming n’a pas mis fin aux concerts, etc.”

Nicolas Van Zeebroeck évoque aussi un modèle qui s’affine de plus en plus. “On se rend compte qu’il y a une véritable complémentarité entre l’e-commerce et le magasin physique. Si certains achats peuvent s’effectuer facilement en ligne, à toute heure, pour d’autres le consommateur aime regarder et tester le produit avant de l’acheter. Les marques créent ainsi de la valeur en occupant tous les terrains. Et se rapprocher du consommateur, c’est aussi le meilleur moyen de le fidéliser.”

Advertisements

5 Data-Driven Social Media Trends of 2019

Social media and the way people use it is constantly transforming. Being aware of user habits and marketing shifts can help you develop a more effective social media strategy and ensure that you get the best value for your time and ad spending.

Source: https://www.business2community.com/infographics/5-data-driven-social-media-trends-of-2019-infographic-02233525

To know what’s about to happen in social media marketing, you need data that answers questions such as “Which tactics are used the most?”, “Which tactics are being planned?”, “Which tools are being developed?”, and so on.

For this reason, we at Awario created this infographic to provide an overview of the most recent social media marketing trends and shifts of 2019. The data on the list is broken down into five crucial categories: Social selling, Social listening, Influencer marketing, Ephemeral content, and Social advertising.

Social selling

Social media networks have been a go-to place for lead generation for quite some time already. More than that, social selling is a dominant sphere for marketers using social media: 61% of US marketers use social media for lead generation, 27% use it for monitoring conversations about their brand, and 12% do it for other reasons.

Statistics show that social selling is growing in 2019: 40% of organizations who responded to Hootsuite’s 2019 trends survey are planning to or have adopted social selling in their social media strategies this year.

Social Media Examiner asked 5700 marketers in their Industry Report 2019, and it turned out that Marketers spend an average of 4-6 hours a week on social media. At the same time, 51% of beginner social media marketers spend an average of 5 or fewer hours a week, while 61% of people who’ve had more than two years’ experience spend 6 or more hours.

Still, the subject remains unexplored for 53% of salespeople who responded that they need help in understanding social selling better.

Social listening

Social listening has multiple use cases: crisis management, increasing your brand awareness, social customer care, influencer marketing, etc. And the fact that 90% of social media users try to reach out to brands or retailers on social media illustrates that brands must make sure they engage with people who reach out to them online. And social listening makes this process less complicated.

The speed in this case is crucial, as 78% of people conveying complaints to brands via Twitter expect a response within an hour. When users don’t get the support as expected, 29% of people share their experience with their friends or family, while 15% complain about the company on social media.

That’s why social listening tools are gaining momentum, and the anticipated growth of social listening tools is by 31% in 2018-2019 compared to the previous years.

Influencer marketing

As Hootsuite’s 2019 trends survey states, 45% of organizations are planning to or have adopted influencer marketing in their digital marketing strategy.

Purchasing services from top-tier influencers is extremely expensive: according to WebFX, an influencer holding an account with 1m+ followers could charge more than $10,000 per post. Using niche micro-influencers is more cost-effective as micro-influencers are trusted and loyal to their audiences.

Recommended for YouWebcast, September 17th: 10X Growth & Relationships with Community Building

MarTech Series talked to 2,500 influencers about how much they charge per post, and it turned out that 97 % charge less than $500 per post, while 84% of those micro-influencers charge less than $250 per Instagram post.

Micro-influencers are 6.7 times more efficient per engagement than influencers with large followings.

Nationwide study shows that micro-influencers’ capability of driving consumer buying behavior increases, as now 82% of consumers are “highly likely” to follow a recommendation made by a micro-influencer.

Ephemeral content

Stories became a well-established trend in 2019. Block Party estimates that 4 out of 5 major brands are already using the Stories format.

As you probably know, stories are used across multiple social media networks. According to TechCrunch, the most popular now is WhatsApp Status with 450M daily users. Next goes Instagram Stories with 300M daily users. Snapchat has 191M daily users, and there are 220M daily users of stories that are spread between the Facebook app and Facebook Messenger with 150M and 70M daily visitors accordingly.

64% of respondents of Hootsuite’s 2019 trends survey said that they have either implemented Instagram Stories into their social strategy or plan to do so in the next 12 months.

Block Party reports that stories as a format also had a 15x growth rate compared to the rate of Feeds across major social media platforms. This is based on a comparison of the Top 3 Feed platforms (Facebook, Instagram, and Twitter) and the Top 3 Stories platforms (WhatsApp, Instagram, and Snapchat).

Social advertising

According to Hootsuite’s 2019 trends survey, 78% of marketers have either invested in social advertising or plan to do so in the next year. The same report states that 64% of marketers identify a decline in organic reach and the need to increase paid budgets. And 58% cite the volatility of Facebook’s algorithm changes as a problem.

Marketers are increasing social ad budgets (32% up in 2018 alone) and producing more ads than ever before. One of every four Facebook Pages now uses paid media, and Facebook already accounts for 23% of the total U.S. digital ad spending.

And speaking of ad spend, Facebook CTR costs have increased by 61%. The upturn is caused by the fact that the ad engagement with CTRs is growing.
Read more at https://www.business2community.com/infographics/5-data-driven-social-media-trends-of-2019-infographic-02233525

Comment se profilent les retailers auprès des jeunes allemands en festival ? (Source: Gondola)

 

Les festivals de musique sont une formidable vitrine pour les retailers qui y ouvrent des pop-up stores. Si chez nous, cela se résume souvent à une petite supérette dans le camping du festival ou à des actions telles que les navettes mises en place par Colruyt à Dour, à l’étranger, les retailers créent bien souvent une expérience totale autour de leur marque.

Source: https://www.gondola.be/fr/news/comment-se-profilent-les-retailers-aupres-des-jeunes-allemands-en-festival

C’est le cas notamment d’Aldi en Allemagne. Le retailer a par exemple battu quelques records lors de la quinzième édition du Deichbrand Festival : son pop-up store a ouvert ses portes 71 heures entre le 17 et 22 juillet, soit 6 heures de plus que l’année précédente, et a enregistré quelque 90.000 achats, soit 12.000 achats de plus qu’en 2018. 250.000 canettes et 87.000 petits pains frais y ont été vendus, de même que 33 tonnes de glaçons. Au total, 200 collaborateurs ont participé à l’effort de ce point de vente de 2.100m2.

Et le retailer n’a pas lésiner: il y a organisé une foule d’activités. Une ambiance de club dans les rayons de son supermarché provisoire, une plateforme panoramique pour observer au mieux les concerts, des ballons géants, des concerts privés, un buffet, des jeux pour remporter des goodies Aldi (claquettes et casquettes kitsch à volonté), un petit train taxi et des afterparties: bref tout un programme que le retailer a résumé en une vidéo que nous vous invitons à regarder.

 

 

Et Aldi n’a bien entendu pas le monopole. En Allemagne, on notera aussi l’implication de Lidl au Rock am Ring, qui a par exemple invité les festivaliers à s’offrir une nouvelle coupe de cheveux.

 

L’impressionnant pop-up store de Combi au Hurricane Festival a lui aussi enregistré de belles statistiques : 80.000 achats, 68.000 visiteurs, 100.000 canettes, 60.000 petits pains, 15.000 bananes, 17.000 glaces et plus de 25 tonnes de glaçons achetés… sans oublier des consommateurs enthousiastes à en croire ce chant improvisé dans les files d’attente aux caisses.

 

 

Lidl Deutschland

@lidl

Action bei : Neben festivaltauglichem Sortiment rockt bei @rockamring und @rockimpark_com mit Lounge, Grillstationen, Friseur und Nachwuchsbands 2019

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Un trajet simplifié grace à la réalité augmentée dans Google Maps

Twitter – Google Maps

Google ne cesse de créer le buzz avec ses innovations toujours plus poussées. L’objectif reste la simplification du quotidien pour les utilisateurs. Et cette fois, c’est Google Maps qui est visé par une invention incroyable en lien avec la réalité augmentée. La première version bêta de cette nouveauté sera disponible dans quelques jours !

Une nouvelle version de Google Maps

Qui ne se sert pas de Google Maps pour se déplacer en voiture ? Il faut bien avouer que c’est très pratique et que les trajets sont quand même plus simples. D’autant plus que l’application fonctionne en temps réel et vous indique même les embouteillages ! Mais c’est une toute nouvelle version de Google Maps qui va débarquer dans quelques jours.

Cette fois, Google va vous proposer de la réalité augmentée. En effet, on parle de « Live View », une nouvelle option qui permettra de mieux vous repérer dans l’espace. On a tout simplement l’impression d’être dans la réalité. Les plans sont ultra réalistes et les itinéraires largement simplifiés. De quoi ravir ceux qui font beaucoup de route !

Google Maps

@googlemaps

Google Maps meets AR.

Rolling out to Pixel phones, starting today.

Vidéo intégrée

1 759 personnes parlent à ce sujet

Un trajet simplifié

Cette innovation proposée par Google Maps ne sera pas disponible sur tous les appareils. En effet, le géant américain a publié une liste complète des appareils qui seront compatibles à cette nouvelle version de Google Maps. La version bêta sera disponible simultanément dans toutes les langues et sur tous les marchés.

C’est donc bel et bien l’arrivée de la réalité augmentée dans votre quotidien. Et ça pourrait bien être une véritable révolution dans la manière de vous guider ! Désormais, l’application utilisera l’écran du smartphone pour ajouter une couche d’informations par-dessus le monde réel. Cette nouvelle fonctionnalité est tout simplement fascinante !

Surveillez bien vos smartphones, une mise à jour de Google Maps devrait être disponible très bientôt !

À quoi le smartphone de 2020 ressemblera-t-il ? (Source: LaboFNAC)

Douze ans après la révolution iPhone, le smartphone s’apprête à connaître l’une des plus grandes mutations de sa jeune histoire. La nouvelle décennie qui s’annonce va apporter avec elle de nombreuses innovations, à commencer par la 5G. Le réseau mobile de demain va permettre à de nouveaux usages d’émerger et au “téléphone intelligent” d’évoluer. À la veille de l’IFA de Berlin, il est déjà possible d’imaginer à quoi ressemblera le smartphone de demain.

Source: https://labo.fnac.com/guide/caracteristiques-smartphone-de-2020-portrait-robot/

En l’espace d’une décennie, le smartphone est devenu un outil indispensable du quotidien. L’avènement des « téléphones intelligents » est souvent associé à l’arrivée de l’iPhone en 2007. Pourtant, des mobiles avaient déjà montré la voie dès la fin des années 1990 avec les fameux PDA (assistants personnels) signés Palm, puis les mobiles de Nokia. Néanmoins, c’est bien avec le lancement de l’appareil d’Apple que le téléphone (phone) est devenu smart (intelligent) aux yeux du grand public, grâce notamment à son écran tactile.

Depuis, la planète entière a succombé au smartphone et le géant Google revendique aujourd’hui 2,5 milliards de terminaux Android actifs dans le monde. Un succès impressionnant qui cache pourtant une autre réalité : le marché traverse depuis quelques mois la pire crise de son histoire. Les ventes de smartphones ne progressent plus et ont même baissé pour la première fois l’année dernière.

À l’aube de l’an 2020, le téléphone intelligent se cherche un second souffle et plusieurs améliorations majeures devraient lui permettre de se réinventer. Les acteurs majeurs du secteur multiplient d’ailleurs les innovations depuis quelques mois, si bien qu’il est déjà possible d’entrevoir ce à quoi ressemblera notre futur smartphone.

Samsung Galaxy Note 10 et 10+

La 5G : l’élément déclencheur de la nouvelle révolution

Avant de s’attarder sur les évolutions techniques qui attendent nos appareils, il est indispensable d’évoquer la 5G. Le réseau mobile du futur est déjà lancé dans certains pays et promet de bouleverser les usages. Si son lancement est prévu pour 2020 en Europe, il faudra du temps avant que la 5G ne soit – notamment en France – une réalité pour tous.

Présentée comme une « technologie clé », la prochaine génération de réseaux de téléphonie mobile n’est pas une simple évolution de la 4G(+). Elle promet des débits beaucoup plus élevés (selon l’opérateur Orange, la 5G offrira progressivement un haut débit mobile amélioré jusqu’à 10 fois plus rapide que la 4G) et se distingue surtout par sa très faible latence. Deux arguments majeurs qui vont lui permettre de favoriser de nouveaux usages comme la réalité augmentée ou virtuelle et d’améliorer ceux qui existent déjà (streaming en très haute définition, téléchargement, activités dans le cloud…). Le marché du smartphone ne sera d’ailleurs pas le seul à en profiter : les objets connectés ou la voiture connectée/autonome attendent eux aussi le déploiement de la 5G.

Cloud gaming 5G qualcomm Oppo Soulcalibur 6

Cette dernière va aussi permettre au cloud gaming de se démocratiser, un secteur qui intéresse notamment Google avec Stadia ou le service Shadow du français Blade. Lors du Mobile World Congress, nous avions pu approcher une démonstration du cloud gaming en 5G sur le stand de Qualcomm. Pour le grand public, le jeu à la demande pourrait être l’un des premiers atouts de la 5G et les fabricants ne s’y trompent pas en misant sur les smartphones dédiés au gaming.

La course à la 5G est déjà lancée

L’ensemble du secteur se prépare à la révolution 5G et certains constructeurs proposent déjà des modèles 5G dans quelques pays (Corée du Sud, États-Unis, Chine…). C’est notamment le cas chez Samsung ou Huawei, tandis qu’Apple devrait attendre 2020. Plusieurs marques chinoises préparent également des modèles compatibles 5G et l’arrivée des premiers forfaits 5G va leur permettre d’exister sur le marché. Selon Gartner, les ventes de smartphones 5G représenteront 6 % des ventes totales de mobiles en 2020 et 51 % d’ici 2023.

Dès l’année prochaine, les modèles les plus haut de gamme (flagships) seront disponibles en version 5G.

Galaxy S10 5G

Pliable, intégral, double, nouveaux formats… : l’écran dans tous ses états

Élément le plus visible de nos smartphones, l’écran a déjà fortement évolué depuis les débuts du téléphone. Avec l’arrivée de l’écran pliable, il continue d’alimenter les débats en étant présenté comme la prochaine révolution du secteur. Samsung propose un avant-goût du futur avec son Galaxy Fold (sans oublier le Mate X de Huawei), mais il est encore trop tôt pour parler de révolution.

Les débuts des appareils pliables sont compliqués et les deux géants du secteur ont préféré revoir leur copie avant de commercialiser – au prix fort – leurs modèles respectifs. Cette très chère innovation n’a pas encore totalement convaincu, mais demeure prometteuse. Elle pourrait permettre au smartphone de se transformer en appareil 2-en-1 encore plus polyvalent et offrir de nouveaux usages. Il faudra toutefois attendre une baisse de prix pour le voir se démocratiser. De son côté, LG a fait le pari du double écran et présentera son nouveau modèle lors de l’IFA.

Samsung Galaxy Fold

À court terme, le futur de l’industrie mobile pourrait surtout passer par l’écran intégral. Depuis quelques années, les fabricants multiplient les efforts pour offrir des appareils « borderless » (sans bords) en optant pour une encoche ou une caméra escamotable. Le dernier exemple notable nous vient d’Asus avec son Zenfone 6équipé d’un appareil photo rotatif. Pourtant, ces améliorations ne sont que temporaires. Les innovations apportées aux dalles (avec capteurs sous l’écran, incurvées, trouées…) et l’arrivée de la caméra cachée sous la surface de l’écran vont permettre de voir débarquer des smartphones vraiment bordeless sans « gadget » au niveau de la caméra frontale. Plusieurs fabricants tels que XiaomiSamsung ou Oppo avec l’écran Waterfall veulent faire ce pari et les premiers modèles pourraient être commercialisés au cours des prochains mois.

Oppo Reno

Cette année, on a pu voir de nombreux modèles (Samsung Galaxy S10OnePlus 7 ProXiaomi Mi 9T…) équipés d’un lecteur d’empreintes sous l’écran, mais cette option est réservée aux dalles OLED. Néanmoins, les fabricants commencent à évoquer son arrivée sur des écrans LCD et des modèles d’entrée et milieu de gamme pourront ainsi en profiter. Le smartphone a également tendance à s’allonger en passant au format 21:9.

Enfin, la nouvelle année pourrait être marquée par l’arrivée de nombreux smartphones équipés d’un écran avec un taux de rafraîchissement de 90 Hz ou plus (jusqu’à 120 Hz). Les modèles dédiés au gaming ont été les premiers à opter pour cette fréquence – qui permet une expérience plus fluide –  et ils ne sont plus seuls. Les OnePlus 7 et 7 Pro ont fait ce choix et Google pourrait imiter la marque chinoise avec son Pixel 4.

L’appareil photo : la course aux mégapixels est relancée

L’appareil photo est un élément déterminant dans le choix d’un smartphone, et là encore, les progrès sont spectaculaires. Pratique, le mobile est un allié de taille pour immortaliser ses meilleurs moments et les partager sur les réseaux sociaux. Les smartphones ont signé le déclin des compacts et la tendance n’est pas près de s’inverser.

Les capteurs photo ont tendance à se multiplier – Nokia a lancé cette année un smartphone avec cinq capteurs au dos – et Samsung a relancé la guerre des mégapixels. De nombreux modèles embarquent aujourd’hui un capteur de 48 mégapixels (Sony ou Samsung) et on trouvera des modèles équipés de capteurs de 64 mégapixels signés Samsung d’ici la fin de l’année. Et l’ambitieuse entreprise sud-coréenne ne compte pas s’arrêter là. Elle a déjà annoncé un capteur de 108 mégapixels en partenariat avec Xiaomi.

nokia 9

Le constructeur chinois devrait être le premier à proposer l’ISOCELL Bright HMX sur l’un de ses appareils. D’autres constructeurs pourraient ensuite opter pour ce grand capteur (1/1,33 pouce) qui permettra de capter plus de lumière. À l’instar des capteurs 48 et 64 mégapixels, il a recours au pixel binning qui fusionne quatre pixels en un pour offrir des photos de 27 mégapixels (108/4).

À l’avant, les fabricants cherchent par tous les moyens à faire disparaître le capteur (appareil photo escamotable, rotatif, tiroir, aileron…) et optent depuis quelques mois pour des écrans poinçonnés. Cette option devrait se multiplier tandis qu’Oppo et Xiaomi ont récemment présenté des caméras selfies dissimulées sous l’écran du smartphone.

Oppo caméra sous-écran

Composants : une puissance mieux maîtrisée et de l’IA à tous les niveaux

Les smartphones continuent d’embarquer de composants toujours plus petits et performants. Depuis quelques années, même les modèles d’entrée ou milieu de gamme sont capables de proposer des performances satisfaisantes pour la plupart des usages.

Dès 2020 et l’arrivée de la 5G, le smartphone aura besoin d’encore plus de puissance pour répondre aux nouveaux usages. Les puces les plus récentes (Qualcomm Snapdragon 855+, Samsung Exynos 9825) sont déjà prêtes pour demain et sont pour certaines capables de supporter des écrans affichant des définitions WQUXGA (3840 x 2400 pixels) ou 4K UHD (4096 x 2160 pixels), des caméras de 22 Mpx, avec l’enregistrement vidéo 8K à 30 fps ou le stockage en UFS 3.0.

Les modèles équipés de 8 à 12 Go de RAM (comme le Galaxy Note 10) vont également se multiplier au cours de l’année. Les années à venir seront aussi marquées par une course à la finesse de gravure avec des SoC gravés en 7 nm ou 5 nm pour les appareils Android ou l’iPhone. Le gain de puissance s’accompagnera d’une amélioration de la consommation et donc  d’une meilleure gestion de l’énergie.

L’avenir du smartphone passe par la réalité augmentée

Ces améliorations vont permettre à la réalité virtuelle et augmentée de se démocratiser sur smartphone. Si Pokémon GO a donné un aperçu du potentiel de la réalité augmentée et Maps commence à proposer des fonctionnalités AR, la réalité augmentée sur smartphone n’en est qu’à ses balbutiements. Les deux géants du secteur, Apple et Google, travaillent depuis plusieurs années sur cette technologie qui va profiter des années 2020 pour bouleverser nos smartphones. De nombreux jeux et applications (e-commerce, réseaux sociaux, navigation) devraient en profiter.

Google Maps AR

Des smartphones taillés pour l’IA

L’intelligence artificielle n’est pas en reste et c’est même elle qui doit permettre au smartphone de devenir « plus intelligent ». Google multiplie les améliorations en ce sens avec son Assistant tandis que ses Pixel (XL) ont séduit en misant sur l’IA. Cette dernière va continuer d’apporter son lot d’améliorations dans divers domaines comme la photo, les performances, la gestion de la batterie ou l’automatisation des tâches. Pour cela, de plus en plus d’appareils vont embarquer des puces dédiées appelées NPU (Neural Processing Unit).

Batterie : une recharge toujours plus rapide

Déjà présente sur de nombreux modèles, la recharge rapide (voir notre dossier dédié) va continuer à progresser dans les années à venir. Toujours plus performant, le smartphone peine à faire progresser son autonomie et il est encore difficile de trouver des modèles capables de dépasser, voire simplement d’atteindre deux jours d’usage sans recharge.

L’an 2020 ne permettra pas toujours pas au téléphone intelligent de se rapprocher de l’illustre 3310, mais des progrès seront à noter. Outre des composants moins énergivores, la charge rapide va devenir encore plus véloce dans les années à venir. La marque qui monte, Xiaomi, a présenté un chargeur 100 W qui promet de recharger votre appareil en 17 minutes. Chez Vivo, la technologie FlashCharge 120 W promet le plein d’une batterie de 4 000 mAh en moins d’un quart d’heure.

smartphone chargeur

Il ne s’agit toutefois que de démonstrations et de nombreuses interrogations entourent ces systèmes. Les fabricants devront notamment rassurer sur leur capacité à limiter la chauffe des mobiles, avant tout lancement commercial. La charge « super » ou « ultra » rapide devrait donc arriver progressivement sur nos appareils.

 

 

Over 50% of Google searches result in no clicks, data shows

Google is hungry for your clicks. But it turns out that more than half of all Google Search queries now result in no clicks.

As of June 2019, 50.3 percent of Google searches received zero clicks. By contrast, searches with organic clicks to non-Google websites now make up only 45 percent of all traffic.

source: https://thenextweb.com/apps/2019/08/14/google-search-no-clicks/

That is according to data from marketing analytics firm Jumpshot based on 40 million browser-based searches on desktop and mobile in the US. The data was crunched by Rand Fishkin, founder of audience intelligence search engine SparkToro.

Credit: Rand Fishkin / SparkToro

Even worse, it seems this trend towards zero-click searches has seen steady growth since 2016. In the meantime, organic reach for third-party websites has continued to shrink.

To be fair, it’s not all that surprising that a large number of searches result in no clicks – especially when we factor in that Google has been shifting its attention to summing up results in snippets at the top of Search. While those might be easier to scan for users, they do eat into third-party websites’ traffic.

We’ve reached out to Google for comment, but have yet to hear back. We’ll update this post accordingly, if we do.

However, as Fishkin points out, a US congressional panel recently asked Google if it was true that less than 50 percent of searches lead to non-Google websites. It was a simple Yes-No question, but the Big G eschewed giving a direct response. Instead, it took a dig at the authenticity of the data cited – without denying it.

“The author of the report cited in our letter did not make his specific methodology clear, but it’s inaccurate to portray featured snippets as simply answering a question and never resulting in a click,” the company wrote in a statement. “Many sites strive to have their content highlighted as a snippet, which can drive meaningful traffic.”

Interestingly, Fishkin further notes that Google’s search dominance has reached a 94-percent market share (the data is based solely on browser-based searches).

Credit: Rand Fishkin / SparkToro

For the record, this isn’t an entirely new development. Back in June, Search Engine Land cited earlier research from Fishkin that suggested the number of zero-click searches in the first quarter of 2019 had reached nearly 49 percent of all queries.

Still though, the outlet noted that the Fishkin’s methodology wasn’t exactly bulletproof.

“The figures are based on over one billion web browser searches on ten million domestic desktop and Android devices in the US,” Search Engine Land wrote. “It does not include searches conducted on iOS devices, the Google Search app, voice-only devices or searches that ended in a click to a mobile app.”

The finding reignites discussions on Google’s anti-competitive conduct, which many have criticized in the past.

Indeed, reports from yesterday suggest that 23 European job search firms are working on filing an antitrust complaint against Google with the European Union. The companies allege the Big G placed its own job search results above those of competitors.

What makes matters even more pressing is that it’s hardly the first time the search engine giant has drawn criticism for its anti-competitive practices.

In the past, the company was fined €1.49 ($1.67) billion for killing ad competition, €2.4 ($2.69) billion for unfairly boosting its own shopping service, and €4.34 ($4.87) billion for illegally restricting the use of Android.

THE DATA SURFER – Bret Leece: “SO I THINK REALLY HAVING THE VILLAGE APPROACH AND WORKING TOGETHER WITH THE CREATIVE SIDE TO WORK WITH OUR STRENGTHS AND CREATE SPECTACULAR MEDIA EXPERIENCES IN HOW WE’RE GOING TO PUSH FORWARD.”

s3-news-tmp-10557-bret_leece--2x1--940.jpg

source: https://download.havas.com/posts/the-data-surfer/

Havas Media Chief Data & Innovation Officer Bret Leece was born in Orange County California and spent most of his days surfing growing up. After realizing pro surfing wasn’t his future an Applied Econometrics class changed his trajectory and led him on the path to being a leader at Havas. Leece handles the data at Havas Media and through new offerings like Converged and Mx, innovates the way we use data to accomplish our mission of making a meaningful difference to brands, businesses, and people.

How did you start your career? What attracted you to a career in advertising?

I started my career working for a little telco called Sprint. I was working with data to help Sprint staff their call centers appropriately. One of the predictors of call volume was ads and so I started realizing the power of data and this was when big data was a floppy disk. And I also realized the power of advertising to drive people to do things.

 

Tell us a little about your role at Havas? 

My work ultimately is a bridge between marketing, statistics, systems, and data. That’s what I’m really focused on now; bringing data to decisions. Nowadays with data everywhere and it all saying something different we’ve lost a bit of the ability to understand how and why we make decisions. At Havas, we have a layer between the data and the decisions called the Mx frameworks. These are very well thought through approaches to understanding what’s the most meaningful media to people and then using the analytics behind them to present the options to the client. So the frameworks help us understand and organize, and the outputs of the framework are the recommendations and the options that our clients hire us for. They want to know what their choices are. Part of the reason Mx was created is that data was leading us rather than supporting us and we wanted to switch that around and have more influence over how people think, feel, and experience brands.

 

What is Converged and what is Mx

Vivendi exists to create meaningful brands, within Vivendi we have a lot of resources and I work with Havas Media so we believe that the most appropriate and powerful way to communicate a brand message is through media that matters to a person. If we’re in places and spaces that people are just skipping through to get to something else then we’re not really being effective or making any meaningful impact. But if we’re in the places where there’s actual meaning to people, then that’s the core of meaningful media. From a data perspective, we start with our target audience and look at how to create an entire experience for them through media with connection, context, and content. We’re starting to apply some rigor around the context and the content pieces so we can run more analytics on that. Through the Mx frameworks, we’ve separated the data from the decision layer so we organize how we decide and when we use what data to make a decision.

 

What does innovation look like for forward-thinking agencies? Especially with growing data privacy and general skepticism in mind.

I think this is ultimately about the village. In the media experience, there is connection and context which we’re really good at. The content part…media agencies have been doing that for a while but they don’t do it nearly as well as creative agencies. So I think really having the village approach and working together with the creative side to work with our strengths and create spectacular media experiences in how we’re going to push forward.

There’s a long history of the media industry being timid about creative effectiveness. The reality is the analytics prove that about 70% to 90% of the effect of the media experience is the content. So with more structure around the kinds of content and what kinds of context, we can then start to analyze how those two things work together along with the audience and connection. We will be able to be much more objective whereas creative is very subjective. The two sides are coming together and Havas has a big edge because not only are we in the same building, but we have agreed to the same strategic process.

“I LOVE MEDIA BECAUSE YOU GET TO STUDY PEOPLE AND UNDERSTAND THEM FROM A VARIETY OF ANGLES AND PERSPECTIVES.”

You have some cool hobbies outside of data and innovation? What are they and how did you get into them? 

I love to surf and skateboard. There’s a skateboard park on Pier 62 and that’s become my go-to. I brought three surfboards with me when I moved to New York, but I really haven’t used them because the skate park is so convenient. That’s kind of my thing now and when I get the opportunity I swim so that when I do get the chance to surf I’ll be in shape and can handle the waves.

I also love to travel and understand new cultures. That’s part of the reason I love this job, I love media because you get to study people and understand them from a variety of angles and perspectives.

 

How do you inspire others?

What I try to do when I have a team is to understand three things: what they’re passionate about at work and outside of work, how they learn, and where they want to go in the next 3-5 years.

Then the challenge is lining up what they work on with their passions and giving them time outside of work to dive into their passions. Then it’s also just guiding and helping with that understanding of how they learn and the tools they need to grow in the direction they want to grow.

 

What is something your colleagues don’t know about you? Or just generally surprising about you?

Probably that I was homeschooled. In high school, I got serious about becoming a pro surfer for a year and a half so I was homeschooled until I realized that I wasn’t going to make it as a pro surfer, haha. Other than that, I love to laugh and I see the world as fairly ironic. I want to take an improv class. I think some of the best minds are in comedy. And the most twisted.

 

What are you really good at?

I’m good at self-criticism. Honestly, I’m good at knowing what I’m not so good at. There’s this idea of the Golden Mean and balance of mind body and spirit, and that’s great, but there’s not a lot of thrill in that. So for me, I look back at the history of philosophy and there are other core principles around how to live your life and mostly it’s how do you have the maximum thrills without the downside.

 

What’s the best advice you ever received?

I forget where I heard this, but “the future is always a combination of things that already exist.”