About 62% of Facebook’s ad revenue now comes from advertising on mobile devices – WSJ

Facebook Answers Critics With Mobile-Ad Surge – WSJ.

Updated July 23, 2014 8:46 p.m. ET

Facebook Inc. reported Wednesday that profit more than doubled and revenue topped estimates for the ninth straight quarter due to strong mobile ad revenue. WSJ’s Reed Albergotti reports. Photo: Associated Press

Facebook Inc. FB +2.92% on Wednesday put to rest any lingering doubts about its ability to transform its business into a mobile-advertising juggernaut.

The social network reported that profit more than doubled and revenue topped estimates for the ninth straight quarter. About 62% of Facebook’s ad revenue now comes from advertising on mobile devices, which this year is expected to eclipse newspapers, magazines and radio in the U.S. for the first time, according to eMarketer.

Facebook also continued to show it can weather concerns that it is losing its “cool” factor among teens or irking users worried about privacy. Facebook added another 40 million users in the second quarter, with one-fifth of the world’s population now logging into the social network at least once a month.

“This is a good quarter for us,” said Facebook chief executive Mark Zuckerberg on a conference call with analysts Wednesday, but “there’s still so much room to grow,” he said.

Facebook’s revenue rose 61% to $2.91 billion in the second quarter, generating a profit of $791 million, up from $333 million a year ago.

The results sent Facebook’s stock to an all-time high in after-hours trading, rising 3.7% to $75. That is nearly double Facebook’s initial public offering price of $38.

Facebook started placing ads on its mobile site and app only two years ago around the time of its initial public offering. It has now found itself in an entrenched battle withGoogle Inc., GOOG +0.21% fighting to inhale mobile advertising dollars that would otherwise have gone to the Web, print or television. Anyone else would be a distant third.

Facebook is projected to command about 18% of the roughly $17.7 billion U.S. mobile ad market this year, up from 9% two years ago, according to eMarketer. Google will remain No. 1, but its share is expected to fall to 39.8% from 49.8% during that time.

“What Facebook has done with mobile is one of the most impressive things I’ve seen an Internet company do in recent years,” said Mark Mahaney, an analyst for RBC Capital Markets, after the earnings release Wednesday. Mr. Mahaney warned, though, that Google is still the behemoth in the industry and might be only beginning to assert itself on the platform.

In an effort to entice big brands to spend more on its site and app, Facebook is making a bigger push into premium video advertising. It also launched a mobile advertising network in April through which Facebook sells ads that actually appear on mobile apps that the company doesn’t own. Depending on how many apps choose to participate, Facebook could expand its business through the ad network.

Facebook has also invested in market research data to try to prove to brands that ads on the platform are effective. It has convinced some large advertisers to put more resources into Facebook, helping boost revenue. But there are still skeptical advertisers, and if Facebook can convince them, too, it will see even more growth.

On Wednesday’s conference call with analysts, Facebook Chief Operating OfficerSheryl Sandberg called attention to the social network’s ability to sell ads to small businesses. She told the story of Chumbak, a maker of Indian-inspired products. After the company’s owners used their life savings to start Chumbak, they began purchasing Facebook ads, which are now responsible for generating 35% of that company’s online revenue.

Ms. Sandberg pointed to an advertising campaign in India designed specifically for low-end feature phones. She said Procter & Gamble Co. PG -0.14% ‘s Gillette brand launched its Vector 3 razor there, where 80% of the 100 million users of Facebook in India are on mobile.

She also pointed to a McDonald’s video ad campaign on Facebook that used anthropomorphic french fries as soccer players and re-enacted World Cup scenes.

Beyond advertising, investors continue to pay attention to Facebook’s user growth, which has been steady as it blankets more of the world’s Internet population. The company said 1.32 billion users logged into the service at least once a month during the quarter, up about 3.5% from 1.28 billion three months earlier. The number of users who logged in daily grew to 829 million on average in June, up from 802 million in March, indicating people are spending more time on the platform.

It isn’t clear whether the latest privacy flap—a furor over a psychological experiment Facebook conducted on its users—will cause people to leave the social network. Ms. Sandberg apologized earlier this month for not properly communicating to its users about the experiment, which was exposed last month and conducted in 2012 to determine whether Facebook could alter the emotional state of its users and prompt them to post more positive or negative content.

On the conference call, Facebook executives didn’t address the uproar over the experiment. But most numbers have indicated that people continue to use the service more, despite ongoing privacy concerns raised by incidents like the experiment.

In the U.S., where the market has been saturated with Facebook users for years, mobile users spent 157 million minutes on the platform in June, according to comScore, a 50% increase year-over year, including Facebook’s photo-sharing app Instagram. Facebook and Instagram shared 200 million unique visitors in June, up from 185 million a year ago. That is second only to properties controlled by Google and Yahoo Inc.

If there is any other worry about Facebook, it is the company’s inability to innovate. It has launched several stand-alone apps, including Poke, Paper and Slingshot, all of which have received a lukewarm response from users. In May, Facebook shut down Poke, which was a competitor to messaging service Snapchat.

Facebook has pointed to its Messenger app as a success, but it forces users of its mobile app to download it to send and receive Facebook messages. It has found innovation elsewhere, paying $19 billion for competing messaging program WhatsApp and buying virtual-reality headset maker Oculus VR for about $2 billion.

Mr. Zuckerberg signaled to investors that he would continue to make similar investments. “It’s not that we’re necessarily going to go out and have a lot more new strategic priorities, but we expect to go very deep on the priorities that we have to make sure that we completely nail them all,” he said.

Meanwhile, Google, has stretched its tentacles into numerous areas outside of advertising, from self-driving cars, to television streaming devices, to wearables and home electronics.

Among the biggest themes on Facebook’s earnings call was a simple message: The company plans to move slowly on various projects, like expanding the places Facebook ads can go, creating auto-play video advertisements, and turning its Instagram acquisition into a moneymaker.

“We want to make sure we don’t get ahead of ourselves,” Mr. Zuckerberg said.

 

Géofencing et stratégie web to store – Marketing Professionnel e-magazine

Géofencing et stratégie web to store – Marketing Professionnel e-magazine.

Avec l’arrivée du e-commerce, puis du m-commerce et la propagation des smartphones, la vision du shopping a évolué. Aujourd’hui, face à des consommateurs cross-canal, il est nécessaire pour les retailers de s’adapter à ces nouveaux comportements d’achat, grâce à des approches web-to-store.

Pour contrer le showrooming et proposer des expériences connectées, la détection de présence en point de vente devient indispensable. Ainsi, des technologies de géofencing en intérieur voient le jour. Elles permettent aux retailers de savoir quand leurs consommateurs visitent leur point de vente afin de mieux communiquer avec eux.

Le showrooming : émergence d’une tendance

Avec la crise financière des années 2000, le showrooming a explosé : les consommateurs se rendent en magasin pour repérer et tester les produits, avant de comparer les prix et d’acheter sur Internet.

Depuis 2011, avec la forte augmentation du taux d’équipement en smartphones – passant en France de 2,7 à 11,4 millions d’unités vendues entre 2009 et 2011 – les consommateurs se rendent en magasin pour repérer un produit, avant de comparer avis et prix directement dans les rayons depuis leur téléphone.

Face aux nouveaux géants du e-commerce comme Amazon, même des retailers seniors tels Walmart ont dû fermer des points de vente suite aux pertes engendrées par les achats en ligne. Tous les secteurs ne sont pas touchés à l’identique par cette tendance et selon une étude réalisée par Digitas en mars 2013, les industries les plus concernées sont l’high-tech et l’équipement de la maison.

Des brick & mortar dépassés

Par méconnaissance des évolutions du web, les « brick & mortar » ne se sont pas préparés à ce changement dans les modes d’achat. Les stratégies mises en place manquaient de cohérence, avec des sites internet, lorsqu’il y en avait, et des sites physiques traités comme deux silos différents, très loin des attentes des consommateurs.

Anh-Vu Nguyen, Directeur Marketing chez Fidzup

Avec l’essor, dès 2012, du m-commerce (achat sur mobile) et des paiements depuis le téléphone, la concurrence s’est accrue pour les commerces physiques.

Des consommateurs exigeants

Pour les consommateurs, le monde devient un grand magasin et ils font aussi bien leur shopping dans le monde physique que digital, à la recherche de bons plans – d’après une étude Nielsen de 2012, 91 % des Français sont de grands consommateurs de coupons de réduction. Les enseignes ont dû s’adapter en passant à des stratégies omnicanal où site marchand, mobile et magasin évoluent en synergie pour ramener les clients du « web » au « store » et proposer des expériences digitales à la hauteur de leurs attentes.

La géolocalisation, donnée indispensable dans une stratégie web-to-store

Le mobile étant de plus en plus utilisé en situation de shopping, il en devient l’outil de prédilection pour les marketeurs en quête de ce fameux “pont” entre le digital et le point de vente physique. Par ailleurs, le nouveau comportement des consommateurs pousse les retailers à contextualiser et personnaliser – grâce aux données de géolocalisation – leur communication sous peine de perdre leurs clients. Un nouveau besoin est né : pousser la bonne information, au bon endroit et au bon moment. Mais qu’en pensent les consommateurs ? Trouvent-ils ce genre de démarche intrusive ? Les différentes études menées démontrent que tout est question de contexte puisque 59 % acceptent de recevoir des messages sur leur smartphone selon leur position géographique et 68 % acceptent de recevoir des messages commerciaux, s’ils sont clients de la marque Mobile Marketing Attitude”, édition 2013, menée par la SNCD).

Géolocalisation en point de vente : usages

La technologie GPS intégrée au smartphone devient obsolète en intérieur, un point de vente étant une surface fermée, avec dans certains cas une connectivité (3G, Wi-Fi) limitée. Elle laisse alors place à une poignée de technologies de géolocalisation en intérieur permettant de connaître la position des consommateurs pour mieux communiquer avec eux. Ces technologies possèdent chacune leurs spécificités techniques et répondent à des besoins différents, allant du guidage en intérieur (technologie Wi-Fi qui nécessite un déploiement lourd pour une précision optimale), à la détection dans une zone virtuelle (déploiement plus léger, mais pour une granularité moins fine).

Le géofencing, technologie adaptée aux besoins des retailers

Le géofencing est un principe dérivé de la géolocalisation. Il consiste en la définition de frontières virtuelles permettant la détection de consommateurs dès qu’ils se rendent dans la zone, pour déclencher l’envoi de contenus riches et interactifs directement sur les mobiles des consommateurs. La première application de ce type de technologie est marketing, permettant à une enseigne/centre commercial d’envoyer coupons et promotions à ses clients au bon moment, au bon endroit, et sur le bon produit. Par ailleurs, son mode de déploiement fait de ce type de technologie le plus adapté aux besoins des enseignes et centres commerciaux.

Quels critères pour choisir la bonne technologie ?

Face à la multitude de technologies de géolocalisation/géofencing en intérieur, il devient de plus en plus difficile de s’y retrouver, tant le sujet est technique et novateur. Pour qu’une technologie rencontre son marché, elle doit d’une part être déployée massivement chez les retailers, mais aussi être utilisée par une majorité de consommateurs.

Ainsi, nous avons identifié quatre facteurs-clés de succès pour ces technologies :

  • Précision : puisqu’il s’agit de capter des consommateurs dans une surface fermée, il est indispensable d’avoir une technologie fiable, capable de différencier l’intérieur de l’extérieur ou alors un rayon A par rapport à un rayon B.
  • Déploiement : afin de favoriser un déploiement massif, il est primordial d’avoir une technologie facile à installer et à maintenir, pour un coût économiquement viable pour le retailer.
  • Audience : bien évidemment, plus l’audience est large plus la technologie est efficace. Compte tenu de la multitude de devices, marques, et version d’OS sur le marché, une technologie permettant de toucher un maximum de smartphones sortira du lot.
  • Usage : le mobinaute d’aujourd’hui étant pressé et exigeant, un usage fluide – en limitant au maximum les actions à effectuer de la part du consommateur – assure un usage massif.

Justine Joliveau, Chargée de Clientèle Fidzup

Les technologies de géofencing

La technologie sonore de Fidzup

Pensée et développée par la start-up, cette technologie de géofencing fonctionne grâce au son. En diffusant un signal inaudible à l’oreille humaine à travers les sources audio installées en point de vente (système d’enceintes, télévisions, etc.), Fidzup est capable de détecter la présence des consommateurs porteurs de l’application mobile du retailer. Cette détection déclenche l’envoi automatique de promotions et instants gagnants personnalisés et géolocalisés. Cette technologie est le fruit du programme de R&D de la start-up, qui l’a construite autour des quatre critères cités plus haut :

  • Précision : les propriétés physiques du son assurent une détection fiable et précise en intérieur.
  • Déploiement : une installation matérielle sur place légère, voire inexistante, en s’intégrant aux infrastructures sonores présentes dans la majorité des points de vente.
  • Audience : la technologie fonctionne sur 99,9 % des smartphones iPhone et Android, soit plus de 80 % de l’audience mobile mondiale.
  • Usage : un usage fluide pour le consommateur en limitant au maximum les actions à faire de sa part puisqu’il lui suffit de télécharger l’application mobile du retailer.

Par ailleurs, demander aux consommateurs de télécharger l’application de l’enseigne/centre commercial présente deux avantages :

  • Opt-in : c’est à ce moment-là que l’utilisateur devra accepter, ou non, de partager sa localisation pour recevoir du contenu personnalisé. Pour rappel, 59 % acceptent de recevoir des messages sur leur smartphone selon leur position géographique.
  • Branding : le consommateur reste dans l’univers de la marque, ce qui favorise sa compréhension du service novateur qu’on lui propose.

La technologie BLE face à la technologie sonore

Quel est l’avenir de la technologie sonore avec l’arrivée de la technologie BLE – Bluetooth Low Energy -, et son adoption par Apple sous le nom de iBeacon ? Si les deux technologies présentent les mêmes avantages, à savoir des usages en point de vente similaires, le BLE présente aujourd’hui des limites :

  • Précision : les ondes bluetooth pouvant traverser les murs, la fiabilité n’est pas aussi aboutie qu’avec la technologie sonore.
  • Déploiement : le BLE nécessite le déploiement de boîtiers tandis que la technologie sonore peut être déployée simplement et à distance, sans aucune installation matérielle sur place.
  • Audience : aujourd’hui limitée aux derniers devices et versions d’OS sur iPhone et Android, la technologie BLE ne permet pas de cibler une audience aussi large que celle de la technologie sonore. En revanche, cela est amené à évoluer avec le taux de pénétration et de renouvellement des smartphones.
  • Usage : la technologie BLE nécessite l’activation du bluetooth sur le smartphone des consommateurs, fonction très peu utilisée par les mobinautes d’aujourd’hui et donc peu ancrée dans leurs habitudes.

A l’avenir, la technologie BLE gagnera en maturité, compte tenu de la puissance des acteurs qui l’ont adoptée (Apple et PayPal, entre autres), qui l’évangélisent dès aujourd’hui et feront potentiellement les meilleurs choix pour lever ces barrières qui ne dépendent que d’eux. Dans ce cadre, la start-up n’exclut pas d’utiliser le BLE, en complément du son, pour optimiser sa technologie de détection de présence en point de vente.

Auteurs : Anh-Vu Nguyen, Directeur Marketing chez Fidzup et Justine Joliveau, Chargée de Clientèle chez Fidzup.

Cette tribune est extraite de Internet Marketing 2014 publié par l’EBG sous la direction de Soraya Cabezon (sortie prévue : juin 2014).

 

LinkedIn revendique 300 millions de membres – 50% des nouveaux membres arrivent via le mobile

LinkedIn revendique 300 millions de membres et ne compte pas s’arrêter là, Actualités.

Par Nicolas Richaud | 18/04 | 15:16 | mis à jour à 18:26

Le réseau social professionnel a vu son parc d’abonnés augmenter de près de 30% lors des six derniers mois, une croissance de plus en plus portée par le mobile. Valorisé plus de 21 milliards de dollars, LinkedIn est aussi en train d’accélérer son déploiement dans les grands pays émergents.

LinkedIn prévoit de réaliser un chiffre d’affaire légèrement supérieur à 2 milliards en 2014. - Brian Ach/Invision for Advertising Week/AP Images

LinkedIn prévoit de réaliser un chiffre d’affaire légèrement supérieur à 2 milliards en 2014. – Brian Ach/Invision for Advertising Week/AP Images

LinkedIn poursuit sa marche en avant. Le réseau social professionnel a annoncé, ce vendredi, avoir atteint les 300 millions de membres, selon le site américain « Business Insider » , contre 230 millions en octobre, soit une hausse de 30% de son parc d’utilisateurs en six mois. Un chiffre à rapporter aux 241 millions d’utilisateurs de Twitter, au 1,2 milliard de Facebook, mais surtout aux 55 millions du groupe français Viadeo, concurrent direct de la firme dirigée par Jeff Weiner.

<btn_impr style=”color: rgb(59, 58, 58); font-family: Arial, Verdana, sans-serif; font-size: 14px; line-height: normal;”><btn_impr style=”color: rgb(59, 58, 58); font-family: Arial, Verdana, sans-serif; font-size: 14px; line-height: normal;”>

Si seuls 33% de ses utilisateurs proviennent des Etats-Unis, la grande majorité de son chiffre d’affaires est encore générée dans les pays anglo-saxons où le réseau social professionnel a ses places fortes. Mais LinkedIn est en train de se déployer en Inde, au Brésil – où il a déjà des bases solides – et s’est lancé, début février, à l’assaut de la Chine , le principal marché de Viadeo qui revendique 17 millions d’utilisateurs dans l’Empire du Milieu.

La montée en puissance du mobile

Joff Redfern, vice-président du service mobile de LinkedIn, a précisé qu’actuellement, près de la moitié des derniers inscrits sur LinkedIn arrivent via le mobile, contre 8% il y a trois ans. Ce dernier estime que la majorité des nouveaux utilisateurs du réseau social professionnel passeront par ce canal d’ici à la fin de l’année 2014.

Et LinkedIn a prévu d’accentuer ses efforts dans le mobile, notamment en proposant de multiples applications, à l’instar d’un groupe comme Facebook. Jeudi, le groupe a fait savoir qu’il lançait l’application mobile de SlideShare . Disposant d’un matelas de trésorerie confortable, le groupe dirigé par Jeff Weiner a, par ailleurs, multiplié les acquisitions ces deux dernières années, en rachetant SlideShare , mais aussil’agrégateur de contenus Pulse ou plus récemment le site de recrutement Bright.

Une valorisation de 21 milliards de dollars

Valorisé plus de 21 milliards de dollars sur le NYSE, LinkedIn a enregistré un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dollars en 2013 – contre 972 millions en 2012, soit une hausse de 54% – et prévoit de réaliser un chiffre d’affaire légèrement supérieur à 2 milliards en 2014. Une annonce qui avait déçu les investisseurs et fait brutalement chuter le cours de Bourse du titre début février .

L’an dernier, Jeff Weiner, avait révélé qu’il « rêvait que les 3,3 milliards d’internautes », exerçant une activité professionnelle dans le monde, deviennent des membres de LinkedIn. A compter d’aujourd’hui, il ne lui en manque plus que 3 milliards pour que sa chimère devienne réalité.

Les smartphones prêts à suggérer les plats qui vous plairont

Les smartphones prêts à suggérer les plats qui vous plairont.

Un individu prend une photo de son plat dans un restaurant parisien. Cette pratique s'appelle le «Foodporn».
Un individu prend une photo de son plat dans un restaurant parisien. Cette pratique s’appelle le «Foodporn». Crédits photo : ANA AREVALO/AFP

Des applications de restauration récoltent maintenant assez de données sur les consommateurs pour orienter leurs choix en temps réel.

Publicité

Les smartphones remplaceront-ils les bons conseils d’un serveur dans un restaurant? C’est le nouvel objectif de l’application de géolocalisation Foursquare. La start-up américaine a déjà mis en place un système de recommandation des restaurants bien notés et proches de l’utilisateur depuis octobre. Il suffit d’avoir activé sa géolocalisation et le téléphone envoie automatiquement des notifications indiquant des restaurants populaires et des plats dont les internautes parlent le plus. Foursquare souhaite aller plus loin et affiner ses suggestions en fonction des goûts précis des utilisateurs.

Pour réaliser cette prouesse, l’entreprise analyser plus finement des données dont elle dispose déjà. Quand un utilisateur se connecte régulièrement sur Foursquare, les serveurs de l’application récupèrent de nombreuses informations comme les restaurants les plus visités, les plats consommés et préférés et les lieux de sortie habituels. «On a tellement de signaux qui entrent et sortent dans notre base de données. On peut utiliser tout ça pour personnaliser notre système de recommandation», explique Dennis Crowley, le fondateur de Foursquareinterviewé par le site Readwrite. À terme, Foursquare veut être capable de nous envoyer, dès qu’on rentre dans un restaurant, une notification sur le plat que l’on devrait prendre, un peu à la manière d’Amazon et de ses suggestions d’articles.

Un algorithme puissant qui scrute nos habitudes

Foursquare n’est pas le seul à travailler sur cette idée. En France, le site de réservation en ligne de restaurants La Fourchette compte également s’y mettre. «On connaît toutes les réservations passées chez nous et on sait en temps réel ce que fait le client sur notre site», explique Amélie Naudin, directrice relation clients. «On essaye de personnaliser encore notre algorithme aux données de profil de nos clients», précise Amélie Naudin. L’ambition est d’arriver à suggérer les restaurants selon les plats qu’aiment les utilisateurs. «On pense à proposer aussi une recherche par plat en fonction des retours clients.» Cette suggestion poussée sera proposée sur le site et dans la version mobile.

D’autres entreprises ont l’intention de recommander un plat directement sur les tables des restaurants. La start-up israélienne MultiDine a développé un concept de tables tactiles, sur lesquelles on passe commande et qui récoltent des données sur les consommateurs. «Nous apprenons vos goûts», explique-t-elle sur son site. En France, le restaurant Touch’In Parisutilise des tables interactives. «On développe un système de recommandation pour nos clients», déclare Jérémy Vuillaume, gérant du restaurant. Les tables seront capables de proposer les cocktails les mieux notés sans aller jusqu’à connaître les préférences de la clientèle.

Les clients capables de décider par eux-mêmes

Les recommandations ont leurs limites. Elles ne tombent pas toujours juste et peuvent être envahissantes. Le possesseur de smartphone n’a pas forcément envie de recevoir plusieurs notifications pendant son repas pour lui conseiller le meilleur plat à prendre. AlloResto, le numéro 1 de la livraison à domicile, ne compte pas proposer la suggestion des plats. «En terme de technologie, c’est fantastique, mais d’un point de vue humain ça devient un peu effrayant […] On va penser à ma place, on ira plus jamais vers la découverte et on sortira plus des sentiers battus», déclare Sébastien Forest, PDG de l’entreprise. «Après, libre au client de ne pas suivre les suggestions», tempère cependant Amélie Naudin de La Fourchette.

AlloResto se rapproche pourtant de Foursquare sur certains points. Il va implémenter la fonction de géolocalisation sur une nouvelle version mobile. L’entreprise française la proposera dans les semaines à venir. «On vous suggèrera les meilleurs restaurants en fonction des préférences de vos amis et de votre position actuelle», annonce Sébastien Forest. Un moyen de rendre son application encore plus attractive. «Quand on sait que plus de 25% de notre chiffre d’affaires se fait sur le mobile maintenant, ça démontre qu’il faut être positionné dessus», explique Sébastien Forest.

UK Mobile Ad Spend Hits £1bn | Mobile Marketing Magazine

UK Mobile Ad Spend Hits £1bn | Mobile Marketing Magazine.

Mobile ad spend broke the billion pound mark in 2013, hitting £1.03bn, 93 per cent up on the 2012 total of £529m, according to the latest Internet Advertising Bureau UK (IAB) Digital Adspend report, conducted by PwC. Mobile now accounts for 16 per cent of all digital advertising spend compared to 10 per cent in 2012.

Social media advertising spend on mobile increased to £221.8m in 2013, and by 71 per cent across digital channels overall, to £588.4m. Consequently, mobile now accounts for 35 per cent of total digital social media advertising.

Display advertising across the internet and mobile grew by 22 per cent on a like-for-like basis to reach £1.86bn. With mobile display growing by 180 per cent on a like-for-like basis to £432.4m in 2013, mobile now accounts for 23 per cent of total digital display advertising.

Digital advertising online and on mobile increased by 15.2 per cent to 6.3bn, compared to £5.45bn in 2012. And among media owners who submitted revenue figures to the IAB/PwC, tablet-dedicated advertising (not including internet advertising displayed on a tablet by default) grew by over 400 per cent to reach at least £34.4m in 2013; up from £6.8m in 2012.

Tablet ownership up
This increase has been fuelled by an increase in tablet ownership, which grew 63 per cent year-on-year from 11m to 17.9m Britons in February 2014 according to comScore’s mobiLens research. Over one in four British consumers now owns a tablet, and 36 per cent of people accessing the internet are now doing so via tablets, according to UKOM/comScore February 2014 figures.

57 per cent of tablet owners online say it’s their “go-to” device to surf the internet at home, according to YouGov data. 66 per cent say it’s easier to go online using a tablet, while 65 per cent say they like to use them while watching TV.

Online banking 
Banking and finance is the area of people’s lives that would be most affected without the internet or mobile phone – cited by 48% of Britons online – followed by keeping up with current affairs (37 per cent) and relationships with friends and family (35 per cent).

“Digital advertising continues to grow at impressive rates simply because marketers are becoming more responsive and savvy to the increasing ways people consume content across different devices,” said Tim Elkington, director of research & strategy at the IAB. “However, there’s still a lot of work for the industry to do when it comes to tablet advertising. Spend on ads designed specifically for tablets is growing fast but it’s still a very small part of the pie – despite the increase in tablet ownership, and the crucial role they play in people’s internet use at home. The tablet has moved from the offices of early adopters to the nation’s living rooms and advertisers should be following suit.”

Paid-for search marketing increased 14 per cent on a like-for-like basis to £3.49bn. Classifieds, including recruitment, property and automotive listings, grew 9 per cent like-for-like to £886.5m, accounting for 14 per cent of digital ad spend.

Video advertising grew by 62 per cent year-on-year to £324.9m. Video now accounts for 18 per cent of all online and mobile display advertising. Driven by mobile display and video, the consumer goods sector continued its dominance as the biggest spender on digital display advertising, overall – accounting for 18 per cent in 2013, compared to 16 per cent in 2012.

Zac Pinkham, managing director, EMEA at advertising platform, Millennial Media, believes that breaking through the £1bn mark proves that mobile has moved from an experimental to a strategic phase.

“Where the UK mobile ad market was initially driven by performance advertisers, these results show that it’s now maturing and mirroring the US more closely as growth is fuelled by brand advertisers,” he said. “Driven by a 93 per cent overall rise on the previous year, the IAB’s results have indicated the significant impact of tablets near-ubiquity in UK households in driving spend. Our own platform data from 2013 supports this, with tablets accounting for 24 per cent of ad impressions, and overall growth also being driven by mobile video and display advertising.
“Mobile ad spend is only set to continue, and we believe that the next phase of growth is in new measurement solutions. When brands can easily evaluate the effectiveness of mobile to demonstrate the impact on real-world metrics – such as brand uplift, foot traffic, or increased revenue – then I believe we’ll see even further dramatic growth in the industry.”


Read more at http://mobilemarketingmagazine.com/april2014-mobile-ad-spend-figures#0A3jAh3wYrDVETOt.99

MOBISTAR : Le client est satisfait du réseau optimisé de Mobistar | Zone bourse

MOBISTAR : Le client est satisfait du réseau optimisé de Mobistar | Zone bourse.

24/02/2014 | 09:22
Le client est satisfait du réseau optimisé de Mobistar 24 février 2014Bruxelles, le 23 février 2014 – Plus de neuf clients Mobistar sur dix sont satisfaits du réseau. Telle est la conclusion d’une enquête réalisée par iVOX pour le compte de l’opérateur télécom Mobistar. Ce niveau de satisfaction élevé est le fruit des investissements massifs consentis par l’entreprise au cours de l’année écoulée. Mobistar a, en effet, investi massivement dans l’optimisation de son réseau. Dans cette même optique d’amélioration continue de la qualité du réseau, le coup d’envoi du FastForward Mobile Trip sera donné aujourd’hui. Deux utilisateurs Mobistar vont tester la qualité du réseau aux quatre coins de la Belgique pendant une semaine.

Le bureau d’études iVOX a récemment réalisé, pour le compte de Mobistar, une enquête relative à la perception de la qualité du réseau. L’opérateur télécom a interrogé 1.500 Belges de Bruxelles, du Brabant flamand, de Flandre orientale, de Flandre occidentale, du Hainaut et de la province du Luxembourg. Les résultats de l’étude révèlent qu’en moyenne, 93 % des utilisateurs Mobistar de ces régions sont satisfaits à très satisfaits du réseau Mobistar. Les pourcentages diffèrent légèrement d’une région à l’autre. La satisfaction de la clientèle à Bruxelles s’élève ainsi à 90 % alors qu’elle atteint 93 % en Flandre et 95 % en Wallonie. La satisfaction moins élevée en Région de Bruxelles-Capitale s’explique par la nouvelle norme de rayonnement de 3V/m en vigueur. Les clients qui constatent une amélioration la ressentent essentiellement au niveau des appels à domicile, de l’envoi et de la réception de messages, de la qualité de l’internet mobile et des appels en déplacement (bus, tram ou train).

Investissements

Ces résultats sont la conséquence des récents investissements à grande échelle de Mobistar dans l’amélioration technique de son réseau. Concrètement, l’entreprise a massivement investi dans l’optimisation de la couverture ‘deep indoor’ pour le trafic voix et data. Ces améliorations sont nettement perceptibles grâce à une transmission accélérée et l’installation de nouvelles antennes et la rénovation d’antennes existantes avec de nouvelles fréquences radio. Mobistar est, par ailleurs, le seul opérateur belge à avoir poursuivi l’implémentation de la technologie High Definition Voice sur son réseau, gage d’un son cristallin.

FastForward-Tour

A partir d’aujourd’hui, dimanche 23 février, Mobistar va mettre son réseau en avant. Dans le cadre d’une opération baptisée ‘FastForward Trip’, deux clients Mobistar vont tester la qualité du réseau pendant une semaine. Ils vont sillonner le pays à bord d’un camping-car pour évaluer la qualité du réseau en divers endroits, tant en ville qu’à la campagne. Le parcours du FastForward Mobile Trip passera par Mons, Francorchamps, Anvers, Ostende et Opglabbeek. Les deux aventuriers devront relever divers défis destinés à tester la qualité du réseau. Au programme : saut en parachute et cache-cache, entre autres.

Grâce aux expériences du FastForward Mobile Trip, Mobistar entend se faire une idée précise des différents éléments du réseau, notamment la vitesse de chargement et de téléchargement, la qualité audio des appels et la couverture.

Mobistar profitera aussi de l’action pour inviter tous les autres clients à évaluer le réseau et à partager leurs expériences en ligne viawww.mobistar.be/ffwd. Une carte permettra aux utilisateurs d’indiquer aisément l’endroit où ils ont testé le réseau avec le résultat obtenu. Pratique ! L’aventure mobile sera à suivre sur les médias sociaux sur les comptes officiels de Mobistar et ceux des deux testeurs.

Gartner Says Mobile Advertising Spending Will Reach $18 Billion in 2014

Gartner Says Mobile Advertising Spending Will Reach $18 Billion in 2014.

Growth from 2015 to 2017 Will Be Fueled by Improved Market Conditions

Global mobile advertising spending is forecast to reach $18.0 billion [≈ net worth of Michael Bloomberg, mayor of New York City] in 2014, up from the estimated $13.1 billion [≈ net worth of Mark Zuckerberg, founder of Facebook, 2011] in 2013, according to Gartner, Inc. The market is expected to grow to $41.9 billion [≈ AT&T T-Mobile purchase] by 2017. Gartner said that display formats will make up most of the revenue, but video will show the highest growth.

“Over the next few years, growth in mobile advertising spending will slow due to ad space inventory supply growing faster than demand, as the number of mobile websites and applications increases faster than brands request ad space on mobile device screens,” said Stephanie Baghdassarian, research director at Gartner. “However, from 2015 to 2017, growth will be fueled by improved market conditions, such as provider consolidation, measurement standardization and new targeting technologies, along with a sustained interest in the mobile medium from advertisers.”

With regard to the different ad formats used in the mobile sector, mobile display ad formats are collectively the single biggest category of ads, and will remain so throughout the forecast period, although this category will shift to mobile Web display after several years of higher growth in in-app display. Uptake of the audio/video format by the end of the forecast period is higher because the tablet form factor will drive video, and the tablet market continues to grow.

In addition, search/map ad types will benefit from increased use of location data gathered from users, either through them opting into being located automatically through their devices or because they proactively check in the places they visit using apps such as Foursquare and Pinterest. As a result, local advertisers will be more interested in the mobile channel as a means of pushing ads. The split between in-app and Web display is taking longer to shift in favor of the latter, as the use of HTML5 tools in mobile website development is taking longer to impact the market.

All regions of the world will experience strong growth in mobile advertising spend, although North America is where most of growth will come from, due to the sheer scale of its advertising budgets and their shift to mobile.

“North America is the region with the strongest general advertising focus and investment. It is also the region where online advertising is most mature,” said Mike McGuire, research vice president at Gartner. “Overall advertising budgets are the highest, so when a portion shifts to mobile, in a multiplatform approach, it immediately impacts the market’s scale.”

Western Europe’s market for mobile advertising will remain similar to North America’s, albeit at a slightly lower scale, for the duration of the forecast period. “The mobile channel will become more and more integrated into 360-degree advertising campaigns, eating up budget historically allocated to print and radio advertising,” said Ms. Baghdassarian.

Asia/Pacific and Japan is the most mature region for mobile advertising, and therefore growth will slow between2012 and 2017, averaging 30 percent a year. Historically, the unusually high adoption of handsets for digital content consumption in Japan and South Korea has given the Asia/Pacific region an early lead in mobile advertising. Looking forward, Gartner expects the high-growth economies of China and India to contribute increasingly to mobile advertising growth as their expanding middle classes present attractive markets for global and local brands.

In the emerging markets of Latin America, Eastern Europe, the Middle East and Africa, mobile advertising growth will largely track the technology adoption and stabilization of emerging economies, but will mostly be driven by large markets such as Russia, Brazil and Mexico. From 2015, growth rates in this region will exceed the worldwide average.

More detailed analysis is available in the report “Forecast: Mobile Advertising, Worldwide, 2010-2017.” The report is available on Gartner’s website at http://www.gartner.com/document/2642816.