Earned Media Relations: Alive and Well — and Driving Influence | Jennifer Risi

Earned Media Relations: Alive and Well — and Driving Influence | Jennifer Risi.

Five years ago — during the height of the social media marketing revolution — many experts predicted the end of earned media — influence gained through non-paid channels.

Fast-forward to today and earned media is more important – far more influential — than ever before for brands — large and small. As we enter the mobile-first age, media is a constant companion for consumers and consumers are increasingly seeking authentic and original sources for news and content. Earned media is what customers tweet about [such as: “The best new product ever”], and it often receives myriad retweets and favorites. In another valuable form, earned media is consumed through tried and true traditional sources such as newspapers, broadcast and magazines read each and every day.

In 2015, social media networks will rapidly decrease the organic reach of a brands’ content — despite the number of fans, followers and engagement. Without an ad-buy, brands will become virtually invisible on these social platforms.

Against this backdrop, earned media is and will remain a key channel to influence others – informing, educating and driving decisions. The concept of “earned” media — however — no longer just applies to traditional media outlets — with a similar “active” approach required in effective social media engagement and content marketing.

Five years ago, Facebook and Twitter were the new vehicles to promote brand stories. In 2015 both channels will become paid publishing platforms — creating the age of Facebook Zero and Twitter Zero. Today, the organic reach of the branded-content published on these platforms will hit zero — making “earned media” more essential than ever.

In addition to driving influence, earned media activities can also help to drive business outcomes on behalf of our clients. But these days it has to work a little harder to make the “sale.” For example, in 1994, it took seven touch points to convert a prospect into a sale. In 2014, it took up to 20 touch points. Today, media relations generates impactful touch points, significantly increasing word of mouth, which is the highest converter of sales/action. Word-of-mouth recommendations from friends and family are still the most influential, as 84 percent of global respondents across 58 countries to a Nielsen online survey said this source was the most trustworthy.

Today’s modern media relations, defined
Multi-Platform Content is King. Video is the most valuable tool as people process video 60,000 times faster than text. Every media campaign today should focus on a strategic mix of traditional media, social media engagement and content [video, infographics] to drive influence, decisions and desired outcomes.

In conclusion, the more the art of media relations changes — the more it stays the same. Our industry also has become resourceful at mining and converting data into storytelling, and using multi-media content will create more impactful placements. While digital has provided challenges and opportunities for brands, one constant remains: Earned media is alive and well — and driving influence one story at a time.

2015-01-21-altimeter.png

Advertisements

Airbnb Lets You Sleep in Ikea for the Night

Source: http://mashable.com/2014/08/21/sleep-in-ikea-for-the-night-make-your-dreams-come-true/

SYDNEY — You can now live your own version of the movie 500 Days of Summer — by staying a night in an Ikea store. For real: you could be sleeping on the beds, cooking with fake ovens, eating all the meatballs.

How? In what may well be the partnership of the century, Airbnb has coupled with everyone’s favourite Scandinavian flat-packing store for one night only — August 31, at one store in Sydney.

The promotional rooms at the Ikea in Tempe, Sydney boast an ideal location near the airport with city skyline views and will be home to three families of lucky winners. There are three options to choose from: rustic charm, inner city living or modern elegance.

The cost? A mere 12 Australian dollars.

ikea

 

IMAGE: IKEA IKEA

“Airbnb gives people access to the most unique listings around the world from treehouses to yurts to villas, and now we’re adding Ikea to the list,” Eva Ross, Local Operations Lead at Airbnb Australia, said in a statement. “The experience is sure to thrill any guest.”

There’s one proviso in the fine print: “By entering, you agree to be part of an event that will be covered by the media,” it says. “Oh, and that you will be woken in the morning in a remarkable way. Nothing frightening — we promise!”

For anyone who has ever dreamed of sleeping in the giant blue box store without assembling the bed first, your moment has arrived — so long as you’re O.K. with surprises.

Aislelabs Engage: analyser le comportement des consommateurs dans le magasin physique et au sein des sites et applications (Instore retargeting via mobile)

Le regargeting en magasin fait décoller le marché du marketing mobile-%post_id%.


AisleLabs_1
Les acteurs de l’ad tech et les marketeurs commencent à réaliser l’importance du marketing digital in-store et surtout du lien qu’il est nécessaire de faire entre le magasin physique et les applications et sites mobiles, un maillon encore faible de la chaîne malgré son importance. Un exemple très récent de cette prise de conscience est le partenariat que la plateforme de publicité programmatique SiteScout vient de signer avec AisleLabs, un spécialiste du retargeting in-store.

Le retargeting in-store est une façon un peu grossière d’appeler le retargeting qui permet aux annonceurs de communiquer avec leurs clients et prospects pendant et après qu’ils soient passés dans le magasin.

L’outil Aislelabs Engage permet d’analyser à la fois le comportement des consommateurs dans le magasin physique et au sein des sites et applications en ligne. Se servant des technologies Wifi, GPS et notamment iBeacon – qui identifie où l’internaute se trouve dans le magasin au rayon près – AisleLabs permet aux marketeurs d’envoyer des messages personnalisés à ces cibles. L’outil fournit une analyse sur les profils des visiteurs, segmentés en fonction de leurs différents comportements de recherche et d’achat.

Suite à ce partenariat, un commerçant utilisant Aislelabs Engage avec son application mobile, par exemple, pourra mieux comprendre le comportement de son client dans le magasin et utiliser la plateforme RTB de SiteScout pour le recibler sur Internet, dans son smartphone ou tablette, ou sur les réseaux sociaux comme Facebook.

« Notre vision a toujours été de connecter le comportement du consommateur en ligne et dans le monde physique. A travers cette nouvelle offre avec SiteScout, nous sommes encore plus près de rendre cette idée réalité. Le concept de recibler les visiteurs d’un magasin physique, une fois qu’ils sont en ligne, vient combler une lacune dans le marché », affirme Nick Koudas, co-fondateur et CEO d’AisleLabs.

– See more at: http://www.ad-exchange.fr/le-regargeting-en-magasin-fait-decoller-le-marche-du-marketing-mobile-15307/#sthash.70bzHHFf.dpuf

Steinlager Pure – Born To Defy: Meet William Trubridge, 15 x World Champion FreeDiver and proud New Zealander, defying the world’s expectations 101m at a time

Amazing spot from DDB New Zealand for local lager Steinlager, featuring free diver William Trubridge, here taking a slow descent into the abyss. Great photography and an impressive ad, though we’re not quite sure how any beer, even Steinlager, can be said to defy anything other than perhaps sobriety..

Les drives séduisent encore trop peu de ménages selon Nielsen

Les drives séduisent encore trop peu de….

A mesure que la croissance des drives en France ralentit, la question de l’optimisation du modèle se fait de plus en plus forte. A l’occasion de la présentation de son étude “Shopper & Assortiment”, le 3 juin à Paris, Nielsen s’est penché sur les opportunités encore à saisir.

 

Tout d’abord, le tassement de la révolution drive n’est pas un mythe. “Le rythme ralentit doucement”, confirme Anne Haine, directrice commerciale Nielsen France. L’essentiel des ouvertures se fait aujourd’hui sur des sites “accolés en picking”, c’est-à-dire sans entrepôt dédié, où les équipes font les courses en magasin à la place des clients. Le modèle le plus coûteux, le moins performant.

Les drives avec entrepôts, privilégiés par Leclerc et Auchan, voient leur nombre évoluer bien plus lentement. Or, ce sont eux qui réalisent les meilleures ventes comme Nielsen le montre avec l’exemple des boissons sans alcools. Sur ce rayon, 15% des drives les plus gros représentent 61% des ventes.

Sans être alarmante (les drives représentent toujours un tiers de la croissance des ventes de PGC), cette évolution pose la question de l’optimisation. Seul un tiers des familles, la cible principale des drives, se sont rendus en drive au cours des six derniers mois. “Demain, on ne sera jamais à 100% de taux de pénétration de la population, comme pour les hypers, explique Isabelle Kaiffer, directrice consommateurs chez Nielsen. Mais deux tiers des familles n’y vont pas encore.” Sachant que les acheteurs fidèles consacrent déjà 80% de leurs dépenses aux drives, les distributeurs ont intérêt à regarder dans cette direction.

Relation client : les entreprises françaises entrent à peine dans l’ère de la cross-canalité – JDN Média

Relation client : les entreprises françaises entrent à peine dans l’ère de la cross-canalité – JDN Média.

Selon l’étude 2014 “les marques françaises et l’expérience client omnicanal en ligne”, seuls 10 % des entreprises françaises proposent des réponses cohérentes sur 2 canaux de contact en ligne et 1 % sur 3 canaux.

Au fur et à mesure que les canaux de contacts se multiplient, la relation client se complexifie. 
Non seulement, le client devient de plus en plus exigeant car il a la possibilité de se renseigner et de comparer les services et produits qui l’intéressent sur le web, avant d’acheter, mais de surcroît, la multiplication des terminaux lui confère un don d’ubiquité. Une nouvelle dimension que les marques doivent appréhender.
Avec le boom des médias sociaux, « la voix » du consommateur est amplifiée et les bonnes ou mauvaises expériences peuvent rapidement faire le tour de la toile. Parce que la nature et les modes d’interactions avec les marques ont changé c’est l’ensemble de l’expérience client qui doit être repensé.
Chaque département doit partager les données qu’il exploite de son côté et avoir une vision claire de l’ensemble de la chaîne de valeur : produits et services en vente et à venir, campagnes et promotions en cours et prévues, retours des clients sur leur utilisation et satisfaction quant aux offres. 
Aux États-Unis, des postes transversaux de « Responsable de l’expérience client » commencent à apparaître, afin d’offrir le parcours client le plus optimisé pour accroître davantage le taux de fidélisation.
En France, la plupart des entreprises ont compris que pour se démarquer de la concurrence, elles doivent replacer le client au cœur de leur stratégie. La prestation fournie par le Service Client est primordiale et se doit donc d’être excellente, grâce à une connaissance des besoins et attentes du client.
A ce titre les résultats de l’étude qu’Eptica vient de mener auprès de 110 entreprises françaises leaders de 11 secteurs d’activité est riche d’enseignements. Trois semblent particulièrement intéressants à retenir :

  1. La stratégie choisie par les marques en matière de relation client est de plus en plus centrée sur les clients, en leur proposant des dispositifs privilégiés, auxquels les prospects n’ont pas accès. Par exemple, seuls 10 % des marques de téléphonie proposent un email de contact à leurs prospects. Dans le secteur bancaire, elles sont 20%. Or, les prospects sont amenés à devenir les clients de demain et il semble important de les aider dans leurs démarches de recherche d’information. Leur fermer certains canaux, parce qu’ils consomment trop de ressources, serait à terme une erreur.
  2. Twitter apparaît davantage comme un canal d’information marketing que comme un canal de relation client. Seules 51 % des entreprises qui ont été contactées par Twitter ont apporté une réponse, dont un peu plus de la moitié étaient pertinentes (52 %). Les autres réponses invitaient l’internaute à entrer en contact avec la marque sur un autre canal (téléphone, RDV de visu, e-mail, etc). Ses 140 signes semblent freiner les entreprises à apporter des réponses circonstanciées aux consommateurs, et les renvoient sur d’autres canaux comme le téléphone, le mail ou les RV de visu.
  3. Il apparaît clairement que les entreprises sont encore très loin de l’omnicanalité. L’étude a permis de montrer clairement que seul 1 % des entreprises a apporté des réponses cohérentes sur 3 canaux et 10 % sur 2 canaux (e-mail et Twitter). Cette cross-canalité naissante est à développer. Le client est devenu roi et attend le même niveau de réponse sur l’ensemble des canaux de contacts, d’où l’importance de mettre en place une base de connaissance centralisée entre les différents canaux.

A titre de comparaison, Outre-Manche, les résultats sont également loin d’être satisfaisants : si 12 % des entreprises ont apporté une réponse sur 3 canaux, 5 % d’entre elles ne permettent aux consommateurs de les contacter par aucun canal en ligne que ce soit !
Force est donc de constater que si les entreprises multiplient les possibilités de contact en offrant en moyenne 4,25 canaux ou dispositifs, elles ne disposent pas encore de l’organisation ni des outils nécessaires pour apporter des réponses de qualité et cohérente sur les canaux choisis par les consommateurs.

See How St. Vincent Doubled Her First Week Album Sales… | Digital Music NewsDigital Music News

See How St. Vincent Doubled Her First Week Album Sales… | Digital Music NewsDigital Music News.

Screen shot 2014-04-17 at 5.14.08 PM

Updated 4/18/14 11:30 AM PST.

St. Vincent’s latest album St. Vincent came out on February 25th.  The Found Group ran the digital marketing campaign for the release.  I recently profiled The Found Group’s found.ee tool, a link shortener that makes it easy to form retargeting pools.

In the first week, 29,506 copies of St. Vincent were sold (excluding the first week $3.99 Amazon MP3 sale).  This is double the amount of first week sales for St. Vincent’s previous album.

So how did The Found Group’s digital campaign play into this?

The Found Group used found.ee along with a number of other approaches.  For example, they used information from their retargeting pools to figure out what videos fans had already seen.  When a fan navigated to the landing page on St. Vincent’s website they were served a page that catered specifically to them.  If someone had already seen the first music video they were shown the second one instead.

The following infographic details each of the digital methods that were used in the campaign.  It also shows how fans were reached multiple times, giving them more opportunities to make a purchase.  Jason Hobbs of The Found Group says a customer usually has to see a product around seven times before they’ll make a purchase.

The infographic is a little overwhelming, I had to have Jason walk me through it.  If you have specific questions, leave them in the comments.

To reiterate, this infographic only covers digital marketing efforts. It was originally created as an internal document but was then approved to be shared with the public. The Found Group says:

“We clearly couldn’t have done it without the music, St. Vincent, the label, the management, distro, the PR, radio, etc.  These campaigns are team efforts, with a lot of moving parts.  And St. Vincent has a very strong team.”

St_Vincent_Infographic

When Nina Ulloa isn’t writing for DMN she’s usually reviewing music or at a show. Follow her on Twitter.