Le multi-tasking et la social TV sont moins présents en Europe que dans le reste du monde, selon une étude internationale de Nielsen – Offremedia

Le multi-tasking et la social TV sont moins présents en Europe que dans le reste du monde, selon une étude internationale de Nielsen – Offremedia.

Le 08/04/2015

nl431-logo-nielsen

En regardant des programmes audiovisuels, les internautes européens pratiquent moins le multi-tasking que les internautes des autres continents, et sont moins intéressés par la connexion avec les réseaux sociaux, selon l’édition 2014 de l’étude «Global Digital Landscape» de Nielsen.
Seulement 44% des Européens déclarent surfer sur Internet pendant qu’ils regardent des contenus audiovisuels, contre 63% des Asiatiques et 62% des Nord-Américains.
A peine un quart des Européens (26%) déclarent regarder davantage des programmes live s’ils incluent un dispositif social media, contre 49% pour la moyenne mondiale.

NL1129-image-nielsen1

Au niveau mondial, l’étude de Nielsen montre à la fois que la diffusion live et la taille de l’écran demeurent des éléments essentiels pour la consommation de programmes mais aussi que les écrans mobiles et le délinéaire trouvent leur place dans le parcours du spectateur. Ainsi, si 65% des sondés déclarent préférer la vision en live des contenus, 64% disent que la programmation différée facilite leur agenda. De même, si 63% des personnes interrogées estiment que l’écran le plus grand est le meilleur pour regarder des programmes, 59% déclarent qu’il est pratique de les visionner sur leur écran mobile.

NL1129-image-nielsen2

La télévision reste l’écran préféré pour regarder la plupart des genres de programmes (infos, fictions, sports…), à l’exception des vidéos courtes, pour lesquelles les internautes préfèrent l’ordinateur puis le smartphone.

NL1129-image-nielsen3

La dernière édition de l’étude «Global Digital Landscape» de Nielsen, créée en 2005, a été menée entre le 13 août et le 5 septembre 2014, auprès de 30 000 internautes dans 60 pays sur tous les continents.

Social Plateform – Active Users Growth (US 2014) – Facebook: -9%, Linkedin: +38%, Instagram: +47%, Twitter: +7%

People were actually using Facebook less last year.

Facebook was the only major social network to experience a drop in active usage in 2014, falling by nine per cent compared to the previous year.

However, it is still by far the most popular social network outside of China, according to researchers from Global Web Index, with 81 per cent of internet users claiming to be members of the site.

Facebook’s decline, measured in the rate of people actively using the site per month over the year, was most marked in Asia, with native sites like WeChat and Qzone dominating.

Pinterest and Tumblr experienced huge growth in 2014, with a surge of 97 per cent and 95 per cent respectively, while usage at Instagram and LinkedIn went up by 47 per cent and 38 per cent respectively.

Snapchat was the fastest growing app in 2014 with a 57 per cent increase on 2013 figures.

YouTube was visited by 82 per cent of internet users between the ages of 16 and 64, which puts it ahead of Facebook, which was ‘only’ visited by 73 per cent of active users.

Twitter et Socialyse mesurent l’amplification du réseau social sur la TV – Offremedia

Twitter et Socialyse mesurent l’amplification du réseau social sur la TV – Offremedia.

nl1046-logos-twitter-socialyse

Twitter France a présenté hier, avec Socialyse, l’entité social media du groupe Havas, les résultats de l’étude «TVxTwitter», menée en octobre dernier, qui décrypte la place du réseau social dans les nouvelles formes de consommation télévisuelle.
A cette occasion, ont été présentés les résultats d’une étude réalisée sur 3 annonceurs de 3 secteurs différents (énergie, entertainment audiovisuel, banque-assurance). Ils montrent l’amplification de l’impact de la communication auprès des personnes exposées à la TV + Twitter versus à la TV seulement, sur les critères d’émotion, de proximité, de considération d’achat et de recommandation, ainsi que sur les valeurs de la marque : innovante (x2,3), fun (x2,6), enthousiasmante (x3,5), audacieuse (x2,8), tendance (x2,2), à l’écoute (x2,8), de confiance (x1,8).

NL1046-image-havas1

NL1046-image-havas2

Ainsi, lors du dispositif TV/Twitter d’EDF mis en place par Havas Media pour le match de football France-Espagne le 4 septembre (voir archive), 69% des personnes exposées à Twitter+TV ont trouvé la marque innovante, vs 38% des exposés TV seulement, et 60% se sont senties proches de la marque, vs 37% des exposés TV seulement.
A partir d’une étude réalisée auprès de 1 007 utilisateurs (30 derniers jours) de Twitter, âgés de 18 ans et plus, quatre profils de comportements ont été dégagés : les @adict (10%) qui ne peuvent pas se passer de Twitter devant la TV ; les @core (24%) gros consommateurs de la TV et de Twitter ; les @casual (39%) qui ont besoin de valeur ajoutée pour utiliser le réseau devant la TV ; et les @distant (27%) qui n’utilisent pas le réseau social devant leur poste.

NL1046-image-havas3

Parmi les personnes utilisant Twitter devant la TV, 72% déclarent chercher du contenu additionnel en lien avec le programme qu’ils regardent et 66% vont chercher des contenus exclusifs. Pour 2 personnes sur 3, Twitter permet de voir s’il y a un programme «dont tout le monde parle» et 1 sur 3 choisit de regarder un programme s’il est très discuté sur Twitter.
Une personne sur deux retweete des marques parce qu’elle aime le contenu, deux sur cinq pour participer à des jeux concours et une sur trois pour bénéficier d’offres exclusives.
Autre résultat de l’étude, à prendre en compte pour les marques qui veulent engager leur audience : les deux éléments qui apportent le plus de valeur dans un tweet sont, pour les personnes sondées, l’humour et le fait d’apprendre quelque chose de nouveau.

NL1046-image-havas4

 

“Rising Star”: les 3 enjeux que doit relever cette émission “social media” – #2: Attirer de la pub bi-écran

Le Plus. supplément du Nouvel Obs revient sur les enjeux ‘Social TV’ de Rising Star. Extraits:

Par 
Consultant médias sociaux

LE PLUS. L’enjeu est crucial pour M6. “Rising Star”, un nouveau concours de chant qui mise sur l’interactivité, débute ce jeudi 25 septembre, avec sur le plateau Cathy Guetta, David Hallyday et Cali. Sur quel concept repose cette émission ? Quelles sont ses forces, ses faiblesses, et ses limites éventuelles ? Analyse de Laurent Dupin, consultant media.

Édité par Sébastien Billard  Auteur parrainé par Aude Baron

Tout le monde en parle, en retenant son souffle : “Rising Star” sur M6 est LE coup de poker télé de la rentrée, en dehors du retour (à confirmer) de “Koh Lanta” sur TF1.

Mais au-delà des enjeux d’audience, ce sont surtout des enjeux business dans un domaine tout à fait naissant qui prennent place. La “social TV” va faire ce jeudi soir un test majeur.

Pourquoi ? Trois raisons, qui sont aussi trois ressorts et trois prises de risque évidentes pour M6 et les éventuels suiveurs.

1. Gérer les egos

En janvier dernier, j’avais nommé cette problématique le “36-15 maman j’passe à la télé”, pour décrire les premières expériences d’interactions entre télévision et réseaux sociaux, qui se limitaient à afficher des tweets ou posts en live, durant une émission.

Il faudrait que “Rising Star” fasse mieux, plus fort, à défaut de vite lasser les gens. Car un wall, ça comprend beaucoup de portraits. Or le réseauteur, l’influent, même gamin, ne veut voir et relayer que LUI, LUI, LUI ! La gestion de l’ego est capitale, et il n’est pas sûr que le dispositif de l’émission le mette bien en valeur.

2. Attirer de la pub bi-écran 

C’est le vrai nerf de la guerre, le vrai et seul enjeu. Comment faire en sorte de passer de la pub contextuelle dans ce cockpit d’écrans, qui implique aussi (ça se complique) de passer par une application dédiée (m6play, la catch-up tv jusqu’ici) ? Cela, en tenant compte vaguement de ses limites.

En gros, je regarde plus ou moins l’écran de la télé du salon, tout en tweetant depuis mon smartphone ou ma tablette : comment passer la pub idéale, personnalisée, qui soit ajustée et pas envahissante ? Un vrai sujet car hors 36-15 et SMS justement (la télé préhistorique), rappelons que la social TV n’est qu’à fond perdu pour l’heure, pour les chaînes de télévision.

On ne vend pas encore vraiment aux annonceurs des pubs réservés à ces dispositifs, qui ne sont donc pas rentabilisés en soi. Pire : l’audience Médiametrie n’en tient pour l’heure pas compte. Et le projet d’indicateur “Médiamétrie Twitter TV Ratings” ne sera disponible qu’en 2015.

3. Avoir des VIP en cohérence avec le social media 

Même remarque que pour les présentateurs de JT, il faudrait idéalement que les VIP de “Rising Star” soit eux-mêmes actifs sur les réseaux sociaux ! Or c’est très relatif.

Article complet:

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1243992-rising-star-sur-m6-les-3-enjeux-que-doit-relever-cette-emission-social-media.html

En savoir plus sur Médiamétrie Twitter TV Ratings” : http://www.mediametrie.fr/television/communiques/mediametrie-et-twitter-s-associent-pour-lancer-mediametrie-twitter-tv-ratings.php?id=1050#.VCi3ZGSsX4M

Un système analogue à Médiamétrie Twitter TV a été développé par Havas Media Brussels et fonctionne depuis septembre 2013: le SRP:

SRP: Havas Media Brussels reveals the formula of the Social Rating Point - mixing TV & Social Media data

SRP – première mesure de l’engament social des programmes télévisés.

Le SRP est calculés en divisant le volume de mentions d’une émission par son reach. Dans le cas présent, ce volume de mentions sociales provient de l’étude MATCH menée par Tevizz pour le compte d’Havas Media Bruxelles. Le reach est basée sur l’audimétrie (CIM).

Le SRP moyen sur base de plus de 400 programme diffusés entre le 1er septembre et le 17 novembre 2013 est de 0,13 dans le nord du pays et de 0,27 dans le sud. Il peut dépasser les 2 pour certains programmes sportifs.

Sa lecture est double:
2 SRPs = 2% of TV reach is also messaging about the show on social networks with 1 message by unique user
2 SRPs = 1% of TV reach is also messaging about the show on social networks with 2 message by unique user

En savoir plus ?

https://www.facebook.com/HavasMediaBelgium

http://www.huguesrey.com
twitter: huguesrey

http://fr.slideshare.net/havasmediabe

Influencia – Twitter influence-t-il vraiment la consommation TV ? lmpact réciproque d’un trend Twitter sur l’audience d’un programme

Influencia – Twitter influence-t-il vraiment la consommation TV ?.

Résaux sociaux, acceptez-vous de prendre pour époux les programmes TV ici présents, pour le meilleur et sans le pire ? Faites sonner les cloches, voler le riz et chanter les glottes, vive les mariés ! Sans attendre neuf mois, l’union a accouché d’un phénomène en passe de modifier notre consommation télévisuelle à la racine. Depuis deux ans INfluencia analyse le phénomène, ses nouveaux outils et ses conséquences. En juin 2013, nous passions à la loupe les résultats d’une nouvelle étude de BI Intelligence, qui confirme l’avènement de la TV sociale. Mais une question restait sans réponse analytique : le tweet fait-il l’audience ou bien est-ce le programme qui fait le tweet ? Les deux, répond une nouvelle étude indépendante de Nielsen.

Pour la première fois, un rapport apporte des preuves statistiques sur l’impact réciproque d’un trend Twitter sur l’audience d’un programme. Les deux sont donc interdépendants. L’étude deNielsen est partie d’une ambition initiale : déterminer si l’activité sur le réseau de micro-blogging améliorait l’attractivité d’un contenu en cours ou si au contraire, c’est la popularité du programme qui suscite plus de conversations sur Twitter.

Pour dessiner des cadres de réponses statistiques, Nielsen a analysé minute par minute l’audience et le flux social générés par 221 programmes de primetime, grâce à sa plate-formeSocialGuide : sur 48% des émissions, l’audimat se révèle être d’une influence notable sur le nombre de tweets concernant le programme. Autre constat intéressant, le volume de tweets provoque des changements significatifs sur l’audimat pour 29% des contenus étudiés.

SEEiT, l’outil qui corrobore

« Nous avons constaté un lien de cause à effet significatif indiquant qu’une poussée d’audimat sur un programme TV peut sensiblement accroître le volume de tweets. Mais il est aussi intéressant de constater que l’inverse est également vrai, commente dans un communiqué publié sur le site de Nielsen son directeur de recherches Paul Donato. Cette approche rigoureuse d’une analyse statistique fournit à nos clients et aux médias une meilleure compréhension de l’interaction entre Twitter et l’audience TV. »

Pour pointer sa loupe analytique encore plus près du phénomène, l’étude s’est carrément attardée sur les impacts réciproques par style de programme. Nous apprenons donc que l’influence de la conversation dans le nid de l’oiseau bleu diffère en fonction du genre. Le champion de l’impact par tweet est la télé réalité (44%), devant la comédie (37%), le sport (28%) et le drame (18%). « Les groupes de médias et les annonceurs ont déjà investi dans la capacité d’audience des médias sociaux, qui leur permettent un engagement plus direct avec les consommateurs. Quantifier la relation entre la télévision et l’activité sociale est pour eux primordial », assure Paul Donato. C’est dans cet esprit que Comcast a lancé SEEiT il y a quelques mois. Cette plate-forme en cloud relie directement le buzz social àu programme TV qui le génère. Les premières données confirment les constats de Nielsen : plus de 50% des gens qui interagissent avec SEEiT via Twitter regardent ou enregistrent une émission dans la foulée.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

Social Networking Accounts for (at Least) 28% of all Media Time Spent Online [STUDY] – AllTwitter

Social Networking Accounts for (at Least) 28% of all Media Time Spent Online [STUDY] – AllTwitter.

Social Networking Accounts for (at Least) 28% of all Media Time Spent Online [STUDY]

Internet users now spend a daily average of 6.09 hours on online media, and more than one full quarter of all that time that is used by social networking on platforms such as Facebook, Twitter, Snapchat and Instagram, reveals a new study.

GlobalWebIndex surveyed internet users aged 16-64 and found that 28 percent of all time spent online is consumed by social media, which equates to about 1.69 hours each and every day.

Now, here’s where the study gets interesting, and somewhat confusing – the second most popular online activity in the poll is micro-blogging, which takes up 13 percent of our time.

Micro-blogging? That’s Twitter, right? Which means for the purposes of this study, then (a) Twitterisn’t a social network, but (b) it’s still massively important as a source of time suckage. Especially as reading/writing blogs only uses up 9 percent of our time (and blog posts can take ages to write… and read).

Check the visual below for more detail.

Social Networking Accounts for (at Least) 28% of all Media Time Spent Online [STUDY]

Sociallymap – Votre eco-système Social automatisé

Sociallymap vous permet d’automatiser votre présence sur les réseaux sociaux et donc de gagner en efficacité, en visibilité et en temps.

Sociallymap vous permets de gagner du temps en automatisant de manière qualitative les tâches à plus faible valeur ajoutée. Vous pouvez ainsi vous concentrer sur les tâches à forte valeur ajoutée.

http://www.sociallymap.com

Connecting with Social Brand Ambassadors – (The Nielsen SRP version)

Connecting with Social Brand Ambassadors – Nielsen Social.

CONNECTING WITH SOCIAL BRAND AMBASSADORS

When big moments happen on TV today, viewers are turning to phones, tablets and computers to share their reactions instantly through social media—and they are doing it a lot. In the first four months of 2014, 17 million people sent 361 million tweets about TV. But tweets about TV are only part of the social TV story. The other half is tweets about brands that advertise on TV. In the same four-month period, 17 million people sent 215 million tweets about the approximately 700 brands that Nielsen Social tracks.

In a recent study, we analyzed the overlap between these two populations—people who tweet about TV and people who tweet about brands—to understand the value of social TV audiences to brands. The study produced four powerful insights:

First, this population of social brand ambassadors—people who tweet about TV and tweet about brands—is large. The study found that in an average month, 64% of people who tweet about brands also tweet about TV. So if a brand is looking to engage people who are likely to share their brand message, connecting with social TV authors is a good place to start.

Second, the study found that people who tweet about both brands and TV account for an outsized portion of all tweets about brands. The 64% of people who tweeted about brands and TV sent 78% of all brand Tweets.

Social brand ambassadors — in an average month, @TwitterTV authors post 78% of brand Tweets #socialtv @nielsensocial

Tweet

Third, the study found that people who posted Tweets about TV and brands sent three times as many brand Tweets as those Twitter authors who only posted Tweets about brands.

3xTweets5

Finally, the study found that people who tweet about brands and TV have twice as many followers as those who only tweet about brands. In other words, those TV authors are twice as influential as brand authors that don’t tweet about TV. They amplify messages to twice as many followers with each brand Tweet sent.

influence5

Not surprisingly given these findings, advertisers and agencies are taking note of social TV and are layering a social lens on TV ratings to sharpen media planning and buying decisions. They are also looking at social TV affinity to find the TV audiences that fit their brand or category. Finally, advertisers are using social TV measurement to understand campaign effectiveness—to find out in which programs, on which networks and with what creative campaigns perform the best socially.

At this year’s Nielsen Consumer 360, Deirdre Bannon, vice president, Product at Nielsen Social, joined a panel—including Roni Karassik, Sr., campaign research manager at Microsoft, Jed Meyer, global research director at Annalect, and Berj Kazanjian, senior vice president, Ad Sales Research at MTV—to talk about this powerful cross section of people who tweet about brands and TV: today’s socially active brand ambassadors.

 

Social TV : 81% des internautes de 15-24 ans régulièrement adeptes du second écran pendant qu’ils regardent la télévision ! | airofmelty.fr

Social TV : 81% des internautes de 15-24 ans régulièrement adeptes du second écran pendant qu’ils regardent la télévision ! | airofmelty.fr.

Une nouvelle étude réalisée par Médiamétrie et baptisée Screen 360 vient de mettre en lumière le fait que la Social TV est en plein essor chez les 15-24 ans ! Second écran, commentaires sur les réseaux sociaux et application interactive, aucun aspect de la Social TV n’est oublié !

 

Le mois dernier, à l’aube du coup d’envoi de la Coupe du Monde 2014, Air of melty vous avait annoncé que 30% des moins de 35 ans comptaient commenter les matchs du Mondial 2014 sur les réseaux sociaux, preuve que la Social TV est en plein essor en France. Encore plus fort que les espérances, les premiers résultats avaient finalement surpris en certifiant que 51% des 18-24 ans s’étaient livrés au multitasking multiécrans lors du premier match des Bleus, France-Honduras. Aujourd’hui, une nouvelle étude menée par Médiamétrie et baptisée Screen 360 permet d’y voir un peu plus clair. Selon les informations que nous a communiquées Isabelle Lellouche-Filliau, l’effet Coupe du Monde semble bel et bien accentuer le phénomène de Social TV chez les jeunes. Un phénomène pas encore majoritaire mais bel et bien très présent chez les moins de 30 ans en tout cas !

social tv,social tv, télévision, jeunes, multiécran, second écran, étude

Ainsi, selon l’étude, 32% des internautes âgés de 15 à 24 ans ont déjà écrit des commentaires au sujet d’un programme TV regardé en parallèle, contre 17% en moyenne. Et à ce sujet, 55% des jeunes internautes utilisent leur téléphone mobile pour écrire des commentaires au sujet du programme TV regardé. On vous le disait il y a peu, les 13-24 ans préfèrent aujourd’hui le téléphone portable à la télévision dans leurs activités média et multimédias. Aujourd’hui,cette étude permet de montrer que ces deux supports sont souvent complémentaires, comme en atteste par exemple le fait que 81% des internautes de 15-24 ans déclarent utiliser au moins une fois par semaine un autre écran pendant qu’ils regardent la télévision, contre 65% des internautes moyens. L’autre écran en question est, sans aucun doute, principalement le téléphone portable, qu’ils peuvent consulter jusqu’à 50 fois par jour !

D’autre part, l’étude Screen 360 a permis de révéler que 35% des 15-24 ans ont déjà utilisé une application de second écran, qui se retrouve parfaitement essentielle en matière de Social TV.

Comment favoriser l’engagement des téléspectateurs avec la Social TV – Examples

Favoriser l’engagement des téléspectateurs avec la Social TV.

Tout au long de cette année Social TV, les chaînes et producteurs de contenus ont multiplié les dispositifs digitaux pour attirer, retenir et engager les téléspectateurs.

French Social TV vous propose un tour des meilleures pratiques constatées en France mais également à l’étranger pour atteindre ces objectifs. Ce dossier sera décomposé en 3 parties : avant, pendant et après la diffusion d’un programme.

L’infographie suivante résume les principales pratiques remarquées, via la veille sur le compte Twitter et la page Facebook de French Social TV.

Bien entendu, il peut manquer des éléments … n’hésitez pas à rajouter en commentaire vos observations.

Social TV Best Practices by French Social TV

Très longtemps délaissée, la période précédent la diffusion d’un programme s’avère être très importante car elle ancre dans l’esprit des internautes la venue de celui-ci.

On constate principalement 3 grandes familles d’actions Social TV réalisées par les chaînes et producteurs de contenus TV:

  1. Conversations : créer des discussions pour favoriser l’arrivée du programme.
  2. Second Ecran : habituer le téléspectateur à utiliser ce site ou application. Faire en sorte que cela devienne la principale source d’information du programme.
  3. Warm up : chauffer la salle encore et toujours.

Conversations

  • Discussions autour du programme (LiveTweet, Post …) : NT1 et l’agence Darewin souhaitaient promouvoir la date de diffusion et présenter le nouveau Bachelor. Pour cela, ils ont décidé de réactiver les influenceurs et Twittos qui ont regardé et livetweeté le Bachelor l’année dernière.

bachelor-conversation-nt1-socialtv

  • Exclus et Bonus des coulisses : au delà des classiques clips, interviews, photos,… Arte propose une critique de sa série phare « Real Humans ». L’idée est de donner envie de regarder le programme avec un argumentaire clair et étoffé.

arte-series-social-tv

  • Moments passés (clips, interviews, photos, phrases clés…) : capitaliser sur les précédents épisodes est clairement la solution de base. Mais profiter d’événements extérieurs peut s’avérer plus pertinent comme dans le cas des élections et de l’émission Mots Croisés de France 2.

mots-croises-social-tv

  • Teasing/moments à venir : là aussi, c’est un grand classique. Game of Thrones publie quelques vidéos, toujours très courtes, de présentation de la nouvelle saison. Les producteurs savent très bien que chaque plan sera analysé et fera l’objet de discussions sur les réseaux sociaux.

game-of-thrones-preview-social-tv

  • Participation des stars : avec les Hangouts de Google+, les chaînes et producteurs disposent d’un moyen très simple pour organiser rapidement des prises de parole de la part de stars de l’émission. The Voice et bien d’autres organisent très souvent des sessions quelques jours avant la diffusion du prime.

the voice-hangout-social-tv

  • Contenus externes (radios, couverture magazines …) : les magazines, journaux et autres sites web annoncent très souvent l’arrivée d’un programme. C’est autant de matière pour animer une page Facebook par exemple.

pekin-express-social-tv

  • Influenceurs : quelques semaines avant le lancement de la saison du Meilleur pâtissier, M6 avait convié plusieurs blogueurs (univers cuisine principalement) chez Cuisine Attitude by Cyril Lignac pour participer à un concours de cuisine. L’idée était de réaliser un cake et de noter les réalisations en 2 temps : par Mercotte (membre du jury) d’abord et en recueillant le maximum de « Likes » sur Instagram.

relation-influenceurs-m6-social-tv

Second Ecran

  • Replay/VOD : entre deux épisodes, la Nouvelle Star sur D8 en profite pour donner des contenus additionnels spécifiques sur le site de second écran.

second-ecran-nouvelle-star-social-tv

Warm up

  • Rappels : HBO maîtrise ce point à merveille. Les images avec cette fameuse date ont été reprise énormément par les fans.

game-of-thrones-recall-social-tv

  • Hashtags : classique désormais, chaque programme dispose de son propre hashtag. Très régulièrement, les comptes sociaux des programmes rappellent son existence.

secret-story_hashtag-social-tv

  • Eléments graphiques : actuellement TF1 incite les fans de Secret Story à devenir ambassadeur du programme en customisant le logo de l’émission avec leur prénom via une application Facebook.

secret-story-social-tv

Rendez-vous la semaine prochaine pour suivre la 2ème et 3ème partie de ce dossier.

The following two tabs change content below.

Véritable passionné d’Internet, j’apprécie de faire de nouvelles découvertes mais surtout être étonné par les nouvelles technologies. Je m’intéresse à plusieurs sujets comme la SocialTV, le Cloud Computing, le vin … Des thèmes variés ayant tous comme point commun l’utilisation des médias sociaux comme stratégie de communication. J’ai été consultant marketing pour plusieurs acteurs informatiques, dans les domaines du Cloud Computing notamment. Aujourd’hui, je suis en charge du marketing stratégique et opérationnel chez un éditeur de logiciel.
Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 3,144 other followers