TF1 et Youtube dans le même GRP Vidéo !

Publicité : TF1 et Youtube dans le même GRP Vidéo ! — Bouillonnements numériques.

source: http://blog.lefigaro.fr/philippe-bailly/2015/05/publicite-tf1-et-youtube-dans-le-meme-grp-video.html

Cette fois la direction est clairement affirmée : « C’est un pas de plus vers la convergence des mesures d’audience TV et Internet », commentait ce lundi Benoît Cassaigne, le Directeur des mesures d’audience de Médiamétrie, après la confirmation du lancement en juin du GRP Vidéo.

La mise au point de cet « indicateur commun aux visionnages de publicités vidéos sur téléviseur et sur Internet » constitue l’aboutissement de trois années d’échanges entre éditeurs, régisseurs, agences médias, organismes professionnels… : le 16 avril 2012, Médiamétrie avait annoncé développer en partenariat avec Google un panel spécifique visant à “mieux comprendre la complémentarité entre les écrans : télévision, ordinateurs fixes et portables, tablettes et mobiles“.

De l’exercice de compréhension, on est clairement passé en phase active de rapprochement des conditions commerciales applicables à la télévision et au Web.

Le dernier pas vers la mesure totalement unifiée – celui qui verra éditeurs et producteurs recevoir à 9 h 10 les audiences réalisées par les programmes la veille, quel que soit l’écran et quel que soit le réseau sur lequel ils ont été consommés – n’est plus très loin. Les Allemands l’ont même déjà franchi : l’équivalent local de Médiamétrie AGF a annoncé fin avril que « les résultats de YouTube seraient intégrés dès cette année dans les audiences mesurées ».

Mais une phase de pédagogie sera certainement nécessaire pour accompagner l’arrivée de cette nouvelle mesure, sur la façon de comptabiliser les spots regardés en ligne en particulier. « Le marché a approuvé, pour le GRP Vidéo,  une définition du contact Vidéo sur Internet basée sur la durée de visionnage et la part de surface exposée », indiquait lundi la communication de Médiamétrie. « Si j’ai un pré-roll de 30 secondes et que ce pré-roll est entièrement vu cela vaudra 1. Si je vois la moitié de la surface, la moitié du temps, cela vaut 0,25 », expliquait à l’automne dernierBertrand Krug, le directeur-adjoint de Médiamétrie / Net Ratings.

Restent au moins deux questions :

–          Concernant les conséquences de cette nouvelle mesure sur les modes de commercialisation des espaces, d’abord, et sur le rapprochement qui pourrait en découler en termes d’outils de reporting comme de médiaplanning.  Le GRP Vidéo pourrait bien être le cheval de Troie qui prépare l’extension à la télévision des techniques d’achat en programmatique (RTB) massivement utilisés aujourd’hui sur Internet. Avec l’étude « Programmatique en TV, nouvel enjeu de l’achat d’espaces publicitaires », NPA Conseil analyse les enjeux d’une telle évolution (identification des acteurs-clés, aspects techniques, implications sur le cadre réglementaire, enjeux commerciaux et impact en terme de rapports de force sur le marché…).

–          A propos de possibles répercussions sur le prix des espaces ensuite, avec la crainte que la constitution de facto d’un inventaire commun réunissant télévision et Web exerce une pression à la baisse sur le prix des espaces.

Les groupes audiovisuels ne sont pas démunis pour parer à cette hypothèse. En premier lieu, la totalisation des audiences qu’elles génèrent sur l’ensemble des écrans offrira une meilleure approche de leur puissance globale, et les offres mixtes TV Web qu’elles pourront créeer leur permettront d’améliorer la couverture sur les cibles les plus friandes de vidéo en ligne.

Et de même que Youtube ou DailyMotion ne commercialisent pas au même prix le film familial UGC (user generated content) et le contenu premium (official content), TF1, France Télévisions, M6 ou Canal+ ne manqueront pas aussi de faire valoir la valeur différenciante du contexte éditorial garantie aux marques. Le Baromètre de la télévision de rattrapage réalisé depuis 2011 par NPA Conseil et GFK en partenariat avec la SNPTV répond bien à cette motivation. Et demain sans doute la télévision s’inspirera-t-elle de l’exemple de l’étude Audience One qui réunit les audiences des marques de presse dans l’ensemble des univers physiques et numériques. Gutenberg source d’inspiration pour John Baird !

Advertisements

Three-fourths of the world’s mobile data traffic will be video by 2019

11 massive predictions about the future of mobile and mobile data | memeburn.

At this stage, telling anyone that we live in a mobile world seems more or less pointless. Our phones are hardwired into our daily lives and, for many of us, can seem more like artificial limbs than everyday devices. They’ve changed the world too. Web designers now think about how you’ll experience a site on a phone or tablet before they think about how you’ll see it on a desktop.

Apps meanwhile have gone from single function curiosities to powerful tools that allow us to do everything from hailing private cars to making investments on the fly.

Given that we’ve come so far since the first cellphone call was made 42 years ago, where are we likely headed to next?

Well, global networking powerhouse Cisco has lifted the cloth on its crystal ball and offered up its predictions for where mobile and mobile data are going in the next few years. And if it’s anywhere near right, then we’re in for some astonishing growth in both spaces.

1. Global mobile data traffic will increase nearly tenfold between 2014 and 2019

Mobile data traffic will grow at a compound annual growth rate (CAGR) of 57% from 2014 to 2019, reaching 24.3 exabytes per month by 2019.

Cisco Exabytes

2. By 2019 there will be nearly 1.5 mobile devices for every person on the planet

There will be 11.5 billion mobile-connected devices by 2019, including M2M modules—exceeding the world’s projected population at that time (7.6 billion).

Cisco devices

3. Mobile network connection speeds will increase more than twofold by 2019

The average mobile network connection speed (1.7 Mbps in 2014) will reach nearly 4.0 megabits per second (Mbps) by 2019. By 2016, average mobile network connection speed will surpass 2.0 Mbps.

4. By 2019, 4G will be 26% of connections, but 68% of total traffic

By 2019, a 4G connection will generate 10 times more traffic on average than a non-4G connection.

<center<Cisco 4G traffic

5. By 2019, more than half of all devices connected to the mobile network will be “smart” devices

Globally, 54% of mobile devices will be smart devices by 2019, up from 26 percent in 2014. The vast majority of mobile data traffic (97 percent) will originate from these smart devices by 2019, up from 88% in 2014.

6. By 2019, 54% of all global mobile devices could potentially be capable of connecting to an IPv6 mobile network

More than 6.2 billion devices will be IPv6-capable by 2019.

7. Nearly three-fourths of the world’s mobile data traffic will be video by 2019

Mobile video will increase 13-fold between 2014 and 2019, accounting for 72% of total mobile data traffic by the end of the forecast period.

Cisco Video

8. By 2019, mobile-connected tablets will generate nearly double the traffic generated by the entire global mobile network in 2014

The amount of mobile data traffic generated by tablets by 2019 (3.2 exabytes per month) will be 1.3 times higher than the total amount of global mobile data traffic in 2014 (2.5 exabytes per month).

9. The average smartphone will generate 4.0 GB of traffic per month by 2019

That’s a fivefold increase over the 2014 average of 819 MB per month. By 2019, aggregate smartphone traffic will be 10.5 times greater than it is today, with a CAGR of 60 percent.

10. By 2016, more than half of all traffic from mobile-connected devices (almost 14 exabytes) will be offloaded to the fixed network by means of Wi-Fi devices and femtocells each month

Without Wi-Fi and femtocell offload, total mobile data traffic would grow at a CAGR of 62 percent between 2014 and 2019, instead of the projected CAGR of 57 percent.

11. The Middle East and Africa will have the strongest mobile data traffic growth of any region with a 72% CAGR

This region will be followed by Central and Eastern Europe at 71 percent and Latin America at 59 percent.

54% of CMOs Supplement TV Ads with Digital Video

54% of CMOs Supplement TV Ads with Digital Video.


The CMO Club and Simulmedia have released the report “The Future of TV and Digital Video.” It’s the result of a survey of more than 80 senior marketers. Over half (54 percent) said they use digital video to supplement TV as a holistic strategy, but only 31%align their budgets for TV and digital advertising spend. This separation leads to a disconnect between the value of each medium, as just over half (52%) claim that they have different expectations across the two platforms. In addition, 75% of CMOs say that they measure reach the same way for both TV and digital video and but only one-third see Nielsen as the ongoing foundation of their reach metrics.

“CMOs say they want a holistic strategy, but neither plan, measure or budget for it as one thing,” says David Cooperstein, CMO at Simulmedia and author of the report.

Other findings:
* In the past three years, digital spend has gone from 10%of advertising budgets to 24% and is forecast to rise to 36%in the next three years.

“For over a decade, marketers have attempted to find the most efficient balance between TV and digital video spend,” says Pete Krainik, Founder of The CMO Club. “Our report shows that it’s not TV vs. digital video, it’s about TV and digital video, both today and for the foreseeable future.”

*In the US, digital video advertising expenditures are exploding. Figures from eMarketer show that digital video ad spending is estimated at $6 billion this year, growing around 42% annually. However, the actual dollars spent in TV still greatly trumps digital video. TV advertising dollars in the US were approximately $76 billion in 2014 and still growing by a smidgen more than 3% annually. While both will continue to grow, TV will continue to add more raw dollars of advertising than digital video will, particularly during pivotal political and Olympics years.

“Digital depth cannot match TV’s breadth. Nor should it. Conversely, TV has not historically been as measurable or personalized, so it cannot perform the magic that digital delivers. In that very unique way, TV and digital do not compete, they complement. The winning combination is the joint approach. TV’s reach and digital’s depth make them amazing partners in the marketing mix,” says Cooperstein.

Changing TV Industry Leads Nielsen to Acquire Exelate

Sources:
Changing TV Industry Leads Nielsen to Acquire Exelate | Digital – Advertising Age.http://blogs.wsj.com/cmo/2015/03/04/nielsen-to-acquire-data-specialist-exelate/
http://www.nielsen.com/us/en/press-room/2015/nielsen-acquires-exelate.html

Nielsen has acquired data management player Exelate. The deal price was approximately $200 million, according to The Wall Street Journal.

In an interview with the Journal, Nielsen president Steve Hasker indicated his company anticipates TV ad sales moving towards a more automated future.

While programmatic ad-buying at the moment is largely a feature of the online advertising world, Mr. Hasker said he wants Nielsen to be ready if and when it moves into the $70-billion U.S. television advertising market.

“If and when” TV gets there, the digitally-focused Exelate can help Nielsen maintain its data dominance in such a world. Television ads today are still largely brought on a reach and frequency basis, which is why Nielsen’s ratings and research matter to brands trying to gauge the impact of their ads.

But if TV ads begin selling in a manner that more closely resembles digital, where ads can be served to individuals based on their interests, then Nielsen would face a major challenge to its core business.

Programmatic advertising was one of the three emerging areas the company said it was looking to tackle in a December interview with Ad Age, along with wearables and in-car viewing.

Within the ad industry, it’s widely believed that automated TV buying is at least a year or two away from reaching a meaningful level of activity

Exelate’s business has two main parts: The first is what the company calls a data exchange, or data marketplace, where it accumulates data from around 200 data sources and makes it available to advertisers and advertising technology companies to help them better target their advertising. This data is gathered primarily through “cookies” that eXelate drops on people’s Internet browsers and uses to track their online behaviors.

“We work with online publishers to find purchase intent, such as the fact that someone might be in the market for an airline ticket based on some of their behavior online, or might be interested in a flat screen television based on online behavior that we have seen across the internet,” said Mark Zagorski, CEO of eXelate.

The second part of the business is a data management platform, or DMP, that holds large stores of data and organizes them in ways that can be used for advertisers and online publishers.

Frank and Claire Underwood have one option: fight to stay on top. New episodes February 27. (Netflix)

The third season of House of Cards will be out February 27th, and Netflix just released the first trailer. It looks like things are just going to get more tense for the Underwood family and the people they’ve torched along the way. In rhythm with Kevin Spacey’s on-the-nose monologues, Netflix set the new trailer to A Perfect Circle song titled (actually) “Counting bodies like sheep to the rhythm of the war drums.”

Here are some of the lyrics to “Counting bodies like sheep to the rhythm of the war drums.”

Go back to sleep
Go back to sleep
Countin’ bodies like sheep to the rhythm of the war drums
Go back to sleep
Go back to sleep
Countin’ bodies like sheep to the rhythm of the war drums
Go back to sleep
Go back to sleep
Countin’ bodies like sheeps (Like sheeps…)
Go back to sleep…

“We’re murderers, Francis,” Claire says in the trailer. Yep.

Pourquoi Base se retire du marché de la TV – Numerik – Trends-Tendances.be

Pourquoi Base se retire du marché de la TV – Numerik – Trends-Tendances.be.

Base se retire du marché de la télévision numérique. Snow, son offre de triple play (Internet, TV numérique, téléphone fixe) à prix plancher (39 euros pour l’offre de base) n’a pas atteint sa cible. Lancée en février 2013, elle n’a séduit que 35.000 clients. Ceux-ci pourront continuer à utiliser le service jusqu’en juin 2015, mais ils seront gentiment invités à migrer vers Scarlet, l’offre low-cost de Proximus, le grand concurrent (et néanmoins partenaire) de Base.

Comment expliquer cet échec ?

Des coûts fixes trop élevés. Développer une offre de télévision numérique, cela ne s’improvise pas. Et cela coûte cher. Il faut rémunérer les chaînes de télévision pour les intégrer sur le bouquet numérique, payer des droits aux studios pour bâtir une offre décente de vidéo à la demande, acheter des set-top-boxes, développer une infrastructure de télévision numérique “user friendly”, investir dans des serveurs pour supporter la consommation de bande passante, etc.

La télévision n’a jamais été le métier de Base, qui est depuis son lancement un pur opérateur mobile. Il a donc fallu démarrer de zéro en termes d’infrastructures mais aussi de compétences en interne. Pas évident quand on s’attaque à des mastodontes comme Proximus ou Telenet, qui ont peaufiné leur offre depuis des années.

C’est aussi la raison pour laquelle Base a sous-traité de nombreuses tâches, notamment à Alpha Networks, qui s’était déjà fait les dents (sans rencontrer un succès de foule) sur Billi, une offre de triple play low-cost. Mais que ce soit en interne ou en externe, ces développements coûtent cher. “Libérer du capital d’investissement pour percer sur le marché inaccessible de la télévision numérique n’est plus possible dans la conjoncture actuelle”, conclut Base dans son communiqué.

L’ensemble des investissements étant très lourd à supporter, Base comptait sur une adoption rapide des utilisateurs à une offre très agressive (pour le marché belge) en termes de prix. Mais l’adoption a été bien plus lente que prévu, notamment en raison de difficultés techniques.

Des difficultés techniques. Base ne possède pas de réseau fixe, contrairement à Proximus et aux câblo-opérateurs (Telenet, Voo, Numericable). Du coup, Base est dépendant de ses concurrents pour proposer une offre triple play comme celle de Snow.

A l’époque de son lancement, l’ouverture du câble à la concurrence était annoncée mais loin d’être concrétisée. Seule possibilité dès lors pour Base : se tourner vers Proximus/Belgacom et son réseau VDSL. Pour pouvoir proposer de la télévision numérique, Base a donc “loué” l’infrastructure de Belgacom, sans pouvoir maîtriser cette infrastructure.

Lors des installations des décodeurs chez les clients Snow, la coopération de Belgacom est donc indispensable. L’opérateur dominant du pays a-t-il joué le jeu ? Difficile à dire. Mais toujours est-il que les délais d’installation se sont rapidement allongés.

Officiellement, du côté de Base, on évoquait au début le succès de Snow auprès du public, provoquant un embouteillage au niveau des commandes. Vu le nombre de clients finalement convaincus par Snow, cette version semble avoir du plomb dans l’aile. Par comparaison, on sait que Mobistar s’est souvent plaint du peu d’entrain de Belgacom lorsqu’il s’agissait d’effectuer le transfert d’un client vers l’offre Internet que Mobistar avait développée.

Dépendre d’un réseau concurrent est en tout état de cause une situation complexe pour un opérateur challenger. D’autant que le consommateur belge reste très réticent à l’idée de passer à la concurrence.

Un consommateur belge très conservateur. Difficile de convaincre le consommateur belge de changer ses habitudes. Mobistar en sait quelque chose. Sa précédente offre de télévision numérique, retirée quelques mois après le lancement de Snow par Base, s’est heurtée à un certain conservatisme local. Il faut dire que Mobistar n’avait pas anticipé le rejet du consommateur pour son offre de télévision par satellite, qui impliquait l’installation d’une antenne parabolique disgracieuse.

Rien de tout cela avec la télévision numérique version Base. Mais à la simple idée de devoir prendre un rendez-vous avec un installateur, de changer de décodeur et d’habitudes de visionnage télévisuel, le consommateur s’est avéré extrêmement réticent.

Un sondage récent réalisé par l’IBPT, le régulateur du secteur télécoms, met en lumière cette réticence : à peine 16 % des personnes interrogées ont changé d’opérateur fixe au cours des trois dernières années. Par comparaison, 30 % des personnes interrogées ont changé d’opérateur mobile. Le double ! Il faut dire que changer d’opérateur mobile ne nécessite qu’un simple changement de carte SIM. Et que la loi télécom, qui permet de changer d’opérateur mobile après six mois sans frais, s’est avérée très efficace pour stimuler la concurrence sur le marché du mobile. Contrairement à la régulation du fixe, qui est jusqu’à présent un échec.

Un régulateur inefficace. Jusqu’à présent, tous les opérateurs alternatifs qui se sont lancés sur le marché du fixe en Belgique se sont cassé les dents. L’IBPT, le régulateur du secteur, doit se poser des questions.

Que ce soit sur l’Internet fixe ou la télévision fixe, on assiste à un match entre Proximus d’un côté, les câblos de l’autre, Telenet en tête. Proximus TV a plus de 1,5 million de clients. Telenet totalise 1,4 millions de clients à son offre de télévision digitale. Autant dire qu’avec 35.000 clients, Snow ne tient pas la comparaison.

Cette situation résulte d’une évolution du marché que l’IBPT n’a pas réussi à appréhender. Sous la pression principalement de Proximus et Telenet, le marché des télécoms fixes s’est consolidé autour des packs triple play(Internet, TV, téléphone fixe). Bénéficiant d’un monopole de fait sur les infrastructures, Proximus et les câblos ont fait main basse sur ce marché où la concurrence est finalement toute relative.

Cette évolution a permis aux grands acteurs de fixer les prix, et même de les augmenter chaque année. Même si certains clients de Telenet semblent aujourd’hui se rebeller, force est de constater qu’ils ne bénéficient pas d’une foule d’offres de rechange.

La régulation de l’offre fixe de Belgacom n’a donc rien donné : l’opérateur est toujours ultra-dominant sur le marché belge, tant du côté des particuliers que des entreprises. L’IBPT se tourne désormais vers le câble, qui est désormais ouvert à la concurrence. Mobistar est le seul opérateur à s’être montré intéressé. Mais l’implémentation de cette ouverture à la concurrence semble s’assimiler à un parcours du combattant pour Mobistar.

Ce mercredi, l’opérateur annonce qu’il lance une série de tests à destination de certains de ses clients dans la région de Charleroi. Mais Mobistar n’ose pas encore se prononcer sur une date de lancement commercial “prévu en 2015”. L’opérateur lance aussi un appel aux régulateurs pour qu’ils améliorent les conditions de prix de gros auxquels l’entreprise pourra “acheter” l’accès au câble avant de le revendre à ses clients : “Mobistar réitère et insiste auprès des régulateurs pour qu’ils améliorent rapidement ces conditions afin de permettre à un nouvel entrant d’entrer sur le marché de manière profitable et au bénéfice du consommateur.”

L’appel sera-t-il entendu ? Du côté de Base, on semble ne plus y croire du tout. Sur le blog de l’opérateur, le responsable corporate affairs de Base, Louis Tulkens, fustige le processus d’ouverture du câble, qui ne serait pas du tout attractif pour les challengers : “Vu les conditions tarifaires, le coût d’accès à ces réseaux est encore plus élevé pour les opérateurs alternatifs et une offre de télévision compétitive est rendue encore moins possible. (…) Il nous semble crucial que tant le monde politique que les régulateurs prennent leurs responsabilités et assument leurs choix politiques. On ne peut pas clamer vouloir un marché des télécommunications ouvert, diversifié, avec des prix compétitifs et, dans le même temps, rester inactif en regardant les opérateurs fixes alternatifs disparaître”, pointe Louis Tulkens (Base).

 

Vu le retrait de Base, le consommateur belge n’a plus qu’à espérer que Mobistar réussisse son pari et réinjecte un peu de concurrence dans le marché de la télévision numérique.

Social TV Year-in-Review: 4. There’s room for sponsors to participate (Source: Orange Room – Lost Remote)

Social TV Year-in-Review: ‘TODAY’ Orange Room Producer Adam Miller – Lost Remote.

NBCTodayOrangeRoom650

The below post is part of our 2014 Social TV Year-in-Review guest post series and is written by TODAY Orange Room Producer Adam Miller. 

2014 was the year of…Orange. In September, we celebrated the one-year anniversary of TODAY’s groundbreaking social initiative, the Orange Room hosted by Carson Daly. With our digital studio and audience-driven content across platforms, we’ve become a model for success in social television.

Here are 9 things we learned about social TV in 2014:

1.       The audience is excited to be involved.

In the first year of the OR, #OrangeRoom trended 127 times. And that’s just the #OrangeRoom hashtag!

2.       Social really allows us to tear down the fourth wall.

We’ve been able to open direct lines of communication between our team and the audience. In just one example Matt Lauer joined Facebook in 2014, kicking off a series of successful weekly live Facebook chats with our viewers.

3.       You can’t plan some of the best moments.  

From Rokering to Rokerthon, being able to rapidly respond in real time is key, and that’s a big shift from the last six decades of morning news.

4.       There’s room for sponsors to participate in new ways.

#LoveYourSelfie and #RealDadMoment are great examples of programs where we’ve partnered with brands that are having similar conversations to our own editorial discussions.  As long as we’re transparent with the audience, we’re excited to include sponsors in new ways going forward.

5.       Every social platform is different.

Different content works on different platforms so we don’t try to force universal solutions. Hashtag battles work well on Twitter, while Facebook has been a great platform to continue thoughtful conversation during and after the broadcast.

6.       Content goes both ways.

Just as we’re listening to social conversations to build broadcast segments, we’re also using broadcast assets to create content specifically for the digital audience. TODAY’s Flashback, Versus, and Parental Guidance are just a few of our successful online original video franchises we launched in 2014. Much more to come on that front in the next year!

7.       Consumers want social currency to “share and tell”

The traditional water cooler talk has become a thing of the past, replaced with trending and buzzworthy stories that consumers strictly want to “share and tell” as they socially navigate through the day.

8.       Embrace the second screen conversations

It’s become more important than ever to watch live TV with a second screen open and active.  Not only are we active on social during our own show, we also bring the TODAY perspective to conversations that grab our collective national attention like the Super Bowl and the Oscars. These viewing experiences have truly become communal and the live social commentary is where the content we air in the Orange Room the following day originates. TV is just the tip of the iceberg.

9.       This is just the beginning

I believe the next frontier for social television is video, video, video! Expect to see a big push in this space as brands produce more and more original video solely for digital purposes, and this video makes its way onto the broadcast with more frequency. Also anticipate we’ll see television programs encouraging viewers to create and share their own video for TV purposes as well. UGC should grow beyond just photos and text in the new year as technology makes it easier to share and more people become proficient with creating their own video.

Carson Daly has seamlessly taken the reins of the Orange Room and given our audience a voice within the broadcast and beyond. Yes, hashtags and handles, filters and feeds, likes and links are all here to stay and I’m excited to see what happens next. In looking ahead to the new year, TODAY will absolutely continue to pave the digital path forward, setting the agenda on a daily basis and enhancing our viewers’ brand experience both on-air and online.  It’s truly a privilege to empower and engage our viewers through the Orange Room each and every morning. Here’s to #SeeingOrange in 2015…

 

Other source: Telescope CEO – Jason George
By Adam Flomenbaum on December 11, 2014 10:00 AM
http://lostremote.com/social-tv-year-in-review-telescope-ceo-jason-george_b48025