For brands seeking to bounce back from COVID-19: it’s all about speed (Source: WARC + Denis Potgraven)

 

0.jpg

The key learning from China on COVID-19 for both medics and marketers is speed – speed in containing the virus and speed in recouping losses.

Thanks to the actions taken to limit the spread of the virus, new infections continue to drop and life seems to be returning to some semblance of normality – although there’s no sense of complacency – allowing marketing and media strategists to consider their next moves.

For Dennis Potgraven, Chief Strategy Officer for Greater China, Havas Group, “it is all about speed.” (For more details, including seven recommended strategies, read his exclusive WARC article in full: How to recoup lost COVID-19 business — it’s all about speed.)

 

He observes how, during the last few weeks of stabilisation, several categories, like personal care products, have recovered, helped by holiday campaigns such as Women’s Day when Tmall invested RMB100 million in vouchers.

“Livestreaming and short videos are contributing to the rebound as consumers are eager for light-hearted and entertaining content that creates fun digital moments during daily activities like shopping for groceries or food,” he adds.

This has implications for media strategy. TV ratings increased during January and February but online media usage in short videos, OTV, social networks, live-streaming e-commerce, and gaming saw even more significant growth rates.

During the stabilisation period, Potgraven notes that, whereas gaming has returned to normal, short video and OTV usage remain at high levels.

His advice to marketers is to “be fast in getting your roadmap together and approved, based on the impact on and prediction for your category.”

Health products, for example, will certainly see an increase in demand, and, more generally, the timing of the initial outbreak – just ahead of Chinese New Year – means that consumers have high spending power stored in savings.

About 77% of people surveyed by CEIC and MallToWin said that they saved money during this year’s CNY – and that, along with government policies to boost the domestic economy and consumption, is likely to result in a surge of pent-up demand. Marketers have to be ready.

37% des interrogés de 13 pays pensent que les marques devraient faire, en ce moment, de la publicité comme habituellement

L’institut anglais GlobalWebIndex a mesuré les changements d’attitude engendrés par le Covid-19 dans 13 pays : Australie, Brésil, Chine, France, Allemagne, Italie, Japon, Philippines, Singapour, Afrique du Sud, Espagne, Royaume-Uni, USA.
Le rapport de 49 pages détaille tous les impacts : optimisme, comportement, usage média, sport, marques, social, consommation, etc…
Concernant les usages médias, les Français passent davantage de temps que la moyenne des autres pays à écouter la radio, à parler au téléphone avec des proches et à regarder la TV linéaire.
En moyenne, pour les 13 pays, 37% des interrogés pensent que les marques devraient faire de la publicité comme en temps normal. 28% pensent l’inverse et 36% n’ont pas d’opinion. En France, 27% des interrogés pensent que les marques devraient faire de la publicité comme en temps normal (contre 40% qui pensent l’inverse). Le pays le plus «publiphile» est le Brésil, où 59% des interrogés pensent que les marques devraient faire de la publicité comme en temps normal. A l’inverse, 60% des Allemands ne sont pas d’accord avec cette proposition.
Le terrain de l’étude a été effectué du 16 au 20 mars.

Meaningful communication during he Covid-19 – Devos Lemmens en presse quotidienne: “Chers compatriotes belges …” – Crédibilité qui génère du earned média

Screenshot 2020-03-24 at 13.36.18.png

LDV United signe  une copy long form pour Devos & Lemmens.  L’annonce parue elle aussi au format 1/1 dans les journaux s’adresse aux lecteurs sous le titre “Chers compatriotes belges” pour marquer la proximité de la marque, nous rappeler qu’elle est à notre table depuis 130 ans, nous dire que, pour une fois, elle laisse ses blagues habituelles de côté, et nous inciter à rester chez nous au chaud.

Unknown.png

La crédibilité de la Presse Quotidienne est une fois de plus utilisée pour faire passer un message ‘sage et plein de sens” qui a très vite trouvé un relais dans d’autres média via les chroniqueurs des émissions d’infotainment: TV, Radio,…  On n’est pas des pigeons sur le Une par exemple. Un earned media bienvenu qui multiplie la puissance du message !

IMG_0566.jpg

Why media matters now more than ever (Source: The Drum – Thomas Minc)

Media brands around the world are stepping up to the challenges of Coronavirus. But what comes next?

The COVID-19 outbreak is a global health crisis that has upended our daily lives. With millions confined at home, agencies, clients, and the media industry as a whole will experience unknown pressures. In the world of media planning and buying, that will lead to focusing investments and partnerships on meaningful media. By creating purposeful content, or sometimes, simply financially supporting media brands that are taking the right action themselves. These are the moments when media really matters.

So, what’s the role of media within this new dynamic? With social interactions on a hiatus, media is the core tenet of our social bonds. We need to investigate the evolution of the media landscape in two steps: short-term decisions and innovations the industry made to adapt, alleviate, and support immediate needs, and later, when the dust settles, diving into the long-term changes in consumer behaviors and industry practices.

Moments like this prove that not all media are created equal and some media brands can make a genuine, meaningful difference through three missions: inform, entertain, and connect.

The informative: Some media brands have really taken the spread of the coronavirus to be the purveyor of sense and calm that the world needs. Now more than ever, to inform the population is media’s public service duty. Despite the economic factors they face, news providers are dropping their paywalls—The Atlantic, the Wall Street Journal and Bloomberg, in the US to name a few. To counteract fake news, rumors, and despicable acts like hackers creating fake coronavirus maps to infect users with malware, trust in media is the strongest guardrail. Facebook is directing users looking for information to the WHO or local health authorities and prohibiting ads related to the coronavirus to curb scaremongering as well as prevent dishonest businesses from profiteering from the outbreak.

The entertaining: Some media heavyweights are upending current business models. For example, NBCUniversal will make its theatrical releases available to rent. We will investigate over the next few weeks the long-lasting impact of such decisions. Across the industry, meaningful initiatives are happening. Organizations such as the Seattle Symphony Orchestra plans to rebroadcast earlier performances and livestream new performances. TikTok challenges of handwashing dances are going viral. Italian’s TV broadcaster RAI is helping families stuck at home by significantly increasing the amount of kids and teens shows. And it’s hard to deny that by offering free premium service in Italy to ease coronavirus pains, Pornhub is being meaningful to many.

The useful: Video-conferencing companies are facilitating use by offering free services and free access to upgrades, starting with Google unlocking premium features of Hangouts Meets. Amazon Web Services has given access to its cloud computing to (AWS) to Italian companies, nonprofits and government agencies.

It is difficult to categorize every single initiative. And more are being launched by the hour. And some are just about giving everyone a much-needed laugh like the Australian newspaper NY News printing extra pages to help out in toilet paper shortage.

Media brands around the world are stepping up. But what comes next? With contestants on the current German edition of The Bachelor unaware of the situation until a few days ago, The Truman Show doesn’t feel that far-fetched anymore. Media creation could change, live entertainment might never be the same, consumer behaviors will evolve and business models will be rethought. Our next task is to look at the long-term media implications and help brands navigate the new paradigm.

Thomas Minc is global managing director, intelligence & strategy, at Havas Media Group

Covid-19 and Communication: Café Courage, an online café where people can support their favorite bar or restaurant by AB Inbev

Screenshot 2020-03-22 at 19.06.35.png

AB Inbev  launched Café Courage, an online café where people can support their favorite bar or restaurant in these difficult times by buying their beer now and drinking it later when the bar reopens. For every beer that people buy online, bars will get paid back and we will additionally give 3.6 million beers nationwide to all participating bars and restaurants.


Let’s have a beer at Café Courage!
www.cafecourage.be

https://www.linkedin.com/company/ab-inbev/

Le Covid-19 va-t-il casser internet? Entre le streaming, les VPN ou les jeux vidéo, la question se pose de façon très littérale.

Aaron Maktraduit par Yann Champion

Screenshot 2020-03-22 at 17.06.42.png

Avec la pandémie de coronavirus qui touche actuellement le globe, de plus en plus de personnes se mettent au télétravail, surfent sur des marchés financiers en chute libre et tentent de garder le contact avec les autres, tout en pratiquant la distanciation sociale.

Toute cette activité, qui a d’habitude principalement lieu dans les bureaux, implique une utilisation massive d’internet, et l’infrastructure du web commence déjà à montrer des signes de fatigue.

«Nous avons déjà remarqué de manière incontestable une vague de coupures et autres problèmes liés aux pics de fréquentation dus au coronavirus», m’a indiqué le 11 mars dans un email Adriane Blum, directrice de la communication de Downdetector, le site de surveillance en temps réel des problèmes et temps d’arrêt d’Ookla.

Par ailleurs, d’autres secteurs du web, comme les services de vidéoconférence, se préparent au choc.

Le coronavirus pourrait-il vraiment casser internet? Peut-être un peu. Voici comment nous pourrions en ressentir les effets.

Visioconférence: ça devrait aller

Obligés de travailler depuis leur canapé, de plus en plus de gens vont sans doute commencer à utiliser des services comme Zoom et Skype pour organiser des réunions virtuelles.

Depuis que les salles de classe ont fermé, des universités comme celles de Washington et de Stanford organisent également des cours à l’aide de logiciels de vidéoconférence.

La vidéo représentant environ 70% du trafic internet mondial (et l’arrêt des sorties va sans doute encore augmenter cette part en poussant énormément de personnes à se gaver de Netflix), on craint que l’ajout de la visioconférence ne surcharge certains réseaux.

Roger Entner, fondateur de la société de conseil et de recherche Recon Analytics, remarque que les gens surestiment sans doute la quantité de bande passante que le trafic vidéo lié à l’activité commerciale va prendre durant la journée. La consommation de vidéos est déjà très importante le soir, avec énormément d’internautes sur Netflix et YouTube, ce qui fait que les réseaux sont construits pour supporter un trafic important.

En outre, de nombreux services dépendent eux-mêmes de gros fournisseurs de cloud, conçus pour gérer d’énormes pics de trafic, qui ne risquent pas de tomber en panne. «Ils devraient être sur un cloud élastique d’Amazon, de Microsoft ou de Google et obtenir cette bande passante de manière dynamique», explique Entner.

Si vous rencontrez des problèmes de connectivité, Entner recommande soit de réduire la résolution de l’image, soit de couper entièrement la vidéo: «Avez-vous vraiment besoin de voir les jolis minois de vos collègues? Une audioconférence utilise 40 kilobits par seconde. C’est vraiment minime, ça correspond à une erreur d’arrondi.»

Sites de trading boursier: ça va mal

Selon Downdetector, les sites boursiers américains comme Ameritrade et E-Trade ont enregistré en mars des pics de rapports de pannes, au moment où les marchés financiers plongeaient.

Robinhood est particulièrement en difficulté, en raison de dysfonctionnements perpétuels des comptes. Récemment, le site est même tombé en panne pendant près d’une heure.

Les services de trading en ligne rencontrent souvent des problèmes, avec des pics de trafic atypiques, parce qu’ils n’ont pas souvent recours à des services de cloud, compte tenu de la nature financièrement sensible des transactions boursières.

Ces sites préfèrent généralement développer leurs propres systèmes en interne pour les rendre plus sûrs, mais ils n’ont souvent pas la capacité que peut procurer un grand service de cloud.

«Une panne due à un trop gros volume est un problème excusable pour un responsable informatique. Une panne due à une faille de sécurité commise par quelqu’un d’autre, c’est plus difficile à accepter», souligne Entner.

Il faut aussi dire qu’il serait coûteux pour un service de trading de mettre en place des systèmes capables de gérer des évènements extraordinaires, comme une pandémie: «Financièrement, il est difficile de justifier la mise en place d’un système capable de gérer un évènement ne survenant que tous les vingt ans.»

VPN d’entreprises: ça pourrait mal tourner

Les entreprises du monde entier sont en train de clore temporairement leurs bureaux, afin d’aider à ralentir la propagation du virus. Des sociétés importantes comme Amazon, Twitter, JPMorgan Chase ou Procter & Gamble ont déjà demandé à une partie voire à l’ensemble de leur personnel de ne pas se rendre au bureau et de travailler depuis le logis.

Puisque de plus en plus d’entreprises ferment leurs portes, un nombre plus important de salarié·es vont devoir commencer à utiliser des VPN (ou réseaux privés virtuels), qui leur permettent d’échanger à distance des données privées avec leur entreprise.

Toutefois, ces VPN sont habituellement mis en place pour quelques employé·es éloigné·es et non pour une équipe entière. Un VPN surchargé peut entraîner des ralentissements et des pertes de données en route.

Si les internautes rencontrent des problèmes, ce sera probablement parce que leurs employeurs n’auront pas fait les préparatifs nécessaires. «La question est: est-ce que les entreprises ont dépensé suffisamment d’argent pour préparer cela à l’avance, ou ont-elles juste dépensé le minimum pour faire face à une fréquentation qu’elles pensaient pouvoir avoir à un moment donné?», précise Daryl Plummer, vice-président et associé de la société de conseil Gartner.

Lorsque les entreprises mettent en place leurs VPN, elles prévoient la possibilité d’un dépassement de leur fréquentation habituelle, mais il est rare qu’elles s’attendent à un scénario d’urgence dans lequel elles devraient la doubler ou tripler.

Les entreprises devraient tester leurs VPN, ne serait-ce que pour déterminer le nombre de connexions simultanées que peut recevoir leur réseau. Ce genre de test peut également simuler l’envoi de différents types de contenus par le VPN.

Daryl Plummer note pourtant que les entreprises privilégient rarement cette assurance qualité: «Ce n’est pas leur priorité. Ce qui m’inquiète le plus, c’est que la plupart des entreprises avec lesquelles je parle ne semblent pas être au courant.»

Jeux vidéo: c’est la galère

Les réseaux internet européens ont connu une hausse importante de leur fréquentation, parce que les gens se tournent vers leur ordinateur pour se divertir lorsqu’ils doivent rester chez eux.

En Italie, par exemple, la fermeture des écoles a poussé de nombreux enfants confinés vers les jeux vidéo. Lors d’un appel avec des analystes le 11 mars, le PDG de Telecom Italia Luigi Gubitosi a indiqué que son réseau fixe avait connu une augmentation de trafic de plus de 70%, ce qui a entraîné un pic de déconnexions d’internet.

Gubitosi a attribué l’évènement aux «jeux en ligne tels que Fortnite», qui utilisent plus de bande passante que la plupart des services de travail à distance.

Avec la pandémie de coronavirus qui touche actuellement le globe, de plus en plus de personnes se mettent au télétravail, surfent sur des marchés financiers en chute libre et tentent de garder le contact avec les autres, tout en pratiquant la distanciation sociale.

Toute cette activité, qui a d’habitude principalement lieu dans les bureaux, implique une utilisation massive d’internet, et l’infrastructure du web commence déjà à montrer des signes de fatigue.

«Nous avons déjà remarqué de manière incontestable une vague de coupures et autres problèmes liés aux pics de fréquentation dus au coronavirus», m’a indiqué le 11 mars dans un email Adriane Blum, directrice de la communication de Downdetector, le site de surveillance en temps réel des problèmes et temps d’arrêt d’Ookla.

Par ailleurs, d’autres secteurs du web, comme les services de vidéoconférence, se préparent au choc.

Le coronavirus pourrait-il vraiment casser internet? Peut-être un peu. Voici comment nous pourrions en ressentir les effets.

Visioconférence: ça devrait aller

Obligés de travailler depuis leur canapé, de plus en plus de gens vont sans doute commencer à utiliser des services comme Zoom et Skype pour organiser des réunions virtuelles.

Depuis que les salles de classe ont fermé, des universités comme celles de Washington et de Stanford organisent également des cours à l’aide de logiciels de vidéoconférence.

La vidéo représentant environ 70% du trafic internet mondial (et l’arrêt des sorties va sans doute encore augmenter cette part en poussant énormément de personnes à se gaver de Netflix), on craint que l’ajout de la visioconférence ne surcharge certains réseaux.

Roger Entner, fondateur de la société de conseil et de recherche Recon Analytics, remarque que les gens surestiment sans doute la quantité de bande passante que le trafic vidéo lié à l’activité commerciale va prendre durant la journée. La consommation de vidéos est déjà très importante le soir, avec énormément d’internautes sur Netflix et YouTube, ce qui fait que les réseaux sont construits pour supporter un trafic important.

En outre, de nombreux services dépendent eux-mêmes de gros fournisseurs de cloud, conçus pour gérer d’énormes pics de trafic, qui ne risquent pas de tomber en panne. «Ils devraient être sur un cloud élastique d’Amazon, de Microsoft ou de Google et obtenir cette bande passante de manière dynamique», explique Entner.

Si vous rencontrez des problèmes de connectivité, Entner recommande soit de réduire la résolution de l’image, soit de couper entièrement la vidéo: «Avez-vous vraiment besoin de voir les jolis minois de vos collègues? Une audioconférence utilise 40 kilobits par seconde. C’est vraiment minime, ça correspond à une erreur d’arrondi.»

Sites de trading boursier: ça va mal

Selon Downdetector, les sites boursiers américains comme Ameritrade et E-Trade ont enregistré en mars des pics de rapports de pannes, au moment où les marchés financiers plongeaient.

Robinhood est particulièrement en difficulté, en raison de dysfonctionnements perpétuels des comptes. Récemment, le site est même tombé en panne pendant près d’une heure.

Les services de trading en ligne rencontrent souvent des problèmes, avec des pics de trafic atypiques, parce qu’ils n’ont pas souvent recours à des services de cloud, compte tenu de la nature financièrement sensible des transactions boursières.

Ces sites préfèrent généralement développer leurs propres systèmes en interne pour les rendre plus sûrs, mais ils n’ont souvent pas la capacité que peut procurer un grand service de cloud.

«Une panne due à un trop gros volume est un problème excusable pour un responsable informatique. Une panne due à une faille de sécurité commise par quelqu’un d’autre, c’est plus difficile à accepter», souligne Entner.

Il faut aussi dire qu’il serait coûteux pour un service de trading de mettre en place des systèmes capables de gérer des évènements extraordinaires, comme une pandémie: «Financièrement, il est difficile de justifier la mise en place d’un système capable de gérer un évènement ne survenant que tous les vingt ans.»

VPN d’entreprises: ça pourrait mal tourner

Les entreprises du monde entier sont en train de clore temporairement leurs bureaux, afin d’aider à ralentir la propagation du virus. Des sociétés importantes comme Amazon, Twitter, JPMorgan Chase ou Procter & Gamble ont déjà demandé à une partie voire à l’ensemble de leur personnel de ne pas se rendre au bureau et de travailler depuis le logis.

Puisque de plus en plus d’entreprises ferment leurs portes, un nombre plus important de salarié·es vont devoir commencer à utiliser des VPN (ou réseaux privés virtuels), qui leur permettent d’échanger à distance des données privées avec leur entreprise.

Toutefois, ces VPN sont habituellement mis en place pour quelques employé·es éloigné·es et non pour une équipe entière. Un VPN surchargé peut entraîner des ralentissements et des pertes de données en route.

Si les internautes rencontrent des problèmes, ce sera probablement parce que leurs employeurs n’auront pas fait les préparatifs nécessaires. «La question est: est-ce que les entreprises ont dépensé suffisamment d’argent pour préparer cela à l’avance, ou ont-elles juste dépensé le minimum pour faire face à une fréquentation qu’elles pensaient pouvoir avoir à un moment donné?», précise Daryl Plummer, vice-président et associé de la société de conseil Gartner.

Lorsque les entreprises mettent en place leurs VPN, elles prévoient la possibilité d’un dépassement de leur fréquentation habituelle, mais il est rare qu’elles s’attendent à un scénario d’urgence dans lequel elles devraient la doubler ou tripler.

Les entreprises devraient tester leurs VPN, ne serait-ce que pour déterminer le nombre de connexions simultanées que peut recevoir leur réseau. Ce genre de test peut également simuler l’envoi de différents types de contenus par le VPN.

Daryl Plummer note pourtant que les entreprises privilégient rarement cette assurance qualité: «Ce n’est pas leur priorité. Ce qui m’inquiète le plus, c’est que la plupart des entreprises avec lesquelles je parle ne semblent pas être au courant.»

Jeux vidéo: c’est la galère

Les réseaux internet européens ont connu une hausse importante de leur fréquentation, parce que les gens se tournent vers leur ordinateur pour se divertir lorsqu’ils doivent rester chez eux.

En Italie, par exemple, la fermeture des écoles a poussé de nombreux enfants confinés vers les jeux vidéo. Lors d’un appel avec des analystes le 11 mars, le PDG de Telecom Italia Luigi Gubitosi a indiqué que son réseau fixe avait connu une augmentation de trafic de plus de 70%, ce qui a entraîné un pic de déconnexions d’internet.

Gubitosi a attribué l’évènement aux «jeux en ligne tels que Fortnite», qui utilisent plus de bande passante que la plupart des services de travail à distance.

Avec la pandémie de coronavirus qui touche actuellement le globe, de plus en plus de personnes se mettent au télétravail, surfent sur des marchés financiers en chute libre et tentent de garder le contact avec les autres, tout en pratiquant la distanciation sociale.

Toute cette activité, qui a d’habitude principalement lieu dans les bureaux, implique une utilisation massive d’internet, et l’infrastructure du web commence déjà à montrer des signes de fatigue.

«Nous avons déjà remarqué de manière incontestable une vague de coupures et autres problèmes liés aux pics de fréquentation dus au coronavirus», m’a indiqué le 11 mars dans un email Adriane Blum, directrice de la communication de Downdetector, le site de surveillance en temps réel des problèmes et temps d’arrêt d’Ookla.

Par ailleurs, d’autres secteurs du web, comme les services de vidéoconférence, se préparent au choc.

Le coronavirus pourrait-il vraiment casser internet? Peut-être un peu. Voici comment nous pourrions en ressentir les effets.

Visioconférence: ça devrait aller

Obligés de travailler depuis leur canapé, de plus en plus de gens vont sans doute commencer à utiliser des services comme Zoom et Skype pour organiser des réunions virtuelles.

Depuis que les salles de classe ont fermé, des universités comme celles de Washington et de Stanford organisent également des cours à l’aide de logiciels de vidéoconférence.

La vidéo représentant environ 70% du trafic internet mondial (et l’arrêt des sorties va sans doute encore augmenter cette part en poussant énormément de personnes à se gaver de Netflix), on craint que l’ajout de la visioconférence ne surcharge certains réseaux.

Roger Entner, fondateur de la société de conseil et de recherche Recon Analytics, remarque que les gens surestiment sans doute la quantité de bande passante que le trafic vidéo lié à l’activité commerciale va prendre durant la journée. La consommation de vidéos est déjà très importante le soir, avec énormément d’internautes sur Netflix et YouTube, ce qui fait que les réseaux sont construits pour supporter un trafic important.

En outre, de nombreux services dépendent eux-mêmes de gros fournisseurs de cloud, conçus pour gérer d’énormes pics de trafic, qui ne risquent pas de tomber en panne. «Ils devraient être sur un cloud élastique d’Amazon, de Microsoft ou de Google et obtenir cette bande passante de manière dynamique», explique Entner.

Si vous rencontrez des problèmes de connectivité, Entner recommande soit de réduire la résolution de l’image, soit de couper entièrement la vidéo: «Avez-vous vraiment besoin de voir les jolis minois de vos collègues? Une audioconférence utilise 40 kilobits par seconde. C’est vraiment minime, ça correspond à une erreur d’arrondi.»

Sites de trading boursier: ça va mal

Selon Downdetector, les sites boursiers américains comme Ameritrade et E-Trade ont enregistré en mars des pics de rapports de pannes, au moment où les marchés financiers plongeaient.

Robinhood est particulièrement en difficulté, en raison de dysfonctionnements perpétuels des comptes. Récemment, le site est même tombé en panne pendant près d’une heure.

Les services de trading en ligne rencontrent souvent des problèmes, avec des pics de trafic atypiques, parce qu’ils n’ont pas souvent recours à des services de cloud, compte tenu de la nature financièrement sensible des transactions boursières.

Ces sites préfèrent généralement développer leurs propres systèmes en interne pour les rendre plus sûrs, mais ils n’ont souvent pas la capacité que peut procurer un grand service de cloud.

«Une panne due à un trop gros volume est un problème excusable pour un responsable informatique. Une panne due à une faille de sécurité commise par quelqu’un d’autre, c’est plus difficile à accepter», souligne Entner.

Il faut aussi dire qu’il serait coûteux pour un service de trading de mettre en place des systèmes capables de gérer des évènements extraordinaires, comme une pandémie: «Financièrement, il est difficile de justifier la mise en place d’un système capable de gérer un évènement ne survenant que tous les vingt ans.»

VPN d’entreprises: ça pourrait mal tourner

Les entreprises du monde entier sont en train de clore temporairement leurs bureaux, afin d’aider à ralentir la propagation du virus. Des sociétés importantes comme Amazon, Twitter, JPMorgan Chase ou Procter & Gamble ont déjà demandé à une partie voire à l’ensemble de leur personnel de ne pas se rendre au bureau et de travailler depuis le logis.

Puisque de plus en plus d’entreprises ferment leurs portes, un nombre plus important de salarié·es vont devoir commencer à utiliser des VPN (ou réseaux privés virtuels), qui leur permettent d’échanger à distance des données privées avec leur entreprise.

Toutefois, ces VPN sont habituellement mis en place pour quelques employé·es éloigné·es et non pour une équipe entière. Un VPN surchargé peut entraîner des ralentissements et des pertes de données en route.

Si les internautes rencontrent des problèmes, ce sera probablement parce que leurs employeurs n’auront pas fait les préparatifs nécessaires. «La question est: est-ce que les entreprises ont dépensé suffisamment d’argent pour préparer cela à l’avance, ou ont-elles juste dépensé le minimum pour faire face à une fréquentation qu’elles pensaient pouvoir avoir à un moment donné?», précise Daryl Plummer, vice-président et associé de la société de conseil Gartner.

Lorsque les entreprises mettent en place leurs VPN, elles prévoient la possibilité d’un dépassement de leur fréquentation habituelle, mais il est rare qu’elles s’attendent à un scénario d’urgence dans lequel elles devraient la doubler ou tripler.

Les entreprises devraient tester leurs VPN, ne serait-ce que pour déterminer le nombre de connexions simultanées que peut recevoir leur réseau. Ce genre de test peut également simuler l’envoi de différents types de contenus par le VPN.

Daryl Plummer note pourtant que les entreprises privilégient rarement cette assurance qualité: «Ce n’est pas leur priorité. Ce qui m’inquiète le plus, c’est que la plupart des entreprises avec lesquelles je parle ne semblent pas être au courant.»

Jeux vidéo: c’est la galère

Les réseaux internet européens ont connu une hausse importante de leur fréquentation, parce que les gens se tournent vers leur ordinateur pour se divertir lorsqu’ils doivent rester chez eux.

En Italie, par exemple, la fermeture des écoles a poussé de nombreux enfants confinés vers les jeux vidéo. Lors d’un appel avec des analystes le 11 mars, le PDG de Telecom Italia Luigi Gubitosi a indiqué que son réseau fixe avait connu une augmentation de trafic de plus de 70%, ce qui a entraîné un pic de déconnexions d’internet.

Gubitosi a attribué l’évènement aux «jeux en ligne tels que Fortnite», qui utilisent plus de bande passante que la plupart des services de travail à distance.