First GRP Media Vision Day – Joeri Van den Bergh: Who’s up NXT? A cross-generational view on NextGen marketing

1st GRP Media Vision Day: “CONTENT SHOWS THE WAY”

The importance of content for the reinforcement of
brand equity, developments & partnerships


John Porter, CEO Telenet:
“We are in this together and need to skate where the puck is going.”

Olivier Robert-Murphy, Chief of Possibilities, Universal Music Group:
“By cleverly embracing data, insight and creative instinct, and by leaving the world of the 4P’s behind, it is now time to create meaningful relationships between brands and fans.”

Olivier_Robert-Murphy_about_music_and_marketeers__mediaday__grpbelgium (1)

Maria Garrido, Global Head of Data & Consumer Insight, Havas Group:
“67% of brands could disappear and nobody cares… What does that mean?”


Joeri Van den Bergh, Managing Partner Insites:
“The current young population is the most diverse and best educated generation ever. They have been shaped by technology and are true marketing game changers. Old handbook marketing approaches are bound to fail with this large consumer demographic.”

7 top speakers will explain their vision on content strategies and the development of values behind brands and media.

Marketing Mix Evolution: 4P’s to SAVE

Businesses have been using the 4P’s marketing mix model for decades. However, as consumers buy much differently today, here’s a newer approach.

Source: Marketing Mix Evolution: 4P’s to SAVE – Brand2Love

In its purest form, marketing is the process of identifying, anticipating, and fulfilling the needs/wants of customers with the purpose of producing profits. In this way, businesses have been utilizing the 4P’s marketing model for decades toward making important decisions and executing marketing plans. However, as consumers buy much differently today than they ever did before, we’ll compare a newer approach, which will ‘SAVE’ the modernization of your marketing.

Introduced by E. Jerome McCarthy in 1960, the 4Ps were, and still are, a mix of marketing considerations surrounding Product, Price, Place and Promotion. Although this traditional marketing mix model, a.k.a. the producer-oriented model, is still widely used even today, there are several variations and evolutions of the model, including the 7P’s, the 4C’s and 7C’s.

Reinventing the 4P’s

In 2013, Harvard Business Review wrote an article titled Rethinking the 4P’s, which addresses the need to reevaluate the framework. While the 4P’s have been serving consumer markets for more than half a century, in the world of enterprise marketing, this approach “yields narrow, product-focused strategies that are increasingly at odds with the imperative to deliver solutions.”

For instance, the 4P’s place more emphasis on product aspects and specifications than it does on unique differentiators and the value it delivers. If you’re like most people, you naturally want to understand the benefits first before being informed about specific features. In this way, the 4P’s product-focused approach undermines the ability for consumers to connect with your brand in a way that they can realize the greater value. For instance, McDonald’s indeed sells hamburgers, but more often than not, people are really buying the affordable family-dining experience. Nike sells athletic shoes and apparel, but more often than not, people are buying the spirit and attitude of feeling like a winner.

The good news is, regardless if you’re marketing directly to consumers (B2C) or to business enterprises (B2B), to effectively modernize your marketing mix is quite simple. Rather than seeing the 4P’s as an obsolete method, the framework only needs to be slightly revised to arrive at the significantly different solutions-centric viewpoint.

The SAVE Framework

One of the marketing evolutions much better suited in serving today’s consumer is known as the SAVE framework. The SAVE model now guides business owners and marketers to focus on marketing considerations surrounding more present-day considerations, such as Solution, Access, Value and Education. This new structure is a bit more evolved and customer-centric helping you to attract prospects and convert customers while producing valuable and sharable content in alignment with today’s customer journey.

SOLUTION – over Product:
Many businesses are shifting to solution-oriented models as opposed to pure product- or service-based. More often than not, businesses get caught up in the features and functions of a product or service and how it will dominate among competitors. What customers care more about is having their problems solved. Ultimately, the product or service is meaningless unless you position it around the needs and wants of your customers while communicating benefits over features.

ACCESS – over Place:
Today, geographic location is no longer a deterrent when it comes to purchasing product or service. The Internet has long since taken over and broken down most of the physical barriers. The name of the game today is making your product or service accessible. This means anyone can review and purchase anytime, anywhere, and on any given device. Be sure your website as the epicenter of your digital communications has a responsive design and is mobile-friendly.

VALUE – over Price:
A customer’s perception of value is far more significant than the actual price of the product or service when it comes to making the decision to buy. With more instantaneous access to information, and with a broader selection from which to choose, the concept of value plays an even more critical role for consumers today. By concentrating on what benefits your customers will truly value the most will help you identify the right positioning of value in the form of benefits in relation to cost. In contrast to cost-plus pricing, value-based pricing works best when you build a strong brand, or the product has highly valuable features, or is a service indistinguishable from competitors.

EDUCATION – over Promotion:
Promotion usually entails buying your way in to gain the awareness of your audience. Today, customers can tune in and out what they want, when they want – almost everything is on demand these days. So why not produce informative communication materials, to which people would choose to tune in? Sharing educational content will not only position you as an expert and thought-leader in your industry, it will also build trust as your audience will gain a feeling of dependability and familiarity from you – the very key ingredients required for gaining customer loyalty. There is a great saying to drive the point of education over promotion home, “people love to buy, but they don’t like to be sold.”


The new SAVE framework will allow you to better embrace and more effectively tackle your marketing goals in the modern world: identifying, anticipating, and fulfilling the greater needs and wants of today’s informed consumers. Using the SAVE method as a framework in developing your brand architecture and go-to-market strategy will seat a more customer-centric foundation and way of thinking in your business – a cornerstone in being successful today. It paves the way for executing a modern marketing plan comprising of creating high-value interactions and prosperous relationships through content, social media, and throughout your entire digital marketing plan.

The Program: The great cycling swindle !

Ben Foster ne mégotte pas pour se mettre dans la peau de ses personnages. The Guardian raconte que l’acteur américain avait déjà avalé de la terre pour se mettre dans la peau d’un soldat piégé par les Talibans en Afghanistan, qu’il avait pris des gouttes antiglaucomes pour avoir des yeux de toxicomane ou qu’il avait vécu comme un SDF à Los Angeles pour un second rôle…  Pour incarner Lance Armstrong, Foster n’a pas hésité à prendre des produits dopants. «Je ne veux pas donner le nom des produits, a-t-il expliqué au quotidien britannique. Je ne suis pas à l’aise avec le simple fait d’en parler car ce n’est pas quelque chose que je recommanderais à mes collègues. Ce sont des produits chimiques assez sérieux qui ont des effets importants sur son corps. Pour ma propre enquête, c’était important de comprendre. Et les produits ont fait effet.» «Décrocher, c’était le plus dur, a-t-il expliqué au festival de Toronto. Mais c’est là qu’interviennent les inquiétudes sur la santé.»

Tomorrowland 2015 | Official Aftermovie

People of Tomorrow, the Tomorrowland 2015 Official Aftermovie is out now. Relive the most beautiful moments of the first chapter in The Secret Kingdom of Melodia…


1. Dimitri Vegas and Like Mike featuring Ne-Yo – Higher Place

2. Dimitri Vegas and Like Mike featuring Ne-Yo – Higher Place ( Afrojack Tomorrowland Remix )

3. Skrillex and Diplo – “Where Are Ü Now” with Justin Bieber ( Dimitri Vegas & Like Mike vs W&W Remix )

4. Lost Frequencies feat. Janieck Devy – Reality w/ Yves V

5. Yves V vs Dimitri Vangelis & Wyman – Daylight

6. Armin van Buuren feat. Mr Probz – Another You

7. Dimitri Vegas & Like Mike vs W&W – ID

8. Symphony Of Unity – Café Del Mar by Energy 52

9. ID – Other Level

10. Major Lazer & DJ Snake – Lean On (feat. MØ) ( Dimitri Vegas & Like Mike Remix )

11. Dimitri Vegas & Like Mike vs Steve Aoki & Ummet Ozcan – ID

Video production by Epic Cinema and the Tomorrowland Creative Team.

Join the Global Family… Join the People Of Tomorrow.

TomorrowWorld USA (September 25-26-27, 2015)
Tomorrowland Brasil (April 21-22-23, 2016)
Tomorrowland Belgium

Etes-vous un bon dénicheur de talents ? Spotify vous répond

Avec Found them first, un service qui vient d’être lancé par Spotify, tous ceux qui ont les oreilles qui vrillent lorsqu’ils entendent un morceau trop “mainstream” ont de quoi se frotter les mains. L’application permet de savoir combien d’artistes un membre du site de streaming suédois a pu découvrir avant que ceux-ci arrivent sur le devant de la scène internationale.

Source: Etes-vous un bon dénicheur de talents ? Spotify vous répond

“Ah mais tu connais pas (insérer le nom d’un groupe qui commence à faire parler de lui) ? Je les écoutais déjà en 2012…” Dans notre entourage, on a tous un ami aux goûts musicaux très pointus, qui tient régulièrement à le faire savoir.

Un nouveau rappeur islandais, le pépite electro à ne pas manquer, le groupe folk qui va décoller dans cinq ans : ce garçon un peu snob aime vous faire sentir qu’il est au top de la tendance. Qu’il la précède, même.

Avec Found them first, un service qui vient d’être lancé par Spotify, tous ceux qui ont les oreilles qui vrillent lorsqu’ils entendent un morceau trop “mainstream” ont de quoi se frotter les mains. L’application permet de savoir combien d’artistes un membre du site de streaming suédois a pu découvrir avant que ceux-ci arrivent sur le devant de la scène internationale.

Une playlist pour pouvoir frimer un peu

Spotify a établi une règle : pour qu’un utilisateur soit considéré comme “précurseur’, il doit faire partie de la tranche des 15% qui ont écouté en premier un titre d’un artiste ayant totalisé plus de 20 millions entre janvier 2013 et juin 2015 tout en ayant connu une progression de 2 000 % durant ce laps de temps.

En faisant le test, nous sommes par exemple tombés sur Aloe Blacc, Major Lazer, CHVRCHES, RY X, Mark Ronson, Lily Wood & The Prick ou encore London Grammar.

Beau joueur, Spotify propose même une playlist à ceux qui n’auraient “découvert” personne. Intitulée Find them next, elle permettra à ceux dont les goûts sont les moins aventureux de pouvoir ramener leur fraise dans les discussions musicales un brin élitistes.

Au menu lors de notre essai : du Gavin Turek, du Låpsley, du Levya ou encore du QT. Des noms qui ne vous disent pas grand-chose ? C’est le but…

We’re Not Nearly as Busy as We Pretend to Be, According to an Havas Study | Adweek

“Hey, are you busy?” We all know that when someone asks this question at work, there’s only one possible answer. But maybe, just maybe, we’re not actually that busy.

Source: We’re Not Nearly as Busy as We Pretend to Be, According to a New Study | Adweek

‘The social currency of our time is that to be busy is to be relevant,’ the report notes. Photo: Getty Images

“Hey, are you busy?” We all know that when someone asks this question at work, there’s only one possible answer.

But maybe, just maybe, we’re not actually that busy.

A new study from Havas Worldwide surveyed 10,000 adults worldwide and found that 42 percent admitted to overstating their obligations, while around 60 percent believe that other people are pretending to be busier than they really are.

Millennials were most likely to exaggerate their workload (51 percent) and to accuse their peers of doing the same (65 percent), while only 26 percent of Boomers said they pretend to be busier than they are.

But the researchers behind the study say it’s not a sign that modern employees are lazy and deceptive. Instead, it shows that a worker’s value is often determined by how busy they appear to be.

‘Free time is now seen as an admission that you’re nonessential’

“I think right now the social currency of our time is that to be busy is to be relevant,” said Tim Maleeny, chief strategy officer for Havas Worldwide. “It’s arguable or debatable whether or not that’s healthy or sustainable as a lifestyle, but it’s the social currency of the day.”

Here’s the relevant slide from the study, “The Modern Nomad: Connect Me If You Can,” which dubs the issue of feigned stress “the productivity paradox”:

The Havas study says pretending to be busy has become a vital workplace survival skill thanks to our modern society’s tacit celebration of being overloaded.

“Our issue with time seems to be not so much that we have too little of it, but that we now equate being busy with leading a life of significance,” the report notes. “And we don’t want to be relegated to the sidelines. In an essay in The New York Times, writer Tim Kreider observed, ‘Busyness serves as a kind of existential reassurance, a hedge against emptiness; obviously your life cannot possibly be silly or trivial or meaningless if you are so busy, completely booked, in demand every hour of the day.'”

According to Havas, some countries are more prone to being fake busy. The report breaks down global sentiment into three typologies. The majority of markets fall under the label of “the conflicted,” which includes newer economic powerhouses such as Brazil, China and India. Conflicted respondents pretend to be busy even though they’d rather relax, possibly because they haven’t “quite come to grips” with the demands of an ever-connected life.

“It’s a reflection,” Maleeny said. “There’s been a lot of talk of the hyper-connected world, and that’s only going to get more connected as our cars get smarter, as we enter the world of flying cars and talking toasters, and I think that as that emerges, it’s going to be harder to disconnect.”

Other parts of the world—North American countries like the U.S. and Canada, and European countries like France, Germany and the Netherlands—are “entrenched,” choosing not to view the new pace of life as a threat, but instead as a “new reality to work around.”

Finally there are “the fatigued”—Australia, Belgium and Italy—who are doubtful about the perks of a faster society.

How everyone will come to grips with the realities of living with more strings (or WiFi signals) attached is still forming. Maleeny said millennials at the “crest of the wave” of connectivity have brought along older generations. However, Maleeny added, unplugged holidays and daily meditation time through yoga could become more common.

“You’re starting to see some pushback,” he said. “The joy of missing out, or JOMO, if you like. But the social currency [of busyness] is still around.”

Food tech : les nouveaux services qui arrivent dans nos assiettes – /le hub de La Poste, tendances du marketing relationnel

La food tech ? C’est le mariage des nouvelles technologies avec l’alimentation et la restauration. Le nombre de start-ups explose sur ce thème, tout particulièrement pour réinventer la livraison de plats à domicile. Tour d’horizon de ces nouveaux services, avec des recettes qui peuvent inspirer d’autres secteurs d’activités. L’application Rise met ses utilisateurs en contact permanent avec un nutritionniste Profiter au quotidien des conseils personnalisés d’un nutritionniste. C’est ce que propose, (…)

Source: Food tech : les nouveaux services qui arrivent dans nos assiettes – /le hub de La Poste, tendances du marketing relationnel

L’application Rise met ses utilisateurs en contact permanent avec un nutritionniste

Profiter au quotidien des conseils personnalisés d’un nutritionniste. C’est ce que propose, aux Etats-Unis, Rise pour un abonnement de 48 dollars par mois. Tout se passe via une application mobile, par échange de textes et de photos. L’utilisateur commence par définir ses objectifs avec son coach. Il s’agit le plus souvent de perdre du poids, même si Rise ne repose pas sur un régime minceur stéréotypé : la philosophie du service est d’aider à adopter des habitudes alimentaires plus saines.

- L’abonné va ensuite prendre en photo chacun de ses repas. Ces images sont rassemblées dans un journal, que le nutritionniste (un professionnel indépendant sélectionné par Rise) commente au moins une fois par jour. Selon les cas, cet expert encourage, met en garde, propose des idées de menus, répond aux questions…

- En 2014, pour sa première année d’activité, la start-up explique avoir réalisé un million de dollars de chiffre d’affaires. En 2015, après avoir étendu son service à l’Australie et au Canada, Rise vient de racheter une autre start-up, HealthyOut : cette application mobile recommande, parmi les restaurants environnants, les plats les plus diététiques ou les plus adaptés à un régime particulier (végétarien, paléo, etc.).

- Bien d’autres applications mobiles ont pour objet d’aider leurs utilisateurs à « mieux » manger. Parmi celles disponibles en France, et gratuites, on peut citer Fat Secret, qui permet de compter facilement les calories consommées et de tenir un journal alimentaire.

Plus d’infos :
- Techcrunch
- Rise
- Fat Secret

FoodChéri : les livreurs maraudent en vélo, les plats dans une sacoche isotherme, en attendant les commandes

FoodChéri est l’un des derniers arrivés en France sur le marché de la livraison de plats à domicile. Lancé juste avant l’été par des anciens du site de réservation La Fourchette, ce service veut devenir « le nouveau réflexe dîner des Parisiens », selon son PDG. Le principe ? Des plats frais, cuisinés par des chefs et livrés chaque soir en moins de 20 minutes pour 9,90 €. Les commandes se font via le site ou l’application mobile.

- Pour tenir ce prix et ces délais, la carte ne propose que deux plats (et un ou deux desserts) renouvelés chaque jour. Les livreurs, à vélo, emportent avec eux une vingtaine de menus gardés au frais dans des sacoches isothermes. Et ils maraudent dans Paris, comme les taxis, en attendant les commandes. Quand un client se manifeste, un système de géolocalisation identifie le livreur le plus proche. Pour gagner encore un peu plus de temps, la livraison se fait au bas de l’immeuble : 2 minutes avant l’arrivée de la commande, le client est prévenu par SMS, le temps de descendre récupérer son plat.

- FoodChéri ne couvre pour l’instant qu’une partie de Paris, mais pourrait s’étendre à toute la capitale d’ici quelques mois, avant peut-être de conquérir d’autres grandes villes européennes. D’après Le Figaro, l’entreprise livre déjà « plusieurs centaines » de repas par semaine et vise « plus de 5 000 repas par mois d’ici à la fin de l’année 2015 ».

Plus d’infos :
- Le Figaro
- BFM Business

A Paris, les services de livraison de repas se multiplient

En l’espace d’un an à peine, le marché de la livraison de plats à domicile sur Paris est devenu très disputé. L’anglais Deliveroo vient par exemple aussi de s’implanter dans la capitale. A l’instar de FoodChéri, cette entreprise propose également des livraisons rapides en vélo, mais elle ne cuisine pas elle-même les plats : elle s’appuie sur une sélection de restaurants indépendants – et plutôt « tendances » – dont elle assure les livraisons midi et soir.

- Trois grands acteurs étaient déjà positionnés à Paris sur la livraison de repas à domicile : Allorestoet Chronoresto (filiale du groupe Solocal), qui s’appuient sur le service de livraison des restaurants, ainsi que Resto-In, qui assure lui la livraison via des coursiers indépendants.

- Et il est presque impossible de lister toutes les start-ups qui sont apparues sur ce marché :

Miamtag, qui propose surtout des produits frais pour le petit-déjeuner, le pique-nique ou l’apéro ;
Take Eat Easy, qui comme Deliveroo livre en vélo des plats de restaurants ;
Popchef, qui livre en 15 minutes des plats chauds pour le déjeuner ;
Les Petites Casseroles, qui livre des plats cuisinés à la commande et qui se conservent plusieurs jours ; etc.

- Comme le pronostiquait, dans un article du site Frenchweb, le PDG de Resto-In, « est-ce qu’un jour il y aura des regroupements ? Oui, c’est certain ! ».

Plus d’infos :
- Frenchweb

Le modèle d’Airbnb peut-il s’étendre aux restaurants ?

Et si, plutôt que d’aller au restaurant pour découvrir la cuisine d’un pays ou d’une région, les touristes pouvaient réserver une table chez des particuliers ? C’est ce que propose Vizeat, en s’inspirant du modèle d’Airbnb. Le site, qui vient de racheter son concurrent Cookening, dit être présent dans 55 pays, où il permet de manger chez l’habitant. Les hôtes fixent librement le prix du repas, et Vizeat y ajoute une commission de 15 %.

- D’autres sites permettent de découvrir la cuisine de particuliers, mais en jouant la proximité. Kelplatpermet, par exemple, de trouver des cuisiniers amateurs près de chez soi pour leur acheter des petits plats faits maison. C’est aussi le principe du site Super Marmite.

- Ces initiatives sont encore émergentes, mais elles inquiètent le syndicat des restaurateurs, hôteliers et traiteurs (Synhorcat). Le 31 août dernier, les représentants de la profession ont été reçus par la secrétaire d’État au commerce Martine Pinville pour lui faire part de leurs inquiétudes face à l’essor de ces start-ups. Ils redoutent que la restauration ne connaisse les mêmes bouleversements que ceux vécus par l’hôtellerie du fait de plateformes comme Airbnb.

Plus d’infos :
- L’usine digitale

Autre tendance : le « do it yourself », avec la livraison de paniers à cuisiner

Un autre service est en vogue en ce moment : la livraison de kits prêts à cuisiner, comprenant la recette et tous les ingrédients nécessaires à sa réalisation. Cookin’theworld, 4 jours 4 dîners, Foodette, etc., les offres sont nombreuses, souvent autour de la même idée : un panier livré une fois par semaine avec les ingrédients pré-dosés pour réaliser durant 4 soirs des dîners variés et équilibrés, pour 2 ou 4 personnes (pour les formules familiales, les prix sont autour de 5 ou 6 euros par personne et par repas).

Plus d’infos :
- Elle

Une application pour lutter contre le gaspillage alimentaire

En Finlande, depuis le 7 septembre dernier, Froodly, une appli mobile, propose de lutter contre le gaspillage alimentaire. L’idée : quand ils achètent un produit bientôt périmé dans un magasin partenaire, les utilisateurs inscrits sur Froodly le prennent en photo et envoient l’image sur l’application. Ils reçoivent alors en récompense des bons de réduction, Froodly se finançant grâce à une commission versée par le magasin qui évite ainsi de devoir jeter des produits.

- Les fondateurs de cette application se sont notamment inspirés d’une initiative similaire en France, Zéro-gâchis.

Plus d’infos :
- Geektime
- Froodly

Paris accorde une place aux food trucks

Un dernier sujet lié à la restauration. Il ne s’agit pas de food tech mais d’une tendance qui s’ancre dans les habitudes de consommation : les food trucks, ou camions de restauration, continuent de séduire les Français. On en compterait 350 dans l’Hexagone, dont une centaine dans la capitale, avec une offre de plus en plus diversifiée. Burgers, crêpes bretonnes, galettes indiennes, sandwichs vietnamiens, bocaux du chef Marc Veyrat, etc.

- Pour structurer l’offre, et éviter une concurrence trop sauvage auprès des restaurants classiques, la Ville de Paris a créé, cet été, 20 emplacements publics destinés aux food trucks. Dans le même temps, 56 camions ont été sélectionnés pour occuper ces espaces, un même emplacement hébergeant alternativement plusieurs food trucks dans la semaine.

- Ces food trucks reversent à la Ville de Paris 8 % de leur chiffre d’affaires hors taxes ou un minimum garanti, de 70 à 135 euros, par créneau d’occupation de 4 heures, en fonction du degré de commercialisation estimé du site (faible, moyenne ou forte rentabilité). A noter : des camions de restauration pourront continuer de s’installer sur des espaces privés, appartenant à des entreprises, ou lors d’événements ponctuels comme des festivals.

- La carte des emplacements et la liste des food trucks se trouvent sur le site de la Mairie de Paris.