What Is a Full Stack Startup? Full Customer Experience !

The Apple Approach: What Is a Full Stack Startup?.

Thanks to Chris Dixon of BuzzFeed, we have yet another business neologism — the “full stack startup approach.” The objective of this approach is to completely control the customer experience using all the channel(s) required to deliver it. Instead of inventing a widget and selling that technology to another business to bundle with their product or service, you sell it directly to your customers, sometimes in your own bundle.

The challenge is that you have to be good at a lot of things: software, hardware, supply chain management, design, marketing and anything else that goes into making, selling and distributing a product. Manage that, and you essentially lock out competitors who can’t replicate all these interlocking pieces.

Recommended for YouWebcast: Zero to Millions: The Secrets Behind Building a Business and Growing a Digital Audience

Steve Jobs Was Right

Dixon cites Apple as a classic example of the full stack approach. By contrast, Microsoft builds only portions of the stack. Back in the 1990s, Microsoft dominated business and consumer markets just by making an operating system and applications software. During that era, Apple was widely criticized for not emulating the Microsoft’s cornerstone strategy to license its software to other hardware vendors. Apple has had the last laugh with last quarter profits of $18 billion, the largest ever recorded by a public company, and cash reserves sufficient to buy the equivalent of every American at a price of $556. Dixon attributes such success with Apple’s ability to create a “magical experience” for its customers by building products from end-to-end in a way that completely bypasses the competition.

Examples of startups using the full-stack approach include ride-sharing companies Uber and Lyft, Nest and Tesla, not to mention Dixon’s own BuzzFeed, which recently obtained $50 million in financing from Andreessen Horowitz to expand its own full stack. (The New York Observer comments, “For its next trick, we expect BuzzFeed will work on colonizing Mars.”)

Full Stack Means Full Customer Experience

Full-stacking seems to be limited to high-tech companies, and should not be confused with traditional notions of vertical integration used by “old-style” manufacturers. The difference is the focus on the customer experience. In vertical integration, a manufacturer or producer contracts with suppliers to reduce production costs and improve efficiencies. The customer may get a better product, or a more affordable product, but it doesn’t provide the entire customer experience.

Full stack means that a tech company is building that experience from the ground up and using non-tech functions, such as unique retail stores or independent drivers, to deliver the tech. Uber isn’t merely an app, it’s a new way to get a better ride; essentially, it’s a new kind of taxi service.

Industry segments that are ripe for full-stack approaches include education, healthcare, food, transportation and financial services. All are sectors where prices have outpaced inflation, which Dixon believes is the result of lack of technology. If you have a technology that can help bring down pricing models in these sectors, the full-stack approach may be your best approach.

For those who may be skeptical of what might be seen as just a trendy phrase, Anshu Sharma points to a number of companies over the last 20 years that essentially were full-stack companies before Dixon came up with the term. These include Netflix, Amazon, YouTube, eBay and Google.


Read more at http://www.business2community.com/startups/apple-approach-full-stack-startup-01166600#CqLrXKqVOB8SFP6K.99

How Mad Men Missed The Social Media Revolution

tv_infographic1-744x1940

Source: http://www.forbes.com/sites/dinagachman/2015/04/02/how-mad-men-missed-the-social-media-revolution/?utm_campaign=ForbesTech&utm_source=TWITTER&utm_medium=social&utm_channel=Technology&linkId=13302206

But even with a devoted fan base, Mad Men isn’t exactly a social mediaphenomenon like The Walking Dead or Pretty Little Liars. If Don Draper handled the show’s marketing campaign, it might be a different story.

Even so, Twitter TWTR -0.1% buzz about Mad Men has been escalating leading up to the April 5 season premiere. About a month ago, the show averaged around 2,000 tweets per day, and the number hit around 14,300 daily tweets on March 24th, when news broke that star Jon Hamm had checked out of rehab.

Search is the most predictive digital metric for audiences aged 35 and up, according to Tobi Bauckhage, CEO of Moviepilot, an online platform that empowers film fans to become content creators. Five days leading up to Sunday’s premiere, Mad Men’s search metric had approximately 88,000 searches, which was more than double the volume of fellow April debut Daredevil. Then again, Daredevilis a new show, and it doesn’t have a longtime fan base that is dying to know what becomes of Peggy, Joan, Roger, Pete, Betty, and, of course, Don.

mad-men-season-7

Maybe it’s a nod to Don Draper’s old-school ways (he’s a savant-like ad exec who doesn’t rely on trends to shape his campaigns), but Mad Men has focused on traditional marketing tactics like outdoor ads and media buys on TV, instead of Vine videos and Snapchat gimmicks. Does anyone who watchesMad Men actually use Snapchat? It’s pretty unlikely. It’s not as if the show’s marketing team is clueless when it comes to social media – they use Instagramand Twitter like everyone else – but the majority of the show’s audience probably isn’t staring at Instagram as they watch.

So maybe Mad Men never became a Twitter phenomenon like Pretty Little Liars, but they’re two completely different shows. There could be some audience overlap there, since being well-rounded means you watch both intellectual period dramas and light, campy teen murder mysteries. In the end,Mad Men’s popularity never relied on retweets, and it’ll still go down in history as one of the most accomplished dramas on television, with or without astronomical search numbers.

The true fans will be tweeting their hearts out throughout this final season, and I’ll be on the edge of my seat wondering what in the world is going to become of Peggy. And Joan. And Betty. And Don.

Whatever the final numbers are, there’ll probably be at least a few tweets that read: I wish it didn’t have to end.

Havas Media publie les résultats belges de ‘Meaningful Brands’: 67 % des marques pourraient disparaitre, les consommateurs belges ne s’en soucieraient guère.

Ce n’est pas totalement surprise mais un sérieux coup de semonce. Le consommateur exige désormais non seulement un produit et/ou un service de qualité à un prix juste, mais également un positionnement de marque responsable dans les domaines de l’environnement, du contrat social ou encore de la transparence financière.

L’étude Meaningful Brands d’Havas Media représente à l’échelle mondiale un outil unique : 700 marques, plus de 134 000 consommateurs et 23 pays y sont analysés. Meaningful Brands mesure la contribution et l’impact des marques dans 13 sphères du bien-être individuel et collectif (santé, environnement, communauté, économie locale, sécurité financière, vie pratique, etc.) pour une vue à 360° sur la manière dont elles contribuent à la société. En 2015, plus 7.700 consommateurs belges ont été interrogés sur 70 marques de 12 secteurs différents.

L’index Meaningful Brands d’Havas Media prend en considération 4 axes d’analyse : la performance, la valeur de marque, l’attachement et la contribution à la qualité de vie. La performance englobe outre le positionnement sur le marché, sa contribution au bien-être individuel et collectif. La valeur de marque évalue la notoriété de la marque, les intentions d’achat et la manière dont les consommateurs en parlent.

Capture d'écran 2015-04-01 14.59.47

Colruyt sur tous les podiums.

Colruyt, est la marque à laquelle les Belges sont les plus attachés. Mais c’est Google qui selon l’étude contribue le plus à la qualité de vie de nos concitoyens. En terme de bien-être individuel, on retrouve à nouveau Colruyt sur la première marche suivi de Google et d’Ikea. Alors qu’en terme de bien-être collectif, c’est un trio 100 % belge qui rafle la mise avec qui Colruyt, Spa et le sucre Tirlemont. Pour la performance de marque, Colruyt en N° 1 s’illustre pour la qualité de ses produits, Ikea en N° 2 pour la variété de son catalogue, et Samsung en N° 3 pour son écoute des consommateurs. Notoriété positive : Colruyt reste leader avec derrière lui, respectivement, Côte d’Or et Audi.

« Cet outil nous permet de mesurer dans quels domaines une marque est performante, de la situer dans son secteur et par rapport à la concurrence. Mais surtout Meaningful Brands est complété par une grille d’analyse des touch points (Paid, Owned, Earned & Shared) qui permettent aux marques d’identifier leurs leviers de développement stratégique pour devenir des marques plus utiles et pertinentes dans la vie des consommateurs » explique Hugues Rey, CEO d’Havas Media.

Contact Havas Media Brussels
Hugues Rey
Chief Executive Officer
Tel: +32 2 349 15 60 – Mobile Tel: +32 496 26 06 88
hugues.rey@havasmedia.com
Rue du Trône 60/bte 5 – 1050 Bruxelles

A propos de Havas Media

Havas Media est la division media du Groupe Havas. Havas Media est présent dans 126 pays avec 5600 collaborateurs. Havas Media Brussels compte 75 collaborateurs couvrant tous les aspects de l’utilisation des médias (offline et online) dans les actions publicitaires

Fondue: un magazine dédié aux d’investissement et aux fromages.

Image

Il fallait oser, Maison Moderne l’a fait. Ce mercredi 1er avril sort le premier numéro d’un tout nouveau magazine: un ovni médiatique qui regroupe sous une même couverture le secteur des fonds d’investissement et le monde des amateurs de fromage au Luxembourg.
Intitulé Fondue, le magazine consacre dans sa première édition un dossier spécial aux fonds qui sentent mauvais et aux fromages qui rapportent gros, et vice versa.
Mike Koedinger, CEO de Maison Moderne, se réjouit de ce lancement: «Je trouve très pertinente l’idée d’avoir utilisé de vrais camemberts dans les infographies.»

Tidal 4 All: Good news for audiophiles, who love to listen to their music in Hi-Fi (16-bit/44.1kHz FLAC and ALAC)

In other big news today, Tidal has launched on Sonos. This service doesn’t cost the same amount as Spotify. In fact, it costs twice as much. For $19.99 per month, users will have access to streaming music and video at 16-bit/44.1kHz FLAC and ALAC. This is good news for audiophiles, who love to listen to their music in Hi-Fi.

Jay Z is the owner of the new online music streaming service. He’s been joined by other artists like Arcade Fire, Beyoncé, Coldplay, Kanye West, Rihanna, and Taylor Swift. Taylor Swift was one of the first artists to leave Spotify for Tidal because of the low pay rates. Sonos CEO, John MacFarlane, believes that this new service will change the music industry. He thinks that artists are in tune with the way fans are streaming their music.

“Artists are more in tune than ever with how people are listening to their music. The game just changed – Tidal represents the future of music.”

But is the music streaming space too crowded? There’s already popular services like Pandora and Spotify. Not to mention, there are alternatives like Deezer, iTunes, Google Play Music, Rdio, and Songza that are currently doing well. The Wall Street Journal noted that there so many streaming sites that already feature these artists.
Read more at http://www.inquisitr.com/1969189/spotify-on-playstation-vs-tidal-on-sonos-is-the-online-music-streaming-space-too-crowded/#iBsSUMLbRbR49Des.99

World Most Amazing Watches: The Montblanc TimeWalker Urban Speed e-Strap

The TimeWalker Urban Speed e-Strap, combines a highly functional e-Strap with contemporary TimeWalker timepieces. The e-Strap is an interchangeable strap, with an integrated technology device that offers an activity tracker, smart notifications, remote controls and Find-Me functions. It connects, via Bluetooth Low Energy, to selected Android and iOS smartphones. For the first time, an owner will be able to wear a mechanical timepiece with highly useful digital functionality.

eStrap_Article_1Montblanc continues to underline the technicity, performance and avant-garde appeal of this watch line, its dynamic appeal is further highlighted by the use of contemporary material mixes featuring red design elements on a pure black background.

The e-Strap device offers a variety of functionality.

Smart notifications, signaled by vibrations provide an alert of incoming communication without the need to look at the smartphone. It enables the preview of e-mails by topic and sender, read text messages, see incoming calls and status updates of social media feeds or reminders of important upcoming meetings, all on the wrist.

The activity tracker is a simple tool to monitor the wearer’s physical activity over time and keep track of his personal daily goals. To do so, it measures the number of steps taken per day, calories burnt and the distance travelled. The accompanying smartphone application enables the of progress per week and month. The e-Strap will remind the wearer to stay active through unobtrusive vibration alerts and show at a glance the daily progress.

eStrap_Article_3

The remote controls are useful for controlling the smartphone with the e-Strap. The camera remote enables the taking of pictures with the smartphone by triggering the shutter with a tap on the e-Strap thus allowing better and easier selfies or group shots.

Playing, pausing, and skipping music on the smartphone can be also remotely steered with the music control function of the e-Strap.

Additionally, the Find-Me function allows searching for the watch or phone within a range of up to 30 meters, either by tapping on the e-Strap to find the smartphone or by using the smartphone application to find the watch.

The e-Strap device has an inbuilt touch screen display, readable in daylight, to display the information and navigate through the functionalities. The technical device is encapsulated in a stainless steel case with rubber protection and can be easily fixed and adjusted with the pass-through strap.

Depending on usage, the device needs to be recharged every 5 days using a standard micro-USB cable. The e-Strap is compatible with Samsung Galaxy S4, S5, Note 3, Note 4, selected Android Devices running Android 4.3 and upwards as well as Apple iPhone 4S, 5, 5C, 5S, 6 and 6 plus.

eStrap_Article_2

The Leather e-Strap

The TimeWalker collection e-Strap is equipped with a pass-through strap made of the innovative Montblanc Extreme Leather. The Extreme leather wristband created by the Montblanc Pelleteria in Florence, perfectly matches with the timepiece: markedly technical while retaining a sporty yet elegant appearance.
Due to its innovative manufacturing process, the upper surface of the leather wristband has a characteristic carbon appearance. In a long and meticulous process, the leather is textured and simultaneously impregnated with an innovative treatment that does not only coat the surface of the wristband, but also bonds with it and increases its structural strength. This innovative technique produces a high-performance and innovative leather, delivering abrasion resistance, water repellence and heat wear-, water- and fire-resistant.

F8 : Facebook ouvre Messenger au e-commerce – Le Monde Informatique

F8 : Facebook ouvre Messenger au e-commerce – Le Monde Informatique.

Facebook Messenger empiète sur le pré carré de solutions comme Yelp permettant de rentrer directement en contact avec des entreprises. (crédit : D.R.)

Facebook Messenger empiète sur le pré carré de solutions comme Yelp permettant de rentrer directement en contact avec des entreprises. (crédit : D.R.)

Le géant du réseau social Facebook va permettre aux développeurs tiers d’utiliser son application Messenger pour y ajouter des fonctions de communication orientées clients.

Hier, lors de la conférence F8 de Facebook, le CEO, Mark Zuckerberg, a donné deux exemples de l’ouverture de son application Messenger aux développeurs tiers, sachant que d’autres ajouts devraient suivre. Pour commencer, le réseau social va ainsi permettre aux entreprises d’utiliser Messenger pour communiquer avec leurs clients. Par exemple, après l’achat d’un produit sur un site web, l’acheteur pourra communiquer avec l’entreprise via Messenger pour dire qu’il s’est trompé dans sa commande, ou pour suivre la livraison de son colis. « C’est mieux que de prendre son téléphone pour contacter le service client », a estimé Mark Zuckerberg. « En général, la plupart des gens rechignent à faire cette démarche, ni rapide, ni très moderne non plus », a-t-il ajouté.

Facebook va également laisser les développeurs intégrer des applications tierces à Messenger, pour que les gens puissent envoyer des messages plus riches. Le CEO de Facebook a notamment cité l’app JibJab qui permet de créer des messages animés. Mais ce n’est pas la seule : il y a aussi Bitmoji, Legend et d’autres encore. Et ce ne sont que les premiers exemples de cette ouverture de Messenger. « Nous ne voulons pas aller trop vite et nous voulons nous concentrer sur un petit nombre de fonctions », a déclaré Mark Zuckerberg.

Des vidéos de réalité virtuelle publiées dans les News Feeds

Depuis l’an dernier, Facebook oblige les utilisateurs à passer par Messenger, le réseau social ayant supprimé la fonctionnalité de messagerie de sa principale application mobile. Beaucoup d’utilisateurs n’ont pas très bien accueilli la nouvelle. Néanmoins, aujourd’hui, l’outil compte tout de même 600 millions d’utilisateurs. On savait depuis un certain temps, à cause des nombreuses fuites, que le réseau social voulait transformer Messenger en « plateforme » ouverte à des tiers. D’une part l’ajout de nouvelles fonctionnalités incitera les gens à passer plus de temps dans l’application. De plus, selon Mark Zuckerberg, Messenger peut potentiellement devenir un « très important outil de communication pour tous ». L’application vient aussi empiéter sur des apps concurrentes comme Yelp, qui permet déjà aux utilisateurs de contacter directement les entreprises via l’application.

Toujours lors du F8, Mark Zuckerberg a annoncé que Facebook permettrait aux gens de poster des vidéos à 360 degrés dans leur News Feeds. Ces vidéos de réalité virtuelle sont filmées avec des périphériques disposant de plusieurs caméras, comme la « caméra » 360° 3D Project Beyond de Samsung. « Si aujourd’hui l’usage de la vidéo est en plein essor sur Facebook, demain ce sera au tour de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle », a déclaré le CEO. Le F8 se tient depuis hier dans le Fort Mason Center de San Francisco, ferme ses portes aujourd’hui. Les keynotes et certaines séances sont diffusés en direct. Selon Facebook, cette année l’événement a accueilli 3000 développeurs, contre 750 lors de la première édition de 2007. À l’époque, le nombre d’applications développées pour le site Facebook ne dépassait pas la centaine. Aujourd’hui, des millions de sites web et d’applications utilisent des services dans le genre de Facebook Login.

Musique : les maisons de disques se dressent contre Apple et Spotify, Médias (Les Echos)

Musique : les maisons de disques se dressent contre Apple et Spotify, Médias.

Les grands labels américains sont vent debout contre les sites de streaming qu’ils tentent de convertir au modèle des abonnements payants.

Est-ce une réaction au fait que le rappeur Kendrick Lamar a totalisé 9,6 millions d’écoutes en 24 heures sur Spotify ? Ou le fait d’apprendre que les revenus du streaming ont pour la première fois dépassé ceux du CD aux Etats-Unis l’an dernier ? En tout cas, les maisons de disque américaines ont haussé le ton ces dernières semaines à l’encontre des vendeurs de musique en streaming, bien décidées à défendre leur revenus.

La dernière charge est signée Universal Music, et vise Spotify. Une cible de choix puisque le groupe suédois est considéré comme le numéro un mondial de la musique en ligne avec ses 15 millions d’abonnés payants et 60 millions d’utilisateurs .

D’après le Financial Times , le label serait actuellement en pleine négociation avec Spotify en ce qui concerne les droits de son catalogue. Et se serait engagé dans un bras de fer pour contraindre le groupe suédois à davantage différencier son offre gratuite de celle payante en vue d’inciter plus fortement les utilisateurs à s’abonner.

Modèle à double détente

Possédant notamment les droits sur les œuvres des Beatles, Pink Floyd ou encore Katy Perry, la plus grande maison de disques du monde n’en est pas son coup d’essai. En 2010, elle avait déterré la hache de guerre avec le français Deezer pour les mêmes raisons. Avant de trouver un accord à l’amiable en septembre 2011.

Selon Rolling Stone , d’autres grands labels seraient sur la même longueur d’onde. Il faut dire que deux points de vue et surtout des intérêts contradictoires se font face. D’une part, les sites comme Spotify, Deezer et consorts sont sur un modèle à double détente. Ils sont contraints de conserver une offre freemium suffisamment alléchante pour attirer dans leurs filets de nouveaux utilisateurs, condition nécessaire mais non suffisante pour les diriger vers un abonnement payant. D’autant que le secteur ne cesse de voir arriver de nouvelle têtes, à l’instar de Youtube et son service de streaming, Music Key, lancé en novembre 2014.

De leur côté, les maisons de disques font le forcing pour que les groupes de streaming accélèrent le mouvement en restreignant davantage les possibilités offertes par leur offre gratuite. La raison ? Aux Etats-Unis, les revenus publicitaires en provenance du streaming gratuit ont rapporté 295 millions de dollars aux majors en 2014, alors que les abonnements payants leur ont permis de récupérer 800 millions, souligne le Financial Times.

Apple en plein négociation

Apple serait également en train de faire face à cette levée de boucliers des grandes maisons de disques concernant son service de streaming – qui doit fusionner Beats Music, iTunes et iTunes radio – et qui ne devrait pas être présenté… avant le moins de juin prochain.

Le groupe de Cupertino serait en pleine négociation avec les maisons de disques afin de pouvoir utiliser leur catalogue. Et les échanges se sont pas aussi cordiaux que ce qu’on aurait pu le croire, dans la mesure où Apple ne compte pas proposer d’écoute gratuite. Les discussions achopperaient sur le prix de l’offre payante, croit savoir le site Billboard .

Initialement, la firme à la pomme aurait songé à proposer une offre à 5 dollars au mois puis serait monté à 7,99 dollars. Mais les maisons de disques souhaitent que le groupe de Cupertino porte son prix d’abonnement mensuel à 9,99 dollars, sans quoi elles menacent de rejeter son offre, soutient Billboard.

Vers la fin du freemium ?

Depuis plusieurs mois, certains artistes très connus et vendant plusieurs millions d’albums s’insurgent également contre le modèle économique du streaming, à l’instar de la jeune chanteuse américaine Taylor Swift qui a retiré tous ses albums de Spotify.

Celle-ci estimait que le groupe suédois ne rémunérait pas « équitablement les auteurs, les producteurs, les artistes et les créateurs ». Récemment Bjork, qui a qualifié le streaming en général de modèle « insensé », a refusé que son dernier album soit en écoute sur Deezer, Spotify et tous les plates-formes analogues.

Selon Rolling Stone , la direction des grandes maison de disques estiment que le modèle du freemium pourraient avoir disparu d’ici à la fin de l’année. « C’est inévitable (…) Si vous voulez que Spotify vous rémunère plus par écoute, ils doivent eux-même faire payer davantage », a affirmé Gary Stiffelmann – une figure dans le business de la musique aux Etats-Unis et qui a été l’avocat de Michaël Jackson ou encore de Lay Gaga – cité par Rolling Stone. Pas sûr que Spotify, Pandora, Deezer et consorts l’entendent de cette oreille.


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0204246951480-musique-les-maisons-de-disques-se-dressent-contre-apple-et-spotify-1104924.php?b7DQg9klRq02yM45.99

Pour la première fois (en 2014), les revenus du streaming ont dépassé ceux des ventes de CD aux Etats-Unis

Pour la première fois, les revenus du streaming ont dépassé ceux des ventes de CD aux Etats-Unis | Slate.fr.

Ca y est, les courbes se sont croisées. Selon les chiffres publiés par le RIAA, le syndicat des professionnels américains de l’industrie du disque, les revenus de la musique écoutée sur Internet en streaming, estimés à 1,87 milliard de dollars, ont dépassé en 2014 pour la première fois ceux de la vente de CD, qui ont chuté de 12,7% la même année, pour un montant total de 1,85 milliard.

Le diagramme ci-dessous montre la répartition de l’activité par type de support. La distribution «physique» (32%) devance certes toujours le streaming (27%), mais ce dernier représente désormais plus que les seuls ventes de CD –elles-mêmes correspondant à 82% des supports matériels.

Source: RIAA.

Comme le montre le diagramme suivant, le chiffre d’affaire du streaming se décompose entre des services «on-demand» gratuits soutenus par de la publicité (Youtube, version gratuite de Spotify), des services sur abonnement payant (version payante de Spotify) et les radios Internet.

Source: RIAA.

L’activité numérique qui a rapporté le plus de revenus reste le téléchargement de musique, estimé en 2014 aux Etats-Unis à 2,6 milliards de dollars. Cela ne devrait cependant pas durer éternellement puisque le téléchargement connaît une baisse de son résultat alors que l’abonnement au streaming payant a bondi de 26% sur la même année.

Selon Digital Trends, le président de la RIAA a pris acte du choix clairement exprimé par les auditeurs en faveur du modèle du streaming. Malgré tous les débats au sein de la profession, écrit-il, «la réalité est que les consommateurs ont parlé et que c’est ce que les fans veulent [le streaming, NDLR].»

La question de la répartition des revenus entre les acteurs de la chaîne de la musique enregistrée n’est pas réglée pour autant. La chanteuse Taylor Swift a provoqué un raz-de-marée de réactions et de controverses sur le sujet en choisissant de retirer son catalogue du service Spotify en 2014. Dans une interview à Time Magazine en novembre dernier, elle ciblait le streaming comme étant la cause de l’effondrement de l’industrie musicale.

«Tout le monde se plaint à propos de la diminution du nombre de ventes dans la musique, mais personne ne change sa manière de faire. Ils continuent à aller vers le streaming alors que c’est principalement ce qui a fait diminuer le nombre d’albums vendus».

Gorgeous interactive dashboard by Mesh: hot 2015 marketing trends and predictions

Mesh resource for marketers that pulls some hot 2015 marketing trends and predictions from leading experts into one gorgeous graphic dashboard for desktop and tablet users 

Capture d'écran 2015-03-21 06.35.11

Interactive Source: http://www.meshagency.com/2015-table-of-digital-marketing-predictions-and-trends/

They culled the predictions and trends for 2015 into elements on the table from some of the most widely respect sources—and some not-so-well known ones, in an effort to provide marketers with a resource for inspiration, news, and content. Sources include Neil Patel over at Quick Sprout, Cindy King and a host of experts over at Social Media Examiner, Ryan Holmes at Hootsuite and many, many more (we originally posted a list of sources 2 months ago, but we’ll be updating that shortly).

The elements are organized into 10 groups ranging from Video to Social, and Big Data to Fun Trends. Mesh summarized the trends, and provided some takeaways for each. Each element features the source (or sources) allowing you to dig a little deeper into the larger conversation. 

Interactive Source: http://www.meshagency.com/2015-table-of-digital-marketing-predictions-and-trends/