#Infographie : Les applis mobiles, premier investissement des entreprises en marketing digital – Maddyness

#Infographie : Les applis mobiles, premier investissement des entreprises en marketing digital – Maddyness.

La dernière étude réalisée par Val­tech et Adobe auprès de plus de 300 directeurs et responsables marketing dresse un état des lieux des logiques d’investissements et des grands enjeux du marketing digital en 2015. Retour sur l’infographie qui dessine les tendances digitales de ces derniers mois.


Depuis quatre ans, Valtech et Adobe cherchent à retranscrire les préoccupations et les attentes des directions marketing, tout en identifiant les postes d’investissement des prochains mois dans un baromètre du marketing digital. Autant d’informations nécessaires pour dresser le panorama d’un écosystème qui évolue rapidement.

L’enquête, menée auprès plus de 300 directeurs et responsables marketing d’entreprises de toutes tailles confirme une tendance forte : les applications mobiles constituent le premier poste d’investissement devant l’e-commerce, le brand et content management, le social media et le data marketing. Autre information : la part du marketing digital gagne 3% entre 2014 et 2015 dans le budget marketing global.

Côté indicateurs, les clics semblent (pour 181 d’entre eux) importer plus que le nombre de visites (169) ou encore la conversion (155). Les initiatives mobiles mises en place concernent pour 41 des répondants le responsive design, les applications mobiles (32) et les sites mobile (27). Quant au parcours cross canal, il sera principalement optimisé grâce à des e-mailings performants et à des sms qualitatifs, principaux leviers d’acquisition, devant la publicité et le SEO.

Qui tient les rênes de l’investissement en marketing digital ? Le marketing se hisse à la première place du classement (50%) devant le digital (35%) et l’IT (15%).  La data récoltée est quant à elle majoritairement utilisée pour améliorer la connaissance client, pour mieux cibler et segmenter son audience et enfin pour mieux personnaliser ses communications.

« Ce baromètre confirme nos observations sur le terrain : la complexification croissante du digital s’accompagne d’une volonté de plus en plus importante de la part des marques de mieux le comprendre et de l’intégrer à leur stratégie globale. L’augmentation du ROI des stratégies digitales, et notamment des stratégies mobiles, nous renseigne quant à l’évolution des budgets marketing globaux en faveur du digital », développe Christophe Marée, Directeur Marketing Digital chez Adobe.

barometre marketing digital

Les résultats complets de cette étude sont disponibles sur le site de Valtech

How Instagram Started (From 640 to 1080) (Source: Anna Vital and the Verge)

165439437

Vlad Savov:

“Just over a week ago, I wrote plaintively about Instagram’s archaic 640 x 640 resolution and the need to move with the times and give users the ability to upload larger images. This past Friday, it appears, Instagram has started addressing that very issue, as photos sent to the popular image sharing app are now being stored in a higher 1080 x 1080 size.

The higher-resolution pictures are not yet being displayed as such by Instagram, which maintains its smaller default for now. But a quick check of the source code on Instagram’s web view reveals that new photos uploaded to it are being saved in 1080px resolution, likely in preparation to making a full and public switch to the greater size in the coming days or weeks. We have reached out to Instagram to find out more. The company’s last comments on the matter indicated that it neither uploads nor stores images at any greater resolution that its standard 640 x 640, so this is clearly a new development.

NOT YET OFFICIAL, BUT VERY DEFINITELY REAL: 1080 X 1080 INSTAGRAMSVerge reader Alejandro de la Torre was among the first to spot the larger Instagrams, stumbling upon the bigger preview when he received a link via Telegram. It’s important to note that these aren’t merely 640px images stretched out to fill the larger size; we are looking at legitimate 1080px photos, with a quality reasonably close to the original. It’s too soon to say whether Instagram’s persistent issue of over-compressing images coming from its Android app has been addressed, but both Android and iOS uploads are being stored in the higher res now. Check out a few of our latest posts on Instagram below, accompanied by their larger, more beautiful versions.

To uncover your own 1080px photos, use a desktop browser like Chrome or Firefox to open up an Instagram photo page’s source HTML code, then search for “.jpg” within it. The first result should be the URL to the larger version of the picture.

Update, 6 July, 1:45PM ET: An Instagram spokesperson tells us that the company started “gradually rolling out 1080 across iOS and Android” last week, meaning that most people should already be seeing the higher-resolution images in the mobile app. Alas, Instagram on the desktop remains a second-class citizen, as Instagram says that “right now we are focused on mobile, with no plans to share on web.”

En 2017, plus de 100 applications et services utiliseront vos données perso quotidiennement

En 2017, plus de 100 applications et services utiliseront vos données perso quotidiennement.


applications appstore

Les applications mobiles sont en train de devenir la passerelle entre l’utilisateur et son environnement mais elles auront besoin de toujours plus de données personnelles pour remplir leur fonction, prédit le cabinet d’études Gartner.

Les applications mobiles ont déjà profondément transformé l’industrie en formant des écosystèmes dans lesquels les utilisateurs peuvent personnaliser leurs terminaux selon leurs besoins propres. Avec plus d’un million d’applications sur les plus gros portails, il y a une application pour presque tout et la prochaine étape passera par une affinement des réponses à ces besoins grâce à l’influx des données personnelles.

Logo Gartner Le cabinet d’études Gartner estime que d’ici 2017, plus de 268 milliards d’applications auront été téléchargées, générant des revenus de 77 milliards de dollars. Mais parce que les fonctionnalités s’enrichissent à partir des informations fournies par les utilisateurs eux-mêmes, ces derniers doivent s’attendre à ce que les flux de leurs données personnelles alimentent à cette date plus de 100 applications et services quotidiennement.

La large gratuité des applications (plus de 90% des catalogues) a aussi pour contrepartie que de grandes quantités de données personnelles sont dès à présent récupérées, analysées, traitées, disséquées…

Les applications mobiles sont déjà un outil puissant pour les entreprises cherchant à mieux identifier leurs consommateurs pour répondre de façon pertinente à leurs besoins et cette tendance va largement s’accroître avec les gadgets du wearable computing, qui sont avant tout de nouveaux moyens de collecter des données personnelles jusque-là inaccessibles.

Influentes actuellement sur les smartphones et les tablettes, les applications auront bientôt desincidences profondes sur d’autres aspects, de la domotique au véhicule en passant par les gadgets connectés. Ces derniers auront notamment besoin des applications pour assurer une récupération et un traitement des données que leurs caractéristiques ne permettront pas de gérer directement, étant essentiellement des capteurs extrayant des données brutes.

Ce qui signifie aussi que les liens entre gadgets et terminaux mobiles sont là pour durer, avec les applications pour faire le lien. Les analystes de Gartner y voient l’émergence d’une nouvelle forme d’informatique et d’organisation alimentées par les données personnelles des utilisateurs capables de “deviner” leurs intentions et d’anticiper les interactions à venir.

Cela peut passer par la fourniture d’information pertinente avant qu’elle soit demandée ou par la mise en place automatique d’outils en amont de l’action de l’utilisateur (ouverture d’applications, réglages spécifiques, etc).

LG Lifeband Touch Pour fonctionner, ce “cognizant computing” entrevu par Gartner aura besoin de beaucoup d’informations sur l’utilisateur et ses habitudes. Les analystes anticipent qu’il fonctionnera particulièrement bien dans des environnements à faible variabilité comme dans les foyers où les actions peuvent être plus ou moins routinières et donc plus facilement anticipables, sans avoir non plus besoin de mettre en lien beaucoup de bases de données.

Mais ce n’est évidemment qu’un point de départ avant des scénarios plus complexes. Et les grands groupes comme Google, Facebook, Amazon ou Apple sont déjà à la recherche des moyens de collecter et de regrouper au mieux ces énormes masses d’informations du quotidien, dont les applications peuvent ensuite tirer parti.

Cette évolution laisse entrevoir des possibilités à peine imaginables actuellement mais on ne pourra que noter que l’être humain est à peine évoqué dans cette vision, en dehors d’un rôle de producteur des données en question, et qu’il aura dans le même temps de moins en moins de possibilités d’échapper à cette prise de contrôle de ce qui fait justement son essence : ses propres choix.

Beddit for Understanding Your Sleeping Patterns

Beddit is a sleep monitoring system that does not use the typical wearable sensors, headbands or bracelets. The system uses an ultra-thin film sensor that is placed under your sheet to monitor your body using the science of — ballistocardiography. It collects biometric data including heart rate, breathing patterns, snoring, body movements, sleep and wake time and even sleep stages. All of this data is collected and sent to a smart device app for you to review when you wake and the app will even offer suggestions on how you can make changes to get a better night’s sleep.

[Infographic] How the App Stores “Really” Stack Up

[Infographic] How the App Stores “Really” Stack Up.

By  

This post is part of our ReadWriteMobile channel, which is dedicated to helping its community understand the strategic business and technical implications of developing mobile applications. This channel is sponsored by Alcatel-Lucent.

If you liken app stores to race horses, Apple is the biggest, baddest thoroughbred in town. Google Play is a fine specimen with some distinct qualities but has a lot of work to do in the practice yard before catching up. Everything else is an also-ran. Windows Phone has been growing rapidly, increasing from 40,000 apps in Nov. 2011 to 70,000 at the most recent count. Then there is BlackBerry App World. For all of Research In Motion’s troubles, its app repository is tied with Windows Phone at 70,000, which includes 15,000 specifically designed for the BlackBerry PlayBook. There are no tablet apps in the Windows Phone Marketplace, mostly because there is no Windows tablet (well, one worth anything).

German BlackBerry blog BlogBerry.de sent us over an infographic (through its content promotion specialist BlueGrass Interactive) breaking down the “reality” of the native app stores. It quotes RIM VP of developer relations Alec Saunders as saying 13% of BlackBerry developers have made $100,000 or more off their apps. We have heard this song and dance before. Take a look at the infographic below and let us know in the comments what you think of the BlackBerry App World, its quality of apps and whether or not it is a wise business decision to build any apps for the BlackBerry platform these days.

app_stores_infographic.jpg