Comment AXA a utilisé le jeu Ingress de Google pour amener du trafic dans ses agences

Comment AXA a utilisé le jeu Ingress de Google pour amener du trafic dans ses agences.

ublié le 08/07/2015 par Xavier Foucaud

Dans une récente campagne, AXA a transformé ses agences à travers le monde en éléments d’Ingress, jeu vidéo de Google qui se déroule dans le monde réel. Retour en chiffres et avec l’interview du CEO de Google Niantic Labs, créateur du jeu.

Comment AXA a utilisé le jeu Ingress de Google pour amener du trafic dans ses agences

Fin 2014, AXA a investi Ingressun jeu de réalité virtuelle développé par Niantic Labs, une filiale de Google. Fondée par John Hanke (retrouvez son interview en page 2), précédemment à la tête de de l’équipe Google Geo (Google Maps et Google Earth), Niantic Labs a pour mission de créer des applications qui poussent à l’exploration, à l’interaction sociale, et inspire des aventures dans le monde réel.

C’est le cas d’Ingress, jeu vidéo sur mobile en réalité augmentée, disponible sur Android et iOS, qui réunit 12 millions de joueurs dans 200 pays. Dans cet univers virtuel, deux équipes s’affrontent : la Résistance et les Illuminés, autour d’un scénario : l’apparition sur Terre d’une matière extraterrestre susceptible d’améliorer l’esprit humain.

Mais Ingress, s’il se joue sur son smartphone, se déroule bien dans le monde réel. En effet, grâce à Google Maps et à la technologie GPS, les joueurs doivent trouver les “portails” les plus proches, endroits-clés dissimulés derrière de vrais lieux, tels que des monuments, des statues, des fresques murales, des bâtiments… Leur mission : prendre le contrôle du “portail”, pour leur équipe, et ainsi élargir leur territoire.

En décembre 2014, AXA s’est associée à Google Niantic Labs pour transformer ses agences commerciales à travers le monde en “portails” dans Ingress, et en prendre le contrôle dans le jeu. AXA a également créé et mis à disposition des joueurs des “boucliers AXA”, objets virtuels aux couleurs de la marque. Plus de 5 millions de ces objets ont été déployés dans le jeu. Pour Frédéric Tardy, directeur marketing d’AXA, “la présence de notre marque dans Ingress est un pas supplémentaire pour la digitalisation de notre groupe, mais aussi une nouvelle façon pour nos clients de découvrir notre marque et nos agences“.


Du trafic in store grâce au jeu virtuel

En 5 mois, plus de 600.000 joueurs d’Ingress se sont rendus dans le monde réel dans les agences AXA marquées comme “portails” dans le jeu, et plus de 4 millions de joueurs ont été exposés à la marque. De leur côté, les agences AXA transformées en “portails” virtuels ont généré plus de 3 millions d’actions au sein du jeu vidéo. L’expérience s’est également poursuivie en dehors du jeu, puisque des représentants de la marque ont interagi avec plus de 55.000 joueurs d’Ingress aux cours des différentes “Anomalies“, des rencontres live régulières organisées entre joueurs pour parcourir la ville à plusieurs.

Présentation du jeu Ingress en vidéo :


Digital Transformation in Financial Services: challenges and opportunities |(Source: Econsultancy)

Digital Transformation in Financial Services: challenges and opportunities | Econsultancy.

You don’t need to be a business strategist to realise that digital technology is radically changing the behaviour and expectations of consumers. 

This is particularly the case in the FSI sector where established brands are striving to ensure their services are as seamless as possible for customers and business prospects expecting an increasingly personalised and relevant experience across all channels, including mobile and social engagement.

Our new Digital Transformation in the Financial Services Sector report looks in detail at the opportunities and challenges faced by businesses looking to stay ahead of the competition.

The research is based on interviews with senior executives across a range of companies which included Saga, MORETH>N, RSA Insurance, LV, BlackRock, Alpha Financial Markets Consulting, The Co-operative Insurance, Barclays Bank, Lloyds Banking Group, Santander UK, Droplet, Nutmeg, AXA, JP Morgan Asset Management, Bibby Financial Services, Interactive Investor and Hargreaves Lansdown.

It was also supplemented with data from a global survey of 200 financial services and insurance companies carried out at the start of the year.

For more insight, Econsultancy subscribers can download the full report, but here are several key trends and recommendations emerging from the study.

Number one priority is around Customer Experience

A dominant theme in this sector is the need to focus on the customer experience by putting the customer at the centre of all decision-making. With the increase in mobile usage, delivering a great experience across all touchpoints is seen as essential.

This is backed up by Econsultancy’s survey which shows that one third of company respondents said that customer experience represents the single best opportunity for their organisation to deliver on their priorities for 2015. This percentage is significantly higher than the average percentage across all sectors.

Making the experience as personalised and relevant as possible is where financial services companies are placing the most emphasis in order to improve the customer experience, highlighted by the chart below.

As one interviewee stated:

You need to deliver on your promise; if you don’t you will lose credibility.

Companies can reap the benefits when they get these things right. Research by Accenture has shown that financial institutions offering timely, relevant and personalised online experiences have been shown to improve their conversion rates by 30% or more.

Standing out from the crowd to add value back to the customer

The financial services industry faces significant challenges as new players, unencumbered by legacy systems, enter these markets and change the industry landscape.

Companies talked about looking to differentiate their offer, adding value to the customer and moving away from price and being seen as a commodity product. Almost two thirds of companies surveyed (62%) said that over the next five years customer service and experience is the primary way they will seek to differentiate themselves from competitors, with only 2% highlighting price.

Creating space for people to work in a different way

In this fiercely competitive sector companies were adopting more agile ways of working and are using a number of ways to create the space for people to think of new innovative solutions to meet the challenge of competition and consumers’ needs, not held back by dated systems and the traditional ways of doing things.

Encouraging a digital culture where digital is part of everyone’s job

A strong digital culture was seen as essential to delivering transformational change and for digital to be inherent in everyone’s jobs. Showcasing internally what is working well in digital was helping to engage people along the digital journey and to encourage a cultural change.  The Head of Digital at Alpha Financial Markets Consulting stated:

Digital is the new normal, not a special term. Digital is inherent in every job and should not be isolated. Everyone has an element of digital in their job and it is about understanding and adapting to change.

Regulation and legacy systems still barriers to delivering on ambitions

Key themes from the interviews were around the challenges of legacy systems, siloed data, and the inability to have a single view of the customer. Moving off legacy systems to more adaptable platforms was seen as a key driver towards digital transformation.

It is all about the data as companies talked about the need to develop a better understanding of customer journeys and behaviour across channels and devices for digital marketing and transformation over the next few years.

For more insight download our new Digital Transformation in the Financial Services Sector report.

The AXA Group accelerates its investments in Asia to further its innovation capabilities

AXA/ Newsstand/Document.

AXA announces today the creation of three new structures dedicated to investment and innovation in Asia, in order to better connect the Group to the region’s rapidly developing entrepreneurs, talents and new business models. These structures will complement the existing presence of the AXA Group in Europe and North America with the very same objective: to improve customer experience, through partnerships, pilots and investments.

The “AXA Lab Asia” in Shanghai

The AXA Group has decided to set up an “AXA Lab Asia” in Shanghai, on the model of the structure present in the Silicon Valley in the U.S since the beginning of 2014. It will be led by Frank Desvignes.

“We wish to foster the digital culture and further the spirit of innovation across the Group, by forming partnerships with the most forward-thinking companies. The AXA Lab Asia will also detect emerging trends that can be leveraged for the benefit of our clients, as well as identify new talents”, said Frank Desvignes, Director of the AXA Lab Asia.

The “Data Innovation Lab” in Singapore

AXA will establish a “Data Innovation Lab” in Singapore, on the model of the one already created in France. It will act as a business-focused center of expertise on data analytics to foster Research & Development for our offers and services.

“The data revolution has a profound impact on the way insurers do business. New technologies for data storage and analysis now make it possible to process volumes of data that were previously too large to analyze. The ultimate goal is to be able to offer customers the products and services they want and need, while upholding values of ethics and integrity and protecting their personal privacy”, said Philippe Marie-Jeanne, Director of the Data Innovation Lab.

An office of “AXA Strategic Ventures” (AXA SV) in Hong Kong

Finally, a new office of AXA Strategic Ventures (AXA SV) will be established in Hong Kong, so as to be in the best position to seize the numerous investment opportunities in the region and to accompany European and American start-ups on the Asian market. The Group had announced in February 2015 the creation of a €200 million venture capital fund, “AXA Strategic Ventures” (AXA SV), dedicated to investing AXA Group money in budding strategic innovations in the insurance, asset management, financial technology and healthcare service industries.

Led by François Robinet, AXA SV is already present in San Francisco, New York, London, Paris, Zurich and Berlin.

AXA Strategic Ventures now has a genuinely global reach. The establishment of this new office in Hong Kong will not only allow us to take advantage of the possibilities offered by the region, but also to accompany the startups we support in their international expansion in one of the most dynamic markets globally“, saidFrançois Robinet, Managing Director of AXA Strategic Ventures.

Asia is a major strategic focus for the AXA Group, and our ambition is to have 100 million clients in the region by 2030. We are already very present from a business standpoint and we are now looking to seize the opportunities offered by the region. This is why we are announcing today a series of initiatives in Shanghai, Singapore and Hong Kong. We are confident that these new structures will prove decisive in identifying untapped opportunities to accelerate our digital transformation and ultimately better serve and protect our clients“, said Henri de Castries, Chairman and CEO of AXA.

axa drive : l’application anti-bouchons (Source:



Dans la jungle des applications dédiées à l’automobile, la compagnie AXA lance un nouvel équipement afin d’aider les conducteurs à voyager plus sereinement. Explications.

C’est le fléau quotidien des automobilistes des grandes villes : parvenir à se rendre d’un point A à un point B sans connaître les affres des embouteillages.

Pouvoir anticiper ces points noirs en adaptant son trajet en conséquence grâce à la connaissance de l’état du trafic, c’est en somme le cœur de la nouvelle application mobile Axa Drive.

Mieux, l’application Axa Drive se pare d’une fonction alerte, qui soumet au conducteur le moment a priori idéal d’un départ, en fonction des aléas qu’il rencontrera sur la route, grâce à l’analyse en temps réel de différents paramètres comme les conditions du trafic (travaux, météo, routes fermées …). Le tout, en pouvant communiquer à l’instant T sa géolocalisation à la personne qui l’attend à l’arrivée.

Mais ce n’est pas tout, AXA Drive dispose aussi d’une technologie qui enregistre la conduite de celui qui prend le volant. A cet effet, l’application propose au conducteur un score de conduite basé sur son comportement au volant (freinage, accélération, prises de virages, allure). Puis, de manière ludique, de pouvoir revivre ses trajets afin d’améliorer au fil du temps son score de conduite, par exemple pour consommer moins de carburant : bien vu et challengeant !

Amélie Oudéa-Castera, Directrice Marketing, Service et Digital d’AXA France, précise à ce sujet : « Avec AXA Drive, nous avons à cœur d’accompagner et de servir nos clients mais aussi l’ensemble des automobilistes pour qu’ils abordent chacun de leur trajet en toute sérénité. Être alerté pour toujours prendre la route au bon moment, choisir le parcours le plus fluide, se reposer sur le soutien et l’expertise de leur assureur en cas d’accident, font partie des nombreuses solutions que nous pouvons désormais leur apporter de manière instantanée et innovante. »

Last but not least, Axa Drive joue aussi la carte de la sécurité en communiquant le cas échéant au conducteur des numéros d’assistance et d’urgence, et des messages de prévention. Axa Drive ou le service à la carte pour chaque conducteur cherchant à conjuguer gain de temps et sécurité : suffisait juste d’y penser, AXA l’a fait.

Télécharger gratuitement l’application Axa Drive (disponible en plusieurs langues) sur :




Axa se lance dans le big data

Axa se lance dans le big data.

Le groupe, qui se veut à la pointe de la digitalisation, a crée un lab consacré à l’utilisation des données provenant des assurés. Il envisage par exemple, à moyen terme le lancement d’assurances auto dont le prix changerait selon le comportement du conducteur

Véronique Weill, directrice des opérations du groupe Axa, le répète à l’envi, elle veut aller vite dans la “transformation digitale” de l’assureur. Cela passe par le lancement de plusieurs applications mobile, une large utilisation des réseaux sociaux -un accord avec Facebook a été signé- et le développement d’une offre adaptée aux nouvelles technologies: l’idée est que le consommateur puisse souscrire un contrat par mobile. Déjà, en Corée, Axa propose pour l’assurance d’une même voiture, le choix entre neuf contrats type en fonction des besoins du conducteur, qu’il peut sélectionner via son smartphone. “Nous voulons montrer que l’assurance, ça peut être simple, qu’on peut acheter une assurance comme on achète un livre, on line”.

Un “data lab”

Et, Véronique Weill en a fait l’annonce ce jeudi lors d’une rencontre avec la presse, Axa développe une nouvelle stratégie d’utilisation des “datas”. Un “data innovation lab” a été créé au sein du groupe, qui réunit une quinzaine de personnes. Objectif: exploiter pleinement les données que peuvent fournir les assurés. “Avec leur accord, bien sûr” insiste-t-elle. “C’est une relation de confiance que nous voulons nouer avec nos clients”. Quel serait l’intérêt de ces derniers?
Il peut être évident en matière automobile, par exemple.
Si, grâce aux données recueillies sur la conduite d’un assuré -roule-t-il trop vite, freine-t-il souvent brutalement, ou non? – au moyen, aujourd’hui, d’un boitier spécifique, dans quelques mois, grâce à un équipement dont toutes les voitures seront dotées, dès leur construction, l’assureur peut savoir quel est le comportement de soin client, jour après jour, il peut lui proposer un tarif ajusté. Les nombreux assurés qui s’estiment bons conducteurs pourront ainsi prétendre à une assurance moins chère… s’ils sont vraiment bons conducteurs. “Ce genre de technique contribue à lutter contre la fraude” souligne Véronique Weill. “Si quelqu’un nous dit qu’il a un comportement vertueux, on pourra le vérifier”.

Une technique déjà expérimentée aux Etats-Unis

Ce système de “pay how you drive” existe déjà aux Etats-Unis, où il ne s’est pas encore beaucoup développé. Mais le marché pourrait décoller, à mesure que les habitudes des consommateurs changent. Et Axa veut être en avance dans ce type d’innovation. A quelle échéance pourra-t-on ainsi réduire le coût de son assurance grâce à une conduite modèle? Il faut expérimenter, estime Véronique Weill. Jusqu’à une commercialisation d’ici trois ou quatre ans? “Moins que quatre ans, je l’espère” répond-elle.
Ce recours au “big data” pourrait concerner aussi la santé. Mais, là, le sujet est plus sensible: que peut-on demander aux clients, peut-on vraiment les faire payer plus en fonction de leur comportement? Aujourd’hui, Axa en est aux applications “pédagogiques”: l’une d’entre elles permet d’obtenir une ristourne en fonction de l’exercice physique -nombre de pas effectués. “Nous avons une vision vraiment éthique de ce dossier” insiste Véronique Weill.

Axa et HEC Paris lancent une Chaire sur le Big Data

Le groupe Axa et HEC Paris annoncent la création d’une Chaire dédiée à la stratégie digitale et au “big data”. Celle-ci est confiée à Julien Levy, directeur de la Majeure et du mastère spécialisé “Management et Nouvelles technologies”.

Les liens entre HEC Paris et Axa vont prendre une nouvelle dimension avec la création d’une chaire consacrée à des sujets chers à l’assureur et à l’ancien d’HEC qui le préside : stratégie digitale et big data.

Selon le communiqué du groupe, outre l’enseignement dans le cadre de cours à différents niveaux et cursus, la Chaire aura pour mission d’organiser un “événement annuel sous la forme d’un forum, d’une journée de conférences ou d’un concours, portant sur la collaboration entre grandes entreprises et start-ups“. Si la participation d’Axa est attendue sur cet événement, le groupe d’assurance profitera également de la chaire pour “confronter les offres et produits d’Axa aux réactions de la génération des ‘digital natives’“.

L’importance du big data et du digital dans l’entreprise et dans la société aujourd’hui est un sujet central des réflexions d’Axa et de son management depuis quelques années maintenant, comme le montre cet extrait d’une interview d’Henri de Castries, PDG du groupe, lors de la présentation des résultats en février dernier.

Et ce partenariat est un nouvel élan, tant il “s’inscrit dans notre stratégie d’accélération de notre transformation digitale” comme l’explique Véronique Weill, directeur des opérations du groupe, citée dans le communiqué.

Comme lors de l’annonce de l’implantation d’un “lab” au plus près de la Silicon Valley, à San Francisco, en Californie, Axa explique une nouvelle fois les deux motivations profondes qui conduisent le groupe à ces partenariats : “Ce partenariat est une nouvelle brique pour développer notre présence déjà importante dans l’écosystème de l’Open innovation, et renforcer notre compréhension des nouveaux modes de consommation de nos clients.” explique une nouvelle fois Véronique Weill.


2013 Tech Trends – Frogdesign

5 décembre 2012

 Notes from the authors (  “Yes, it’s already that transitional time when our current year ends and another begins, and today and tomorrow are quickly changing hands. Rather than look back at significant trends of the past 366 days (2012 was a leap year, remember?), we asked a wide variety of technologists, designers, and strategists across frog’s studios around the world to take a look to the future. The near future, that is. “Near” in that 2013 is not only upon us, but also “near” in that these technologies are highly feasible, commercially viable, and are bubbling up to the surface of the global zeitgeist. We believe you’ll be hearing a lot more about these trends within the next 12 months, and possibly be experiencing them in some form, too. 

Here’s our second annual list of Tech Trend predictions for the coming year. There are 20 individual forecasts and, new for 2013, we’ve also related each prediction to larger waves in business, culture, and innovation.”

frog works with the world’s leading companies, helping them to design, engineer, and bring to market meaningful products and services. With an interdisciplinary team of more than 1,600 designers, strategists, and software engineers, frog delivers connected experiences that span multiple technologies, platforms, and media. frog works across a broad spectrum of industries, including consumer electronics, telecommunications, healthcare, energy, automotive, media, entertainment, education, finance, retail, and fashion. Clients include Disney, GE, HP, Intel, Microsoft, MTV, Qualcomm, Siemens, and many other Fortune 500 brands.


Amma Award 2011 Special

Pour la deuxième année consécutive, le jury des AMMA AWARDS (Annual Masters of Media Awards, l’une des récompenses les plus prisées du secteur de la communication en Belgique) a attribué le prix de l’agence média de l’année 2011 à HAVAS MEDIA BELGIQUE.

 HAVAS MEDIA BELGIQUE a été jugée selon les critères suivants : évolution du C.A. et du nombre des clients, contribution à l’interprofession du média, importance accordée à la mesure des performances la qualité, compétence et le professionnalisme des équipes, développement des services en adéquation avec le marché des medias et les attentes des annonceurs ; la diversification, image dans le marché et capacité de créer un esprit d’entreprise et de garder celui-ci en cas de perte ou d’arrivée de « gros budgets ». Sur chacun de ses items, HAVAS MEDIA BELGIQUE a su faire la différence face aux agences media leaders du marché belge : Carat et Space!

HAVAS MEDIA BELGIQUE a su s’imposer comme l’agence référente en publiant le baromètre MPG POE, la toute première mesure de « Media Performance Globale » incluant les trois dimensions des media : media payants (paid), media privés (owned) et media publics (earned). Cette philosophie résolument distinctive affirme encore davantage la position innovante de HAVAS MEDIA BELGIQUE qui a su intégrer les différents métiers de la communication dans une approche globale et transversale.

Concrétement, en 2011, HAVAS MEDIA BELGIQUE a enregistré une croissance de 33% et est devenue « la plus petite des grandes agences » en accédant à la sixième place du ranking UMA 2011. Cette année les gains successifs de Mobistar, AXA, Generali, Eneco, Grand Optical,  Durex, Comté, Bananes Chiquita ou U Dream, ont confirmé le dynamisme de l’agence dont l’apport du new biz dans le billings est estimé à 15.8% en 2011 et à 25.9% en 2012* ! Une excellente santé qui se lit également dans la croissance du numérique et dans l’excellent ratio du digital line : 7% en 2010 et 9% en 2011.

*source et estimation : CIM MDB