Belgique – Pays de Galles: Plus d’audience TV – moins d’interactions sur les réseaux sociaux

Belgique - Pays de Galles: Plus d'audience TV - moins d'interactions sur les réseaux sociaux

Le Match Belgique – Pays de Galles a battu des records d’audience TV ce mardi 15 octobre avec 945 873 téléspectateurs (âgés de 4 ans et plus) sur RTL TVI et 1 564 806 sur Sporza.

Côté réseaux sociaux, on note en revanche une baisse d’activité par rapport au match qui opposait les diables rouges à la Croatie (18 400 messages contre 34 700), rencontre qui leur assurait déjà une place pour le mondial en cas de victoire.

Parmi les pics d’activité, on observe naturellement les 2 buts inscrits mais aussi, moins attendu, le phénomène Stromae qui se produisait pendant la mi-temps. La chaîne a en effet passé une page publicitaire pendant la performance du chanteur, ce qui a pour le moins suscité de nombreuses réactions, la plupart au discrédit d’RTL TVI. Les responsables de la programmation expliquent néanmoins que le concert était initialement prévu à 20h40 avant le coup d’envoi et que ce changement de dernière minute a perturbé la retransmission en direct. Les téléspectateurs en ont donc profité en différé, après le match, moment au cours duquel l’activité reprend.

La prochaine infographie bi-mensuelle, baromètre Social TV HAVAS-TEVIZZ avec le top3 des émissions, sera présentée cette semaine avec une nouvelle fois … du foot à l’honneur !

Havas Media Study: Les Diables Rouges ont rassemblés un belge sur trois devant le match (Tv) et a généré près de 35 000 mentions sur la toile

Havas Media Stdy: Les Diables Rouges ont rassemblés un belge sur trois devant le match (Tv) et a généré près de 35 000 mentions sur la toile

C’est véritablement une vague populaire sans précédent qui a déferlé en TV et sur les réseaux sociaux ce vendredi 11.10 lors de la rencontre Croatie-Belgique et qui a généré dans son sillage une audience massive des deux « côtés » (Tv et réseaux sociaux). L’audience s’est construite progressivement et crescendo en TV pour culminer en fin de match, vers 19h55, à presque 1 700 000 person- nes (âgées de 4 ans et plus), soit 28% de pénétration dans le Nord, pour une part de marché de plus de 66%, sur Vier, et à plus de 1 300 000 personnes (âgées de 4 ans et plus) soit presque 30% de pénétration en fin de match pour une part de marché de plus de 71%, vers 19h55 également, dans le Sud du pays sur La Une (RTBF).
Du côté des réseaux sociaux, le match a généré plus de 35.000 messages avec 3 temps forts : les deux buts belges signés Lukaku d’une part et la fin du match d’autre part qui laissa libre cours à une explosion de joie partagée sur Twitter et Facebook pour la qualification de la Belgique.

« Ensemble » fut l’un des mots clés de ce troisième « moment », initié par le Tweet de Vincent Kompany (voir ci-contre) retweeté 953 fois. Pour rappel, The Voice Belgique et België Saison 2 avaient généré 17.500 et 9.800 messages au plus fort de la saison (voir analyse de Havas Media : Social TV sur http:// fr.slideshare.net/havasmediabe).
Enfin, si on remarque en TV un relatif équilibre hommes-femmes au niveau de l’audience (55%-45% au Sud, 61%-39% au Nord), les hommes ont été beau- coup plus actifs que les femmes sur les réseaux sociaux (75% d’hommes pour 25% de femmes au Sud et une répartition 65%-35% dans le Nord).

Brazil, here we come !

Paid.Owned.earned Study – Havas Media Belgium – Transformation Digitale

 

« En 2013, le top 25 des marques les plus présentes dans la vie des Belges apporte une nouvelle démonstration de la transformation digitale de notre société », Hugues Rey, CEO, Havas Media Belgique.

La montée des marques digitales (4 dans le top 5) –  le maintien des marques locales (7 dans le top 25)

L’analyse du Top 25 des marques les plus présentes dans la vie des Belges (classement basé sur le score d’exposition perçu par les 15-64 ans ) nous confirme qu’une marque sur deux est une marque digitale ou ICT. Mieux, le Top 5 est constitué quasi exclusivement de marques digitales ou technologiques (Google, Microsoft, Facebook et Nokia), à l’exception de Coca-Cola qui se classe quatrième.

Les marques locales se distinguent également, en présentant 7 dans le Top 25 : Belgacom, Côte d’Or, Spa, Proximus, Colruyt et Delhaize.

La même analyse menée sur la cible 15-34 ans nous rappelle que Facebook et Apple sont plus plébiscitées par les jeunes générations. Certaines marques font leurs apparitions ou progressent de façon exemplaire: Kellog’s, Danette, Peageot, Senseo et Garnier. La sentence est malheureusement négative pour Spa et Proximus

Des marques Médias toujours plus fortes

Les médias confirment leur omniprésence en tant que marque dans l’univers des Belges, s’insérant d’autorité entre les marques annonceurs.

Dans le Sud, si Google conserve sa première place, RTBF-La Une, RTL-TVi, et TF1 s’emparent des 3 places suivantes. France 2 et RTBF-La deux sont également présentent dans le Top 10.

Dans le Nord, même constat pour Google (toujours premier) , les chaines TV de la VRT se classent seconde et cinquième. VTM prend la sixième place et Vier la 9ième.

On remarquera encore les présences de deux titres de presse quotidienne néerlandophone (Het Laatste Nieuws et Het Nieuwsblad) dans le top 25 en Flandre.

“Ces résultats nous rappellent que nous avons à traiter les médias comme des marques globales et nous suggèrent que les marques annonceurs doivent se comporter comme des médias pour le consommateur.” Hugues Rey, CEO, Havas Media Belgique.

 

La digitalisation gagne du terrain et soutient les médias privés et publics

En 2013, les médias publics (earned media) se stabilisent à 23%. Les médias payants (paid media) restent les mieux perçus avec 52% de l’impact total. Enfin, les médias privés (owned media) progressent à 25% (+1 points), grâce à la progression des sites de marques et de leurs pages Facebook.

«En 2013, en moyenne deux contacts sur dix perçus d’une marque viennent du public. L’interactivité des stratégies médias n’est plus une option mais une obligation», commente Mathias Beke (Earned Media Manager d’Havas Media).

 

Les médias publics (earned media) sont une valeur non-négligeable (23%). Ils se répartissent par 4 contacts sur 10 via les articles de Presse, 36% au travers des conversations avec la famille et les amis et 2 contacts sur 10 via les opinions des surfers. Certains secteurs sont plus à même de susciter la discussion: les transports, les médias et l’énergie.

D’autre part, les médias privés (Owned) connaissent une digitalisation conséquente. 4 contacts sur 10 provenant de ces derniers, le sont au travers de canaux digitaux (Site ou page Facebook).
De plus, les médias Owned sont particulièrement puissants dans les secteurs de la grande distribution, de la technologie, des telecoms ou du retail. Dans l’ensemble de ces secteurs médias owned et points de ventes ne font qu’un. Que ce soit en ligne ou sur un lieu physique, la source de renseignements est également très souvent point de vente. Soigner l’expérience consommateur sur le point de vente est donc primordial pour ces secteurs.

La perception du owned (digital essentiellement) des marques médias est en progression. Cette évolution digitale traduit l’évolution des pratiques de lecture pour la presse, des pratiques d’écoute pour la radio (via les sites Internet et les podcasts) et des pratiques de vision de rattrapage, qui tendent à se développer pour la TV.

« La dimension 2.0 des marques media est sur-évaluée par le public par rapport à la réalité de leurs audiences digitales. Néanmoins, l’interactivité offerte à certains programmes (ex: The Voice) par Twitter et Facebook est une source conséquente d’amélioration de l’engagement du public», poursuit Corinne Verstraete, Head of Strategy d’Havas Media Belgique.

Enfin, les médias payants sont toujours perçus comme la première source de contact avec les marques. Plus de la moitié de ces contacts proviennent des médias de masse (off et on-line), un petit tiers du direct marketing et presque 20% du sponsoring.

 

 

 

 

 

En synthèse, la performance des médias varie en fonction des secteurs :

 Les Médias payants (paid) s’avèrent incontournables, en particulier pour l’alimentaire (74%), les boissons (71%), l’hygiène beauté (72%), et les bières (67%)

 Les Médias privés (owned) sont stratégiques pour les secteurs de la grande distribution (44%), de la technologie (41%), des telecoms (41%) ou du retail (40%).

 Les Médias publics (earned) sont significatifs pour les secteurs des transports (31%), des médias (26%) et de l’énergie (26%).

 

 

 

      

 

 

 

Genèse et méthodologie de l’étude POE Havas Media

En Mars 2011, Havas Media Belgique dévoilait  son baromètre POE : la toute première mesure en Belgique de « Media Performance Globale » incluant les trois dimensions des médias: Médias payants (paid) , Médias privés (owned), Médias publics (earned). 


Le baromètre POE apporte un éclairage unique sur l’actualité avec la montée en puissance des réseaux sociaux et l’engagement croissant des consommateurs dans le dialogue avec les marques. 


Les principes : 
cette étude inédite est réalisée “en ligne” en collaboration avec l’institut AQ Rate, menée en mars 2013 auprès de 6.983 individus de 15 à 64 ans sur 254 marques et 22 secteurs d’activité. Elle analyse la perception de l’exposition aux marques par les consommateurs selon la fréquence avec laquelle les individus ont le sentiment d’être en contact avec elles dans leur vie quotidienne (« Tous les jours », « Presque tous les jours », « 1 à 2 fois par semaine », « Moins souvent », « Jamais »…) et surtout les principaux points de contact perçus par les consommateurs qu’ils soient payants, possédés par la marque ou générés par les consommateurs.

Définitions :

Paid Media : Publicité dans les media, y compris présence publicitaire payante dans les médias digitaux et 
sociaux, mailing/emailing, sponsoring et mécénats

 

Owned Media : Il s’agit de l’ensemble des supports possédés par la marque tels que points de vente, sites 
web et pages Facebook des marques, catalogues et magazines de marque, égéries et personnalités 
représentant la marque

 

Earned Media : opinion des proches/bouche à oreille, opinion des internautes/web social, articles de presse, 
tous les contacts générés par les consommateurs. 


 

Contact Havas Media Belgium :

Hugues Rey

Chief Executive 0fficer

Tel: +32 2 349 15 60  – Mobile Tel: +32 496 26 06 88

Hugues.rey@havasmedia.com 

Rue du Trone 60 – 1050 Bruxelles

 

A propos de Havas Media

Havas Media est la division media du Groupe Havas. Havas Media est présent dans plus de cent pays avec 3200 collaborateurs. Havas Media Brussels compte 55 collaborateurs couvrant tous les aspects de l’utilisation des médias (Offline et Digital) dans les actions publicitaires.

[Infographie] 60% des Britanniques possèdent un smartphone | FrenchWeb.fr

[Infographie] 60% des Britanniques possèdent un smartphone | FrenchWeb.fr.

Proposée par l’analyste eDigitalResearch et l’association de e-commerçants britanniques IMGR, l’infographie ci-dessous présente l’évolution de l’équipement de la population britannique en smartphones et son impact sur le m-commerce.

On constate ainsi que:

  • Le taux de pénétration des smartphones au Royaume-Uni a augmenté de plus d’un tiers en trois ans, passant de 38 à 60% en 2013. Auparavant réservés aux « business men », avec en 2010 63% d’utilisateurs de sexe masculin et âgés de plus de 35 ans, les smartphones sont plus largement adoptés. En 2013, on compte 58% des utilisatrices.
  • Ces changements impliquent ainsi un développement des usages en matière de navigation Web et de m-commerce. Pour 23% des mobinautes consultant des sites et achetant via mobile, ils sont respectivement 51 et 34% aujourd’hui. Les principaux postes de dépense en ligne des Britanniques sont les vêtements et les biens culturels dématérialisés.

mobile-2013

The Voice Belgique génère 2 fois plus de mentions que The Voice Van Vlaanderen sur les réseaux sociaux

En 2013, Havas Media confirme sa volonté de réaliser des projets qui s’inscrivent par-delà les structures conventionnelles en adoptant une approche toujours plus transversale et pluri-média. Parmi ces projets, on trouve notamment une étude qui combine l’analyse de l’audience TV d’un programme avec l’activité sur les réseaux sociaux générée par ce même programme: The Voice Vlaanderen / The Voice Belgique.

 Capture d’écran 2013-04-09 à 22.52.45

Havas Belgique utilise un système de tracking, via l’outil de monitoring Engagor, qui permet de collecter les échanges sur les réseaux sociaux pendant la diffusion des deux versions du télé-crochet. L’exercice a été réalisé deux fois, d’abord à l’occasion des 1ers Blind Tests, le 18 et 22 janvier (NL/FR), puis lors des 1ers Live, le 29 mars (NL) et le 2 avril (FR).

Comparativement aux Blind Tests du 18 et 22 janvier : lors des 1ers show live, le 29 mars et le 2 avril (NL/FR), l’audience est en légère baisse avec 810.000 et 430.000 téléspectateurs (NL/FR) contre 930.000 et 440.000 téléspectateurs (NL/FR) lors de la première analyse. L’activité générée sur les réseaux sociaux suit la même tendance mais reste néanmoins significative avec 5.780 et 10.588 mentions (NL/FR) pendant les Live contre 6.762 et 11.503 mentions (NL/FR) lors des Blind Tests.

Pour les deux versions et pour les deux épisodes :

Les 35 ans et+ représentent plus des deux tiers de l’audience dont une majorité de femmes (60%) excepté lors du live néerlandophone, le 29 mars, où nous observons 52% de femmes.

Le sentiment général est sur une tendance positive constante avec 23% de mentions positives en moyenne contre 10% de mentions négative (FR) ; et 34% de mentions positives contre 9% de mentions négatives pour la version néerlandophone. La majorité des mentions négatives sont souvent destinées à dénigrer l’un ou l’autre candidat plus qu’à tenter de discréditer l’émission  elle-même.

Enfin, l’utlisation de Twitter surpasse largement celle de Facebook. Ceci s’explique d’une part parce que le média se prête plus facilement au « live commenting » et d’autre part parce que le système de hashtag de twitter permet une meilleure concentration des mentions et donc un meilleur tracking.

Havas réalisera ce même exercice lors des demi-finales et des finales.

Cette analyse confirme que l’utilisation « multi-devices » connait aujourd’hui une croissance soutenue et non négligeable:

Il est ainsi démontré dans l’étude « Multiscreen & Mobile survey » réalisée par Havas, que 82% de la population détient 2 écrans ou plus, 30% utilise un smartphone  (18% d’intention d’achat) et 19% une tablette (28% d’intention d’achat) alors qu’en 2012 ces chiffres étaient respectivement de 26% & 11% pour les smartphones et de 11% & 15% pour les tablettes. De plus, l’étude met en lumière la forte activité générée sur internet par les téléspectateurs d’un programme. On notera toutefois une différence entre les 9% de répondants déclarant Tweeter à propos de programmes télévisés et les 0,6% & 2,4% (NL/FR) qui ont effectivement tweetés lors des épisodes de The Voice analysés (effet de déduplication non pris en compte).

Capture d’écran 2013-04-09 à 22.53.03Cette différence est intéressante à relever puisqu’à priori, on aurait pu supposer spontanément que The Voice est un programme qui se prête idéalement au « live tweeting » , d’autant plus que le hashtag de l’émission est mis en avant tout au long de la diffusion du show.

Les seules données d’audience TV ne suffisent plus à établir une analyse complète et pertinente de l’impact d’un programme diffusé.

 

A propos de Havas Media Belgique

Havas Media est la division media du Groupe Havas. Havas Media est présent dans plus de cent pays avec 5.500 collaborateurs. Havas Media Belgium compte près de 60 collaborateurs, dont 10 personnes au département Social Media et 9 au département Audiovisuel, couvrant tous les aspects de l’utilisation des médias (Offline et Online) dans des actions publicitaires.

Source
Audience calculée sur la durée du programme: CIM audimétrie Nord/Sud 4ans et +
Mentions calculées sur la durée du programme à +/- 30 mins : Engagor
Multiscreen & Mobile Survey – panel GFK de 1.006 répondants – décembre 2012

Contact
Hugues Rey, CEO Havas Media Belgique
hugues.rey@havasmedia.com

Havas Media Belgique
60 rue du Trône, 1050, Ixelles, BELGIQUE
Tel : 00 32 2 349 15 60
Fax : 00 32 2 349 15 70

https://www.facebook.com/HavasMediaBelgium

INFOGRAPHIC: Het succes van het tweede scherm: The Voice van Vlaanderen bewijst het.

Vrijdagavond ging het tweede seizoen van The Voice van Vlaanderen van start op VTM. Het tweeten kwam op gang voor de start van de uitzending, maar vooral tijdens de audities stellen we grote pieken vast. Een aantal gebeurtenissen zorgden voor deze pieken in de sociale conversaties. De topper was de vreugdekreet van Julie: “Holy Crab Cakes” (“Oh my God”, maar dan veel origineler!) die bijna 160 tweets en re-tweets opleverde!

Vanaf het einde van Poirot op Eén, zien we een verschuiving van een vrij groot aantal kijkers naar VTM. Dit zorgt ook voor extra sociale media conversaties.

Toch zijn het vooral de advertentiebreaks die opvallen in de grafiek: sociale media zijn  een volwaardig tweede scherm fenomeen. De kijkers wachten niet op een break om te reageren op wat ze gezien hebben op het scherm, maar converseren onmiddellijk. Tijdens de breaks zien we dus ook een vermindering in het volume van sociale conversaties.

De 3 belangrijkste conclusies:

1. Twitter is het sociale medium bij uitstek in combinatie met een populair tv-programma;

2. Sociale conversaties zijn slechts zelden negatief. Ze dienen om op een neutrale of positieve manier de content van het programma te bespreken;

3. Sociale media als tweede scherm kunnen enkel pertinent zijn bij het live kijken van een tv-programma. Uitgesteld kijken en tweeten gaan niet samen!

More News ? hugues.rey@be.havasmedia.com

Image

Les entreprises belges allergiques aux réseaux sociaux ? – High-Tech – Actualité – Trends.be

Les entreprises belges allergiques aux réseaux sociaux ? – High-Tech – Actualité – Trends.be.

mardi 12 juin 2012 à 19h04

97 % des entreprises belges ne font aucun usage professionnel des plateformes de nouvelle génération, tandis que celles qui ont franchi le pas n’affichent en moyenne que 250 fans sur leur page Facebook, déplore le dernier Baromètre 3.0 d’Email-Brokers.

© Reuters

97 % des entreprises belges «ne font aucun usage professionnel des plateformes de nouvelle génération alors que celles qui ont franchi le pas n’affichent en moyenne que 250 fans sur leur page Facebook, constate William Vande Wiele, fondateur d’Email-Brokers, spécialiste du marketing interactif et de l’e-mail marketing. Et si l’on en retire le Top 500 des entreprises les plus actives et renommées, cette moyenne tombe à 100 fans. Ces chiffres consternants suscitent d’autant plus d’effroi que seulement 2,4 % des entreprises belges disposent d’une page sur Facebook !»

Cette situation est, selon Email-Brokers, «malheureusement banale en Europe» : «Maigre consolation, il faut avouer que la Belgique occupe la 9e place au classement des nations dont les entreprises sont les plus actives dans les réseaux sociaux avec une moyenne de 72 Amis Facebook et 14 Followers Twitter. Des chiffres qui ont plus que doublé en à peine un an.»

Belgique 2.0 : une répartition nord/sud «qui bouscule les préjugés»

En Belgique, la société observe une répartition nord/sud «qui bouscule les préjugés» : «La Province de Liège se positionne ainsi comme leader (6,1 % des entreprises actives sur le Web 2.0), le Brabant wallon partage la deuxième place (5,7 %) avec la Province d’Anvers. Sur la dernière marche du podium, on retrouve Bruxelles et la Flandre-Orientale ex-æquo (5,2 %), puis le Brabant flamand (5,1 %), le Hainaut (4,4 %) qui rivalise avec la Flandre-Occidentale (4,2 %), le Limbourg (2,4 %) et la Province du Luxembourg (1,7 %). C’est Namur qui se charge de la lanterne avec 0,8 % au compteur des médias d’avenir.»

Ce constat prend «toute son ampleur si l’on tient compte du fait que le monde change à une vitesse inouïe et que, sur base de la révolution actuelle du Web, ce sont les mentalités, les comportements de consommation, les méthodes de vente et donc les stratégies marketing des entreprises qui doivent évoluer de façon radicale.»

Du Web 2.0 à l’analyse 3.0

«Il est évident que l’Internet a désormais passé le cap du 2.0, où les internautes entrent en interactivité et produisent leur propre contenu, pour verser dans le 3.0 qui se caractérise, entre autres, par une plus grande capacité d’analyse des différents acteurs, prévient encore Email-Brokers. Les communautés et leurs membres sont désormais disséqués… Il est ainsi de plus en plus évident d’identifier et d’isoler des individus en analysant leur comportement et en croisant les données qu’ils essaiment sur leur passage. Cette business intelligence qui rend le Web irrémédiablement sémantique, permet à l’entreprise qui utilise les bons outils de littéralement profiler son public cible et de lui servir le message le plus pertinent, au meilleur moment et, mobilité aidant, où qu’il se trouve !»

«L’Internet transcende notre société et fait désormais partie intégrante de nos vies tant privées que professionnelles, poursuit William Vande Wiele. Se borner à encore faire une distinction entre off- et online n’a plus aucun sens de nos jours. C’est même ignorer la vitesse, l’envie et l’agilité avec lesquelles les publics (surtout les jeunes) intègrent les nouvelles technologies et les habitudes qu’elles induisent.»

Trends.be

Jo Caudron est le nouveau président de l’IAB Belgium

Après son départ de chez LBi, Benoit Lips a remis sa démission en tant que président de l’IAB Belgium. Jo Caudron, consultant en innovation digitale et en stratégie média, et fondateur de sa société Dear Media, reprend le flambeau. “Le rôle d’une association de publicité digitale est d’accompagner le marché dans ce monde digital sans cesse en évolution. Avec l’IAB Belgium, nous désirons soutenir les annonceurs, les agences et les médias ceci, entre autres, via de l’information de qualité, des chiffres pertinents et des opinions d’experts. Et c’est précisément là, l’objectif du nouveau projet ‘IAB- Community’ dans lequel je crois fortement et que je désire réaliser avec les 200 sociétés membres de l’IAB,” explique ainsi Jo Caudron, fraichement élu nouveau président de l’IAB Belgium.

Parallèlement à cette nouvelle présidence, Noëlle Stevens (RTL New Media) reste vice-présidente et Patricia Boydens devient la nouvelle vice- présidente, également élue par le Conseil d’Administration. Patricia est déjà membre actif de l’IAB et du Conseil depuis plusieurs années. “C’est un honneur pour moi de mener à bien cette association, mais également de convaincre et d’aider mes collègues annonceurs à développer des stratégies de marketing performantes et à construire leur marque online,” explique Patricia Boydens.

A la présidence de l’IAB depuis début 2011, Benoit Lips a décidé de démissionner suite à son départ de chez LBi Belgium. “Pour permettre à l’IAB de suivre la bonne voie, dessinée par le Conseil d’Administration, le président doit pouvoir octroyer plus de temps à l’IAB et ce qui n’est pas réalisable dans ma nouvelle situation,” explique Benoit Lips. Pour assurer une continuité, Benoit Lips, restera actif au sein du Conseil d’Administration de l’IAB Belgium et de l’IAB-Community.

Interview avec Jo Caudron:

KPN Belgian Sale Said to Attract Xavier Niel, Bain, CVC – Bloomberg

KPN Belgian Sale Said to Attract Xavier Niel, Bain, CVC – Bloomberg.

By Matthew Campbell and Anne-Sylvaine Chassany – Apr 20, 2012 12:20 PM GMT+0200

French telecom billionaire Xavier Niel, Bain Capital LLC and CVC Capital Partners Ltd. are among those that may bid for Royal KPN NV’s Belgian mobile phone unit, people with knowledge of the situation said.

Buyout firms Apax Partners LLP and Providence Equity Partners Inc. are also considering bids for the unit known as BASE, said the people, who declined to be identified as the preparations are private. KPN, the Netherlands’ largest phone company, this week said it was beginning a “comprehensive review” of the future of BASE, which people familiar with the matter said may fetch about 1.8 billion euros ($2.4 billion) in a sale.

Private equity firms are positioning themselves to take control of assets being sold by Europe’s former phone monopolies as the costs of new network technology and heavy regulation weigh on operators’ performance. Apax in December agreed to buy Orange Switzerland for $2.1 billion from France Telecom, which is trying to shed some European operations in favor of expansion in the Middle East and Africa.

Spokesmen for CVC, Apax, Bain and Providence declined to comment.

Room for Improvement?

Ultimately, interest from the buyout firms, which typically profit by cutting costs and streamlining operations at companies they acquire, may be lukewarm as KPN has run BASE effectively, leaving relatively little room for improvement, one of the people said. The unit is Belgium’s third-largest mobile operator, after Belgacom SA (BELG)’s Proximus and France Telecom SA (FTE)’s Mobistar.

Bidding for BASE would mark another major international foray for Niel, whose 61 percent stake in France’s Iliad SA (ILD), an operator of mobile and broadband services, is worth about 3.4 billion euros. He also made a bid for Orange Switzerland in partnership with Goldman Sachs Group Inc.’s private-equity arm.

Profit Erosion

KPN is struggling to maintain profits while investing in its domestic broadband network, forcing it to consider asset sales. The Hague-based company said in January it would accelerate a restructuring program that will cost 4,000 to 5,000 jobs after it predicted lower profit and cash flow this year.

It may also face new competition at home as the Dutch government reserves space for new entrants in an upcoming auction of mobile frequencies. The arrival this year of a fourth full-service mobile operator in France, the Free Mobile brand founded by Niel, has eroded sales for larger competitors.

In Germany, where KPN competes with companies including Deutsche Telekom AG (DTE), it is also under pressure after its E-Plus unit was the only one of four national mobile operators to fail to secure wireless spectrum in the coveted 800-megahertz band, meaning it will have to partner with rivals to expand service.

Like KPN, European phone companies including Deutsche Telekom and Telefonica SA (TEF)are trying to cope with the impact of a consumer shift toward online services like Skype that reduce their share of revenue, and new European Union rules on roaming rates and other charges. Neelie Kroes, the European official responsible for telecommunications, in February told operators she would “not respond well to threats” after executives including the Vodafone Group Plc (VOD) CEO Vittorio Colao criticized new roaming caps, and said the 27-nation body would push ahead with further regulation.

The Bloomberg Europe Telecommunications Index, a measure of the region’s largest phone operators’ stock performance, has declined 2.8 percent this year, compared with a 5.1 percent rise in the Stoxx Europe 600, which tracks large European companies in all sectors.

BNP Paribas Fortis lance son application iPad | Belgium iPhone

BNP Paribas Fortis lance son application iPad | Belgium iPhone.

Après avoir été l’une des première banque à lancer une application mobile en octobre 2010, BNP Paribas Fortis lance aujourd’hui une nouvelle application bancaire transactionnelle spécifiquement dédiée pour l’iPad.

Téléchargeable gratuitement sur l’App Store, l’application offre de nouveaux usages mobiles bancaires à l’intention des clients de BNP Paribas Fortis. Ces derniers peuvent ainsi choisir le moment, le lieu, le service et l’appareil qu’ils souhaitent utiliser pour faire leurs opérations bancaires.

«Pour développer cette application pour iPad, nous sommes reparti d’une feuille blanche pour créer une nouvelle expérience bancaire avec divers services qui augmentent la satisfaction du client », souligne Steve Deplacie, Head of Channel Innovation & Projects au sein de Retail & Private Banking de BNP Paribas Fortis. « Cette application native va devenir un outil incontournable car elle offre à nos clients un accès plus rapide et plus facile à leurs comptes bancaires tout en recevant plus d’information. »

Au-delà d’un univers graphique et d’une ergonomie adapté au format de l’écran de la tablette et à l’usage des fonctions tactiles, l’application va tenter de répondre aux attentes des utilisateurs en ce qui concerne la simplicité d’usage, la sécurité, l’utilité et l’esthétisme.

Sécurité accrue et navigation intuitive.

Alors que les transactions bancaires sur mobile ne sont parfois pas rassurantes en terme de sécurité, BNP Paribas Fortis, lui, propose une procédure d’identification qui peut se dérouler suivant deux manières. La première manière consiste à s’enregistrer via un sms. Le client envoie une demande de code et en retour, il reçoit un code unique et limité dans le temps sur son téléphone portable. Un code qu’il devra ensuite combiner avec son mot de passe personnel. Chaque client aura droit à 360 sms gratuits par an. La seconde option pour se connecter est identique à celle utilisée pour le PC banking, à savoir avec le lecteur de carte.

Une fois logué sur l’application, le client trouvera un accès simplifié aux fonctionnalités de la banque en ligne en ce qui concerne les opérations bancaires les plus courantes. Au-delà de ces fonctionnalités, un tableau de bord interactif de gestion budgétaire est également proposé. Via des graphiques synthétiques, l’utilisateur peut suivre au quotidien ses rentrées financières et ses dépenses et accéder à une vue de l’ensemble de ses comptes et de leurs évolutions sur les six derniers mois au travers d’un histogramme dynamique.

Par ailleurs, l’utilisateur a également la possibilité de retrouver facilement une opération et de bénéficier d’un système d’indicateurs relié à la carte de crédit afin de pouvoir piloter les dépenses et éviter les mauvaises surprises.

Enfin, l’application offre une personnalisation de l’interface permettant aux utilisateurs d’affiner la visibilité et l’organisation de ses différents comptes en fonction de ses choix (compte courant en tête de liste, création d’un compte spécifique, investissements, etc.).

Télécharger gratuitement l’application « Easy banking » sur l’App Store.