Havas Media Group active Arena Media en Belgique

Havas Media Group Belgique se développe désormais avec deux enseignes: d’une part, sa première enseigne, Havas Media, et d’autre part Arena Media sous la direction du digital native Mathias Beke.
Opérant dans 60 pays, notamment en Europe et en Amérique du Sud, Arena Media n’avait pas d’incarnation en Belgique. C’est chose faite avec le recrutement d’un Managing Director, Mathias Beke, 37 ans, qui revient dans la famille Havas, après deux ans à la tête de Social Lab Belgium (WPP).

«Le choix de Mathias Beke, qui combine une culture digitale et de ‘Brand Content’, répond aux besoins des marques en matière d’intégration du parcours cross canal on et off. Il aura la charge d’implémenter notre process stratégique (Meaningful Channel Planning) et ses solutions technologiques», indique Hugues Rey (CEO Havas Media Group Belgique).

Mathias Beke a bâti une expertise médias basée sur la gestion du ROI et des canaux à contenus engageants.  Après des expériences chez l’annonceur (Allianz), en agence de relations publiques (Planet RP) et dans les médias (RTL Group), Mathias avait rejoint Havas Media, en 2011, comme POE Manager (Paid-Owned-Earned). Il avait, par la suite, créé et développé l’opération Social Media d’Havas : Socialyse. «C’est une illustration de la transformation digitale, se réjouit-il, là où il y a le plus d’innovations et de remises en cause des business modèles traditionnels.» «Le rôle d’Arena Media sera d’accompagner les clients vers ces mutations, précise-t-il. Expliquer qu’aujourd’hui une agence médias apporte du conseil et se charge de la mise en œuvre de la bonne articulation de tous les points de contact. C’est donc agir en temps réel, depuis le point de vente jusqu’aux produits et services connectés en passant par le paid, le owned, le shared et le earned media. C’est également ne jamais oublier que canaux et contenu sont indisociables dans la construction d’une histoire de la marque».

«Arena Media Belgique est une structure alternative qui place le business de l’annonceur au centre de toutes les actions entreprises, se nourissant d’une approche combinée de l’exploitation de la donnée individuelle et de la force du contenu», indique Hugues Rey.

A l’instar de sa soeur Havas Media, l’agence s’appuyera sur les ressources spécialisées du groupe, telles que 2MV Data Consulting (conseil en data, stratégie et Insights), Artemis (système d’agrégation et de gestion de data développé par le groupe), Socialyse (réseaux sociaux), Affiperf (Digital Trading Desk) mais aussi Ecselis (marketing à la performance). La production de contenu est assurée par Havas Earned Media.

Contact Havas Media Group Brussels
Hugues Rey
Chief Executive Officer
Tel: +32 2 349 15 60 – Mobile Tel: +32 496 26 06 88
hugues.rey@havasmedia.com
Rue du Trône 60/bte 5 – 1050 Bruxelles

A propos de Havas Media Group

Havas Media Group est la division media du Groupe Havas. Havas Media est présent dans 126 pays avec 6500 collaborateurs. Havas Media Group Brussels compte 80 collaborateurs couvrant tous les aspects de l’utilisation des médias (offline et online) dans les actions publicitaires.

Content marketing in 2015 (Research, Not Predictions) | Altimeter Group

Content marketing in 2015 (Research, Not Predictions) | Altimeter Group.

Predictions? Humbug. Never done ‘em, never will. As a research analyst, predictions are antithetical to my methodology, which is research followed by analysis. My job is to work with data, information, and pattern recognition to draw informed conclusions — not gaze into a crystal ball.

The scene thus set, let’s look ahead to the new year and what it will bring insofar as content marketing is concerned. Based on my research in the field, I’m seeing seven overall trends in the field that will develop and strengthen in the coming year.

The content stack

Content-Tool-Stack-Hierarchy
The next big thing in content marketing technology, the content marketing stack, will develop significantly in 2015. Content stacks are necessary to consolidate the eight content marketing use cases identified in research we published on the content software landscape. No use case is an island. As organizations mature and become more strategic in their content marketing initiatives, it becomes imperative to seamlessly link execution to analytics, or optimization, or TARGETING, for example. We’ll soon see end-to-end offerings from the big enterprise players: Adobe, Oracle, and Salesforce.com. All are scrambling to integrate multiple content point solutions into seamless “stacks,” similar to the ad stack. In fact, content stacks will talk to the ad stacks, helping to integrate paid, owned and earned media. A couple years out, these two stacks will comprise what we refer to today as the marketing cloud.

Culture of content

Content is bigger than just the marketing department. It’s rapidly becoming nearly everyone’s job — and with good reason. Not everyone in marketing is a subject matter expert. Or understands customer service or sales concerns. Or is charged with recruiting new employees. Or develops new products or product features. That expertise and knowledge is embedded deep within the enterprise. Organizations that foster a culture of content by educating and training employees to PARTICIPATE in the content ecosystem can better ideate and create useful, meaningful content at scale that addresses numerous goals and serves a wide variety of internal, and well as external, constituencies. Watch for many more organization to follow the lead of companies, such as Johnson & Johnson, Kraft Foods, and Nestlé. They will train and empower employees, partners, and stakeholders to create, ideate, and leverage content.

Real-time

Fig. 1 The Six Use Cases of Real-Time Marketing

Time is a luxury, and will only become more so as brands face the challenges of remaining relevant and topical. Moreover, research indicates real-time campaigns can raise literally all desirable marketing metrics. Success in real-time is grounded in content strategy and often isn’t real-time at ALL IN the literal sense. Instead, it’s meticulous preparation and advance creation of relevant content assets that can be deployed at the appropriate time or moment. Starbucks, for example, has content for warming beverages locked and loaded, so when the snow falls in your town, you’re tempted by that pumpkin latte. Training, assets, preparation, workflow — all these and more are elements of “real-time” marketing.

Social media normalizes

Social media will fade into the background. It’s not that social media is going away. But it’s fading into the background, which is a good thing, because it denotes normalization. “Social” will become just another channel, like search or email (the bright, shiny objects of earlier eras). Social media SOFTWARE vendors will reposition as content marketing purveyors. Their offerings will essentially remain the same, but this new positioning is more topical, and more broadly relevant.

Native standardizes

We define native advertising as a form of converged media that’s comprised of content plus a media buy. Native is surging in popularity, much more quickly than best practices are being established to govern it. This growth will fuel more disclosure, transparency, and policies in 2015 as native becomes much more closely scrutinized by regulators, industry associations, consumers, publishers, and brands.

Rise of context

For most of digital marketing’s relatively short history, personalization has been the ne plus ultra of sophisticated marketing. Addressing the customer by name, knowing their age, gender, date of birth, purchase history — all these data points help marketers deliver messages that are more meaningful and more relevant — and that, by extension, result in higher conversations and deeper loyalty.

Personalization is now being supplanted by technologies that can drive even deeper marketing and experiential relevance. Context’s untapped opportunity is to get an extremely granular understanding of customers, then to anticipate their needs, wants, affinities, and expectations, and develop unique insights to power better marketing across all devices, channels, localities, and brand experiences. Context, in other words, takes not only the “who” into account, but also the when, where, why, and how. Simply put — it’s deeper TARGETING, and more on-point messaging.

This post originally published on iMedia

Which single digital marketing technique do you think will make the biggest commercial impact for you in 2015?

Content marketing topped the poll for the third-year running and in fact was even further ahead compared to previous years since mobile marketing and social media marketing have declined in importance as marketers have implemented these changes. It’s close for second, third and fourth position.  It’s significant that ‘Big Data’ is still in second position although the hype has receded. This shows the potential for companies to implement more data-driven marketing techniques in 2015, which will likely be closely related to marketing automation which is in third place.

Source: http://www.smartinsights.com/managing-digital-marketing/marketing-innovation/digital-marketing-trends-2015/

Digital marketing trends 2015 survey

Paying for Digital Content Still Not the Norm in the UK – eMarketer

Paying for Digital Content Still Not the Norm in the UK – eMarketer.

There is no such thing as a free lunch, as the saying goes. However, as consumers have been moving their content consumption habits from the physical to the digital realm, that’s exactly what they’ve come to expect.

Expectation, it seems, is also being put into practice, with much larger numbers of UK internet users accessing free content or services than are opting for paid-for content. According to April 2014 research by Ipsos MORI, commissioned by Samsung, significantly greater numbers of UK internet users had accessed various categories of content for free than had paid for the privilege. For example, only 9% said they had paid for streamed TV, movie or video content; the proportion who had streamed this type of content for free was considerably higher, at 28%.

Even where there was greatest parity—14% said they’d paid for downloaded music content, vs. 18% who said they’d done this for free—this was in an area where a free streaming model is becoming increasingly common.

Of course, given the option of paying for something or getting it for free, who wouldn’t opt for the latter? But a free lunch is very rarely that, and this is true of digital content, too. While UK consumers aren’t particularly keen to pay for content with hard cash, they are prepared to pay with their attention, taking an “ad hit” in order to get their content for free. Given the numbers from Ipsos MORI, it appears that this method of “payment” is the most desirable. However, there are some factors that may sway consumers to pay with old-fashioned currency.

In the mobile app sphere, ad avoidance is something that some consumers take into account when opting to pay for apps, but it’s a far less important consideration than the quality of the content. November 2013 data from PricewaterhouseCoopers found that 40% of mobile phone users in the UK were willing to pay for mobile apps in order to have no ads. However, a far greater proportion—72%—were most willing to pay for what they deemed “valuable content.”

This is something that extends to other content categories, too. In TV and video, consumers are most likely to pay for streaming subscriptions, say, if there is quality content to be had on that platform that can’t be accessed anywhere else—accessing movie back catalogs, for example. The recent FIFA World Cup provided another example of consumers’ willingness to pay for content deemed exclusive or valuable, with 80% of UK smartphone users saying they were willing to pay for World Cup video content, according to research conducted by On Device Research for the Interactive Advertising Bureau. Build the content and maybe, just maybe, they’ll come.

– See more at: http://www.emarketer.com/Article/Paying-Digital-Content-Still-Not-Norm-UK/1011146/2#sthash.fIyGt4jg.dpuf

How Content Is Changing And What Marketers Need To Know [Survey Data]

writing-content-notes-ss-1920

Most brands got on board with content marketing by creating general, untargeted content. Now, those brands are evolving past that; they’re creating content that maps to the position of the buyer in his or her journey.

(The buyer’s journey refers to the buyer’s progression through a research and consideration phase, culminating in a purchase.)

Brands’ new content paradigm recognizes that a “one-size-fits-all” approach may be insufficient. After all, a buyer’s content needs differ based on where in the buyer’s journey they are.

For example, in the “develop interest” phase, the buyer may need a blog post about how to solve the problem they are facing; however, in the “make purchase decision” phase, they may need information on why your solution is superior to the competition.

This new paradigm is a conversion strategy. Content not only maps to the specific needs of the buyer based on their position in the buyer’s journey, but it is also designed to move the buyer through to the next phase of the journey, all the way through to purchase.

buyers-journey-1

87% of Marketers Have (Or Plan To Have) Content That Maps To The Buyer’s Journey

At Conductor, where I am Director of Research, we are in the final stages of a study that takes a broad look at how the changes in digital – consumers’ ability to interact with brands on their own terms, the brands’ content imperative, etc. – are impacting the modern marketing organization. Most importantly, we’re focusing on what marketers need to know to adapt.

Among other questions, we asked 187 marketing executives from a cross section of B2B, B2C, and agency companies about their approach to content that maps to the buyer’s journey.

Eighty-seven percent (87%) said they now have content that moves buyers through the purchase funnel, or they plan to have it in the next six months. It is clear that marketers understand a shift in how we approach content has occurred.

buyers-journey-2

92% Agree Measurement Of Progression Through The Buyer’s Journey Is Important

Marketing executives understand that the way we create and target content has evolved. They also understand they cannot simply create content for the buyer’s journey without measuring its impact. Does it effectively push people to the next stage of the buyer’s journey?

Ninety-two percent (92%) of executives agree that having a way to measure the progression of the buyer through their buying journey is “important” or “very important.”

Combined, all this data serves as a resounding announcement of marketers’ intention to evolve from broad content to specific, targeted content, fortified by comprehensive measurement of what does and does not work to move buyers through the purchase funnel.

buyers-journey-3

 

« Snackable » content foster the PR strategy

Kantar Media News Intelligence | Injecter des contenus « Snackable » dans sa stratégie RP.

« Nous sommes devenus une nation où les lecteurs se concentrent sur les grands titres ». Tel est le constat, sans appel, dressé par l’entrepreneur américain Peter Shankman. Ce dernier s’appuie sur des recherches de l’International News Media Association (INMA) qui ont démontré que la durée moyenne d’attention d’un internaute en ligne est de 2,8 secondes, soit le temps qu’il faut pour lire un tweet de 140 caractères.

It’s snack time!
Nous sommes donc bel et bien rentrés dans l’ère du « snacking content », expression anglo saxonne qui signifie littéralement que l’on consomme l’information en guise d’en-cas et par petites bouchées. Ce constat est représentatif de l’attitude volage que nous avons vis-à-vis de l’information aujourd’hui : entre deux réunions on survole les news sur notre smartphone ou alors on « zappe » à la télévision sans grande conviction, attendant LE sujet qui va nous interpeller.

Dans cette lignée, on assiste à une multiplication des applications « snacks » qui visent à combler n’importe quel « petit creux ». Des apps de micro-vidéo comme les applications Vine ou VideoCam permettent de partager de très courts clips vidéo quand d’autres investissent Pinterest et Instagram pour publier des photos en live, car on sait tous qu’ « une image vaut mille mots. »

Même les médias traditionnels s’y mettent. « Life at the speed of light », telle est la baseline de NYT Now. L’application iOS payante du New York Times a en effet décidé de surfer sur cette tendance en mettant à l’honneur des contenus courts qui sont facilement appréhendables et partageables par le lecteur. L’application fait même de la curation avec les contenus d’autres médias. Et si les journalistes s’y mettent alors les RP doivent suivre….

NYT Now
Des Screenshots de l’application NYT Today lancée début avril. Les contenus sont multimédias, courts et adaptés à nos nouveaux modes de consommation de l’information

Remixer ses contenus
Et si la recette pour créer ces délicieux en-cas résidait dans le contenu créé par la marque elle-même ? On a souvent parlé de responsive design, c’est-à-dire d’une navigation web qui s’adapte a la device de lecture, il faudra désormais parler de « responsive content » ! Soit un contenu qui s’adapte à l’usage que l’on souhaite en faire. Une étude complète sur un sujet ? un CP assez dense ? Pourquoi ne pas mettre en lumière les éléments forts et en faire une infographie sur le blog ou un teasing sur Twitter ? Chaque réseau a ses propres codes et propose in fine des contenus différents. Tirez profit de toutes ces opportunités qui s’offrent à vous. En somme, le bon contenu, aux bonnes personnes et au bon moment.

Fraichement annoncée, la nouvelle plateforme de l’AFP « AFP Forum » fait figure de précurseur en la matière. Elle rassemble à un seul et même endroit l’actualité déclinée en plusieurs contenus multimédias afin d’assouvir toutes les envies de grignotages. De la micro-vidéo, à l’article en passant par l’infographie tout devient plus facilement consultable et qui plus est, partageable en fonction du support choisi.

AFP
Capture d’écran de “l’AFP Forum” nouvelle plateforme internet qui rassemble tous ses contenus d’information (textes, photos, vidéos, infographies et vidéographies) en six langues, destinée à ses clients professionnels et en partie consultable par tout internaute.

Aujourd’hui, plus que jamais, les marques doivent s’adapter à ces nouvelles mutations pour se démarquer. Mais attention, « responsive content » et contenus à faible valeur ajoutée sont deux pratiques à ne pas confondre ! Pour bien jouer leur rôle, les RP doivent s’appuyer sur du contenu multidimensionnel, certes, mais avant tout sur du contenu éditorial de qualité.

Virgin, quand le big data et la stratégie de contenu se rencontrent » Mediaforta

Virgin, quand le big data et la stratégie de contenu se rencontrent » Mediaforta.

Soumis par  sur 25 avril 2014 – 08:22

VirginSi vous demandez aux marketeurs quel est le prototype de la marque forte, bon nombre d’entre eux citeront l’exemple de Virgin. Ces dernières décennies, Richard Branson a construit un empire, allant des voyages à la musique en passant par la télévision et les vaisseaux spatiaux et est toujours parvenu à le faire sous l’égide de la marque forte Virgin. Cependant,Virgin.com est restée le berceau en ligne des activités de Branson et ces dernières années, l’entreprise a beaucoup investi dans une nouvelle stratégie de contenu derrière son site d’entreprise. Cette stratégie a été alimentée par l’analyse de données, ou pour le dire en employant un terme moderne : le big data.

L’année dernière, Virgin a déjà donné quelques idées de son approche du big data, notamment via Bob Fear qui a expliqué, lors de conférences internationales, comment Virgin avait développé une nouvelle conception du marketing de contenu avec l’aide de journalistes et de scientifiques des données. D’ailleurs, l’évolution est indéniable. Au milieu de la dernière décennie, virgin.com n’était qu’un simple site, alors qu’il s’agit actuellement d’un site au contenu abondant, qui correspond parfaitement à l’image et à l’expérience de marque souhaitée et privilégiée par Branson. En 2014, le big data semble relativement crédible en tant que base d’une stratégie de marketing (de contenu numérique), mais ce n’est qu’une apparence. Tout d’abord, il n’est pas logique d’impliquer des producteurs de contenu, comme des journalistes, dans un processus basé sur les données. Ensuite, le big data est une notion très tendance, mais il s’agit surtout d’un concept qui reflète un défi : la masse de données est telle, surtout pour une multinationale et une entreprise multidisciplinaire comme Virgin, qu’il est difficile de tirer les bonnes conclusions et encore plus d’y baser une stratégie de contenu adaptée.

À la conquête des buyer personas

En d’autres termes, Virgin avait du pain sur la planche. Le premier tournant est arrivé en 2009, quand le site d’origine a disparu et que du contenu a été ajouté sur virgin.com. Une fois de plus, cela semble normal aujourd’hui, mais en 2009 (la préhistoire du marketing de contenu numérique), cette opération était avant-gardiste. Ce contenu n’avait pas encore de réelle base : l’équipe de rédaction a écrit ce qu’elle estimait important pour la marque. Les étapes que Virgin a ensuite franchies sont sans conteste utiles pour toutes les entreprises qui commencent à travailler avec le contenu numérique à l’heure actuelle. Dans une première phase, Virgin a analysé ce que cherchaient ses visiteurs, quels sujets ils suivaient sur les médias sociaux et sur quels thèmes ils donnaient leur avis en ligne. Virgin a progressivement étoffé cette base avec des informations sur les conversations, le contenu qui suscitait la plus grande conversion ou les parties du groupe-cible qui étaient les plus réceptives aux sujets qui leur ont été plus souvent présentés. La société a également complété ces informations quantitatives sur ce que nous appelons aujourd’hui les « buyer personas » par des informations plus qualitatives : elle a analysé la mesure dans laquelle le groupe-cible était en phase en termes d’objectif (raison sociale), mais a aussi évalué l’amour porté à la marque Virgin et les scientifiques des données ont mesuré l’importance de la présence sociale de Sir Richard Branson. Même actuellement, cette analyse qualitative  est relativement avant-gardiste dans le marketing de contenu numérique.

AIDA

À l’aide des résultats, Virgin a dégagé un ensemble de groupes-cibles : les influenceurs, les partenaires, les clients existants et les clients potentiels. Elle les a abordés suivant une variante du bon vieux modèle AIDA : Attention, Interest, Desire, Action est devenu chez Virgin Awareness – Consideration – Action – Enjoyment – Advocacy. Une approche en soi qui a fait plus de chemin (avec des variations suivant b2c ou b2b par exemple), mais c’est dans le domaine du big data que le plus gros restait à faire. En approvisionnant ses groupes-cibles en contenu suivant l’approche AIDA, Virgin a profité de l’occasion pour générer des données supplémentaires. La société a cherché à quels domaines de contenu elle était associée, affiné les profils et l’origine des visiteurs, analysé les sujets les plus débattus et la connotation ou le sentiment qui les entourent, étudié pourquoi ces discussions apparaissaient et quel était le rôle de Richard Branson. Ce n’est qu’une fois toutes ces données analysées que Virgin a donné à sa nouvelle stratégie de contenu numérique sa forme définitive. Rien que le trajet est déjà intéressant en soi, mais la forme vaut également la peine d’être citée : Virgin s’est davantage concentrée sur des thèmes sociaux, en y associant l’entreprenariat, la durabilité et la musique. Les voyages dans l’espace ont disparu du cœur de la stratégie de contenu pour devenir un genre de générateur de buzz, tandis que les voyages « ordinaires » ont gagné en importance.

Virgin en pionnier

La cerise sur le gâteau : une précision supplémentaire dans la définition de buyer personas. Virgin a étendu la classification de base (clients, non clients, partenaires, influenceurs) à des groupes-cibles plus ciblés, tels que les entrepreneurs, les aventuriers et les musiciens. Parmi ceux-ci, on distingue encore les clients, prospects ou influenceurs, mais grâce à l’analyse approfondie du big data, Virgin sait pertinemment ce que ses groupes-cibles veulent lire. Elle y a associé une mission claire comme une rédaction presque traditionnelle : proposer aux musiciens, aux entrepreneurs et aux aventuriers des éléments qui font en sorte qu’ils peuvent changer ou inverser les règles du jeu de leur activité. Nous sommes bien loin de la mission « vendre plus Virgin » et c’est précisément pour cette raison qu’il s’agit de l’interprétation parfaite de ce que le marketing de contenu numérique peut représenter. Existe-t-il des aspects négatifs ? Le processus que Bob Fear et les siens ont parcouru permet moins de comprendre le rôle des méthodes de call-to-action dans la stratégie de contenu ou le rôle de l’automatisation. Mais indépendamment de cela, le trajet de Virgin en tant que pionnier est de nouveau très important pour ceux qui cherchent une méthode pour renforcer et approfondir leur stratégie de marketing de contenu numérique.