Meet The new Most Interesting Man…

 

By . Published on October 25, 2016.

After teasing its revamped Most Interesting Man in the World in September, Dos Equis gives a full reveal with an ad debuting today starring French actor Augustin Legrand. The brand is not straying too far from the techniques that made the original campaign famous.

Just like the old ads, the new spot features quirky, off-beat activities, like racing airboats down sand dunes. The one-liners are also back, like “he once cheated death, and death was perfectly OK with it.”

Another key difference is that the ad plays out entirely in the present era. That contrasts with the old ads, which included footage of a younger version of the man, suggesting a bygone era. Finally, Dos Equis has changed the classic tagline, “Stay Thirsty, My Friends,” to “Stay Thirsty Mis Amigos” — which is an obvious play for Hispanic and bi-cultural drinkers.

The agency is Havas Worldwide, New York, which was behind the original campaign.

“The temptation of a marketing director is to kill good ideas. Since the beginning of this project, I said, listen, the idea is good, it just needs to be executed in a better way,” Heineken USA Chief Marketing Officer Nuno Teles said in an interview last week in Chicago, where he unveiled the new ad to distributors at a private meeting.

Of course, viewers will be the ultimate judge on whether or not the new approach maintains the magic of the old campaign, which was widely viewed as one of the best ad efforts of the 21st Century. (Ad Age agreed.) Mr. Goldsmith, who played the character since the campaign launched in 2006, appeared in his last spot for Dos Equis earlier this year at the age of 77 when his character was sent on a one-way trip to Mars. He was replaced as Dos Equis late this year began a new sponsorship of the College Football Playoff, which is overseen by ESPN.

Mr. Teles described Mr. Legrand’s character as more adventurous, dynamic and athletic. Mr. Goldsmith “would not be logical in a college football situation,” he said.

“Jonathan would play with two nice girls next to him [and] was bit more formal,” he said. The new actor “has a group of friends next to him. You don’t see the two girls. The women are challenging him.”

“The new Most Interesting Man is a man of action,” said Toygar Bazarkaya, chief creative officer of the Americas at Havas. “He’s never one to reminisce on times past, which stylistically changes everything. With a faster pace and more energy, we’re reinvigorating and modernizing one of the greatest campaigns.”

As evidenced in the new ad, Dos Equis will attempt to put a quirky spin on football-themed marketing. Mr. Legrand’s character is seen kicking a football made out of a coconut between two giraffes that stand in for traditional goal posts. The kicker: “He played college football in high school.”

The ad also includes a “helicopter RV,” which represents Dos Equis’ take on tailgating. The brand plans to station the vehicle at the sites of the College Football Playoff games. ESPN will broadcast from the RV during its playoff coverage, Mr. Teles said.

Havas Media Group Belgique réorganise sa structure et se renforce de 15 nouveaux talents

012

Afin d’asseoir son approche ‘Data-Driven’, le comité exécutif d’Havas Media Group (HMG) sera organisé de la manière suivante en Belgique.

Hugues Rey assure la direction du groupe en tant que Chief Executive Officer. Il est également à la tête du Front Office qui regroupe les agences médias Havas Media et Arena Media respectivement dirigées par Yves Wémers et Mathias Beke. Le Front Office englobe également l’opération ‘Data & Insights’ CSA (Consumer Science and Analytics) qui est au centre de l’approche Data Driven du groupe.

Benoit Michielsens (ex Managing Director d’Amnet (Aegis)) est en charge de la gestion et du dévelopement du Middle Office qui regroupe les activités de trading (Vidéo-Audio, Publishing), les ConneXion Partners (responsables de l’intégration digitale) et ‘Ad Operations’, ainsi que les entités spécialisées en Programmatic Trading (Affiperf), Solutions Mobiles (Mobext), Performance (Ecselis) et Médias Sociaux (Socialyse). Le Middle Office rassemble plus de 40 experts multi-disciplinaires. Benoit, référence belge en programmatic trading et utilisation de la data, reprend les responsabilités de Véronique Symons qui a quitté le groupe le 30 juin.

ben_michielsens

Morgan Libert (ex-BNP Paribas Fortis et Université de Mons) rejoint le Comité exécutif (Comex) pour apporter son support à Benoit Michielsens en tant que Digital Integration Director. Sa mission : être le lien entre l’ensemble des activités digitales d’HMG au travers d’une utilisation optimisée de la data. Morgan encadre directement les équipes de Socialyse, Mobext, Affiperf, Ecselis et de CSA. Il renforce la cohérence de l’offre et l’utilisation de la data au travers d’une structure intégrée : le Digital & Data Council.

aaeaaqaaaaaaaahdaaaajge3nwjhnju5lwnmntatnddjms1hn2mwltfmn2nmmdhjywjjng

Enfin, le Back office (la finance, l’I.T., les services généraux et les ressources humaines) est organisé autour de Frédérick Harvie (Chief Financial Officer). Les ressources humaines et la gestion des talents sont supervisés depuis février 2016 par Pascale Declerq (HR & Talents Director).

Outre le Comex, les responsables de différentes activités de HMG sont :

  • Julie Nicaise (ex-Isobar Aegis) encadrera une équipe de sept Social Media Experts au travers de l’opération Socialyse. (Paid Social, Content, Strategy, Social Listening)
  • Vanessa Sanctorum prend la direction de CSA (Consumer Science and Analytics) avec la mission de renforcer la présence de la marque auprès des clients d’Havas et sur l’ensemble du marché belge.
  • Broadcast (Radio, TV, Cinema, On-Line Video) : Nathalie Collard
  • Publishing (Print, Digital Display) : Catherine de Heyn assistée de Marie-Amélie Braun
  • ConneXion Partners : Nicolas Magain
  • Ad Ops & DMP (Artemis Alliance) : Olivier Wérion
  • Programatic Trading Desk (Affiperf) : Nicolas Beguin
  • Performance (Ecselis) : Geoffrey Chaudoir
  • Solutions Mobiles (Mobext) : Alexandre Massart

 

Concrétement, cette réorganisation et le gain de nouveaux budgets ont offerts l’opportunité à 15 nouveaux talents de rejoindre Havas Media Group cet été. Ainsi, en plus des arrivées de Benoit Michielsens, Julie Nicaise et Morgan Libert, l’agence a le plaisir d’accueillir :

– Julien Depaire (ex-Aegis) : Account Manager Arena Media

– Adriaan Plender : Account Executive Arena Media

– Claire Bossard (ex-Havas Media France) : Publishing Expert

– Kemal Es-Sefiani: Publishing Expert

– Julia Vumilia (ex-OMD) : Social Media Expert

– Laetitia Leroux : Social Media Expert

– Fredéric Geens :  Social Media Expert

– Hendrik Wittock : Social Media Expert

– Hugo Brunner : Social Media Expert

– Mathieu Cols : Programatic Expert

– Eliza Jarocka : Audiovisual Expert

– Charlotte Bücken : Audiovisual Expert

Cette liste n’est pas définitive, en effet, cinq postes sont encore ouverts et à pourvoir.

Yves Del Frate (Président Havas Media Group Belgium) : « Havas Media Group se caractérise par l’adaptation constante de sa structure afin d’appréhender au mieux les opportunités du marché. Cette approche nous permet à la fois de réagir en temps réel et de développer notre vision à moyen et long terme. Traditionnelement, nous offrons l’opportunité à de jeunes talents de se réaliser dans un esprit d’intrapreneurship. Concrètement, nous avons plus que doublé le staff en 5 ans tout en formant une génération aux métiers de la communication digitale et de l’utilisation de la data. ».

 

A propos de Benoit Michielsens

33 ans, marié, père de 3 filles

Digital native, Geek dans l’âme, fan de nouvelles technologies, de design, … et de poker.

Diplomé de la haute Ecole Albert Jacquard en Web Development. Rejoint le groupe Aegis en 2005 en tant que ‘Ad Operations Specialist’. Passionné par la ‘data’, Benoit prend le lead sur la cellule ‘Data et Analytics’ de Iprospect quelques année plus tard avant de, en 2012, s’investir dans les prémises du programmatique.

A propos de Morgan Libert (21 novembre 1985)

Titulaire d’un master en Ingéniorat de Gestion à l’UMons, Morgan cumule des expériences dans le monde académique (Assistant en Economie Politique et Gestion Financière à l’Umons), dans la finance (Investment Banking BNP Paribas) et en communication chez l’annonceur (Sponsoring Manager chez BNP Paribas Fortis). Passionné de sport et joueur du FC Casteau, la gestion du changement dans un environnement dynamique est un de ses domaines de prédilection.

A propos de Julie Nicaise (21 juillet 1988)

Diplomée en Business Administration à l’Ichec, Julie s’est investie dés 2011 dans la gestion des Facebook ads, métant au point des méthodologies, des outils et élargissant tous les jours son know-how. Véritable meneuse d’équipe, Julie est également joueuse pro de Badmington.

A propos de Vanessa Sanctorum (2 février 1981)

Diplômée en journalisme (ERASMUS HOGESCHOOL Brussel), Vanessa a fait ses premières armes en Business Intelligence et en marketing chez Sanoma Media, où elle a découvert la stratégie média et le monde des études. Elle a consolidé sa connaissance média chez TNS pour retourner vers ses premiers amours chez Havas Media Group en tant que Insights Expert.

About Havas

Havas is one of the world’s largest global communications groups. Founded in 1835 in Paris, the Group now employs 19,500 people in over 100 countries.

Havas is committed to being the world’s best company at creating meaningful connections between people and brands through creativity, media and innovation. Havas is also the most integrated Group in its sector, with most of its creative and media teams sharing the same premises, the Havas Villages, designed to increase synergies and creativity for all its clients and agencies. Havas is organized into two divisions: Havas Creative Group and Havas Media Group.

Havas Media Group (havasmediagroup.com) operates in over 100 countries, and incorporates four major commercial brands: Havas Media (havasmedia.com), Arena Media (arena-media.com), Forward Media and Havas Sports & Entertainment (havas-se.com). Further information about Havas is available on the company’s website: havas.com

 

Contact – Infos

Hugues Rey

Chief Executive Officer
Office Rue Des Boiteux 9, 1000 Bruxelles, Belgique – Kreupelenstraat 9, 1000 Brussel, België
Email hugues.rey@havasmg.com  Web www.havasmediagroup.com
Tel +32 2 349 15 60  Mob +32 496 26 06 88

Interview de Yannick Bolloré (Havas) dans l’opinion du 21/7/2016 : « A mes yeux la question la plus importante est : recommanderiez-vous votre entreprise à un de vos amis ? Nous avons amélioré notre score de 35 % en deux ans et nous comptons encore progresser. »

Source: Yannick Bolloré (Havas): «Notre défi est de conserver notre avance sur nos concurrents. Pour l’instant c’est le cas » | L’Opinion

Les Faits ? Poursuivant sur sa lancée, le numéro six mondial de la publicité a enregistré une croissance de 5,2 % (3 % en organique) de son chiffre d’affaires au premier semestre, à 1,09 milliard d’euros. Sa marge opérationnelle a atteint 13,5 %, en hausse de 20 points de base sur un an. Son PDG, Yannick Bolloré, commente ses défis et ses futurs développements.

M2.2

Au vu des comptes du premier semestre, Havas est-il bien engagé pour une nouvelle année de forte croissance ?

En 2014, Havas a été le groupe qui a enregistré la plus forte croissance au niveau mondial. En 2015, nous sommes restés parmi les tout premiers. 2016 commence très bien, avec une progression organique de nos revenus de 3 % sur le semestre. Tous nos marchés ont été positifs, y compris les Etats-Unis où nous avons déjà crû de 20 % ces deux dernières années. L’Europe dans son ensemble est restée dynamique, ce qui nous satisfait beaucoup. L’économie y est globalement molle mais notre secteur bénéficie de la progression du digital qui a été complètement intégré dans les groupes de communication. Et Havas progresse plus vite que les autres car nous avons gagné des parts de marché récemment, grâce à une meilleure activité commerciale.

Dans le digital, Havas semble plus prudent que Publicis qui se targue d’y réaliser déjà 50 % de son activité. Quelle est votre stratégie ?

Le digital c’est 100 % des préoccupations d’Havas à travers le monde. On ne peut pas concevoir aujourd’hui une campagne de communication ou un produit sans penser à sa déclinaison digitale. Depuis huit ans, nous l’avons intégré au cœur de toutes nos activités et nous avons recruté de grands talents. Nous sommes une société très jeune et dynamique, la moitié des 20 000 salariés d’Havas n’était pas là il y a deux ans, la moyenne d’âge est d’à peine 30 ans. L’entreprise, ses collaborateurs – y compris moi-même – sont digital natives. Par ailleurs, sur nos 13 acquisitions de l’an dernier, une bonne moitié s’est créée dans l’univers digital, c’est notamment le cas de FullSix, leader indépendant de la communication digitale en Europe.

Les résultats de FullSix sont-ils conformes à vos attentes ?

Nous avons réalisé un profond travail d’intégration que je pilote directement car il est important que chacune des entités puisse bénéficier de l’expertise de Fullsix. Nous voulons développer à l’international ce que cette agence numérique faisait en Europe et aux Etats-Unis, notamment sa plate-forme technologique Ekino. Ces derniers mois, nous avons aussi intégré CSA, acheté au groupe Bolloré. Nous avons totalement repositionné cette entreprise, connue pour ses sondages, en une société centrée sur les études de marché, Consumer science & analytics, riche de « data scientists ». Nous sommes très confiants sur le développement de son savoir-faire hors de France.

« Nous sommes en train de boucler l’acquisition de la société de communication leader en Indochine. En Chine, nous finalisons un plan de développement qui devrait se traduire par des choses concrètes dans les douze prochains mois, acquisitions ou partenariats. »

L’Asie pèse encore peu dans les revenus du groupe…

Nous avons 2500 collaborateurs en Asie, c’est déjà significatif. Nous sommes en train de boucler l’acquisition de Riverorchid, la société de communication leader en Indochine (Cambodge, Vietnam, Thaïlande, Myanmar, Laos). Son intégration financière dans nos chiffres devrait avoir lieu au deuxième semestre. En Chine, nous finalisons un plan de développement qui devrait se traduire par des choses concrètes dans les douze prochains mois, qu’il s’agisse d’acquisitions ou de partenariats.Le secteur de la communication enregistre une croissance à deux chiffres, il reste des opportunités.

Quand vous avez pris la tête du groupe, il y a trois ans, vous vouliez en faire le plus intégré et le plus avancé de l’industrie. Où en êtes-vous ?

On était les seuls à promouvoir l’intégration à l’époque. Maintenant nos concurrents ont la même stratégie. Etre intégré et plus global permet d’être plus efficace pour répondre aux problématiques des clients en faisant collaborer plus étroitement de plus en plus d’équipes. Nous avons totalement atteint les objectifs de notre plan « Together » de façon plus simple et plus rapide que prévu. Le défi, aujourd’hui, c’est de conserver notre avance de dix-huit mois à deux ans sur nos concurrents dans la proposition de services. Pour l’instant c’est le cas.

Vous deviez installer votre futur QG européen à Londres. Le Brexit a-t-il changé la donne ?

Cette décision avait été prise il y a deux ans car nous considérions Londres comme la capitale européenne de la communication. Nous avons été surpris par le résultat du référendum. Mais l’inauguration est toujours prévue pour février 2017. En tout état de cause, l’Angleterre restera un pays très important pour la communication. Le groupe est présent au Royaume-Uni depuis la création d’Havas, nous allons continuer à investir là-bas et à soutenir nos équipes. Londres accueillera comme prévu notre prochain séminaire monde qui réunit les 300 principaux cadres d’Havas.

Depuis quelques années, vous décrochez un nouveau grand client global par trimestre. Début 2016, ce fut TIM Brésil, la filiale mobile de Telecom Italia. Y a-t-il eu un effet Bolloré ?

Il est difficile d’apprécier l’impact que la dimension actionnariale d’Havas a pu avoir. C’est surtout parce que nous gérons le budget TIM en Italie depuis des années. Ce sont les équipes italiennes qui ont beaucoup soutenu les équipes brésiliennes. C’est l’effet de l’intégration « Together ». Et, vous avez raison, ce trimestre, nous avons décroché le budget monde Swarowski, un grand nom de la joaillerie.

Depuis dix-huit mois, le groupe Bolloré est à la fois l’actionnaire majoritaire d’Havas et l’actionnaire de référence de Vivendi, deux groupes de communication et de médias. Y a-t-il une logique à les rapprocher ?

Il n’y a pas de discussions formelles entre les deux groupes. D’un point de vue industriel, ils ont deux points communs : d’abord, ils ont un actionnaire commun, le groupe Bolloré. Ensuite, ils évoluent dans des secteurs peu éloignés puisque la convergence des contenus, des contenants et de la data fait que les problématiques auxquelles sont confrontées les équipes de Vivendi et celles d’Havas sont les mêmes. Mais chaque groupe est géré en stand alone dans l’intérêt de ses actionnaires, de ses collaborateurs et de ses clients.

Vous-même, vous venez d’être coopté au conseil de Vivendi …

Le départ d’un membre du conseil, nommé à la tête de Generali en mai, a laissé un siège vacant. Le conseil de surveillance de Vivendi m’a proposé de le rejoindre en ma qualité de CEO d’un grand groupe de communication, Havas, et de représentant de l’actionnaire de référence. Mais je ne siégerai pour la première fois que dans un mois, lors de la prochaine réunion.

Succéder à Vincent Bolloré dans six ans ? « Ce sera même plus ! Pas avant 2030 ou 2040… Je ne crois pas une seconde au décompte jusqu’à 2022 qui s’affiche sur son téléphone. Plus l’échéance se rapproche, moins il le consulte. Je ne lui souhaite d’ailleurs pas d’arrêter, il est tellement heureux dans ce qu’il fait. »

Vous avez participé à la création de Direct 8 et Direct 17, qui font aujourd’hui partie de Canal+. Ce groupe est en difficulté, comment imaginez-vous qu’il puisse se réinventer ?

L’industrie de la télévision en général est confrontée à des difficultés. Grâce aux télés connectées et à de nouveaux types d’appareils, les gens regardent et consomment les contenus audiovisuels de manière différente. Il y a encore cinq ou six ans, on regardait les chaînes de manière linéaire. Désormais l’accès à la télévision délinéarisée est devenu une réalité, on le voit dans les courbes d’adoption de cet usage. Cela crée des problématiques de revenus car la monétisation des audiences sur le Web est plus difficile que sur le support principal. Le groupe Canal+ est lui confronté à un problème sur la partie payante. Des concurrents très riches et les opérateurs télécoms sont arrivés sur ce marché. Les géants du Web comme Google et Twitter investissent aussi dans les contenus. Même Snapchat s’y est mis en achetant des droits de retransmission sportifs. Les services de vidéo à la demande par abonnement – Amazon Prime et Netflix sont les plus connus – rencontrent un grand succès. Et en parallèle, le public veut payer moins pour la même chose. C’est une tendance mondiale. Ce qui est sûr, c’est que les équipes de Canal+ essaient de répondre à ces défis en apportant des changements importants et modernes. Notamment en donnant plus aux abonnés, ce qui de mon point de vue est intéressant.

Votre père, Vincent Bolloré, a dit que vous lui succéderiez en 2022 à la tête de Vivendi. Ce n’est pas long, six ans à attendre ?

Ce sera même plus ! Pas avant 2030 ou 2040… Je ne crois pas une seconde au décompte jusqu’à 2022 qui s’affiche sur son téléphone. D’ailleurs plus l’échéance se rapproche, moins il le consulte. Je ne lui souhaite d’ailleurs pas d’arrêter, il est tellement heureux dans ce qu’il fait.

C’est aussi une manière de vous introniser comme le futur patron de tout ce qui est communication au sens très large dans le groupe Bolloré…

Moi je ne suis que président-directeur général d’Havas et c’est déjà une mission très importante. La société se porte bien, nous verrons en 2030 ou 2040…

Vous ne pourriez pas entre-temps vous retrouver à la tête de Canal+ ?

J’en serais le premier surpris.

C’est important qu’un groupe comme Havas reste coté en Bourse ?

Oui, très. Cela nous permet d’avoir accès à des plans de développement et à des ressources. C’est aussi une manière de nous mesurer à nos compétiteurs. La publication des résultats est notamment un thermomètre intéressant.

Utilisez-vous beaucoup les stock-options et les actions gratuites avec vos collaborateurs ?

Nous essayons d’avoir différents niveaux de rémunérations. Havas n’est constitué que de talents, nous n’avons aucun actif matériel, nous devons donc utiliser tous les mécanismes à notre disposition pour nous permettre de les retenir. Nous recrutons environ 5000 personnes par an, ce qui représente un turnover de 25 %.

Est-ce un niveau normal dans cette industrie ?

Il est toujours élevé chez les jeunes et dans le numérique, et nous avons des concurrents très très riches. Pour tout ce qui concerne les développeurs ou les codeurs, nous sommes face à Google ou Facebook ! Il faut donc travailler sur tous les niveaux de rétention.

C’est votre plus gros défi ?

Oui, absolument. Nous réalisons chaque année une enquête sur le taux d’engagement de nos employés. A mes yeux la question la plus importante est : recommanderiez-vous votre entreprise à un de vos amis ? Nous avons amélioré notre score de 35 % en deux ans et nous comptons encore progresser.

Le fait d’être un groupe familial joue-t-il en votre faveur ?

Bien sûr. Nous ne sommes pas « opéables » et nous menons une stratégie sur la durée. Le groupe est incarné par un patron propriétaire, c’est très agréable. Enfin, grâce à mon âge, nous pouvons avoir une perspective de long terme.

Exclusive Telco Research Identifies a Clear Switching Process and Social Media Recommendations (Socialyse (Havas) & Twitter)

Paris – Exclusive research from Socialyse (Havas Group’s social media solution) shows that 63% of “switchers”i will change their mobile device, and 23% will change their device and carrier. The study identifies a clear switching process including four key phases –Information Gathering, Active Research, Decision Making and Deal Hunting. It also demonstrates the important role of social media: 25% will turn to Twitter to inform their decision, and Twitter ranks among the Top 5 point of contacts for research.

Socialyse Global Managing Director Séverin Naudet comments: “The mobile phone industry is extremely dynamic. With total worldwide mobile phone shipments of just under 2 billion units, the mobile phone industry will grow by over 10% this yearii. We’ve been working closely with global telco companies, and this study really demonstrates not only how social is a powerful business solution, but how Twitter, in particular, can influence and impact the purchase decision. Social brings ROI to advertisers.”

Telco Infographic_07112016

Key Consumer Insights about Switching

The research provides keen insights into consumer attitudes and behaviors regarding switching their mobile devices and carriers:

  •   There are 3 key consumer motivations for a switch: improving current equipment, ie device and/or price; urgent needs like breakage or theft; and rewarding customer outreach at contract end-date. There were some differences by region: a higher level of motivation related to contracts in Europe and a higher level of motivation to change devices, plans or carriers in Latin America.
  •   For devices, the Top 5 criteria for a switch were (in order): Price, Technical Characteristics, Operating System, Camera Quality and Brand.
  •   For carriers, the Top 5 criteria for a switch were (in order): Network Coverage, Network Quality, Price, Internet Speed and Included Services.
  •   Despite being confused at first, most people feel positively about the change.
  •   Twitter users stay informed with news and deals available on the market, are more likely to be both experts and influencers for others seeking new devices or carriers, and are more at ease with switching.
  •   78% make their decision to switch in 1 month or less.Bruce Daisley, VP of Europe at Twitter, says: “Twitter plays a daily role in the lives of our users, and this research highlights how useful it can be in helping people across Europe make informed decisions about the telecom brands they turn to and the mobile products they buy. There are important lessons here for these brands and the industry. We found similarities in how people  approach switching from London, to Berlin, Madrid and Paris. And what’s fascinating is that Twitter can help make the process more positive. That says a lot about the platform.”

    Using Twitter to Influence Switching

    In addition to the consumer insights, the study also delivers clear recommendations on how to activate Twitter for telcos:

    •   With 25% of all respondents turning to Twitter to inform their choice of smartphone or carrier, use an everyday Twitter strategy and targeted messaging to reach users at the right time and right place.
    •   As a key touchpoint at each phase, tailor Twitter targeting to reach consumers at each distinct step in the Telco switching process: Information Gathering, Active Research, Decision Making and Deal Hunting.
    •   Consider influencer partnerships with Niche to combine the benefits of impartiality and trust with the existing power of utility and information that brands’ tweets have to drive purchase.
    •   Twitter is most impactful in the stages leading to a final decision in the switching journey. Combine an everyday strategy with TVxTwitter to drive campaign success.
    •   Twitter users tend to be more influential among their peer groups as layman experts in the telco field; Connect with and cultivate brand advocates on Twitter to grow a valuable base of earned brand coverage through outreach & advocacy.
    •   Seed promotions one month prior to the launch of a new device/plan to align with the average consumer switching cycle of 30 days.

      Methodology

      Research institute CSA contacted smartphone users aged 18-50 who have or will change their mobile device and/or plan in the past/next 3 months, across the UK, France, Germany, Spain, Brazil and Mexico. The study included two phases: 1) a qualitative analysis including focus groups and one-on- one interviews, and 2) an in-depth qualitative online survey.

     

    About Socialyse

    Launched in 2013, Socialyse is the social media solution of Havas Group. Socialyse provides a unique integrated and synchronized social media offer, including strategy, content, media and analytics. Innovative tools include the Social Rating Point and the powerful Socialyse Newsroom. With specialized talent and best-in-class technology, Socialyse guarantees both performance and prices. With over 720 social media experts based in 38 local offices and operating in 80 countries, Socialyse combines the agility of a startup and the strength of a powerful global network.

    Contact

    Robert Fridovich
    Tel +33 146933715
    Mob +33 632063816 robert.fridovich@havasmg.com

Technologie et Communication: Voir à long terme et construire en temps réel (Interview MM 6/2016)

Interview dans MM Magazine 13 Juin 2016

Propos recueillis par Jean-Michel Stichelbaut

http://www.solvay.edu/sites/upload/files/Interview_Hugues_Rey.pdf

Havas Media Belgium a connu une profonde transformation au cours des récentes années. Les chiffres, l’effectif, le nombre de clients… Tout a augmenté et, à l’instar de ses concurrents, le groupe évolue désormais avec deux agences en Belgique, toutes deux dirigées par des digital natives au parcours bien rempli. Havas Media, c’est aussi une série d’outils sophistiqués, où la data, le contenu, l’analyse, la mesure, l’efficacité occupent toute la place. C’est également une philosophie, ainsi qu’un recrutement qui va au-delà des fonctions traditionnelles. Rencontre avec Hugues Rey, Yves Wemers et Mathias Beke.

Havas Media Belgium a beaucoup changé au cours des cinq dernières années. A l’instar de ses concurrents, le groupe évolue désormais avec deux agences en Belgique : Havas Media et Arena Media. Et la progression est constante, tant au niveau du nombre de clients et des chiff res que de l’eff ectif. « Sur cette période, le volume que nous traitons a plus que doublé. Tout comme notre eff ectif. Nous étions 36 en septembre 2010 et nous serons 85 en septembre 2016 », souligne Hugues Rey, le CEO d’Havas Media Belgium. « Nous couvrons aussi beaucoup plus d’activités qu’en 2010, avec des outils et des divisions très spécialisés. CSA, par exemple, qui a démarré récemment en Belgique, est très important, parce que l’activité de cette entité qualifie le métier que nous faisons aujourd’hui. » Passé dans le giron d’Havas en octobre dernier, l’institut français CSA (pour Consumer Science & Analytics) s’est déployé à l’international en commençant par la Belgique. Comme en France, l’off re s’articule autour d’un modèle d’accompagnement au croisement des études et de la data, avec un institut d’études supporté par le déploiement d’un panel propriétaire et une approche “data science” nourrie par les données émanant du Owned et du Paid. Le tout allant de l’audit à la mise en place de plateformes de data management, en passant par le déploiement d’outils CRM propres comme Quickslvr, un système qui identifi e chaque consommateur sur chaque appareil et chaque point de contact, et qui permet la personnalisation de l’expérience en temps réel. « La data est au centre de notre métier », poursuit Hugues Rey. « Ce projet est stratégique pour le groupe et à haute valeur ajoutée pour nos clients. Il augmente la connaissance du consommateur et de son trajet via l’interconnexion des données d’études et des données digitales, ce qui nous permet d’être plus consistants en termes de communication. Au travers de cette approche unique, nous élargissons notre off re et développons des solutions exclusives de mesure de l’expérience consommateur en temps réel. » Voilà qui donne aussi une idée très claire de l’évolution et de la sophistication des activités des agences média aujourd’hui.

Durant cette visite chez Havas, les mots planning et achat n’ont jamais affleuré dans la conversation. Il n’a été question que de data, de ciblage, de communication, de contenu, d’optimisation, de performance, de multitude des points de contacts, de technologie, d’outils, de services à valeur ajoutée. Comme, par exemple, Socialyse, le pure player réseaux sociaux d’Havas, responsable de l’activité média (pubs) et hors-média (création de contenu et animation de communautés) pour les clients du groupe. C’était une nécessité pour les accompagner sur les nouveaux médias que sont Facebook, Twitter, etc., qui bénéficient aujourd’hui d’une audience mondiale couplée à des possibilités de ciblage infinies. Grâce aux réseaux sociaux, les marques sont en mesure d’adresser des messages personnalisés à des cibles précises, et ce en permanence. Outre CSA et Socialyse, Havas Media Group dispose aussi, entre autres, d’Artemis (système d’agrégation et de gestion de data développé par le groupe), Affi perf (trading desk), Ecselis (marketing à la performance), Havas Media Native (production de contenu)…

Autant d’outils sur lesquels peuvent s’appuyer les deux agences et les membres d’un eff ectif dont la nature a également beaucoup évolué. Une tendance générale, comme le montre le bilan UMA 2015 : pour la première fois, le nombre de spécialistes en “services diversifi és” a dépassé celui des services “traditionnels” : ils représentent désormais plus de 51% du total des collaborateurs des agences médias.

Depuis un an, Havas Media navigue donc avec deux agences en Belgique. A côté de son vaisseau amiral éponyme, le groupe a lancé, en 2015, Arena Media, marque qui était déjà présente dans 60 pays, notamment en Europe et en Amérique du Sud. Yves Wemers est devenu Managing Director d’Havas Media Bruxelles en mars dernier, et c’est Mathias Beke qui a pris les rênes d’Arena Media Bruxelles. Havas Media travaille entre autres pour BNP Paribas Fortis, Orange, PSA (Peugeot Citroen DS), Hyundai, et Arena pour Walt Disney, Efteling, Puig ou Touring. Yves Wemers occupait jusque-là le poste de Strategy & Development Director de l’agence. Il s’était particulièrement investi dans les prospections en Belgique et au global, ainsi que dans le déploiement de l’étude Meaningful Brands et la constitution de l’approche Content, via Havas Media Native, dont il conserve la direction. Il est aussi à la source de la mise en place de CSA. Il est chez Havas depuis 2009, avec une grosse parenthèse de près de deux ans chez Proximus, et avant cela, il a travaillé chez Carat et MPG.

Avant de diriger Arena Media, Mathias Beke était Managing Director Belgium de Social Lab (Ogilvy), qu’il avait rejoint en janvier 2014 venant de… Havas Media. Il a également travaillé chez l’annonceur (Allianz), en agence de relations publiques (Planet RP) et dans les médias (RTL Group) avant de passer chez Havas Media en 2011, comme POE Manager et où il a ensuite créé et développé le Social au travers de Socialyse.

Deux profils très éclectiques, qui ont travaillé tant en agence que chez l’annonceur. « Ils représentent l’avenir des cadres en agence de communication : une combinaison de hard et soft skills au service du client », souligne Hugues Rey.

Nonobstant le fait que Havas Media reste la figure de proue et qu’Arena Media est encore en phase de croissance, existe-t-il une différence entre les deux réseaux ?

Hugues Rey : Dans l’esprit, il n’y a pas un premier et un second réseau, c’est important à préciser. Il y a Havas Media et Arena Media, chapeautés par Havas Media Group. L’idée était d’abord de continuer à rester très proches de nos clients, avec deux enseignes, pour bien servir l’ensemble de ceux-ci. Par ailleurs, alors que les défi s posés par les annonceurs sont de plus en plus complexes, je crois plus que jamais à l’importance du talent et à l’émulation. Dans un monde où la technologie évolue particulièrement vite, où on nous demande d’être synergiques par rapport à beaucoup plus de partenaires qu’avant – agences créatives et autres – et où on nous propose des missions de plus en plus liées au business pur de nos annonceurs, Il est essentiel pour eux de trouver au sein de l’agence de vrais business partners, des gens qui les comprennent. Pour cela, il faut des personnalités capables de manager, de prendre des décisions, de sortir des moules existants pour effectivement être plus proche des décisions de l’annonceur. Ici, nous avons le cas unique de deux agences dirigées par des digital natives trentenaires, qui, de plus, ont un parcours chez l’annonceur et ont développé des opérations spécialisées au sein de groupes de communication. Nous mettons aussi en avant une valeur partagée dans tout le groupe Havas : l’entreprenariat. Nous leur disons : « Agissez comme si c’était votre boîte ! » Cela fait une très grosse diff érence. Nous n’avons pas créé une agence A et une agence B, mais plutôt des entités où il doit être agréable de travailler, de construire, avec des cadres capables de se parler, de se challenger, au bénéfice de l’ensemble des clients. C’est fondamental et cela se passe ainsi pour toutes enseignes que nous avons créées. Je ne pense pas que l’on puisse réussir dans ce métier aujourd’hui sans être extrêmement ouvert d’esprit, sans une grosse capacité à apprendre, à comprendre comment prendre les bonnes décisions, sans la capacité d’innover. Et c’est ce qu’apportent ces parcours variés.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vos parcours respectifs et sur leur importance par rapport à l’évolution du métier ?

Yves Wemers : J’ai commencé chez MPG (l’ancien Havas Media, ndlr.) voici plus de 10 ans, comme acheteur TV et radio, puis j’ai évolué vers le métier d’Account, où j’ai pu m’occuper de clients de secteurs que j’aime beaucoup, comme l’automobile, le telco. Après j’ai rejoint Proximus, pour m’occuper de la stratégie média et du développement des contenus. Il était intéressant aussi d’être plongé dans cette culture de grande entreprise. Hugues m’a rappelé pour me proposer une opportunité au niveau du new bizz et de la stratégie. J’ai sauté sur l’occasion, précisément à cause de l’aspect entreprenariat. J’avais envie de développer, d’aller au-delà des canaux classiques, de montrer qu’il fallait déjà penser à demain, être partenaires des clients, se mettre à leur place pour appréhender leur problématique. Mais aussi de les aider à se diversifi er, à envisager d’autres partenariats, d’autres types de réfl exion. C’est ce défi qui m’excitait.

Mathias Beke : J’ai étudié à l’IHECS et à la VUB et dans la première partie de ma carrière, j’ai dirigé des équipes marcom. J’ai été Media Content Manager chez RTL. A la base je suis plutôt quelqu’un du média, du CRM, des plateformes digitales, du Web transactionnel, de l’expérience utilisateur. Et puis j’ai fait, en même temps qu’Yves, une année d’études supplémentaire à Solvay, l’Executive master en marketing et communication. C’est là aussi que j’ai croisé Hugues une première fois. Il m’avait alors proposé de lancer Socialyse en Belgique. Cela a été une formidable expérience pendant deux ans. Nous sommes partis de rien, nous avons mis sur pied, une équipe de 13 personnes, dédiée au social media marketing advertising, au contenu et à l’amplification média. J’ai cependant voulu faire quelque chose de plus large, et j’ai rejoint Social Lab, où j’ai pris la direction du marché belge. Et puis j’ai revu Hugues, qui avait un nouveau projet à me proposer, Arena Media. Cela me permettait de faire le saut, avec toute l’approche digitale accumulée. J’ai la chance d’avoir pu constituer l’équipe et au-delà des fonctions classiques, d’y intégrer de nouveaux profils. Arena est clairement une agence de new biz et nous serons présents sur pas mal de compétitions.

Pour répondre aux attentes des annonceurs, les agences médias investissent beaucoup en outils, en personnes. Les revenus augmentent-ils en proportion de ces investissements ? Cela ne transparaît pas vraiment dans les chiffres de l’UMA. Les annonceurs sont-ils conscients de ces efforts ?

HR : Le classement de l’UMA reflète le volume, pas le revenu. Il est clair que nous faisons d’autres métiers. Travaillant dans le groupe Havas, lui-même bien encadré par le groupe Bolloré, si nous investissons et engageons, c’est qu’il y a de bonnes raisons de le faire, qu’il existe des opportunités. Nous essayons d’avoir la vision à plus long terme possible. Et chez Havas cela a une signifi cation particulière : voir à long terme et construire en temps réel. Nous ne devons pas nous équiper, mais nous avons le pouvoir de nous équiper, de construire. Cela traduit mieux ce que nous faisons ici. Pour Socialyse, par exemple, nous fi gurions parmi les pays en avance. Parce que nous avons eu cette opportunité, et que nous avions des annonceurs qui attendaient cela.

YM : Pour CSA aussi, la Belgique a été le premier pays après la France. Cela montre notre volonté d’aller plus loin, de construire sur un nouveau modèle, en répondant aux demandes de nos clients, qui cherchent plus de données, veulent mieux agréger, mieux comprendre, mieux utiliser.

HR : Nous avons aujourd’hui des équipes capables d’intégrer, des équipes qui ne vendent pas de la technologie, mais de l’intelligence. Et c’est primordial, car la situation chez les annonceurs évolue en permanence. Il n’y a pas de manuel qui nous explique comment cela va se passer et un de nos défi s est de trouver des personnes dotées de la souplesse d’esprit permettant d’anticiper, d’intégrer toutes ces sources et de les exploiter, d’off rir des solutions en termes de stratégie, de réalisation, ou de commercialisation. Il y a deux points à garder à l’esprit. Le premier, c’est la mission globale du groupe, qui est de construire entre le consommateur et la marque, les relations les plus pertinentes possible. Nous faisons de la meaningful communication. En Belgique 67% des marques peuvent disparaître, le consommateur ne s’en soucie pas. Notre job est d’essayer d’en sortir certaines de ces 67% ou d’aider celles qui sont dans les 33% à ne pas disparaître. Nous utilisons la technologie, mais c’est la communication qui est notre métier de base. Aujourd’hui, nous payons le prix d’une mauvaise approche. Le développement des ad blockers signifie que trop de mauvais messages ont été délivrés, au mauvais moment, aux mauvaises personnes, sans doute dans un marché qui n’a pas compris comment se monétiser correctement, comment communiquer au mieux, sans polluer l’esprit. Donc, nous devons être aptes à utilisertoutes les opportunités, mais surtout être suffisamment adultes pour les utiliser au mieux. C’est pour cela qu’il faut des talents, qui comprennent le consommateur et les problèmes des clients.

Les profils de vos collaborateurs ont beaucoup changé ?

MB : Nous développons des méthodologies, des technologies, des procédures, des cases comme les autres agences, mais la diff érence doit venir des gens. Le plus grand challenge, c’est la détection des talents dès la sortie de l’école, voire, et nous sommes très actifs à ce sujet, l’intégration de programmes dans l’enseignement, pour répondre aux attentes du marché. Dans ce cadre, Havas Media est l’un des partenaires de la Solvay Business School pour deux de ses formations axées sur la transformation digitale. Les enjeux en termes de formation de nos équipes sont également très importants. Tout comme la rétention. Il faut pouvoir garder ces talents détectés et formés.

HR : Je crois profondément à cette idée d’éducation permanente et d’accompagnement. Depuis deux mois, nous avons un Talent Manager, dont la tâche va bien au-delà de celle du responsable RH. Il analyse les besoins, écoute, comprend et nous aide à construire ce programme d’éducation et de rétention. Aujourd’hui, nous allons chercher les profi ls au-delà de la sphère traditionnelle. Nous avons par exemple engagé un ingénieur en mathématiques, qui a rejoint l’équipe de CSA pour faire de la modélisation sur de gros volumes de données, pour off rir une meilleure opportunité de visualiser la data. Nous avons énormément de gens qui viennent de chez l’annonceur, qui faisaient de l’analytique, d’autres de la recherche intégrée. Des profils inconnus voici quelques années, et je ne désespère pas d’engager des gens issus d’autres métiers encore, nourris d’autre chose. Vous avez évoqué la production de contenu… On pourrait penser a priori que cela relève des agences de publicité ?

HR : C’est un sujet auquel nous réfléchissons beaucoup. Nous produisons du contenu, nous faisons des choses étonnantes, que nous n’aurions pas pu faire il y a cinq ans. La place énorme prise par les réseaux sociaux et la possibilité pour les annonceurs de construire du contenu en temps réel sur un certain nombre d’événements a fait évoluer notre métier.

YM : BNP Paribas Fortis sponsorise “We are tennis”, qui est la plus grosse source d’information sur le tennis en Belgique. Pour la Coupe Davis, nous avons des équipes qui produisent du son, des images, du texte, des vidéos que nous montons sur place. Cela devient même une source pour les journalistes. Souvent les résultats d’un match de David Goffin sont publiés sur les réseaux sociaux avant d’être relayés par les sites de news. Il y a un vrai travail sur la construction de la communauté, de partage avec le consommateur. Nous sommes sur place avec BNP, nous créons du contenu avec eux. Les gens qui s’en occupent sont au départ des journalistes, férus d’écriture digitale et qui ouvrent complètement leur scope sur la gestion de projet. Ils font le montage, publient, amplifient sur les réseaux sociaux. Et tout est mesuré en amont et en aval.

MB : Le social media a pas mal bousculé les codes dans la manière de produire du contenu et de le diff user auprès d’audiences particulières. Chose que la publicité n’avait pas l’habitude de faire. En social, il est essentiel de maîtriser la segmentation et la création des audiences, de produire un contenu spécifique pour chacune de celles-ci. Comme la donnée et l’amplification étaient au cœur de ce modèle de communication, les agences médias étaient mieux armées que les agences créatives pour le produire.

YW : Le spot TV diffusé avant la Coupe Davis est basé sur des images prises par les équipes Socialyse à partir de la social newsroom. Beaucoup de ce que nous avons capté en direct pendant les matches a été réutilisé pour des spots, pour montrer rapidement que les Belges étaient en finale et que BNP Paribas Fortis était fi er de les supporter. Donc nous sommes sur des réflexions beaucoup plus larges. Le consommateur a besoin d’informations, il navigue entre différents emplacements ; chacun a un écosystème d’applications différent sur son téléphone et chacun consomme du contenu qu’il trouve pertinent. Nous nous sommes adaptés à cela.

HR : Cela dit, nous profitons d’une spécificité et nous n’empiétons pas sur les prérogatives de l’agence de publicité, avec laquelle nous travaillons étroitement. Et ce sera encore bien plus le cas très prochainement, puisque Havas Village, qui regroupera toutes les agences du groupe, sera bientôt une réalité en Belgique (l’entité sera installée rue des Boiteux, près de la place des Martyrs, à Bruxelles, ndlr.). Au niveau du groupe, il y a déjà près de 45 villages Havas. C’est génial pour l’émulation de trouver au même endroit toutes ces sources de créativité, de connaissance, ces opportunités d’échanger. Il y aura entre 150 et 200 personnes dans des bâtiments qui communiqueront.

 

Le premier prototype du canapé connecté. Le meuble névralgique des usages media: Marty par Havas 18/35

A l’occasion du lancement de Havas 18/35, Yannick Bolloré et Raphaël de Andréis ont présenté Marty. Le premier prototype du canapé connecté. Le meuble névralgique des usages media.

Source: C’est quoi ce canapé ? C’est Marty par Havas 18/35

Marty incarne l’évolution des comportements media dans le futur selon Havas 18/35. Il embarque et commande tous les devices nécessaires à la consommation media actuelle. Son but est de collecter et d’analyser le maximum de data au service du consommateur et des marques. Raphaël de Andréis, président et directeur de Havas Media Group France, explique dans un communiqué “plus nous comprendrons le futur de l’usage des media, plus notre conseil sera utile à nos clients. Aujourd’hui 80% des interactions media ont lieu sur un canapé : télévision (en direct, en VOD ou en catch up), cinéma, radio, podcasts, presse, réseaux sociaux, ordinateur portable, tablette, smartphone…Le canapé est le centre névralgique des usages media, un lieu de pratiques individuelles et familiales sur lequel s’opèrent toutes sortes de comportements, autour des loisirs, de la communication et du travail. C’est ainsi un formidable laboratoire d’études de tous les points de contact”.

Genèse

Marty est né d’une réflexion collective et d’une démarche participative des collaborateurs d’Havas Media Group. En septembre 2015, réunis en séminaire, une centaine de managers du groupe ont imaginé ensemble le cahier des charges du canapé.  Loève Saint-Ourens, créatrice du mobilier connecté Plug&Dream présenté aux D’Days (Designers’Days) aux Musée des Arts Décoratifs en mai dernier, accompagne le projet et a realisé le design du canapé.

Conçu autour de l’expérience (l’UX), Marty est équipé d’une quinzaine d’objets (du pico projecteur jusqu’à l’utilisation pour la toute première fois d’une technologie exclusive reliant musique et sensations tactiles, développée par la startup Aurasens en passant par des casques de réalité virtuelle) connectés entre eux et avec l’utilisateur. La technologie a pour but ici de faciliter les usages : regarder une vidéo, se détendre en écoutant de la musique, travailler, communiquer, imprimer un objet … L’ensemble des interactions est pilotée par une application créée ad hoc. Elle collecte et analyse des data utiles dans un dashboard dédié pour ensuite proposer les réponses media les plus pertinentes en fonction des usages de chacun. La brique technologique, en particulier le développement de l’application permettant de piloter tous les objects connectés, a été développée par les ingénieurs d’Ekino, la SSII intégrée de FullSix (Havas depuis 2015).

More about Havas 1835 & Marty ?

This week, Havas Group announced a new forward-thinking offering: Havas 18/35.

The new entity is a cross between an innovation lab and a fabrication lab, enabling the development and funding of innovative projects across the global network.

“Innovation and entrepreneurship have been in Havas’s DNA since its creation in 1835,” said Yannick Bolloré, CEO of Havas Group. “Our main goal with the launch of Havas 18/35 is to develop these early-stage ideas and turn them into tangible projects that make a real impact in our industry, help us better understand consumers’ behavior, and therefore, better serve our clients.”

Screen Shot 2016-06-22 at 2.34.19 PM

The first project to emerge from Havas 18/35 is MARTY, the connected couch. Designed around the user experience, MARTY houses and controls all devices required for current media consumption, including a projector, 3D printer, VR headset, bluetooth game pad, fridge, 3D headphones, and Amazon Echo voice control.

Screen Shot 2016-06-22 at 2.33.58 PM

Everything is managed by an app custom-designed for the project, which can then be used to collect relevant data, analyze it in a dedicated dashboard, and then suggest the most relevant media responses aligned with user preferences.

Raphael de Andréis, chairman and CEO of Havas Media Group France, said: “The better our understanding of the future of media use, the more usefully we can advise our clients. Currently, 80% of media interactions take place on a couch…The couch is the nerve center of media use, a place of individual and family habits involving all kinds of behaviors centered on free time, communication, and work. And that makes it a fantastic research lab, covering all touchpoints.”

Screen Shot 2016-06-22 at 2.33.48 PM

This couch of the future was dreamed up by employees from Havas Media Group. MARTY’s technology was developed by Ekino, part of FullSix Group, while Loève Saint-Ourens was responsible for the design of the couch.

Screen Shot 2016-06-22 at 2.34.27 PM

Screen Shot 2016-06-22 at 2.34.06 PM

Social Rating Point Record pour Suède – Belgique: 11 ! TV et réseaux sociaux en synergie. (Source: CSA – Havas)

Au lendemain de la victoire des Belges et de leur accession aux 1/8 de finales, les équipes de CSA Belgium (Consumer Science and Analytics – Havas Group) ont analysé l’engagement des Belges sur les réseaux sociaux et en particulier sur Twitter.

En croisant cette donnée avec la couverture TV réalisée pour chaque match, CSA a donc pu obtenir l’index du Social Rating Point* des 3 matchs.

Notons au passage que 80% des 15-54 étaient présents devant leur écran pour suivre les matchs de poule.

#belita: 37.000 tweets pour une audience de 1,2Mio – SRP = 3

#belirl: 75.000 tweets pour une audience de 935K – SRP = 8

#swebel: 129.000 tweets pour une audience 1,2Mio = SRP = 11

Sans surprise, ce sont les hashtags officiels des matchs qui récoltent le plus franc succès – 70% du volume.

f989385e3fbdaa23757b11d41ff0186a

Au niveau des joueurs, Romelu Lukaku est le joueur des Diables Rouges qui génère le plus de tweets, il faut bien l’avouer, desservi par sa prestation du premier match contre l’Italie.

Les équipes de CSA se sont également intéressées à la visibilité des Diables Rouges au niveau mondial. Résultat: 1 twittos sur 3 a eu minimum un tweet lié aux prestations des Diables dans son feed. Ce qui représente une audience globalisée de 90 millions d’utilisateurs! Belle visibilité donc pour notre équipe nationale.

2256054-comment-le-social-rating-point-revolutionne-le-planning-media-et-la-social-tv

*SRP = Le SRP est calculés en divisant le volume de mentions d’une émission par son reach. Avec une base de données de plusieurs milliers d’émissions de télévision – chaînes généralistes et spécialisées -, ils permettent aujourd’hui de mieux comprendre les interactions sociales pour transformer positivement l’engagement du public en business potentiel.

How Artificial Intelligence Is Helping Brands Create Ads Just For You | Co.Create | creativity + culture + commerce

IBM and the Havas Group have launched Havas Cognitive to give marketers Watson’s cognitive computing power.

Source: How Artificial Intelligence Is Helping Brands Create Ads Just For You | Co.Create | creativity + culture + commerce

Consider all the information about your likes, dislikes, wants, needs, and behavior that are out in the world. Whether it’s Facebook, Twitter, apps, games, or any other digital interaction, it amounts to a giant pile of data just about you. So, in this world of big data and targeted advertising, why do you still see diaper ads when you don’t have a baby?

It’s a silly example, sure, but the point is, as much as brands know about us, there are still far too many irrelevant marketing messages poisoning our eyeballs. But a new partnership between IBM and Havas Group aims to change that. The two companies have launched a new division called Havas Cognitive, which uses the cognitive computing power of IBM Watson to help brands develop marketing campaigns and products better tailored to individual consumers.

These organizations have worked together for more than 20 years, but the idea for the new venture came about last year when a group of Havas developers participated in the first-ever IBM Watson Hackathon. The team finished in second place with an app called NYC School Finder, that used the IBM Watson Personality Insights to analyze students’ personalities through writing samples to finds schools with similar “personality” traits.

“Our potential brand applications really came out of this, where it took a writing sample from your kid, analyze it for a personality construct, and then find the best school match, to connect kids to the high school best-suited to their personality,” says Havas global head of marketing innovation Jason Jercinovic. “So we thought, hey this might be a good way to help our clients better know their customers on a more individual level.”

Marketers are spending increasingly more on social listening tools, e-commerce data, and more to build smarter communication mechanisms, but often lack the technology to most efficiently use it.

IBM Watson Ecosystem director Jodie Sasse says Watson technology and cognitive computing is capable of making sense of all this data, quickly and continually. “It’s a system that understands natural language, it understands the nuances of what we say, why noses run and feet smell, that kind of thing,” says Sasse. “It understands idiosyncrasies of how we speak, and it also reasons to sort through massive amounts of information, and come to hypothesis based on the information. Lastly, it learns over time. That’s what’s really unique about the technology, and then as you apply it to marketing and advertising, it helps marketers to better understand and engage their customers.”

Havas Cognitive has been working now in beta with a number of brands for the past six months, including TDAmeritrade, Adidas, and Red Bull. For TDAmeritrade, they utilized a similar approach used in NYC School Finder to find the brand’s Most Confident Fan.

 

 

“What they did was leverage one of our capabilities called Personality Insights—psycholinguistic analysis of writing—to assess a level of confidence in their fanbase,” says Sasse. “They then highlighted the most confident fans based on a writing sample from their social media posts.”

Jercinovic says that same kind of analysis can be used in different ways. “For TDAmeritrade, that came through as a confidence ranking, for other clients, it might be about, how do you alter the tone? We’re doing tests now in which we figure out how to change individual copy of digital media based on knowing who we’re talking to, what they like, don’t like, and other factors,” he says.

Chasing the rainbow to individual advertising is an ongoing challenge, one that Jercinovic says is based on the trend that traditional audience segmentation is dead. “The demographics that put people in a nice little bucket is gone,” says Jercinovic. “You need to treat people differently. We’re all chasing this goal of one-to-one segmentation on an individual level, we’re not there yet, but getting closer.

5 trends in mobile advertising – Mobile Marketer – Columns by Marco Rigon

Source: 5 trends in mobile advertising – Mobile Marketer – Columns

Marco Rigon

Marco Rigon is Paris-based global head of Mobext

Mobile World Congress 2016 has been an inspiring event for those involved in mobile advertising.
The Barcelona, Spain-based conference provided a great forum for catching up with the latest developments, including programmatic mobile, location-based targeting and, crucially, the need for creativity to justify interrupting consumers’ very personal mobile experiences.
Remember, mobile users average 3 hours and 40 minutes each day on their phones, longer than we probably devote to eating, cycling or intimacy.
So here are my top takeaways for marketers to stay relevant for mobile users.
1. Think user-centric, not site-centric, advertising on mobile 
The programmatic trend has hit mobile. This year, a huge number of players from the programmatic world came to MWC, including Sizmek and its mobile platform StrikeAd, Rubicon Project and AOL.
Audience planning and accurate targeting are clearly moving center-stage in mobile marketing, too.
Mobile programmatic is a new user-centric approach, combining data to activate true audience planning.
Until now, the mobile industry had a site-centric approach.
If you wanted to reach affluent people in Paris, you put something on Le Monde’s site.
Now we know that when this same affluent person is getting bored waiting for his plane, he is playing Candy Crush. So it is worth reaching out to him on Candy Crush because that is where he has time available and is more receptive to the message.
The beauty of programmatic is that none of this data is personally identifiable.
2. See where consumers go and find out who they are 
Location-based marketing is a growing area of mobile advertising and one that no other media can replicate.
See where your consumers are going, understand who they are and how to speak to them.
For marketers, the ability to know at all times where users are located opens extraordinary opportunities.
In addition, not only does GPS data provides great insights about users, but this data can also be activated to create actionable audience segments based on real behavior.
By gathering location – life spaces – and immediate usage data, we know so much.
Every morning before 8 a.m., an average user logs on through an IP address in Brooklyn, New York. He must live there.
Between 8:30 a.m. and 8:45 a.m., he arrives in Midtown Manhattan, where he buys a bagel. This information interests Dunkin’ Donuts. He bought a Starbucks coffee through its application, and then worked all day on Park Avenue. He is a CSP+ category consumer.
We even know that every year in June, he visits Barcelona for a week. We know a lot about this person, but not his name. Imagine the marketing possibilities.
3. Mobile apps and experiences beat ad blocking 
Ad blocking has been much discussed last week in Barcelona.
Of course, the best way to tackle ad blocking is to stop annoying people. This does not mean you need to stop advertising, but you have to be relevant and you have to give value to the user.
Remember, ad blocking affects sites but does not touch mobile apps at all. For brands, this means creating a new marketing paradigm.
Mobile creates considerable value by generating new and sustainable business models such as Nike + and Starbucks Mobile Order and Pay system.
Above all, we need to help marketers develop mobile experiences that create value and build long-term relationships with consumers.
4. A true cross-device approach starts with mobile
Mobile-first creativity is one of the keys to success.
You cannot go cross-channel and simply transfer a Web campaign to mobile. You must start from where people are spending the most time – mobile – and simplify for where they are spending less time – the Web.
Forget boring banners and things that make no sense for the user.
In addition, mobile allows you to capture sensors from gyroscope, camera, the pinch screen to zoom in and out and, soon, Virtual Reality and 360 video.
For example, an immersive car ad using the gyroscope puts you inside the vehicle looking round as it is driving along. Try doing that with a laptop.
5. The opportunity to seize is mobile video
The explosion of mobile video has transformed the way content is consumed and shared on mobile platforms.
Nowadays, social content is inherently mobile, allowing users to live instant experiences. Periscope and Meerkat come to mind.
YouTube and Facebook rack up millions of hours of views. Snapchat has realized that vertical video is the future, since most of us use mobile in the vertical orientation. This is preferable to landscape orientation, which leaves empty blocks on either side of the screen – which brands are paying for and people are not looking at.
The TEADS stand at MWC highlighted its native video offer. Pre-roll advertising is not the right way forward. Pre-roll on mobile is even more annoying than on the Web.
Instead, consider “inRead” formats, with video positioned in premium content and only launching when in view on the screen. Then consumers are led to a full mobile experience afterwards. This is much more user-friendly.
MWC GIVES ME hope that mobile advertising is moving in the right direction.
Marketers are putting the needs of the audience at the heart of their strategies.
A new focus on creativity as a way of engaging with consumers through mobile, combined with the use of data for better targeting, is just the boost that mobile advertising needs.
Having said all that, the truth is that mobile will probably be obsolete in 15 years’ time.
This inert object that we check 200 times per day will be forgotten because of mobility.
Mobility is itself on the move, becoming part of the cityscape through the Internet of Things and Smart Cities and, at the same time, becoming intimate with humans through wearables such as watches and shoes.
Tomorrow, mobile will become our second skin, fully connected. So now is the time for brands to truly get to grips with mobile as the future beckons.
Marco Rigon is Paris-based global head of Mobext, Havas’ mobile marketing agency. Reach him at marco.rigon@mobext.com. 

Havas Sports & Entertainment’s FANS.PASSIONS.BRANDS Music Study

 

Selon l’étude Fans.Passions.Brands, menée en mai dernier par Havas Sports & Entertainment auprès de 18.000 personnes (13+) issues de 17 pays, dont la Belgique, parmi les 98% de la population mondiale qui écoutent de la musique, quasiment les trois-quarts considèrent que les partenariats musicaux renforcent l’image de marque. 70% pensent qu’ils permettent aux marques de se différencier et 62% disent que de tels partenariats les motivent à essayer les produits et services des marques concernées.

 

Si la musique est universelle, sa consommation diffère en fonction de ses origines culturelles, de son éducation ou encore de sa sensibilité… Chacun vit sa propre expérience que l’étude de Havas S&E segmente en cinq profils :

 

 > The Mixologist : 24% de la population mondiale

 

Ils sont considérés comme les fers de lance du “Shuffle Age”. Ils sont 76% à se considérer comme des experts et passent d’un genre à l’autre, sans distinction. Toujours connectés, la musique les accompagne tout le temps. Ils sortent beaucoup et sont avides de concerts.

 

> The Vocalist : 23% de la population mondiale

 

Pour eux, la musique est une passion, presqu’une une science, qui s’apprend et se pratique. 73% adorent chanter plus ou moins régulièrement et 32% jouent d’un instrument. On les retrouve notamment, dans une proportion importante, en Chine.

 

> The Collector : 20% de la population mondiale

La musique qu’ils écoutent est liée à leur identité, elles ne font qu’un. Dès les premières notes de leurs chansons préférées, 72% se sentent transportés dans un souvenir marquant de leur vie. On retrouve ce profil d’individus dans la même proportion dans tous les pays.

 

 > The Listener : 19% de la population mondiale

 

89% d’entre eux préfèrent écouter leur musique chez eux. A la page des dernières tendances musicales grâce à leur entourage (ou leurs enfants), on les retrouve particulièrement en France, au Royaume-Uni et en Allemagne.

 

> The Groupie : 14% de la population mondiale

 

Ils incarnent la catégorie de fans inconditionnels et sont 38% à le revendiquer. En complète immersion lors des concerts, ils sont prêts à tout pour obtenir un selfie. Ils se laissent souvent captiver par les télé-crochets. On retrouve particulièrement ce profil en Amérique Latine.