Vivendi et Tencent entrent en négociations préliminaires pour un investissement stratégique de 10 % du capital d’Universal Music Group (UMG) à une valeur d’entreprise de 30 milliards d’euros

Vivendi annonce entrer en négociations préliminaires avec Tencent Holdings Limited (« Tencent ») pour un investissement stratégique de 10 % du capital d’Universal Music Group (UMG) à une valeur d’entreprise de 30 milliards d’euros pour 100 % d’UMG sur une base totalement diluée. Tencent disposerait en outre d’une option d’achat d’un an pour acquérir une participation supplémentaire de 10 % au même prix et dans les mêmes conditions.

Vivendi et Tencent étudient également en parallèle différents domaines de coopération commerciale à caractère stratégique. Dans ce contexte, Vivendi est très intéressé par la possibilité d’une coopération renforcée qui permettra à UMG de bénéficier des opportunités de croissance qu’offrent la numérisation et l’ouverture de nouveaux marchés. Avec Tencent, Vivendi espère renforcer la promotion des artistes d’UMG avec lesquels le plus beau des catalogues d’enregistrements et de chansons jamais réalisé a été constitué. Vivendi souhaite également rechercher et promouvoir de nouveaux talents sur de nouveaux marchés. Vivendi est convaincu que ce nouveau partenariat stratégique serait créateur de valeur à la fois pour Tencent et UMG.

Cette opération est soumise à une due diligence d’UMG et à la finalisation de la documentation juridique. Vivendi poursuit par ailleurs le processus de cession d’une participation minoritaire supplémentaire d’UMG à d’autres partenaires potentiels.

 

A propos de Vivendi

Vivendi travaille depuis 2014 à la construction d’un groupe européen d’envergure mondiale dans les contenus, les médias et la communication. Dans la création de contenus, le Groupe détient des actifs puissants et complémentaires dans la musique (Universal Music Group), les séries et films (Groupe Canal+), l’édition (Editis) et les jeux vidéo mobiles (Gameloft), qui sont les contenus de divertissement les plus consommés dans le monde. Dans la distribution, Vivendi a acquis et repositionné Dailymotion pour doter ses contenus d’une nouvelle vitrine numérique. Le Groupe s’est également rapproché de plusieurs opérateurs télécoms et plateformes afin d’élargir au maximum ses réseaux de distribution. Dans la communication, Havas dispose d’une expertise créative unique dans la valorisation des contenus gratuits et dans les formats courts, de plus en plus utilisés sur mobile. Par ailleurs, dans le spectacle vivant, la valorisation de franchises et la billetterie, Vivendi explore de nouvelles activités complémentaires de ses métiers, fédérées sous Vivendi Village. Les différentes entités de Vivendi travaillent pleinement ensemble, évoluant au sein d’un groupe industriel intégré et créant ainsi plus de valeur.  www.vivendi.com

 
Avertissement Important

Déclarations prospectives : Le présent communiqué de presse contient des déclarations prospectives relatives à la situation financière, aux résultats des opérations, aux métiers, à la stratégie et aux perspectives de Vivendi. Même si Vivendi estime que ces déclarations prospectives reposent sur des hypothèses raisonnables, elles ne constituent pas des garanties quant à la performance future de la société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, notamment les risques liés à l’obtention de l’accord d’autorités de la concurrence et d’autres autorités réglementaires ainsi que toutes les autres autorisations qui pourraient être requises dans le cadre de certaines opérations et les risques décrits dans les documents déposés par Vivendi auprès de l’Autorité des Marchés Financiers, également disponibles en langue anglaise sur notre site (www.vivendi.com). Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement copie des documents déposés par Vivendi auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (www.amf-france.org) ou directement auprès de Vivendi. Le présent communiqué de presse contient des informations prospectives qui ne peuvent s’apprécier qu’au jour de sa diffusion. Vivendi ne prend aucun engagement de compléter, mettre à jour ou modifier ces déclarations prospectives en raison d’une information nouvelle, d’un évènement futur ou de tout autre raison.

ADR non sponsorisés. Vivendi ne sponsorise pas de programme d’American Depositary Receipt (ADR) concernant ses actions. Tout programme d’ADR existant actuellement est « non sponsorisé » et n’a aucun lien, de quelque nature que ce soit, avec Viv

Advertisements

HAVAS MEDIA GROUP DELIVERS MEANINGFUL MEDIA ENGAGEMENT THROUGH NEW Mx METHODOLOGY

 

Mx_Logo_720x720.pngA desire to respond to complexity and a need to rise above the “how” of data and look at the “why” of human insight lie at the heart of Mx, which stands for Media Experience, a new global operating system from Havas Media Group. Built on a thorough understanding of the consumer and combining a new process with advanced tools, Mx capitalizes upon the most Meaningful Media to build more Meaningful Brandsâ.

 

“The recent past shows media planning and buying as overly fixated on ‘platforms,’ ‘data,’ and ‘ad tech.’ These elements, while vital to success, must remain anchored in those truths that lie deep in the human language of consumers,” said Greg James, Global Chief Strategy Officer at Havas Media Group.

 

Thanks to a decade exploring Meaningful Brandsâ, Havas Media knows that consumers grant brand loyalty only to those companies that relate to their motivations, behaviors, activities, and intent. Mx forges that connection because it focuses on media that matters most to consumers and lives at the crossroads of connection, context, and content.

 

“Brands today face enormous pressure to deliver growth. Mx allows us to drive effectiveness for our clients around the world by building meaningful connections creatively – and at scale,” said Peter Mears, Global CEO of Havas Media Group.

 

In practice, the Mx system creates great media experiences through a four-tiered approach with a series of phases that carry through from client brief to business impact:

 

  1. INTELLIGENCE: Throughout the world, Havas Media deep dives into the cultural context, broad competitive set, a robust understanding of the right consumer, and each brand’s greatest assets to find the right consumer for growth. CONVERGED, Havas Media’s proprietary global identity–based audience planning platform, powers this effort.

 

  1. Mx BRIEF: Havas Media employs this critical new tool, the cornerstone of the Mx process, to improve the clarity, consistency, and creativity of its output, working with brands to build a systematized brief, consistent across its global network.

 

  1. Mx DEVELOPMENT: Havas Media then employs a new set of tools to make better-informed investment decisions by helping identify the right Meaningful Media partners. This new toolkit covers all major touchpoints and includes:
  • The Meaningful Digital Matrix, which uses 20 data points across connection, context, and content to make our digital choices more meaningful and impactful.
  • The Meaningful Rating Point, which factors in attention and loyalty, as well as audience size, to determine optimal television buys.

 

  1. MEASUREMENT: Using CONVERGED, Havas Media generates best-in-class modeling and optimization, with an eye toward innovation to help clients meet their growth targets, as well as greater accuracy in establishing and measuring KPIs.

 

These four phases work across a single Mx system interface to ensure a seamless workflow. A final unique element of Mx worth noting is the unity between Havas Media Group and Havas Creative Group: the INTELLIGENCE phase is powered by the Meaningful Brand Idea, a shared methodology across creative and media campaigns that aligns within Havas Villages.

 

“We have had six years of practice in building successful Villages for integrated approaches to drive meaningful business change for our clients. Mx shines a light on the positive impact that human insights, paired with the appropriate tools, can have on brands,” comments Yannick Bolloré, Chairman & CEO of Havas Group and Chairman of Vivendi.

 

 

 

# # #

 

About Havas Media Group

 

Havas Media Group consists of two global media networks: Havas Media and Arena Media. Our media agencies are home to more than 10,000 specialists and are the most dynamic and advanced in their markets. With offices in 144 countries worldwide, our teams also offer best-in-class services in the fields of programmatic buying, mobile, data consulting, performance marketing, out of home and geolocal, and social media. We believe that more meaningful media can help build more meaningful brands.

For more information, visit havasmedia.com or follow Havas Media on Twitter (@HavasMedia).

 

 

Contact:

Lorella Gessa

Chief Communications Officer, Havas Group

Tél: +33 (0)1 58 47 90 36

lorella.gessa@havas.com

@Lorella_Gessa

 

Yvonne Bond

Chief Network Initiatives and Communications Officer, Havas Group

Tél: +1 646 643 8824

Yvonne.bond@havas.com

@yvonnebondnyc

Havas Group déploie sa nouvelle méthodologie Mx pour Media Experience

Media Expérience (Mx), le nouveau système d’exploitation mondial de Havas Group, repose sur sa connaissance des consommateurs à laquelle le groupe associe un nouveau processus qui permet de déterminer les Meaningful Media, médias les plus significatifs pour construire plus de Meaningful Brands.
«Le passé récent montre que le media planning et l’achat d’espace sont trop focalisés sur les «plateformes», la «data» et «l’adtech». Ces éléments, certes essentiels, doivent cependant rester ancrés dans ces vérités qui restent profondément enfouies dans le langage humain des consommateurs», explique Greg James, Global Chief Strategy Officer de Havas Media Group.
En pratique, le système Mx crée de grandes expériences media avec une approche en quatre niveaux et une série de phases qui vont du briefing du client à l’impact sur l’entreprise.
– Intelligence : Havas étudie en détail l’environnement culturel, dresse la situation générale de la concurrence, fait une analyse approfondie du bon consommateur et des plus grands atouts de chaque marque pour identifier le bon consommateur porteur de croissance grâce à la plateforme Converged
– Mx Brief
– Mx Development : Havas emploie alors un nouvel ensemble d’outils pour identifier les partenaires les plus Meaningful. Cette nouvelle boîte à outils couvre tous les points de contact importants et inclut : la Meaningful Digital Matrix, et le Meaningful Rating Point,
– Mesure
Ces quatre phases opèrent sur une seule interface système Mx pour assurer un flux de travail continu.

Havas Media launches new engagement methodology

Mark Johnson's picture
 

 

The US firm, which has its UK headquarters in London’s King’s Cross area, said it has launched a new methodology called MX to help deliver more meaningful engagement to customers.

source: https://www.prolificlondon.co.uk/marketing-tech-news/digital-news/2019/07/havas-media-launches-new-engagement-methodology

A desire to respond to complexity and a need to rise above the “how” of data and look at the “why” of human insight lie at the heart of Mx, which stands for Media Experience, a new global operating system from the company.

Built on a thorough understanding of the consumer and combining a new process with advanced tools, Mx capitalises upon the most meaningful media to build more meaningful brands.

“The recent past shows media planning and buying as overly fixated on ‘platforms,’ ‘data,’ and ‘ad tech’”, said Greg James, Global Chief Strategy Officer at Havas Media Group.

“These elements, while vital to success, must remain anchored in those truths that lie deep in the human language of consumers.”

The media firm said that, thanks to a decade exploring meaningful brands, it knows that consumers grant brand loyalty only to those companies that relate to their motivations, behaviors, activities, and intent.

Mx forges that connection because it focuses on media that matters most to consumers and lives at the crossroads of connection, context, and content.

“Brands today face enormous pressure to deliver growth. Mx allows us to drive effectiveness for our clients around the world by building meaningful connections creatively – and at scale,” said Peter Mears, Global CEO of Havas Media Group.

In practice, the Mx system aims to create great media experiences through a four-tiered approach with a series of phases that carry through from client brief to business impact:

INTELLIGENCE

Throughout the world, Havas Media deep dives into the cultural context, broad competitive set, a robust understanding of the right consumer, and each brand’s greatest assets to find the right consumer for growth. CONVERGED, Havas Media’s proprietary global identity–based audience planning platform, powers this effort.

Mx BRIEF

Havas Media employs this critical new tool, the cornerstone of the Mx process, to improve the clarity, consistency, and creativity of its output, working with brands to build a systematized brief, consistent across its global network.

Mx DEVELOPMENT

Havas Media then employs a new set of tools to make better-informed investment decisions by helping identify the right Meaningful Media partners. This new toolkit covers all major touchpoints and includes:

  • The Meaningful Digital Matrix, which uses 20 data points across connection, context, and content to make our digital choices more meaningful and impactful.
  • The Meaningful Rating Point, which factors in attention and loyalty, as well as audience size, to determine optimal television buys.

MEASUREMENT

Using CONVERGED, Havas Media generates best-in-class modeling and optimization, with an eye toward innovation to help clients meet their growth targets, as well as greater accuracy in establishing and measuring KPIs.

These four phases work across a single Mx system interface to ensure a seamless workflow, the company said.

A final unique element of Mx that Havas highlighted is the unity between Havas Media Group and Havas Creative Group: the INTELLIGENCE phase is powered by the ‘Meaningful Brand’ Idea, a shared methodology across creative and media campaigns that aligns within Havas Villages.

“We have had six years of practice in building successful Villages for integrated approaches to drive meaningful business change for our clients”, said Yannick Bolloré, Chairman & CEO of Havas Group and Chairman of Vivendi.

“Mx shines a light on the positive impact that human insights, paired with the appropriate tools, can have on brands.”

18 days and 9 modules to reach out to the highest level in digital marketing and communication (Solvay Brussels School)

Discover The Solvay Executive Master in Digital Marketing and Communication at solvay Brussels School of Economics

The programme is aimed at professionals in communication and marketing who want to go deeper into their knowledge in marketing and/or digital communication.

Apply and Brochure: http://exed.solvay.edu/fr/11-program/25-executive-master-in-digital-marketing-and-communication

Screenshot 2019-06-21 13.00.08.png

Screenshot 2019-06-20 17.40.png

Havas déroule son nouveau plan stratégique (Source: MM)

Havas déroule son nouveau plan stratégique

Yannick Bolloré, le CEO de Havas Group a profité de sa présence à Cannes pour annoncer le lancement d’une nouvelle stratégie, axée sur la “meaningful difference” en vue de proposer une différence significative pour les marques, les industries et les personnes.

A partir des résultats de son étude “Meaningful Brands” qui analyse l’évolution des attentes des consommateurs à travers le monde, Havas a conçu cette nouvelle feuille de route pour aider les marques à répondre à la demande croissante de pertinence et de contenus.

source: https://www.mm.be/enews-fr-3165-03fba47f670c709b126d1df267834048-39297?utm_source=emailR&utm_medium=enews%20Media%20Marketing&utm_campaign=FR%203165%20E-News
Le groupe a identifié quatre avantages concurrentiels clés pour assurer le succès de ce nouveau positionnement et maintenir sa position de groupe le plus intégré de l’industrie : une nouvelle méthodologie commune conçue pour donner du sens aux marques et mise en œuvre dans les entités Creative, Media et Health de Havas ; en matière de talents, la stratégie du groupe sera axée sur la poursuite de l’évolution des programmes et les diverses initiatives qui permettent à Havas d’être un “meaningful workingplace” ; le modèle des Havas Villages intégrés continuera à garantir des solutions souples et transparentes aux clients , et enfin la puissance de Vivendi donne à Havas un accès inégalé à des contenus significatifs et continuera d’être l’un des moteurs du groupe.

Yannick Bolloré a encore souligné cette ambition, en insistant sur la poursuite du développement de l’Annexe, le réseau commun de Havas-Vivendi, destiné à aider les marques à s’ouvrir à la culture numérique des millennials. Cette expansion passe par l’acquisition de Battery, une agence basée à Los Angeles, axée sur la culture, et plus précisément sur les jeux vidéo, la télévision, le cinéma et les services de streaming. Cette agence sera renommée Battery Annex et intégrée à The Annex, le réseau de Havas spécialisé dans le culture et le divertissement qui se renforce également avec le lancement d’Annex Bastille.

Yannick Bolloré : « Notre stratégie “Together” a transformé notre groupe et nous a permis de créer plus de 60 Villages dans le monde entier, faisant de nous le groupe le plus intégré du secteur. La solidarité restera au cœur de tout ce que nous faisons, mais le moment est arrivé de nous fixer une nouvelle ambition : faire une différence significative pour les marques, les entreprises et les personnes. L’objectif premier de chacun chez Havas est de créer des marques significatives parce que des marques significatives sont bénéfiques pour les industries et pour le monde dans lequel nous vivons. »

« Notre groupe poursuit sa transformation entamée il y a deux ans », complète Mathias Beke, Chief Client Officer de Havas Media Belgium, en direct du Havas Café à Cannes. « Notre évolution est positivement accueillie par le marché, comme l’attestent les gains récents de Carrefour, BurgerBrands et Lactalis. Cette transformation s’appuie sur les avantages compétitifs du groupe : une méthodologie de travail renforcée autour de ses assets comme l’étude Meaningful Brands, une véritable stratégie des talents – le programme Hire to Fire en étant un des exemples les plus récents en Belgique -, l’offre intégrée Village, qui a déjà séduit des clients pour des demandes créatives ou stratégiques médias, et enfin la puissance de Vivendi qui offre à nos clients l’accès à des contenus magnétiques. Les consommateurs attendent des marques qu’elles fassent la différence dans un monde en recherche de sens. Havas dispose de la meilleure offre intégrée pour y répondre. »

FONS VAN DYCK: « SEULE UNE MARQUE SUR CINQ SURVIVRA » (Source: Gondola)

Est-ce la chance, une simple coïncidence ou le fruit d’un travail acharné? Dans son nouveau livre, ‘De onsterfelijke onderneming’ (‘l’entreprise immortelle’), Fons Van Dyck, l’un des orateurs du Gondola Day qui se tiendra le 16 mai 2019, explique pourquoi certaines entreprises survivent et d’autres non. Et pourquoi la plupart des marques sont aujourd’hui menacées d’extinction.

Source: http://www.gondola.be/fr/interview/fons-van-dyck-seule-une-marque-sur-cinq-survivra

Lorsque IBM a célébré son 100e anniversaire il y a huit ans et que Coca-Cola a fêté ses 125 ans, Fons Van Dyck, stratège en communication et spécialiste du marketing, s’en est émerveillé. Pourquoi ces sociétés ont-elles une si grande longévité, quand tant d’autres comme Saab ou Kodak sont tombées? « C’est une question très simple en soi, mais très peu de recherches ont été menées à ce sujet. Je n’ai trouvé que deux livres sur le sujet, dont l’un vaut vraiment la peine : « Built to last » de Jim Collins, ancien professeur à la Stanford Business School », explique Fons Van Dyck, directeur général de Think BBDO, une société de conseil spécialisée en marketing stratégique et communication.

 

« En quête d’une réponse à cette question, je me suis retrouvé avec le sociologue américain Talcott Parsons, qui, dans les années 1950, a élaboré une théorie qui explique pourquoi les systèmes sociaux – comme les entreprises – survivent. Toute entreprise performante repose sur quatre piliers qui doivent être en équilibre les uns avec les autres, quatre fonctions qui forment ensemble l’acronyme AGIL : s’adapter à l’environnement (adaptation), atteindre ses objectifs (goal attainment), intégrer différents éléments (integration) et enfin chérir son identité, ses valeurs et sa culture (latent pattern maintenance). Les deux premiers poursuivent des objectifs à court terme et principalement sont orientés vers l’extérieur, les deux autres sont orientés vers le long terme et vers l’intérieur. Et vous pouvez voir que beaucoup d’entreprises sont surtout préoccupées par le court terme. »

 

Les entreprises à succès ne le sont pas?

 

Si, mais elles travaillent tant sur le court que sur le long terme. Dans le cadre de ce livre, je me suis adressé à plusieurs capitaines d’industries belges, dont Jef Colruyt, Michel Moortgat et Christian VanThillo (De Persgroep). Ils étaient tous préoccupés par ce qu’il se passe aujourd’hui, et ce qu’il se passera demain. A la fin de la journée, la caisse doit être remplie, et ils disposent de personnes dans leur entreprise qui ne s’occupe que de cela, mais ils regardent aussi plus loin. C’est ainsi que les entreprises devraient fonctionner. Mais un équilibre n’est jamais définitif. Les choses changent constamment: le marché devient plus compétitif, les gens partent, les concurrents inventent de nouvelles choses, la technologie se développe, etc. Ces sociétés s’efforcent donc constamment de maintenir l’équilibre trouvé. Michel Moortgat m’a lui-même dit l’an dernier: « J’aimerais avoir un bouton permettant de figer le temps, parce que, aujourd’hui, tout est parfaitement équilibré. Malheureusement, la vie d’une société ne fonctionne pas de cette façon ». »

Selon vous, les retailers faisant appel à de nombreuses promotions et rabais ne se portent pas bien. Pourquoi?

 

Parce qu’il ne pensent justement qu’à court terme. Si vous souhaitez atteindre vos résultats mensuels ou trimestriel, une promo est le meilleur dopage qui soit. Mais, ce faisant, vous créez un marché pour lequel les consommateurs attendent les soldes. Et pendant le reste de l’année, il ne vous visitent plus… Si vous savez que vous obtiendrez un rabais de 10 à 15% de toute façon, quelle est encore la valeur réelle ? C’est payant à court terme, mais à long terme, c’est avant tout coûteux pour vous-même. Vous subventionnez en particulier vos clients les plus fidèles, ceux qui achètent fidèlement votre marque chaque semaine. En soi, c’est un joli bonus. Mais les nouveaux clients que vous attirez peuvent ne rester que temporairement, et sont déjà à la recherche de la prochaine remise chez votre concurrent direct. C’est peut-être l’un des derniers tabous : les promotions ne sont pas rentables à long terme.

 

 

Cela va encore plus loin. L’avenir des marques est menacé, dites-vous.

 

Les faits sont là. Une étude réalisée par Havas Media, un très grand acteur de la publicité et des médias, a montré que les consommateurs du monde entier ne seraient pas mécontents si 77 % des marques disparaissaient. En d’autres termes, près de quatre marques sur cinq n’ont aucune valeur aux yeux des consommateurs et peuvent être retirées des rayons demain sans que personne ne s’en émeuve.

 

Cette évolution se poursuit depuis le début du siècle : on a assisté à la montée des marques de distributeurs, renforcée par la crise économique, puis du commerce électronique, où il s’agit presque uniquement de prix. Dans ce monde, les marques ont presque complètement disparu. Et s’il y a encore des marques, c’est qu’elles se sont forgées une réputation dans le passé, comme un Pepsi-Cola.

 

C’est un mouvement que l’on observe partout. Regardez la politique. La victoire électorale du populiste de droite Thierry Baudet aux Pays-Bas ne m’a pas surpris du tout. Les leaders du marché ont été durement touchés, l’anti-établissement a pris le dessus. Dans le retail, vous voyez aussi que le pouvoir se déplace vers les distributeurs. Ils connaissent beaucoup mieux le consommateur. Ils y ont accès, ils ont accès aux données. Les détaillants en savent plus sur les clients de la plupart des sociétés FMCG qu’elles-mêmes n’en savent. C’est pourquoi Procter & Gamble développe aujourd’hui une relation directe avec ses clients.

 

Comment les marques peuvent-elles néanmoins tenir le coup ?

 

En innovant. Les distributeurs le font rarement : ils imitent ce qui existe sur le marché. Si vous voulez figurer parmi la marque sur cinq qui a encore de la valeur pour le consommateur, vous devez investir dans l’innovation. C’est historiquement la raison pour laquelle les marques existent. En même temps, vous devez aussi avoir une valeur émotionnelle. Un produit doit avoir une personnalité. Est-il branché, cool, froid ou chaud ?

 

A l’avenir, une ou deux marques domineront le marché.

 

Oui, c’est une théorie de Chris Anderson, curateur à la conférence annuelle TED en Californie. Il explique cette théorie dans son livre The Long Tail. Vous pouvez clairement voir le phénomène dans l’industrie des boissons : vous avez Pepsi Cola et Coca-Cola, ainsi qu’un grand nombre de marques de niche qui créent une valeur ajoutée sur une échelle limitée. Carlos Britto, CEO d’AB Inbev, dit également que : l’époque de LA marque de supermarché est révolue. L’avenir appartient à de nombreuses bières de niche qui offrent de la qualité et qui ont leur propre communauté.

Cette théorie s’applique-t-elle également au retail belge ?

 

Je n’ai pas de boule de cristal, mais dans cette logique, cela se pourrait bien, oui. Vous sentez très bien qu’un combat féroce se joue aujourd’hui. Mais je ne veux pas en dire trop sur le sujet. Je risquerais de me mettre à dos tout le retail belge (rire). Ils pourront toutefois trouver de l’inspiration dans mon livre quant à la direction que cela prend.

Tout au long de votre livre, vous prenez Apple comme exemple.

 

J’ai fait cela parce que beaucoup d’informations sur Apple sont disponibles. Peu d’entreprises sont aussi bien documentées. Pour moi, c’était une opportunité. En outre, Apple est également une entreprise qui a connu des crises profondes, comme dans les années 1980, lorsque le fondateur Steve Jobs a été licencié par le conseil d’administration. L’entreprise allait très mal. Traduit à la théorie de Parsons : ils ont mis un accent unilatéral sur l’atteinte des objectifs financiers. Ça a failli mal tourner. Je suis convaincu que vous pouvez parfois apprendre davantage de vos échecs que de vos succès. Mais Apple a aussi connu des années dorées, celles de l’iPhone et d’iTunes. Le contraste entre ces deux périodes est intéressant. Surtout parce que Steve Jobs a toujours joué un rôle important. Dans la deuxième période, il est devenu plus mature. C’est à cette époque qu’il a dit qu’il fallait partir de l’expérience du consommateur pour développer la technologie.

 

Avec Steve Jobs, Apple avait un leader très charismatique. Mais cela ne veut pas dire qu’il était aussi le leader le plus efficace.

 

Non, c’est un des malentendus que je mentionne dans mon livre. Un leader charismatique autoproclamé fait beaucoup moins de différence que nous ne le pensons. Regardez les résultats : sous la houlette de son successeur Tim Cook, la rentabilité d’Apple a augmenté. Et c’est toujours l’indicateur le plus important pour une entreprise. Steve Jobs se comportait comme un esprit éclairé, mais il était important qu’il soit aussi un penseur systémique. Il voyait Apple comme un tout qui était plus que la somme de ses ensembles. Il l’a comparé aux Beatles : ils n’étaient pas aussi bons individuellement qu’ensemble. Il s’agit de gérer les conflits et les tensions entre les différents éléments de l’organisation pour obtenir quelque chose en plus. D’ailleurs : je suis presque certain qu’Apple lira mon livre. Tout ce qui paraît à leur sujet, ils le lisent.

 

Pendant des années, j’ai travaillé comme chroniqueur pour le journal De Standaard et à cette époque, je n’ai reçu que deux appels téléphoniques d’entreprises qui voulaient me parler de ce que j’avais écrit sur eux. Un appel téléphonique venait d’Apple, l’autre des pères de Westvleteren. “Il y a quelque chose qui nous dérange”, disaient-ils. Très doux, très amical. Et ils ont ajouté que je pouvais toujours appeler à l’avance si je voulais écrire à leur sujet à nouveau. Vous voyez donc qu’Apple et les pères de Westvleteren sont plus proches que vous ne le pensez. Ce n’est pas si fou non plus. Il y a un côté religieux à Apple : ils ont un but social. Ils veulent ajouter de la valeur à nos vies. C’est ce que l’on constate dans toutes les entreprises prospères. Beaucoup de choses ont été écrites à ce sujet au cours de ces dernières années, trop à mon avis, mais c’est un facteur qui est clairement présent.

 

Le livre De Ondersterfelijke Onderneming a été publié par LannnooCampus. Vous êtes curieux d’en apprendre davantage? Inscrivez-vous dès aujourd’hui au Gondola Day, qui se tiendra le 16 mai 2