DISNEY, HAVAS MEDIA AND F.L.A.S.H.(RMB) TO THE TUNE OF “MARY POPPINS RETURNS” WITH LOÏC NOTTET

1e6e0a04d20f50967c64dac2d639a577-1544645984.jpg

 

In connection with the release of the film “Mary Poppins Returns” slated for 19 December, Havas Media and the RMB (through its creative team F.L.A.S.H.) have put in place a unique creation for Disney featuring the talented Belgian performer Loïc Nottet.

The latter made quite an impression on Dancing with the Stars in 2015, in particular because of an unforgettable rendition of the famous song “Supercalifragilisticexpialidocious” taken from the 1964 film Mary Poppins.  It is only natural then to wish to bolster the media campaign for the release of  “Mary Poppins Returns” by The Walt Disney Company with flamboyant content that capitalizes on the performer’s talents in an original clip.

For Ariane Verrier, Content Marketing Manager at The Walt Disney Company, “In terms of results, Havas Média and F.L.A.S.H. have managed to create creative native content in line with the current marketing trends, with a TV and digital campaign as well as short and vertical formats shared through the social media of Loïc Nottet, the film’s ambassador. The cooperation by and between all these parties managed to achieve the standard of quality we expect at Disney.”

It was obvious for the agency that the traditional media presence had to be bolstered for the release of the film: “Mary Poppins brings to mind fond memories for many people, often through singing and dancing. In cooperation with the F.L.A.S.H. team we wanted to mount a different action that would enable a new generation to create its own memories in turn. As our discussion progressed, Loïc Nottet emerged as the clear choice,” Patricia Lo Presti, Account Director, and Claire Bossard, Account Manager, point out.

It is just as important to underscore that the production was led by Mais Gaté, in consultation with Loïc Nottet, Vangarde Music and Disney Belgium, in partnership with Edificio, an event and cultural heritage firm.

 

Facebook : https://www.facebook.com/L0oiicNottet/videos/713413775709075/

Advertisements

DISNEY, HAVAS MEDIA ET F.L.A.S.H.(RMB) SUR UN AIR DU « RETOUR DE MARY POPPINS » AVEC LOIC NOTTET

1e6e0a04d20f50967c64dac2d639a577-1544645984.jpg

Dans le cadre de la sortie du film « Le retour de Mary Poppins » prévue le 19 décembre prochain, Havas Media et la RMB, au travers de son équipe créative F.L.A.S.H., ont mis en place pour Disney une création unique mettant en scène le talentueux artiste belge Loïc Nottet.

Ce dernier a marqué les esprits dans l’émission Danse avec les stars en 2015, notamment grâce à une performance inoubliable sur la célèbre chanson « Supercalifragilisticexpialidocious » tirée du film Mary Poppins de 1964. Quoi de plus normal, lorsque The Walt Disney Company sort le film « Le Retour de Mary Poppins », que de vouloir amplifier la campagne média au travers d’un contenu haut en couleur faisant appel aux qualités artistiques de l’artiste via un clip inédit.

Pour Ariane Verrier, Content Marketing Manager chez The Walt Disney Company, « Au niveau du résultat, Havas Média et F.L.A.S.H. ont réussi à créer du native content créatif répondant aux tendances marketing actuelles, avec une campagne TV et digitale ainsi que des formats courts, verticaux, partagés via les réseaux sociaux de Loic Nottet, ambassadeur du film. La collaboration entre toutes ces parties a respecté le gage de qualité à la hauteur de nos attentes chez Disney »

Côté agence, il est apparu évident qu’il fallait amplifier la présence média classique pour la sortie du film : « Mary Poppins évoque de beaux souvenirs à beaucoup de monde, et ce souvent au travers du chant et de la danse. En collaboration avec la cellule F.L.A.S.H., nous souhaitions mettre en place une action différente qui permette à une nouvelle génération de se créer à son tour ses propres souvenirs. Au fur et à mesure de nos discussions, Loïc Nottet est devenu une évidence», précisent Patricia Lo Presti, Account Director et Claire Bossard, Account Manager.

Il est aussi important de souligner que la production a été menée par Mais Gaté, en concertation avec Loic Nottet, Vangarde Music et Disney Belgique, en partenariat avec Edificio, société évènementielle et culturelle à caractère patrimonial.

Facebook : https://www.facebook.com/L0oiicNottet/videos/713413775709075/

Havas Media Belgium se renforce – 13 nouveaux Talents en 6 mois : expérience et jeunesse, une formule gagnante !

NewTalents_Août2018.jpg

En plus de la mise-sur-pied d’un programme d’éducation intensif, Havas Media a également recruté de nombreux talents, qui renforcent aujourd’hui l’ensemble des entités de l’agence.

En début d’année, on enregistrait déjà l’arrivée d’éléments expérimentés tels que Marc Dewulf (ex-Dentsu Aegis) COO assurant la direction de l’ensemble des expertises ; Ruben Ceuppens (ex Social Lab) Head of Socialyse ; et Arnaud Destrée (ex-GroupM) Head of Programmatic.

Depuis mai, pas moins de 10 nouveaux talents ont rejoint l’agence !
Patricia Lo Presti (ex-UM) à l’équipe Commerciale (Conseil) en tant qu’Account Director, tout comme Maurine Piette (ex-MediaCom) comme Account Manager, et Josiane Uwimana en tant qu’Account Executive.

 

Caroline Grangé (ex-IPM) a pris la tête du Publishing (Presse et Digital), accompagnée par Aurélie Renquet (ex-IPM) et de Séfana Zoufir, respectivement Publishing Account Manager et Publishing Account Executive.

 

Sandra Ruiz-Pelaez (ex-Havas Media Barcelona, ex-OMD España) est venue apporter son expérience internationale en tant que Performance Expert.
Gaetan Ickx – PhD en sciences biomédicales à l’UCL (CSA, Data Analyst), Céline Denoiseux (Broadcast, Account Executive) et Julien Droulans (Operations Coordinator) sont venus finaliser les recrutements de ces huit premiers mois.
Hugues Rey, CEO Havas Media Group: “Nous évoluons dans un environnement serein depuis de nombreux mois, qui se traduit par des recrutements optimisés; nous investissons davantage dans la recherche et la formation des profils adéquats, qui apportent une réelle plus-value à l’organisation. Nous sommes heureux de pouvoir accueillir des talents d’horizons divers qui viennent enrichir les équipes de leur expérience nos équipes”

Vivendi’s innovative vision for mobile TV (Source: Business Insider)

French conglomerate Vivendi hopes to usher in the next era in digital video via a Netflix-like app built specifically for mobile. The service, dubbed Studio+, debuted in Latin America last year, and features International Emmy-nominated short-form episodic content that can be accessed in full with a $4 monthly subscription.
Source: http://www.businessinsider.fr/us/vivendis-innovative-vision-for-mobile-tv-2017-12/?utm_content=bufferbd16c&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer
streaming video in public
BI Intelligence

With Studio+, Vivendi aims to seize a sizeable portion of video’s next major battleground — mobile. As time spent with traditional linear TV wanes, and incumbents (chiefly Netflix) continue to dominate long-form digital video, mobile is emerging as the next frontier. Following the trend, media companies, large and small, are pouring resources into developing a mobile video strategy.

  • Studio+ is subscription-based, contrary to most efforts in mobile video which aim at ad dollars. Unlike the majority of moves in mobile video, such as Snapchat Shows and Facebook Watch content, Studio+’s business model is based purely on subscriptions — a largely untested model in the space. Although services like Netflix and HBO can be accessed on mobile, mobile-only variants of subscription video on-demand (SVOD) are non-existent, with the exception of Studio+.
  • Like Netflix, Studio+ seeks to take short-form mobile SVOD mainstream, but with a significant twist. Dominique Delport, chairman of Vivendi content, explained that Studio+ targets the modern “content connoisseur” — someone who is deliberate about the shows they watch and not fully satisfied with the typical slate of digital and social video. This audience, in Studio+’s mind, would revel in high-quality, short-form episodic programming.
  • The app features scripted shows that look and feel like TV programs, but are optimized for mobile. These shows follow an innovative 10×10 format: One season consists of 10 episodes, with each episode lasting a maximum of 10 minutes. A season costs $1 million to produce ($100,000 per episode), and takes a year to develop in full and launch in the app, making Studio+ shows pricier than ordinary digital video to develop, yet much more time- and cost-efficient than TV programs.

Studio+ leans on partnerships with telecoms around the world to distribute its content and grow its audience. The app launched in Brazil in 2016 via Vivo, the country’s largest mobile operator, before arriving in France via Orange and Bouygues Telecom, and Italy via Telecom Italia. Meanwhile, the US version of the app launched in early November. Delport, in conversation with BI Intelligence, said a deal has already been reached with one of the Big Four US telecoms and Studio+ is in ongoing discussions with another two. Thanks to this strategy, Studio+ has grown to more than 5 million paying subscribers globally.

The app taps into synergies across the Vivendi network, namely Canal+, Universal Music Group (UMG), and Havas. Studio+ shows are produced with the help of Canal+, a leading European film and TV producer and distributor, and UMG, the world’s largest record company. Delport also described how Studio+ can be offered to Havas’s advertising clients for branded content opportunities, citing “Farmed and Dangerous,” an original comedy series by Chipotle, as an example of the kind of work he envisages.

The emphasis on high-end scripted shows structured in a 10×10 format and delivered in a mobile-only app makes Studio+ unique. At its core, the product is a bet that consumer behavior is shifting towards watching and paying for high-quality video on mobile, and that people’s preferences for mobile video are maturing beyond short-form, bite-sized content. If Studio+ goes to plan, Delport, and Vivendi, could have the Netflix of the mobile era on their hands.

 

Pourquoi le GPPR est une chance (Source: Les Echos.fr / Arnaud Schmite)

Source: Pourquoi le RGPD est une chance

LE CERCLE/POINT DE VUE – L’économie numérique ne peut prospérer que sur la confiance des utilisateurs et des consommateurs. Une remise à plat des règles du jeu est nécessaire. Le RGPD va dans ce sens.

Le secteur de la communication croule sous les réglementations, c’est un fait. Si cette inclination réglementaire des pouvoirs publics est souvent décriée par des acteurs qui y préfèrent le concept d’auto-régulation, il nous revient de ne pas nous tromper de combat !

Le nouveau Réglement général sur la protection des données (RGPD ou GDPR anglais), qui sera applicable le 25 mai 2018, est une chance. Pour mémoire : il vise à harmoniser et renforcer les droits de protection des données personnelles. Ce texte intervient dans un contexte économique et réglementaire particulier qui a parfois laissé le champ à l’installation de pratiques qui ont impacté la confiance dans l’économie numérique. Une remise à plat des règles du jeu s’avère plus que jamais nécessaire.

Des données sensibles à protéger

L’hyper connectivité de nos sociétés a accéléré la production en masse de données. En 2017, le média internet dépassera la télévision en France. En moyenne, les Français passeront 4 heures par jour sur Internet, et cela laisse des traces. Traces de différentes natures.

Certaines permettent une identification directe, à l’instar du nom, du prénom, ou encore de l’adresse courriel ou postale. D’autres via les «ID devices» participent à identifier nos centres d’intérêt ou encore le dernier achat réalisé en ligne par exemple voire, elles peuvent, à l’aide d’algorithmes de plus en plus performants, prévoir nos futurs comportements.

Ces données à caractère personnel sont au coeur de l’écosystème numérique, avec un enjeu de taille, celui de leur monétisation. L’exercice impose de se poser, avec pragmatisme et responsabilité, la question de leurs conditions de recueil et d’exploitation. Cette économie ne peut prospérer que sur la confiance des utilisateurs et consommateurs.

Urgence d’agir

Le contexte semble pourtant, à l’heure actuelle, d’abord générateur de défiance : des études chiffrent à 80 % la part de Français, et même 88 % des internautes américains, craignant un vol ou un détournement de leurs données. Certains exemples – retentissants – leur donnent raison. En 2013, Yahoo ne s’était-il pas fait dérober pas moins de un milliard de comptes utilisateurs (nom, prénom, mot de passe) ?

Quand, il y a seulement quelques mois, une cyberattaque affectait des dizaines de milliers d’ordinateurs dans une centaine de pays, et n’épargnait au passage ni un grand constructeur automobile français, ni le système de santé anglais, ni le ministère de l’Intérieur en Russie.

Si l’on ajoute à cela l’affaire Snowden, qui révéla, notamment, l’espionnage en masse des citoyens américains… autant dire qu’il y a urgence ! Les conséquences sont absolument désastreuses. Et ce, évidemment, en termes de réputation, mais également et indéniablement d’un point de vue économique, financier et sécuritaire.

Un même texte pour toute l’UE

Les textes antérieurs au RGPD avaient, certes, le mérite d’exister, mais présentaient d’importantes lacunes. La fragmentation des textes dans chaque État bloquait l’usage de règles unifiées et sécurisées par les acteurs. Ces mêmes textes étaient, par ailleurs, fondamentalement tournés vers la responsabilité du détenteur de la donnée, occultant un principe fondamental à cette économie : l’échange de données entre différents acteurs.

Il est grand temps que ces règles intègrent plus les droits fondamentaux des internautes et des citoyens, ainsi que des règles de sécurité adaptées en fonction des risques encourus. Mais aussi qu’elles cultivent un principe de responsabilité partagée pour l’ensemble des acteurs, et qu’elles appliquent concrètement des contraintes financières suffisamment dissuasives pour inciter à leur bonne application.

Le challenge est de taille, et il est d’abord vital. Sans vigilance de notre part, et si nous n’oeuvrons pas au rétablissement d’un cercle vertueux qui placerait la confiance au centre de nos préoccupations et objectifs, nous prendrons collectivement de graves risques qui impacteront irrémédiablement la pérennité de ce marché.

Arnaud Schmite est secrétaire général du pôle média d’Havas Group

Pour aller plus loin :
> RGPD : entreprises, ce qui vous attend
> GDPR : 5 changements majeurs pour les entreprises

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-173867-le-rgpd-est-une-chance-saisissons-la-2115436.php#Syteb5GxAxHv8ukR.99

Discover the Solvay Executive Master in Digital Marketing. Join us on 21st of June !

Become a marketing and communication strategist that is ready to take on the future.

We all operate in a more complex, uncertain and unstable world and find ourselves facing new realities but also major technological advances that demand new approaches in business models. This programme will change how we conceive of our business areas, our markets, … Today it is vital that we are equipped/armed and ready to act (and provide support) on these changes we are experiencing now and on those in the future.

In today’s fast-paced world, determining which traditional marketing and communication tools are still relevant and which new tools can be deployed is vital to any company in any industry. This is the only marketing and communication programme that combines traditional practices and new digital channels, creating a new, integrated marketing and communications landscape in which both the traditional and novel aspects of this sector intertwine seamlessly.

The next information session will take place on Wednesday, June 21st 2017 at 7:00 pm (welcome as from 6:30 pm on). Registration … here