Innovid And Cisco Pull Keywords From The Show You’re Watching To Target Second-Screen Ads | TechCrunch

Innovid And Cisco Pull Keywords From The Show You’re Watching To Target Second-Screen Ads | TechCrunch.

Sequoia-backed video ad companyInnovid is announcing that it’s working with Cisco to bring a new kind of ad targeting to second-screen apps (specifically, the smartphone and tablet apps of cable providers).

The idea is to target those ads based on what you’re watching — not just based on the show, but what’s actually being discussed on-screen at that moment. To do that, Cisco works with the cable operator to analyze the TV content in real time, identify relevant keywords in that content (as well as the context of those keywords), and then serve ads targeted at that those keywords.

For example, the companies say that if you’re watching a talk show and the host starts talking about tablets, they can serve you a tablet-related ad. Or if you’re watching a commercial for a tablet, the app might actually bring up a page where you can learn more and order the device in question.

Delivering these kinds of ads may become more important as second-screen activity increases, because if you’re fiddling with your phone or your tablet while you’re watching TV, you’re probably not paying much attention to traditional commercials.

Other experiments in this area include Shazam’s ability to identify TV ads and deliver related content. The problem with these early efforts, argued Innovid co-founder and CTO Tal Chalozin, is that the individual apps in question don’t have the broad reach that TV advertisers are looking for, and advertisers are expected to create many different ads to accommodate different formats.

With Innovid and Cisco’s approach of working with cable operators, on the other hand, Chalozin said advertisers can run large-scale campaigns. Even if someone doesn’t have, say, the Comcast or Time Warner app open, it could still send them a push notification about an exclusive offer or exclusive content. (To be clear, the companies aren’t announcing any partners yet, so Cisco and Time Warner are just examples of the types of apps that might be involved.)

Plus, working with the cable companies means that you don’t have to manually “check in” to the show for the app to know what you’re watching. And Chalozin said that with Innovid’s tools, a single ad will work across multiple apps and devices.

Innovid_2

The companies are showing the technology at the Consumer Electronics Show this week, and Chalozin gave me a quick demo before the conference. Basically, he brought talk show footage up on his screen, and as it played, a different keyword was being identified every few seconds. Once in a while one of those keywords would be highlighted, signaling that an advertiser is targeting that keyword.

I’m guessing that speed will be an important factor here — if an ad comes up right when a related topic is being discussed, it might feel relevant, but if it comes up a minute ortwo later, it’s probably confusing or weird. Chalozin agreed, and he noted that Cisco’s technology only takes about two seconds to generate keywords, though he admitted, “Clearly that needs to be tested at full scale.”

As I noted above, the companies are only demonstrating the technology this week, not announcing partners or availability, but Chalozin said, “The intention is to launch it at the end of the first half of the year or the beginning of Q3.”

Where Is Social TV Heading in 2014? | DigitalNext: A Blog on Emerging Media and Technology – Advertising Age

Where Is Social TV Heading in 2014? | DigitalNext: A Blog on Emerging Media and Technology – Advertising Age.

Expect More Investment in Second Screen and New Performance Indicators

As we wrap up 2013, it looks like social TV is being pushed to its tipping point. Not only are we starting to find hard evidence proving the powerful return on investment of second-screen and social TV, we’re seeing real-time insights into what viewers are actually watching. Let’s take a quick look back at some key moments in 2013 and see if we can divine what 2014 will have in store.

Prediction 1: Big boys grabbing all the toys. Throughout 2013, we’ve had flurries of mergers, acquisitions and partnerships in social TV. Over the last few weeks, it’s become a blizzard. With increased validation by multichannel video programming distributors, the market is finally showing signs of maturation.

GetGlue was acquired by i.TV in November. Then i.TV, whose platform enables content discovery forAOL, Huffington Post and Entertainment Weekly, received funding from DirecTV earlier this month.

Other TV resource apps are wooing users — and video programming distributors — through cooperation. Individually, the apps offer cool features, but when bundled, they become game-changers like NextGuide, which offers engaging second-screen mashups, data and utility. NextGuide is working with companies including DirecTV, Dish, Comcast and Fox.

As the cable and satellite companies try to woo back the cord-cutters — people who used to subscribe to a multichannel service like Time Warner Cable or AT&T but now watch shows and movies online or through services like Apple TV and Netflix — we’ll see major players continue with increased investment in and adoption of second-screen technologies in 2014. With that, consumers will have more access to great content and utility across all screens as the living room becomes a unified-screen experience. New tablets bundled into a premium-cable package upgrade or cable-subscription sign-up will be the norm.

Prediction 2: Big insight leads to big action. The biggest news this month has been Apple’s acquisition of Topsy, immediately followed by DataSift’s $42-million funding announcement. Both companies, social-analytics firms, collect and analyze thousands of pieces of social content every minute. While Apple’s plans for Topsy are unclear, there’s no denying the invaluable proof that social analytics can provide

In 2014, Big Data will lead to Big Insights and Big Action. We’ll see new benchmarks and key performance indicators emerge. Expect to see a cost per touchpoint/tune-in, or CPT, a flexible metric that will measure physical engagement on touch screens. We will finally find a metric that proves both digital and social activity attribution and direct causation to tune-in. With powerhouse Comcast teaming with Twitter to roll out See It, a Comcast platform that connects Twitter conversations and promotions around content to the actual viewership of TV shows, movies and sports, we can see the CPT right around the corner.

Prediction 3: Power to the people. We will start to see content influenced by real-time social data and insights, which condense the research process into minutes, not weeks. We’ve seen the beginnings of this already with fan- voted endings and live audience voting.

Prediction 4: Agencies change the channel to transmedia strategy. For me, the union of Big Data with media strategy means that instead of just buying on-air ads, agencies will make more strategic buys, focusing on a balance of mass reach and networks with the most energized fans or the largest social footprint. The movement from strategic to adaptive marketing will create real-time campaigns that are relevant to consumers on a minute-by-minute basis.

Prediction 5. Second screen becomes almost second nature. When Dora the Explorer asks a question and pauses for an awkward four seconds, instead of yelling at the TV, children now are grabbing a tablet and answering the question. If you have young children, as I do, the targeted Facebook ads for Disney Junior “Appisodes” are ubiquitous.

These second-screen watch-along Appisodes aren’t just fun and engaging, they’re educational. Providing young children with a platform to touch, answer and engage with their shows, Dora and Boots can help teach your child how to count and spell, while you can track their progress on these apps. In 2014, this market will explode, funded by millennial digitally-native parents with infants and toddlers.

 

ABOUT THE AUTHOR
Jesse Redniss is chief strategy officer at Mass Relevance.

By 2020, Social TV will be an $8-$12 billion business.

By 2020, Social TV will be an $8-$12 billion business.

The term “second screen” refers to the use of smartphones, tablets, and PCs in conjunction with a main entertainment medium. The earliest concept of a second screen — watching TV on one screen while accessing additional info on another — isn’t new. What’s different today are the apps and programs that meaningfully link mobile devices with the big screen.

That’s where broadcasters and marketers are interested in placing content. By 2020, iMedia Connection predicts that Social TV will be an $8-$12 billion [≈ cost of 2005 Hurricane Rita] business. The challenge they have, as described by Social@Ogilvy, is a “balancing act taking place between engagement, distraction, and purchasing behavior.”

No longer are we fully immersed in what we’re watching; we’re supplementing the experience with search engine queries for odd facts about what we’re watching, then updating others about it. A recent Search Engine Watch study with Topsy showed that people using second screens for social media while watching live TV are:

Willing to engage in public Twitter conversations with brands.
Interested in links shared on the show hashtags.
Starting new public conversations based on the show, using their own hashtags.
Ready to check into a show on GetGlue.
Proud to be featured in the show.

Evaluation of the 2013 sept new programs grids based on the traditional TV ratings as well as the social buzz (Havas Media Match Study)

  1.   The channels marketshares (based on TV ratings) are stable in Sept 2013 vs Sept 2012.

  2. The Top10 (TV ratings) in the North is exclusively composed of Flemish productions.

  3.  The Top10 (TV ratings) in the South is composed of 80% of RTL-Tvi programs and by 40% of local productions.

  4. The cycling competition is a real Buzz program (Twitter & FB mentions) in the North & in the South. Also the show duration was a-typical.

  5. Next to the cycling competition, the shows that buzzed the most are local productions in the North.

  6. There is no coherence (at all in the South) – so far and on the analysed period – between Top 10 shows comparing TV ratings and Social Buzz.

  7. There is no coherence – so far and on the analysed period – in terms of channels marketshares comparing TV ratings and Social Buzz. 

  • Havas Media Belgique et Tevizz poursuivront ces analyses bimensuelles jusqu’à la fin de l’année pour dégager des tendances affinées relatives au paysage audiovisuel belge, en pleine mutation depuis l’émergence des réseaux sociaux et du second screen.

    Hugues Rey, CEO Havas Media Brussels : « Cette étude illustre l’intégration permanente de notre offre Paid.Owned.Earned Media convergeant avec la phase intensive de digitalisation de nos opérations. Elle est aujourd’hui soutenue et renforcée par notre approche « Big Data », robuste et innovante. Cette démarche nous permet d’identifier les synergies entre la large palette des canaux de communications que nous préconisons à nos clients et d’avoir une influence directe sur leur Return On Investment. Ces gains substantiels sont le point de départ et les objectifs de toutes nos réflexions et réalisations. ».

     

     

Havas Media – Septembre 2013, une rentrée TV très sociale. Découvrez l’impact social de plus de 70 émissions TV !

Havas Media Brussels et TEVIZZ ont associé leurs forces pour analyser la rentrée TV sous un angle combiné des audiences TV et des interactions sur les réseaux sociaux.

Les premiers résultats des analyses, menées sur 74 émissions dans le Nord et le Sud, nous montrent un paysage disparate.

Du 9 au 22 septembre, les trois émissions qui ont généré le plus d’activité sur les réseaux sociaux dans le Nord sont So you think you can dance (4.6k messages), De zevende dag (0.9k messages) et Het Lichaam van Coppens (0.5k messages) ; et dans le Sud sont le match UEFA Benfica-Anderlecht (5.3k messages), Belgium’s Got Talent épisode 00 (3.4k messages) et Questions à la Une (0.6k messages).

Si le football européen avec une équipe belge à l’affiche (Benfica-Anderlecht) et les candidate shows (Belgium’s Got Talent, So you think you can dance) génèrent toujours une forte activité sur les réseaux sociaux, on notera l’excellente rentrée du programme flamand Het lichaam van Coppens avec non seulement une forte audience TV auprès des 15-54 mais aussi une communauté qui atteint aujourd’hui plus de 25.000 fans sur Facebook dont 18.000 acquis sur la période analysée. De plus, le programme enregistre le meilleur taux de mentions positives (36%) et un très faible taux de mentions négatives (4%) … à suivre donc !

Les programmes du type magazine et actualités (Questions à la Une, De zevende dag) génèrent également une bonne activité sur les réseaux sociaux malgré des audiences TV sensiblement plus faibles. On observe par ailleurs que ces émissions entraînent des réactions nettement plus négatives (respectivement 54% et 38%) que les candidate shows ou le sport. Ces chiffres s’expliquent par les sujets traités (confiance dans les banques, entreprises publiques, …), et non par la perception de l’émission par les socionautes.

Enfin, de façon globale sur ces deux top 3, ce sont les hommes qui réagissent le plus sur les réseaux sociaux au Sud alors qu’au Nord les femmes sont particulièrement réactives sur les émissions So you think you can dance et Het lichaam van Coppens avec respectivement 82% et 77% des profils actifs.

Havas Media Belgique et Tevizz poursuivront ces analyses bimensuelles jusqu’à la fin de l’année pour dégager des tendances affinées relatives au paysage audiovisuel belge, en pleine mutation depuis l’émergence des réseaux sociaux et du second screen.

Hugues Rey, CEO Havas Media Brussels : « Cette étude illustre l’intégration permanente de notre offre Paid.Owned.Earned Media convergeant avec la phase intensive de digitalisation de nos opérations. Elle est aujourd’hui soutenue et renforcée par notre approche « Big Data », robuste et innovante. Cette démarche nous permet d’identifier les synergies entre la large palette des canaux de communications que nous préconisons à nos clients et d’avoir une influence directe sur leur Return On Investment. Ces gains substantiels sont le point de départ et les objectifs de toutes nos réflexions et réalisations. ».

A propos de Havas Media http://www.havasmedia.com
Havas Media est la division média du Groupe Havas. Havas Media est présent dans 126 pays avec 5600 collaborateurs. Havas Media Brussels compte 60 collaborateurs couvrant tous les aspects de l’utilisation des médias dans les actions publicitaires. La division Social Media d’Havas est forte aujourd’hui de 12 talents.

Contact Havas Media Brussels:
Hugues Rey, Chief Executive Officer
Tel: +32 2 349 15 60 –  hugues.rey@havasmedia.com
Rue du Trône 60/bte 5 – 1050 Bruxelles

Havas Media – Septembre 2013, une rentrée TV très sociale

Havas Media - Septembre 2013, une rentrée TV très sociale

Havas Media Brussels et TEVIZZ ont associé leurs forces pour analyser la rentrée TV sous un angle combiné des audiences TV et des interactions sur les réseaux sociaux.

Les premiers résultats des analyses, menées sur 74 émissions dans le Nord et le Sud, nous montrent un paysage disparate.

Du 9 au 22 septembre, les trois émissions qui ont généré le plus d’activité sur les réseaux sociaux dans le Nord sont So you think you can dance (4.6k messages), De zevende dag (0.9k messages) et Het Lichaam van Coppens (0.5k messages) ; et dans le Sud sont le match UEFA Benfica-Anderlecht (5.3k messages), Belgium’s Got Talent épisode 00 (3.4k messages) et Questions à la Une (0.6k messages).

Si le football européen avec une équipe belge à l’affiche (Benfica-Anderlecht) et les candidate shows (Belgium’s Got Talent, So you think you can dance) génèrent toujours une forte activité sur les réseaux sociaux, on notera l’excellente rentrée du programme flamand Het lichaam van Coppens avec non seulement une forte audience TV auprès des 15-54 mais aussi une communauté qui atteint aujourd’hui plus de 25.000 fans sur Facebook dont 18.000 acquis sur la période analysée. De plus, le programme enregistre le meilleur taux de mentions positives (36%) et un très faible taux de mentions négatives (4%) … à suivre donc !

Les programmes du type magazine et actualités (Questions à la Une, De zevende dag) génèrent également une bonne activité sur les réseaux sociaux malgré des audiences TV sensiblement plus faibles. On observe par ailleurs que ces émissions entraînent des réactions nettement plus négatives (respectivement 54% et 38%) que les candidate shows ou le sport. Ces chiffres s’expliquent par les sujets traités (confiance dans les banques, entreprises publiques, …), et non par la perception de l’émission par les socionautes.

Enfin, de façon globale sur ces deux top 3, ce sont les hommes qui réagissent le plus sur les réseaux sociaux au Sud alors qu’au Nord les femmes sont particulièrement réactives sur les émissions So you think you can dance et Het lichaam van Coppens avec respectivement 82% et 77% des profils actifs.

Havas Media Belgique et Tevizz poursuivront ces analyses bimensuelles jusqu’à la fin de l’année pour dégager des tendances affinées relatives au paysage audiovisuel belge, en pleine mutation depuis l’émergence des réseaux sociaux et du second screen.

Hugues Rey, CEO Havas Media Brussels : « Cette étude illustre l’intégration permanente de notre offre Paid.Owned.Earned Media convergeant avec la phase intensive de digitalisation de nos opérations. Elle est aujourd’hui soutenue et renforcée par notre approche « Big Data », robuste et innovante. Cette démarche nous permet d’identifier les synergies entre la large palette des canaux de communications que nous préconisons à nos clients et d’avoir une influence directe sur leur Return On Investment. Ces gains substantiels sont le point de départ et les objectifs de toutes nos réflexions et réalisations. ».

A propos de Havas Media http://www.havasmedia.com
Havas Media est la division média du Groupe Havas. Havas Media est présent dans 126 pays avec 5600 collaborateurs. Havas Media Brussels compte 60 collaborateurs couvrant tous les aspects de l’utilisation des médias dans les actions publicitaires. La division Social Media d’Havas est forte aujourd’hui de 12 talents.

Contact Havas Media Brussels:
Hugues Rey, Chief Executive Officer
Tel: +32 2 349 15 60 – hugues.rey@havasmedia.com
Rue du Trône 60/bte 5 – 1050 Bruxelles

Annonceurs et 2nd écran : renouveau de la pub TV | Meta-media | La révolution de l’information

Annonceurs et 2nd écran : renouveau de la pub TV | Meta-media | La révolution de l’information.

 

Par Barbara Chazelle, directions stratégie et prospective, France Télévisions

L’agence digitale Novedia a présenté chez Microsoft il y a quelques jours des pistes pour les annonceurs qui voudraient se lancer sur le 2nd écran.

1 Transformer la distraction en attention. Mieux, en engagement  

Si la consommation télévisuelle reste la 3ème activité principale dans le monde développé (après dormir et manger), elle n’en est pas moins de plus en plus fragmentée. Désormais 77% des internautes utilisent un second écran simultanément à la télévision, pour combler leur ennui ou leur besoin de « connexion permanente ».  

Les réseaux sociaux en sont les bénéficiaires privilégiés : les pages Facebook des principales chaînes françaises ont augmenté de 87% leur nombre de fans entre 2012 et 2013, et les 1,8 million de tweets pendant les NRJ Music Awards 2013 prouvent que le phénomène n’intéresse pas que les geeks parisiens.

Mais les résultats des annonceurs sont moroses : le taux de clic sur le display est passé de 9% en 2000 à 0,2% en 2012, 85% des internautes zappent le pre-roll sur les vidéos et seulement 15% des français trouvent que la publicité est aujourd’hui bien intégrée à Internet. Les coupures pub deviennent l’occasion de faire un « twitter break », comme le montre le graph ci-dessous.

tweet break

L’enjeu pour les annonceurs est de transformer cette distraction en attention, voire en engagement pour continuer à toucher des consommateurs.

Les espoirs se portent naturellement sur le mobile qui selon les estimations verra ses recettes publicitaires augmenter de 65% fin 2013[1].

1616051-omg-prevoit-une-une-hausse-de-65-du-marche-de-la-publicite-sur-mobile  

2 Quatre stratégies pour les annonceurs

  • Quelle stratégie adopter pour apporter une vraie valeur ajoutée à une campagne ?
  • Miser sur la complémentarité avec un programme ou avec le spot télévisuel ?
  • Opter pour le « brand content » (contenu sponsorisé) ou la « brand experience » ?

Novedia a dégagé quatre modèles qui permettent d’aborder l’interactivité avec le consommateur.

croix2

La synchronisation incitative, axée sur le brand content, récompense le téléspectateur qui regarde un spot à la télévision. La marque de gâteau Weetabix offrait par exemple des produits aux consommateurs qui prenaient en photo leur spot TV.

weetabix

Grâce à la “gamification” en temps réel, une marque peut impliquer le téléspectateur via des jeux ou des quizz, à l’instar de Honda qui proposait au public de jouer et d’attraper les personnages de son spot TV grâce à une application dédiée.

L’évènement sponsorisé donne accès à du contenu complémentaire, des exclusivités, des secrets de tournage… On citera pour l’exemple, l’initiative de Canal+ et Lancôme qui s’étaient associés pour développer une web app lors de la 37e édition des Césars, qui permettaient, en plus de fonctionnalités sociales et de sondages de revoir les meilleurs moments en vidéo dès la fin de la cérémonie. L’application a comptabilité 2 millions de vidéos vues et plus de 450 000 visiteurs uniques.

Césars-Canal-+

L’expérience immersive permet d’immerger le spectateur dans l’univers de la marque grâce à des jeux ou du contenu enrichi. Heineken, dont l’univers est mêlé à celui du football, a développé en partenariat avec l’UEFA, une application au couleur de sa marque.

heineken

3 les bonnes pratiques

Quelque soit la stratégie adoptée, les annonceurs doivent miser sur :

  • La simplicité : l’ergonomie et la navigation doivent être simple d’utilisation et d’accès et les fonctionnalités intuitives.
  • La pertinence par rapport au programme et à la cible. Il faut faire évoluer la logique GPR[2] à spectre large des pubs TV à une logique de CPA[3] ou CPC[4] qui valorise les contacts effectifs sur une cible.
  • L’originalité et l’interactivité : le 2e écran est propice au développement de campagnes créatives qui peuvent apporter une vraie valeur ajoutée à la publicité et à l’image de la marque. Autant que ce peut, le service sera gratifiant pour l’utilisateur.
  • La cohérence avec les valeurs de la marque.
  • L’intégration dans une stratégie globale de communication en pariant sur la complémentarité des supports.

4 Un modèle économique en construction

schéma business model

Il est encore difficile de parler de business model pour le second écran, investir sur ce support permet de :

  • développer son audience par publicité
  • valoriser son image de marque : la combinaison de la TV et du 2 écran permettrait d’augmenter de 69% la notoriété de l’annonceur et de 72% l’intention d’achat des internautes.
  • acquérir des données sur ses clients et ainsi avoir des retours qui coûtent aujourd’hui chers en études consommateurs. L’exploitation de ces données permettra aussi d’affiner son ciblage.
  • se positionner sur le M-commerce (mobile) voire le T-commerce (télévision) : 29% des détenteurs de tablettes ont déjà réalisé des achats depuis leur terminal et on estime à 2,9 milliards d’euros le CA du M-commerce en France en 2012. Le support mobile est propice à l’achat impulsif.

Le Guardian est aussi revenu cette semaine sur ce potentiel encore largement inexploité du second écran.