Médias : des cloisons ? Quelles cloisons ? | Le Cercle Les Echos

Médias : des cloisons ? Quelles cloisons ? | Le Cercle Les Echos.

 

LE CERCLE. Les frontières historiques entre les grandes catégories de médias d’actualité sont en train de s’évanouir. La presse quotidienne et les newsmagazines intègrent sur leurs supports numériques photos, sons et vidéos, basculent vers le bi-média, culbutent vers le reverse-publishing.

 

 

Les médias audiovisuels, télé et radio, organisent leurs plateformes d’information numériques comme s’ils étaient des pure-players, et se déclinent d’ailleurs parfois en produits papier. Les rédactions s’organisent pour traiter les contenus, dès l’origine, en flux multicanal.

Nécessité faisant loi, puisqu’il faut monétiser son contenu en l’absence de revenus publicitaires suffisants, les modèles d’affaires commencent, après divers tâtonnements et expériences, à se ressembler entre eux.

Toutes les catégories de médias proposent de l’homothétique (qui s’appelle, selon le cas PDF, podcast, ou catch-up), de l’enrichi, de l’application. Et des produits dérivés, pour générer des VU, de l’e-commerce, et des bases de données comportementales d’usagers.

Lequel usager ne s’appelle plus lecteur, ni spectateur, ni auditeur, ni internaute, ni mobinaute. Mais tout cela à la fois, avec des pratiques de zappeur hyperconsommateur multisupport, quand ce n’est pas multitanker, jonglant joyeusement entre tablettes et ordinateurs, smartphones et autres écrans connectés.

Ce mouvement entraînera dans son sillage une partie des autres médias, qui ne sont ni médias d’information générale ni médias généralistes : périodiques de loisirs, chaînes thématiques, sites communautaires ou ciblés…

Un média ne remplace pas les précédents, mais tous les médias, quel que soit leur ADN d’origine, papier ou radio, télévision ou web, convergent désormais vers la même chose (laquelle “chose”, en devenir, reste à définir, mais ceci est une autre question).

Ainsi, progressivement, mais rapidement, les cloisons entre les différents médias deviennent poreuses et s’estompent, sans doute pour disparaître à échéance plus ou moins lointaine. Projetons-nous dans quelques années, une fois cette convergence bien avancée.

Y aura-t-il un sens à distinguer des taux de TVA différents ? À distinguer des catégories de presses éligibles à des subventions ou allègements ? À distinguer des catégories de médias pour les lois anti-concentration ? À distinguer des catégories spécifiques, pour Médiamétrie ou l’OJD ?

Voire à distinguer les médias des autres activités commerciales, lorsqu’une fraction significative des revenus et des marges seront tirées des activités annexes, s’appuyant sur la “marque-média” ? L’information (sa qualité, sa diversité, son accès) est pour la liberté un bien précieux, dont la révolution ne fait que commencer.

Sic transit mundi.

 

Enhanced by Zemanta

Les tablettes, les cadeaux stars de Noël – High-Tech – Actualité – Trends.be

Les tablettes, les cadeaux stars de Noël – High-Tech – Actualité – Trends.be.

lundi 26 novembre 2012 à 14h06

Il devrait se vendre autant de tablettes de que téléviseurs en décembre, cette année, selon Gfk. Elles rapporteront autant que les PC, tandis que les smartphones confirment leur place de cadeau numéro un.

© Thinkstock

Pour la première fois, les smartphones devraient être les produits high-tech qui cumuleront le plus de chiffre d’affaires à Noël, selon le baromètre de Gfk. Selon les panels distributeurs de l’institut, quelque 2,2 millions d’unités devraient être vendues sur le seul mois de décembre, pour un chiffre d’affaires attendu à 420 millions d’euros. En décembre 2011, les smartphones se classaient déjà en première position des ventes en volumes, mais c’étaient les téléviseurs qui généraient le plus gros chiffre d’affaires.

Cette année, les TV reculent d’un cran en 3e position des ventes en volumes, et en 2e position en valeur, tandis que les téléphones mobiles classiques, numéros uns en volume il y a deux ans, arriveront en 2e position en volumes.

Mais l’évolution la plus significative se fait sur les tablettes. 11e en volumes et 4e en valeur en 2011, elles arrivent cette année en 3e position des prévisions de volumes et de chiffre d’affaires. Elles devraient ainsi rapporter autant que les PC portables (hors netbooks). “Il se vendra sur ce mois de décembre autant de tablettes que de télévisions, soit 1 million d’unités. En décembre 2011, il se vendait une tablette pour trois téléviseurs. Leur chiffre d’affaires sera équivalent à celui des micro-ordinateurs portables, soit 330 millions d’euros TTC”, précise François Klipfel, directeur général adjoint chez GfK Consumer Choices.

Les perdants de ce Noël devraient être les disques durs externes, selon Gfk, victimes du streaming et du cloud.

Les ventes de PC en baisse pour la première fois depuis 2001

Les ventes de PC en baisse pour la première fois depuis 2001.

L’ère de la domination du PC est morte selon certains, bienvenue dans l’ère post-PC, qui sera celle des terminaux mobiles, tablettes en tête.

Des prédictions qui semblent vouloir se confirmer : selon une étude récente publiée par IHS, un institut international spécialisé dans les enquêtes prospectives et études de marchés, relayée par plusieurs blogs US, les livraisons de PC devraient décliner en 2012 pour la première fois depuis 2001, soit depuis les débuts de l’internet grand public et l’éclosion de l’ère numérique.

Les ventes mondiales de PC dans le monde devraient représenter 348,7 millions d’unités, ce qui correspondrait à une baisse de 1,2% par rapport à l’année précédente.

vieux pc Les ventes de PC en baisse pour la première fois depuis 2001

Les tablettes prennent le relais

Pendant ce temps, les ventes de tablettes se portent de mieux en mieux : en trois ans à peine, partant de zéro, ce sont aujourd’hui 20% des américains qui possèdent une tablette, et il devrait s’en écouler quelque 120 millions dans le monde en 2012. Apple occupe toujours entre 70 et 80% du marché avec l’iPad (selon les régions) et Android entre 20 et 30%.

Une tendance qui se renforcera très probablement avec l’arrivée des tablettes Windows 8, qui auront pour elles l’avantage de proposer un système d’exploitation hybride ou « dual », qui, pour peu que l’on y adjoigne un clavier permet de se passer complètement d’un PC. Ce qui ne devrait pas plaider en faveur du vénérable ordinateur personnel, même si les derniers ultabooks, de par leurs performances et leur légèreté, ont certainement encore de belles années devant eux.

(source)

 

Most TV, Tablet Interactions Involve Another Screen – eMarketer

Most TV, Tablet Interactions Involve Another Screen – eMarketer.

Simultaneous device usage high among owners of multiple screens

With a sizeable portion of the US population now in possession of multiple media devices, including TVs, computers, smartphones and tablets, maintaining a multiscreen presence is a mandate for marketers.

But establishing a multiplatform presence extends beyond the obvious need to reach consumers across individual devices. Second quarter findings from Google and brand consultancy Sterling Brands showcased the opportunity to connect with consumers simultaneously on multiple devices.

In fact, more than half of all media interactions involving one screen coincided with the use of another. Devices most often used for entertainment—TVs and tablets—saw the greatest simultaneous usage: 77% of all TV interactions among US connected device users—defined as consumers owning a smartphone, PC and TV—occurred alongside another device, as did three-quarters of all tablet interactions.

Simultaneous Usage of Select Devices According to US Connected Device Users*, Q2 2012 (% of total interactions)

Simultaneous usage was more task-based than entertainment-focused. Emailing, internet browsing and social networking were the most common multiscreen activities, a good sign for the many TV marketers whose calls to action point consumers toward browsing and social networking sites, capitalizing on common user behaviors.

Leading Activities While Using Devices Simultaneously According to US Connected Device Users*, Q2 2012 (% of total interactions)

Apart from simultaneous usage, the study also looked at sequential usage—the transitioning from one device to another. The vast majority (90%) of respondents used a combination of screens over time to accomplish tasks such as emailing, researching or shopping, with 98% of transitions from one device to another occurring in the same day. This points to multidevice usage having a significant role in the typical purchase process, something neither brand nor direct-response marketers can ignore.

Among US connected device users who moved from one device to another, they most often did so to browse the internet (81%), social network (72%) or shop online (67%). How a consumer began the online shopping process, however, depended on the device used. PC and laptop users more often typed the URL directly into a browser than smartphone users (50% vs. 36%). Smartphone users were more inclined to begin their shopping session on a search engine (30% vs. 24%) or a social networking site (25% vs. 16%).


Read more at http://www.emarketer.com/Article.aspx?R=1009337&ecid=a6506033675d47f881651943c21c5ed4#Y8TAyqDDe8ZdLSeH.99

Microsoft’s big announcement: Loser + Loser = Winner? | VentureBeat

Microsoft’s big announcement: Loser + Loser = Winner? | VentureBeat.

TechCrunch is reporting insider information that the big and much-anticipated Microsoft announcement tomorrow is an e-reader and streaming media tablet produced in conjunction with Barnes & Noble. If that’s true — and that’s a big if — I’m more than a little shocked by the massive build-up and pre-launch tension-building secrecy.

One loser

Let’s be honest: Windows on a tablet is, at the moment, a loser. Currently, Windows is a tiny, insignificant slice of the tablet market. There’s hope in Redmond, and maybe even belief, that this will change soon, but no-one else is holding their breath.

In this chart from IDC three days ago, Windows is “other.” Get out your microscope.

A second loser

A second moment of honesty: Barnes & Noble is a loser. We all know its chief competitor — the one named after warrior women tough enough to saw off a boob so they could kill their enemies with greater efficiency. And yeah, Amazon is exactly that tough.

Amazon is worth almost a hundred billion dollars; Barnes & Noble under a billion. Amazon had over $50 billion in revenue in the last 12 months; Barnes & Noble just over seven. Amazon’s revenue per employee is triple Barnes & Noble’s … the list goes on. Wolfram Alpha tells the story:

One plus one (plus one)

I believe it was the indubitable Mr. Holmes who said that one plus one has never failed to equal two. Pairing an unpopular and as-yet-unproven operating system with a failing and marginal content partner is not exactly a recipe for success.

However, there is a wild-card: Xbox live streaming.

Microsoft has been adding content partners to Xbox streaming with increasing velocity, announcing 35 new ones in just the past month at E3, including Nickelodeon, NBA Game Time, NHL GameCenter, WatchESPN, and The Weather Channel. These additions, with all the other content partners announced previously, have led to plenty of speculation that Xbox could replace your cable or satellite TV provider.

Now you have something interesting.

If Microsoft’s play is indeed to create a new kind of tablet that can replace — perhaps better than iPad — your TV provider, watch out.

I guess we’ll see tomorrow.

SoLoMo (3/3) : Bien exploiter la géolocalisation et les magasins physiques

SoLoMo (3/3) : Bien exploiter la géolocalisation et les magasins physiques.

La géolocalisation semble bien acceptée, pour peu qu’elle apporte des avantages concrets aux mobinautes. De nouvelles synergies peuvent s’établir entre la géolocalisation, le web et les magasins physiques. Les parcours utilisateurs sont à réinventer.

1. Les mobinautes acceptent d’être géolocalisés

Tout d’abord, les utilisateurs sont-ils d’accord pour se laisser géolocaliser lorsqu’une application le demande ? La réponse est «oui» pour près des 2/3 des utilisateurs de l’Internet mobile (Observatoire de l’Internet mobile 2011,SFR Régie / GroupM). Ensuite, les services de géolocalisation qui intéressent le plus ces mobinautes sont, par ordre de préférence :
– les bons plans à proximité pour 53%
– les opérations dans les magasins proches pour 44%
– les informations de quartier pour 44%
– la recherche de contact à proximité (réseaux sociaux) pour 30%.

Les outils permettant la géolocalisation se multiplient, offrant autant de possibilités (Foursquare, Facebook Places, Highligh…).

2. Les femmes préfèrent ce qui est «local»

44% des françaises (et 51% des femmes au foyer) aimeraient que les sites de e-commerce soient équipés d’un service de géolocalisation pour trouver les meilleures offres près de chez elles : c’est l’une des conclusions que révèle l’Observatoire eBay-TerraFemina 2012.

Actives ou au foyer, 97% des Françaises achètent sur Internet, et 52% le font au moins une fois par mois : elles consacreraient 5 heures par semaine aux achats e-commerce (4 heures pour les femmes au foyer). A noter également que 15% des femmes ont déjà acheté via un téléphone mobile et 9% via une tablette.

3. Les tablettes tactiles : utiles aux acheteurs et aux vendeurs

Les tablettes tactiles peuvent contribuer à développer les ventes en magasin. Elles peuvent être mises à disposition et rendre des services habituellement rendus par des bornes interactives – souvent plus coûteuses et moins souples d’usage. Par leur intermédiaire, un client obtiendra des informations complémentaires sur le produit qui l’intéresse. Il pourra également découvrir et acheter un produit disponible à la vente mais pourtant absent du stock.

Pour le vendeur, la tablette tactile est une solution pour répondre aux questions techniques ou commerciales d’un client. Et cela de façon naturelle, rapide et conviviale, dans n’importe quel rayon du magasin. La tablette permet aussi de faire du co-browsing en associant vendeur et client, et peut se révéler déterminante pour vendre des produits complexes ou coûteux. Une liaison wifi gratuite pour la clientèle peut être mise à disposition.

4. Créez votre stratégie web to store

Comment faire venir en boutique des clients qui se situent à proximité ? De nombreuses solutions existent : parmi les plus simples, on peut noter la publication des promos, par exemple, sur Twitter ou Facebook. Il est également possible d’offrir un service de «click and collect», c’est-à-dire de vente sur Internet avec livraison en magasin.

A noter également, l’existence sur le marché d’outils de type Store Locator qui permettent de faire remonter les coordonnées physiques de vos magasins lors d’un search. Des infos complémentaires, telles que la disponibilité du produit en magasin, peuvent être également présentées sur le mobile du client.

5. Donnez la priorité à votre communication multicanal

Certes, le côté hype du m-commerce peut être attractif, tant pour l’entreprise innovante que pour un certain segment de clientèle. Mais si vous privilégiez l’impact, mieux vaut d’abord concentrer vos efforts sur la mise en place d’une communication multicanale efficace et cohérente, comme le recommande l’institut Forrester (European online retail : five trends to watch in 2012).

6. De nouvelles possibilités avec le NFC

Le mobile scanning va connaître une nouvelle dimension avec l’arrivée progressive des lecteurs NFC (Near Field Communication ou communication en champ proche) sur les téléphones mobiles – l’année 2012 étant celle du déploiement à grande échelle de cette technologie.

Grâce à elle, l’utilisateur approche son téléphone à quelques centimètres d’un dispositif NFC, qu’il s’agisse d’un terminal ou d’une simple pastille collée sur une surface quelconque dans le magasin. Nice et Strasbourg bénéficient d’ores et déjà de ces solutions (Cityzi), y compris pour effectuer certains paiements.

How US Smartphone and Tablet Owners Use Their Devices for Shopping | Nielsen Wire

How US Smartphone and Tablet Owners Use Their Devices for Shopping | Nielsen Wire.

May 3, 2012

According to a survey conducted by Nielsen in Q1 2012, the vast majority (79%) of US smartphone and tablet owners have used their mobile devices for shopping-related activities.  Smartphones are used more often than tablets for activities on-the-go: “Locating a store” (73% vs. 42% for tablets ), “using a shopping list while shopping” (42% vs. 16% for tablets) or “redeeming a mobile coupon” (36% vs. 11% for tablet owners).   However, tablet owners are much more likely to use their device for online shopping: 42 percent of tablet owners have “used their device to purchase an item,” compared to just 29 percent of smartphone owners.

One of the most popular activities among both smartphone owners and tablet owners is “researching an item before purchase” (66% for tablet owners vs. 57% for smartphone owners).  Comparatively few mobile shoppers have used their devices for payments (27% of smartphone owners and 28% of tablet owners), but that number is expected to rise in the years to come as more mobile payment systems roll out nationwide and U.S. consumers get more comfortable with the idea of mobile payments.

shopping-smartphones-tablet